Billets de luc-gerard

  • Doms bases!

    Doms bases

     

     

     

     

     

                                                                                             "Je suis le dernier des romantiques!"

                                                                                                                                   Blague OED

     

        Fédor Andropov faisait la classe à Dan Curtis et Diane Castillon et si le premier était d'origine américaine, la seconde avait grandi parmi les vignes qui bordent la Dordogne! Elle connaissait leurs matins doux et parfumés, leur ordre plein de promesses, sous le soleil cuisant, et leurs soirs roses sur la rivière, qu'effleurent avec grâce les hirondelles!

        L'Américain était jeune et beau et Diane ne passait nulle part inaperçue! Une idylle semblait naître entre eux, ce qui fit tousser Andropov, avant qu'il ne commençât! "Il faut toujours revenir aux bases, dit-il, car nous n'en finissons jamais de connaître la vie et l'ignorance du plus grand nombre entraîne également une usure, qui mène au doute! Or, le problème est aussi profond que clair!   

        Mais j'ai envie de dire: "A présent, oubliez tout ce que vous savez!", car nous allons raconter des choses tellement étranges, qu'elles vont apparemment menacer votre raison! Toujours est-il qu'il n'y a qu'une seule manière d'expliquer pourquoi les hommes vivent sans être perturbés par leur isolement dans l'espace, ni par leur mort! C'est qu'ils sont aveuglés par leur domination! C'est la seule cause! Il n'y en a pas d'autres! Ce n'est même pas la peine de chercher!

        Comment pouvons-nous être aussi catégoriques? Mais parce que la domination, c'est l'instinct! C'est un héritage du règne animal; cela vient de nos origines, au même titre que la pulsion sexuelle ou celle de la colère! Rappelons en quelques mots le mouvement! L'histoire de la matière est une histoire de sa complexification! Les éléments les plus simples se combinant, pour en donner de plus en plus complexes! L'Evolution va toujours dans ce sens: plus les individus  apparaissent tard sur son échelle et plus leur organisme est sophistiqué et donc distinct!

        Or, plus on est individualisé et plus il faut s'imposer, pour se nourrir et se reproduire! L'individualité entraîne inévitablement la domination! Sentir notre valeur, notre importance, autrement dit satisfaire notre égoïsme, c'est d'abord ce que nous voulons, et c'est ce qui garantit notre équilibre! Evidemment, avec l'humain, la domination est l'affaire de la conscience et elle varie donc à l'infini!

        Ceci est valable pour les deux sexes! La domination féminine prend aujourd'hui le relais de la domination masculine, car celle-ci est de moins en moins nécessaire, puisque la défense du territoire est de moins en moins menacée! Si je tiens à préciser ce point, c'est parce que le bon combat est contre la domination des deux sexes et non seulement contre l'égoïsme des hommes! Mais, bon, pour l'instant, il faut que les femmes se vengent! On retrouvera la mesure plus tard...  

        Tant que la domination est notre seul repère, que nous en restons esclaves, nous vivons comme les animaux, qui effectivement n'en ont rien à faire que l'Univers ait quatorze milliards d'années ou que les étoiles déforment l'espace-temps! Voilà notre sécurité, contre le vertige, c'est la domination; il n'y en a pas d'autres! C'est elle qui nous fait trouver normal notre quotidien, alors que nous pourrions le voir, depuis Mars, absolument absurde!

        Cependant, notre raisonnement, au regard d'une histoire qui accumule les millions d'années, rien que pour la Terre, peut sembler à juste titre anthropocentrique et faire tousser le Muséum! Mais c'est parce que nous méprisons toujours l'importance de la conscience et que nous ne mesurons aucunement son incroyable dimension! Mais nous y reviendrons!

        Toujours est-il que tous ceux qui ignorent la domination sont soit des naïfs, soit des hypocrites! En fait, tant qu'on est mené par sa domination, on ne la voit pas! Mais le scientifique, qui bénit la raison, est un cuistre! Le philosophe stoïcien, qui se réjouit d'être imperturbable, est un fumiste! Le psychanalyste, qui vous écoute pour paraître plus intelligent, est un escroc! Et le militant de gauche, qui crie: "Macron dégage!", est un farceur! Pincer l'orgueil de tous ces gens et leur haine vous frappera, encore plus vivement que celle du bénéficiaire du RSA, dont la domination n'a pu qu'être malmenée!

        Nous ne pouvons pas vivre sans vouloir dominer, même si nous avons un amour sincère pour nos proches! D'ailleurs, en fondant une famille, les parents deviennent naturellement des dominants, par rapport à leurs enfants, et ils assurent ainsi leur équilibre! Tout irait bien dans le meilleur des mondes, si la conscience nous permettait de rester des animaux, ce qui n'est pas le cas! La réflexion mène au choix et donc aussi au doute et à l'angoisse! L'inconnu frappe à notre porte incessamment! La peur pèse sur nous sourdement! La conscience est notre richesse, mais elle a un prix!

        Pour échapper à l'angoisse, notre réflexe est le recours à l'instinct, car c'est la pente! Notamment, nous utilisons le sexe, que nous avons dû inventer! Oui, le sexe est une invention de l'homme, car les animaux, eux, ne s'accouplent que pour se reproduire! Nous nous sommes affranchis de cette limite, sous le joug de la tension qui nous habite, afin de la soulager! Mais, plus largement et même bien plus profondément, car la domination règle encore le sexe, dès que nous sommes inquiets, nous recherchons notre supériorité, le sentiment de notre valeur, qui éteint toutes nos craintes!

        Ainsi, dans la rue, où nous affrontons le monde, nous constatons le phénomène de "la couverture à soi"! En effet, chacun essaie d'attirer l'attention, de s'imposer aux autres: les femmes par la séduction, les hommes par le rapport de force! Nous voulons qu'on nous remarque, qu'on nous considère, ce qui prouvera notre importance! Les femmes demandent du désir, les hommes de la soumission!  Ainsi, nous ne sommes plus seuls, puisque nous existons dans un regard qui n'est pas le nôtre! Toute notre angoisse disparaît par l'intérêt qu'on nous porte! La réussite nous rend invulnérable!

        La télévision a une action à peu près analogue, car elle trompe notre solitude! Par sa proximité, elle nous fait croire que nous formons une immense famille et dans ce que nous voyons et éprouvons, notre domination trouve son aliment! C'est si vrai que la perspective d'être privé de télévision, chez la plupart, cause une véritable angoisse! Les réseaux sociaux nous offrent une participation bien plus réelle et nous donnons notre avis, sûrs de sa valeur! Sur Instagram, notamment, nous nous affichons en photos, comme nous avançons dans la rue, en trouvant naturel d'être le centre d'intérêt! Mais ce n'est pas ce qui se passe et pour avoir beaucoup de "J'aime", les femmes se dénudent et les hommes également s'exhibent! On excite, on force le regard!

        Inutile de dire que "la couverture à soi" perturbe notre quotidien! Il est impossible dans nos villes d'avoir une pensée cohérente! On est sollicité, harcelé à tout moment! Il faut regarder tout le monde, comme si on devait "donner à manger à dix mille petits cochons à la fois"! Même celui qui est disponible n'a plus qu'une envie: qu'un nuage lui déroule une échelle de secours! Ainsi, dans le ciel, pourra-t-il retrouver sa tranquillité et donc sa lucidité! Il vient d'échapper à un asile d'aliénés, où des malades attendent qu'on les admire!

        Cependant, "la couverture à soi" fait évidemment que chacun en est pour ses frais, car on ne croise que son semblable, c'est-à-dire un demandeur, nullement un donneur! On se dégoûte donc, comme deux pôles électriques du même signe! L'insatisfaction est permanente et la tension aussi, puisque l'angoisse persiste! Des individus deviennent alors des tyrans, pour faire céder les autres! Ils dominent par la terreur! On doit s'occuper d'eux dès qu'ils apparaissent! Ils oppriment et tourmentent! Il y a des femmes qui marchent sur la ville, comme si elles avaient les bottes de sept lieues, et il y a des hommes qui se tiennent, comme s'ils venaient chercher le condamné à mort!

        La haine est là dès que quelqu'un résiste à notre domination! On voudrait le détruire, l'anéantir! On lui montre une hauteur sans pareille, de sorte qu'il se sente pulvérisé! On ne se demande pas pourquoi il a l'air plus libre, plus à l'aise, plus fort! On ne cherche pas comment il fonctionne, quel est son secret, sa méthode! On ne veut pas s'améliorer, ni trouver une solution pour être plus heureux, non, on laisse aller sa colère! On préfère mille fois la destruction plutôt que la construction ou l'évolution! On est lâche et sans courage et pourtant nous n'avons aucune gêne, aucune honte à détester, à mépriser! En cela, nous sommes impardonnables!

        Mais nous voilà dans une impasse! avec une vie impossible!  Car plus nous semons le chaos et plus nous étendons l'inquiétude et plus nous avons recours à la domination et ainsi de suite! Ce fait-là nous a été masqué jusqu'ici, parce que la domination s'exprimait par les guerres! Notre ennemi était un étranger! Mais, aujourd'hui, nous sommes les uns en face des autres et notre incohérence, notre incompatibilité éclatent! Nous ne savons pas vivre en paix! Nous sommes incapables de guérir notre angoisse! Nous refusons même de la voir! Nous préférons la nuit et ses coups de dents! Nous gardons l'illusion d'être les plus forts! Comme s'il n'y en avait pas de plus terribles, de plus dangereux, de plus violents, de plus fous!

        Car il nous faut maintenant frotter la plaie avec du sel! On comprend bien que plus l'ordre et les idées sont clairs et moins l'angoisse trouve de prises et plus la domination garde des bornes! Mais considérons la recette suivante... Vous prenez un monde assez dodu et vous le dépouillez de toutes ses certitudes! Ce qui est normal, puisque chacun veut être libre! Vous le "farcissez" de confort, pour lui donner le temps de penser! Puis, vous l'embrochez avec une crise économique et vous le mettez au four, en lui parlant du réchauffement climatique! Enfin, quand il est cuit, vous le saupoudrez de Covid et sur la table, sa domination sera à la mesure de son épouvante: délirante, affreuse!

        Concrètement, ce sont d'abord des incivilités toujours plus violentes et nombreuses! La courtoisie est une mendiante! La prévenance une légende! Nous n'avons aucune force, pour être généreux, souples et sans peur de perdre! Au contraire, l'angoisse nous fait aboyer, exploser! Notre domination nous tient comme des épouvantails! Nous voilà prêts à réclamer nos droits! Nous sommes avares, durs! Notre sourire est exsangue et nous donnons notre gentillesse avec usure! Avons-nous faim, froid? Pas du tout! Nous habitons l'un des pays les plus riches du monde!

        Pire, nous vivons dans des bulles; notre smartphone nous servant de schnorchels! Nous fréquentons les autres, comme les U-boot cherchaient à détruire les convois alliés! Nous téléphonons, pour continuer à sentir notre importance, ce qui nous permet de plastronner en pleine rue et d'écraser tous ceux qui nous déplaisent! Le monde n'est qu'une annexe, face à notre supériorité! Pourtant, cela reste du théâtre!

        La domination peut être totale et mener à des comportements pathologiques et criminels! Nous avons déjà été surpris! Crash d'avion pour fêter son anniversaire! Destruction de la mairie, sur un coup de sang! Mutilations d'animaux, pour les Paganini du scalpel! Nous attendons la suite! Nous pourrions décerner des prix! Rien n'est désespérant comme la routine! Un grand merci à ces héros de cauchemar!

        Bien entendu, nous continuons à détruire la nature, quoique tous les voyants soient au rouge! Chaque coup de pelleteuse attaque la banquise, mais peu importe! Au nom de l'emploi, nous sommes prêts à mourir! C'est beau, c'est grand et surtout très intelligent! Mais le confinement ne nous a rien appris! Il va nous falloir un nouveau coup de Covid! La nature ne doit pas nous servir de paillasson! Il faut calmer notre angoisse autrement que par l'agitation et le béton! La beauté peut nous y aider! C'est écrit sur le paquet!

        L'un de nos malheurs, c'est que nous voyons la conscience comme un baigneur l'eau froide! Et comment pourrait-il en être autrement! Cela fait des années que la science matérialiste nous serine la même chose! Ce qui n'est pas objectif est suspect! Nous heurtons les nerfs du Muséum, dès que nous parlons de notre foi, de notre amour!

        Eh bien, nous, à l'OED, nous disons avec force que la gravitation n'existe pas sans la conscience! qu'elle n'a aucun intérêt, si elle n'est pas expliquée! que tout le monde s'en moque sans nous! que l'univers n'est rien sans notre regard! que ce sont nos yeux qui lui donnent toute sa dimension!

        L'homme est la lumière du monde! Il n'en est pas le maître, il l'éclaire!

        Il l'éclaire pour le servir! Car plus il le connaît et plus il est grand lui-même!

        Le courage, c'est la foi! Car la seule raison ne suffit pas!

        Des questions?

  • Dom fleuve!

    Fleuve dom

     

     

     

     

     

                                                                                                      "Mais c'est de la prévarication!"

                                                                                                                                          Topaze

     

        Mamadou Gnoka avait invité ses amis de l'OED, Sarah Taylor et Dieter Stein, dans son pays natal, la République du Congo, encore appelée Congo-Brazzaville! Les deux Européens, à l'aéroport, s'étaient brusquement sentis dans un autre monde! L'air était chaud, parfumé et sur la route menant à la ville, on découvrait une végétation différente, mais surtout des couleurs et des attitudes incroyables!

        Des femmes marchaient sur le bas-côté et resplendissaient tels des arcs-en-ciel! Elles avaient le corps droit et portaient au sommet de leur tête des légumes ou quasi un tronc d'arbre! Leur sourire éclatant apparaissait très vite et d'une manière générale, le visiteur allait de surprise en surprise! Un camion par exemple avait dans sa benne un autre camion, ou un bus passait sans pare-brise!

        Des cases de plus en plus nombreuses signalaient la proximité de la ville, dont le centre était constitué de bâtiments modernes, ce qui faisait bien entendu la fierté de la nation! Mais le dépaysement était extrême et il fallut un certain temps à Sarah et à Dieter, pour s'accommoder de tous les changements du quotidien! L'eau, notamment, reprenait toute son importance, ne serait-ce que par les moyens déployés pour lui donner du débit! Dans la maison de Gnoka, elle devait d'abord monter dans un réservoir situé en hauteur!

        Mais les deux visiteurs aimaient ce qu'ils voyaient! les véhicules qui cahotaient sur le chemin! les enfants qui allaient à l'école, indifférents à la poussière! des citronniers ou des papayers dans le jardin! des exploits! Comment, par exemple, un policier pouvait-il sortir de sa case, où on n'y voyait goutte, avec un uniforme impeccable? C'était tout un peuple qui chaque matin s'éveillait, avec la plus belle énergie, malgré la pauvreté!

        "Demain matin, dit Mamadou à ses invités, nous partirons pour la cambrousse! On va profiter de places libres dans un avion, qui va dans un district où j'ai de la famille! Hein, qu'en pensez-vous?"

        Les deux Européens ne se le firent pas dire deux fois, tant ils rêvaient de découvrir la nature africaine; eux qui jusqu'ici n'avait vu que les abords de la ville; et effectivement ils ne furent pas déçus!

        Le lendemain, à l'aube, le petit avion décolla et très vite le soleil dispensa ses rayons! Des marais miroitants apparurent, tels des éclats de mica! Mais le plus spectaculaire, ce qui rendit muet nos passagers, ce fut la savane qui s'étendait à perte de vue, comme la mer, et qui comme elle était vierge de toute habitation!

        Une campagne sans civilisation leur paraissait proprement sidérant et là-dessus glissait paresseusement l'ombre des nuages, amplifiant ainsi, s'il était encore possible, une impression de majesté, de grandeur imperturbables et infinies! Seuls quelques rochers, d'un ocre rouge, se détachaient, à l'instar de vieilles dents, qui rappelaient l'incroyable ancienneté de ces sols!

        Le vol durait , comme si l'avion franchissait l'océan, et les hommes n'en avaient l'air que plus petits! Mais enfin on aperçut le lit argenté d'un fleuve et on perdit de l'altitude, pour atterrir rudement sur un terrain étroit et herbeux! On était arrivé!

        Tout le village était là, car il était bien isolé et assistait à un événement, d'autant que l'avion transportait également un médecin! Celui-ci fut vite emmené vers les malades, car c'était les soins qui manquaient le plus! Mais une petite foule resta pour Sarah et Dieter: on les regardait avec une attention quasi extraordinaire, qui mêlait aussi bien la curiosité que la bienveillance!

        Il y avait là non seulement des enfants, à peine vêtus, qui ne les quittaient pas des yeux, mais aussi des infirmes, qui n'hésitaient pas à se traîner, pour avoir leur place! Jamais peut-être Sarah et Dieter n'avaient senti une telle chaleur, un tel désir de connaître, alors que la pauvreté des lieux était évidente! Les cases y étaient encore plus rudimentaires qu'ailleurs! Mais qu'importe! On accompagnait les visiteurs, en étant gonflé de vie!

        La barrière de la langue finit tout de même par les laisser plus libres et Sarah alla se promener... Elle était exceptionnellement émue, tant le village lui semblait un miracle accroché au fleuve! Il était si petit, il avait l'air si fragile, à côté de l'immensité qui l'entourait! Comme la vie ici devait être bien solidaire, pour résister!

        Sarah connaissait l'état d'esprit particulier de quelques îles, mais elles étaient déjà si civilisées! Un noyau aussi soudé et fervent, c'était une telle découverte pour l'Anglaise, qu'elle marchait à pas comptés, comme sur la lune!

        Puis, ce fut le déjeuner et le traditionnel poulet au riz, qui avait dû courir toute sa vie, pour avoir une chair aussi ferme! Mais on avait donné aux visiteurs le meilleur de ce qu'on avait et ils devaient donc faire honneur au repas! "Le chaman veut te voir, Sarah! déclara Mamadou.

        _ Le...? fit Sarah, qui se léchait les doigts.

        _ Le chaman, le guérisseur, le sorcier quoi!

        _ Ah bon! Et tu sais pourquoi il veut me voir?

        _ Non, mais il t'a remarquée à ta descente d'avion.. D'ailleurs, toi aussi t'as pas dû l' rater!

        _ Quoi?

        _ Oui, c'est l'homme qui tire sa petite caisse! Il a eu les jambes arrachées par une mine, à une autre époque!"

        L'après-midi, on entra donc dans la case du chaman, où il faisait noir comme dans un four! Mais ici des objets, que jette par tonnes l'Occident, étaient considérés tels des trophées ou des trésors! Un sachet plastique était réutilisé des milliers de fois et gardé avec un soin extrême! Une vieille armoire, fabriquée en série ailleurs, était devenue une marque de dignité! Des embouts de canalisations, qui ne pouvaient servir, semblaient briller dans un coin avec l'éclat des diamants!  

        Devant ce décor, les visiteurs devinrent plus humbles et le chaman se mit à parler. "Il utilise un dialecte, expliqua Mamadou qui traduisait. Il te dit Sarah que tu as le visage comme une fleur... et qu'en toi se développe l'"Esprit"! Il se réjouit pour toi!

        _ Ah?

        _ Il rajoute que tu dois aller voir le fleuve, ce soir, car il te parlera! C'est le fleuve qui lui a tout appris!

        _ Et les crocodiles? demanda Dieter.

        _ Y a trop de courant ici, pour eux! répondit Mamadou. Sarah, nous partons demain... Donc, tu auras le temps, si tu le veux, de faire ce que dit le chaman!

        _ Euh...

        _ Ne fais pas cette tête, Dieter! On trouvera bien quelque veuve désireuse de t'accueillir pour la nuit!"

        Sarah n'avait pas répondu à Mamadou, tellement elle était troublée: son visage donnait du plaisir au vieil homme, de sorte qu'il en riait! Mais elle, depuis longtemps, menait un combat âpre et elle se sentait perdue, vulnérable et même dolente! Ce qu'elle avait suscité lui était étrange!

        Le soir, toutefois, elle se rendit au bord du fleuve et la clarté lunaire était si vive que Sarah avait l'impression de marcher sur du givre! Le fleuve aussi avait sa blancheur, car il charriait de grandes nappes de pollen, qui lui-même brillait! Cependant, c'était le silence qui surprenait le plus l'Anglaise: il était aussi doux que profond et jamais peut-être les oreilles de Sarah  n'avaient goûté une telle sensation de velours, qui confinait à la magie!

        Seul le fleuve glougloutait à gros bouillons et soudain effectivement il parla à Sarah! Elle vit l'humanité se débattre, cherchant toujours à se développer et se débarrassant de tout ce qui l'en empêchait! C'était bien normal, mais elle restait également prisonnière de sa domination et donc de ses peurs! Elle ignorait même son égoïsme et pourtant elle haïssait dès qu'il était menacé et elle était même prête à tuer, pour le défendre!

        Ainsi, les hommes passaient devant la lumière de la vie, sans la voir, et disparaissaient dans la nuit, comme les particules du fleuve, sous les yeux de Sarah! Emportés par leur domination, leur orgueil, ils méprisaient la beauté du monde, alors qu'elle pouvait les sauver! A ceux qui savaient l'admirer, celle-ci affirmait avec force l'existence de Dieu et sa paix!

        Le fleuve courait et autour tout était parfaitement tranquille! Sarah repensa également aux nuages qui glissaient au-dessus de la savane et à leur calme majesté! Alors, elle pleura! Elle pleurait de tristesse, mais aussi de joie! Elle songeait avec douleur à l'immense gâchis des hommes, mais jamais non plus la présence de Dieu ne lui avait paru aussi proche, aussi évidente!

       Elle fut déchargée de son fardeau! Elle rayonna! Elle fut libre, à l'infini! Elle fut comblée d'amour et ses derniers sanglots étaient comme la rosée sur les roses!

       

        Cependant, en France, Dan Curtis se rongeait les sangs! Il devait louer une voiture et il savait ce qui l'attendait! La seule agence, qui ne pratiquait pas de tarifs prohibitifs, se trouvait dans un hypermarché et donc il y avait d'abord les lieux! C'était tellement grand, qu'on avait l'impression que les gens se trouvaient dans une autre ville! Evidemment, quand on était réduit soi-même à la taille d'un atome, on se sentait facilement perdu et même méprisé! Par conséquent, à l'accueil du service, chez les clients comme du côté du personnel, il y avait de la tension, de la peur et de l'agressivité! Comme l'architecture semblait écraser tout le monde, on ne respectait personne!

        C'était une véritable épreuve de force, que de louer une voiture! Il y avait surtout trois DTN (ou peu s'en fallait!) derrière le guichet! Trois femmes! L'une, massive, avec des épaules carrées, essayait d'emblée de vous détruire! Elle n'aimait pas son travail et sa haine débordait! Elle cherchait la faille du client et triomphait si une erreur, une pièce qui manquait par exemple, rendait la location impossible! On suait à grosses gouttes devant elle, alors qu'elle perçait le bateau qui la faisait flotter!

        Une autre luisait de satisfaction, comme un biscuit au beurre! Elle était la discrétion même et ne se trompait jamais! Vous pouviez lui faire un compliment et il était accueilli comme par une tombe! L'univers de cette femme était une quatrième dimension, dans laquelle il valait mieux ne pas s'aventurer! Ce qu'on en apercevait, c'était des soleils morts, une banquise éternelle, que parcouraient d'étranges traces de sang! Et toujours ce petit sourire glacial et suffisant!

        La dernière décrochait le pompon! Elle avait la tête comme une hache et pensait encore séduire! Son attitude était celle d'une directrice, mais elle perdait les clés, les dossiers et même les voitures! On partait une heure plus tard, épuisé, et on n'avait qu'une envie, se garer sur le bas-côté et dormir deux siècles! Elle avait la haine tenace, à mesure que son incurie se révélait! C'était la détresse d'un cœur solitaire, au-dessus d'un chaos de carrosseries!

        Mais Dan devait y aller, car, toujours entre deux voyages, il ne disposait pas de véhicule et il avait promis à sa nouvelle collègue, Diane, qu'il allait l'aider à protéger ses chevaux! Ceux, qui vraisemblablement se trouvaient derrière les mutilations, ne pouvaient qu'être des DTN épouvantables! Ils étaient devenus les maîtres de la nuit, même si beaucoup de questions restaient en suspens!  

        Dan prit un transport en commun et à côté de lui, un couple s'embrassait! "Pourquoi ai-je ouvert les yeux? pensa Dan. Qu'ai-je à faire des Doms? N'est-il pas là le bonheur, dans l'abandon avec un autre?"

        Dan se mit à rêver et croisa le regard de quelqu'un qui semblait lui dire: "Toi, tu perds rien pour attendre! Quand le moment viendra, on s'occupera de toi!" Cette haine réveilla Dan et il eut d'autres réflexions: "Au fond, nous sommes seuls et c'est normal! songea-t-il. Ne voulons-nous pas nous connaître, être nous-mêmes?  Il nous faut nous séparer des autres, de même que nous avons quitté le ventre maternel! Ce n'est qu'en tenant debout sur ses propres jambes, qu'on peut être lucide, voir sa domination et la neutraliser!"

        Ainsi vivaient et pensaient les hommes, quand ils ne faisaient pas le mal!

     

  • Dom tension!

    Dom tension

     

     

     

     

                                                                     "Il faut affronter le monde, car il est plein de salopards!

                                                                       Et il vaut mieux prendre le car que le demi!"

                                                                                                                         Devises OED

     

     

        Jack Cariou et Fédor Andropov étaient au sous-sol du bâtiment de l'OED et c'était là qu'on développait les équipements techniques. Certes, l'"Oued" n'avait rien d'un service secret, mais tout de même la logique qu'on y suivait amenait à construire des choses, qu'on n'avait jamais vues auparavant! D'ailleurs, avant d'entrer dans cette partie, on voyait sur la porte "Dangerous area" et si c'était une plaisanterie, on devait toutefois se faire reconnaître par un œil électronique, pour goûter les joies d'Ali Baba! 

        "Jack, dit Andropov, vous connaissez évidemment Ugo Sacripante, le responsable de ces lieux et notre inventeur en titre! Vous allez voir que le génie italien n'est pas mort!

        _ Pourquoi vous dites ça? coupa Sacripante. Qui a osé penser que notre génie national pouvait mourir? Vous avez reçu un faire-part, réservé à l'élite?

        _ Non, bien sûr que non!

        _ Qu'est-ce qu'ils ont inventé les Russes, depuis le Spoutnik? Vous avez toujours été en retard sur les Américains, en ce qui concerne l'armement!

        _ Ne m'énervez pas, Sacripante!

        _ Non, car alors vous allez me mordre comme un cobra, avec une dose de Novitchok!

        _ Expliquez donc votre dernière invention à Jack! J'ai soudain besoin de me reposer, à l'ombre de mon samovar!

        _ Ouais! Donc Jack, on a fabriqué le RD, le Radar Doms!

        _ Euh...

        _ Je sais, Jack, intervint Andropov, vous pensez qu'il n'y a pas mieux que l'homme, pour identifier les Doms, et vous êtes certainement notre meilleur spécialiste en la matière! Mais vos collègues n'ont pas toutes vos qualités et grâce à... cet appareil, ils pourront se montrer presque aussi efficaces que vous!

        _ Le Politburo a raison, reprit Sacripante, ce qui manque à mon invention, c'est une banque de données! En l'expérimentant, vous allez nous donner moult commentaires et à moi, le brevet et les biftons!

        _ Ah! Ah! d'accord!

        _ Alors, ça marche essentiellement avec la mesure de votre tension, par des capteurs sur votre corps! Le résultat s'affiche sur des lunettes spéciales, comme les informations d'un appareil photo!

        _ Très bien!

        _ On reste en liaison radio et on enregistre tout ce que vous dites! Ce qu'on veut, au final, c'est que n'importe quel agent puisse reconnaître n'importe quel Dom, au moyen même d'une image 3D détaillée!

        _ Bon, bon, mais cela restera de la technique... Il ne faudra pas entièrement s'y fier!

        _ On mettra un avertissement dans la notice! Ah! Ah! Venez, on va vous équiper, avec le doigté d'un communiste posant des micros!

        _ Sacripante!"

        Muni du RD, Cariou se retrouva dans la rue... "Comment ça va, le cobaye? demanda l'Italien dans l'oreillette.

        _ Bien jusqu'ici... Temps couvert, vent de secteur sud, humidité 70%...

        _ Ah! Ah! Bon, rappelez-vous: la dangerosité du Dom va s'exprimer sur une échelle de 0 à 10! C'est votre tension qui va établir le chiffre... Notez que nous aussi nous recevons toutes les informations des capteurs... Tiens, vous avez repéré un Dom, niveau 4!

        _ Oui, il est un peu plus loin à une heure... C'est ce qu'on pourrait appeler un Dom douanier... Il fait partie de ces gens qui se croient importants et qu'on rencontre sur les places... Ils parlent généralement à quelqu'un, tout en surveillant les alentours...

        _ Mais pourquoi un Dom douanier? demanda Andropov.

        _ Mais parce qu'ils veulent qu'on les regarde, comme si c'était un droit de passage! Ils vous fixent donc, bien avant que vous ne les ayez vus, pour attirer votre attention... A partir de là, ils s'attendent à ce qu'on les considère, qu'on les craigne même, car ils sont autoritaires! Mais je n'en ai cure, je passe outre! Je les renvoie au vent de la réalité, par mon indifférence... et ils me haïssent certainement, car, rappelez-vous, si le Dom ne domine pas, il angoisse! La peur et la haine s'entraînent mutuellement!

        _ Je vous avais dit que vous seriez une vraie mine d'or! reprit Andropov.

        _ Si seulement, face à l'anonymat, ils pouvaient réagir autrement, grandir!

        _ Oh! Oh! Un Dom dix! s'écria Sacripante.

        _ Oui, répondit Cariou, et c'est une surprise, car il est tôt et je ne suis pas encore dans une artère principale!

        _ Qu'est-ce que c'est? demanda Andropov.

        _ A vrai dire, je ne veux même pas le savoir... C'est un Dom vicieux, avec un jean crasseux! Un gouffre!

        _ Mais vous tremblez! rajouta l'Italien.

        _ Oui, il suffit d'un peu de fatigue le matin, pour être fragile sur ses jambes! Je suis moi-même étonné de me voir aussi sensible! Mais, bon passons, la tête haute... Y a rien à donner de ce côté-là, tellement c'est gluant! Ce n'est pas non plus exceptionnel, remarquez... Certains ne reculent devant aucune bassesse, pour dominer! Le plus répugnant ici, c'est pas tant le vice, mais un immense égoïsme! Une décharge amoureuse d'elle-même, somme toute!

        _ Belle image! fit Sacripante. Mais tu signales un Dom 5!

        _ C'est une Dom! Elle est inquiète et elle a mis un pantalon orange et très moulant! Evidemment, ça capte le regard et c'est une forme de domination... Il est quasiment impossible d'y échapper! Cela peut paraître séduisant et naturel, mais c'est déjà dévorant! Cette femme ne se calmera que si elle occupe toutes vos pensées! Ce n'est pas la solution, d'autant qu'ici elle montre aussi toute sa cellulite! On éprouve un peu de pitié pour cette Dom, qu'on ne peut pas réconforter, et d'ailleurs, elle rentre chez elle la tête basse... D'autres haïssent, quand on résiste à leur séduction agressive! Bon, je vais m'acheter un croissant!

        _ Et les calories, Jack?

        _ Eh, c'est Nami Sato qui parle!

        _ Oui, pense à tout ce beurre que tu vas ingurgiter!

        _ C'est pour l'expérience, Nami!

        _ Oui et je t'en remercie, Jack... le replet!

        _ T'as un Dom 10, Jack! coupa Sacripante.

        _ Oui, je suis dans la boulangerie... et c'est quasi inévitable! Il est juste derrière moi! Dès qu'il est entré, j'ai senti sa pression! En fait, je le dérange, car je suis indépendant!

        _ Qu'est-ce que tu veux dire, Jack? intervint Andropov.

        _ Mais toujours la même chose, Fédor! Je ne parais pas influencé par la présence du Dom et donc sa domination s'arrête! C'est un abîme qui s'ouvre, car toutes les peurs du Dom reviennent à la surface, en même temps que sa haine! Ce qu'il faut comprendre, c'est que le Dom avance comme dans une bulle, constituée par sa domination: c'est une forme d'immaturité, d'enfantillage! L'individu n'a pas voulu s'individualiser totalement! Mais tiens! Il regarde mes fesses!

        _ Quoi?

        _ Oui, Nami, c'est encore du mépris! On me laisse supposer que si je suis docile derrière, c'est que je suis faible devant! C'est de la domination sexuelle, mais pour nous cela reste un aveu d'impuissance... Notre Dom rame pour me détruire! Mais j'achète mon croissant... Oh! la deuxième vendeuse prend la commande du Dom et il parle d'une voix forte, comme s'il était seul au monde! Il a même un ton badin, destiné à me faire sentir que je ne suis qu'une "plaisanterie", que je n'existe même pas! C'est impressionnant, mais la haine est toujours là, car voilà que sa voix retombe, avec un écho sinistre! Evidemment, car ce n'est pas naturel tout ça! Mais je ne le regarde toujours pas, car je ne perds pas conscience que plus il déploie d'efforts et plus il montre que je suis important, comme un plomb de chasse entre ses dents! Son mépris ne m'atteint donc pas! Bon, je sors!

        _ Mais tu es toujours à dix, Jack! fit Sacripante.

        _ Oui, un type installé à une terrasse m'a fait voir tout son dégoût, dès qu'il a compris qu'il ne m'intéressait pas!

        _ C'est pas vrai!

        _ Mais si, Nami, c'est la réalité! La domination est constante, car comment pourrions supporter notre situation autrement? Il faudrait reconnaître notre petitesse dans l'espace, notre mort et même toute l'absurdité de notre quotidien!

        _ D'ailleurs, tu ne quittes plus la zone rouge, fit remarquer Sacripante.

        _ Oui, maintenant, il y a beaucoup de monde dans la rue... La plupart des femmes font des appels de phares, pour se rassurer... et les hommes continuent leur rapport de force!

        _ Tiens, tu passes à zéro!

        _ J'ai pris une ruelle déserte, où l'on trouve des arbustes en fleurs et l'on entend des oiseaux! C'est reposant!

        _ Eh ben dis donc, fit Andropov, tu es juste sorti faire un petit tour et on voit combien c'est déjà éprouvant! Après, on ne devrait pas s'étonner que nos vies soient si difficiles!

        _ En effet, Fédor! On peut même dire que nous continuerons à nous détruire, tant que nous ne maîtriserons pas notre domination; ce qui implique d'abord, bien entendu, que nous en prenons conscience!

        _ En tout cas, pour moi, c'est tip top! s'écria Sacripante. J'ai déjà une foule de données à gérer!   

        _ Oui, Jack, "l'immersion", si je puis dire, est réussie! ajouta Andropov. Vous pouvez revenir par ici qu'on... vous débarrasse!

        _ Jack! C'est Nami! Qu'est-ce qui pourrait conduire les hommes à ouvrir les yeux?

        _ Pour moi, il n'y a qu'un levier réel et c'est la foi!

        _ Et la "lutte finale"? fit Sacripante.

        _ Tu emploies toi-même le mot lutte! Or, il ne s'agit pas de dominer, mais d'aimer, de respecter, de marcher sans peur!"

  • Dom TV

    Dom tv

     

     

     

     

                                                                               "Votre étoile vous fait mal, shérif?"

                                                                                                                  First blood

     

     

        "On va faire un tour, OK?"

        "Pose ton révolver, Billy, lentement!"

        "T'as le fric?"

        "Et la fille?

        _ On a le temps, non?"

        "Le soir du meurtre, vous avez déclaré: "J'aurais la peau d' ce type! de c' fumier!" C'est exact?

        _ J'étais énervé!

        _ Non, je vous en prie, répondez par oui ou par non! Votre Honneur...

        _ Veuillez répondre par oui ou par non, à monsieur l'avocat général, s'il vous plaît!

        _ Vous avez bien dit: "J'aurais la peau d' ce type!"

        _ Oui!

        _ Bien! Et quand vous êtes passé devant le gardien, vous aviez votre veste beige! C'est bien ça?

        _ Oui!

        _ Pourtant , monsieur Wooh, du pressing, est catégorique: vous avez apporté votre veste beige chez lui, la veille du meurtre! Ne serait-ce pas plutôt la jaune, que vous aviez ce soir-là? Hein? Hum!

        _ Espèce de sale bavard! T'essaies d' m'embrouiller, hein? T'es comme l'autre, tu te crois supérieur? Lui aussi, il me narguait! Et j' l'ai fait taire! Je... Non...

        _ Greffier, qu'on emmène l'accusé!

        _ Formidable, maître, vous l'avez eu haut la main!

        _ Oui, je me suis rappelé une recette de poulpes, de mon oncle Bernie! Je ne vous ai jamais parlé de lui?"

        "Je vous en supplie! Laissez-moi! Pitié! Non!"

        "J'ai trouvé la bombe: elle indique 5 heures, 48 minutes et 25 secondes!"

        "Vous savez vous servir de cette arme?"

        "Où est la came? J 'te demande où est la came?"

        "Eh bien, je suppose que l'assassin aura repris ses clés, pour traverser le couloir, en laissant le chat dans la cuisine!

        _ L'ennui, c'est qu'on a retrouvé ses chaussures sous le lit et non au-dessus! Il ne pouvait donc pas voir que madame Crung avait changé ses habitudes!

        _ Hum!"

        "Alors, doc, qu'est-ce qu'on a?

        _ Eh bien, la lame a sectionné net la carotide! La mort a dû être quasi instantanée!

        _ Une idée sur l'arme?

        _ Peut-être une baïonnette... En tout cas, quelque chose de très aiguisé! Mais il y a une surprise! Je vais retourner le corps... Là, en bas du dos, lisez... C'est fait avec la même arme!

        _ W I A, un truc militaire?

        _ Ou bien: "Who I am?" C'est peut-être un message qui vous est directement destiné, car c'est vous le penseur! Mais toutes ces cogitations m'ont donné faim et c'est l'heure de mon sandwich au thon!

        _ Bon appétit, doc!

        _ Revenez quand vous voulez!"

        "Tu viens dans ma maison! Tu m'insultes devant mes invités, ma famille! Mais t'es complètement givré, Ricardo!

        _ Excuse-moi, Tony! Mais j'ai perdu la tête! Le FBI est après moi! Ils fouillent mes dossiers! Ils...

        _ Tu veux me rendre un service, Ricardo?

        _ Tout ce que tu voudras, Tony!

        _ Meurs en silence!

        _ Tonnyyy!"

        "Holà, la banque, vous m'entendez? Il faut que vous montriez votre bonne volonté! Vous libérez un otage et on discute, OK?"

        "Vous avez dû bien rire, quand vous l'avez vu se tordre de douleur! Il s'est traîné jusqu'au canot... Le poison lui enlevait l'usage de ses membres inférieurs... Et là vous l'avez achevé à coups de serpe!

        _ Vingt ans qu' j'attendais ça! J'en avais l'eau à la bouche! J' l'ai bien regardé dans les yeux, avant d' lui crier: "Meurs ordure!"

        "Objection, votre Honneur! L'avocat général est en train de manipuler mon client!

        _ Objection retenue! Maître, veuillez procéder autrement...

        _ Très bien, votre Honneur... Monsieur Brown, pour 25 malheureux dollars, vous avez battu à mort la victime, parce que vous êtes un ignoble rat puant!

        _ Votre Honneur!

        _ Faites évacuer la salle!"

        "Messieurs, je vous présente le TRG 28, entièrement automatique, vingt balles en rafale, avec un chargeur supplémentaire! Avant même que l'autre lève le bras, il est une passoire sanglante! Cerise sur le gâteau: l'arme est d'un alliage léger, qui passe les détecteurs de métaux! La mort de demain est en marche, messieurs! Et il y a une réduction, si vous achetez dès maintenant!"  

        "J' vais t' crever, t'entends! T'es mort! T'es mort!"

        "J' voulais pas le tuer! C'était un accident!"

        "Vous croyez qu'on a affaire à un tueur en série?"

        "Y avait une voix dans ma tête qui disait:"Tue-le! Mais tue-le!"

        "J' te donne trois secondes, après je fais feu! Un, deux, trois..."

        "J' veux pas mourir! Non, pitié!"

        "Pan! Pan!"

        "Y voulait pas s' taire!"

        "Et tu sais ce qu'il m'a dit, juste avant de mourir?"

        "Ah! parce que vous croyez qu'ils vont nous laisser en vie!"

        "Suis-le et tue-le!"

        "Vingt mille maintenant... et vingt mille après le boulot!"

        "Tous! J' les aurais tous!"

        "Ils vont mettre le chauffage en route et... boum!"

        "J'ai été obligé de tirer! C'était lui ou moi!"

        "J' veux la peau d' c' fumier! Peu importe ce qu' ça coût'ra!"

        "C'est la fin du voyage, Ron!"

        "J' veux un avocat!"

        "Mais qui es-tu?"

        "B'soir inspecteur, c'est pas beau à voir!" Etc.

        Voilà ce qu'on peut voir et entendre sur le petit écran, à peu près constamment, et cela abrutit forcément! Cependant, c'est essentiellement l'angoisse qui au quotidien crée la violence et même le sexe! Elle excite la domination, car dès que nous nous sentons mal à l'aise, instinctivement nous cherchons à retrouver le sentiment de notre valeur, de notre importance, de notre supériorité! Ainsi, la peur d'exister s'évanouit, car nous voilà apparemment avec un but, un peu comme l'aiguille d'une boussole se fixe sur le Nord!

         L'angoisse renforce notre domination et cela se traduit par une agressivité physique chez les hommes et sexuelle chez les femmes, car la domination féminine, rappelons-le, est constituée par la séduction! On voit par conséquent des hommes prêts à en découdre, méprisants, qui se frottent parfois en se croisant, dans un air plein d'étincelles, et à côté, des femmes comme des phares, qui captivent incessamment l'attention, qui n'hésitent pas à poser et qui semblent totalement dépourvues de vergogne; même si certaines tremblent de la tête au pied!

        C'est que l'angoisse commande et celui qui a les yeux ouverts peut remarquer ces jours-ci, par exemple, comment les piétons veulent traverser, quand bien même le bonhomme du feu est rouge, ou combien les voitures ont dû mal à ralentir au rond-point, puisqu'elles ne peuvent pas s'engager de suite! S'arrêter, respecter les règles sont en effet autant d'occasions de retrouver son angoisse!  

        Il est inadmissible de se calmer, en piétinant les autres, et ceci est aussi valable pour la domination féminine, car dans ce cas la relation vide l'homme comme un œuf! De plus, les comportements égoïstes créent un cercle vicieux, puisqu'ils effraient et désespèrent! A étendre le désert, on amplifie encore le mirage de la domination!

        Pourtant, l'angoisse n'est pas notre ennemie, même si sa sensation est désagréable! Elle fonctionne sur la société, comme la vague qui se retire sur la plage: elle laisse à nu l'essentiel! Elle permet donc au sage de comprendre les lois qui nous régissent et d'en être rassuré! La paix, la tranquillité, la joie sont ses remèdes! Il s'agit au fond de s'enchanter du monde, car un jour c'est un jour, ce qu'ignorent les "fantômes" de la domination!

        Mûrir, c'est perdre une peau!

  • Dom zéro!

    Dom zero

     

     

     

     

     

                                                                              "Moi, François Perrin, acclamé par la foule!

                                                                                 _ Perrin! Perrin!"

                                                                                                                    Coup de tête

     

        "C'était une drôle d'époque, ça je peux vous le dire! Une triste époque serait sans doute plus exact! D'abord, le ciel pouvait subitement devenir noir et déverser des tonnes d'eau! Il y avait des inondations en n'importe quelle saison! Certains étaient traumatisés et vivaient sur le qui-vive! Puis, soudain, c'était la canicule et une période de sécheresse! Tout le monde sentait que les engrenages là-haut étaient déréglés, mais on ne changeait pas pour autant! Non, on continuait comme avant! On construisait toujours! On était aussi agité! On avait l'air d'avoir la soif de détruire! Et puis toujours notre morgue! De vrais caïds on demeurait! De vrais ânes quoi! Eh oui, une drôle d'époque! Une sale époque en fait!

        La situation s'est corsée d'un coup! Quelque chose d'inattendu est arrivé! On a vu des gens mourir par centaines! La panique s'est installée et notre position est devenue encore plus sombre! Un virus s'est mis à se balader à travers le monde! Il faisait tousser, il empoisonnait et on y passait, s'il n'y avait pas de soins! Les pays serraient les dents, comme des sous-mariniers à l'écoute du destroyer! On n'était pas fier, on sortait plus de chez soi! Le confinement, ils appelaient ça! Certains chefs d'Etat se moquaient du virus, jusqu'à ce qu'il les mette à genoux! Il y avait déjà le préservatif et il y eut le masque! Pour cacher nos sales gueules, car on est haineux... et on n'en fout pas une ramée! Je sais, j' m'énerve! La plupart sont pris par leur travail, ils sont aussi des victimes, aimez-vous les uns les autres, etc.! Vous voyez, j' la connais par cœur la litanie! Mais on n'en fout pas une ramée, tout de même!

        Comment se fait-il qu'on ne respecte pas les autres à la boulangerie? Comment se fait-il qu'on ne réussisse pas un truc aussi simple, aussi élémentaire! Non, vous voulez que je vous dise comment on se comporte au quotidien? Mais on arrive dans le commerce et on doit nous servir tout de suite! Tout le monde doit dégager! On est ruisselant de haine! On terrorise! On est incapable de prendre sur soi, un tant soit peu! On est dégueulasse! De vrais bébés nazis qu'on est! Age mental zéro! Maturité zéro!

        On pourrait voir l'autre! le considérer, le respecter! Il est là, c'est sont tour! Il ne met pas de mauvaise volonté... Non, il faut qu'on l'écrase! qu'on lui pourrisse la vie! Et après ce sont les mêmes qui vont discuter du réchauffement climatique, des dangers de l'escalade nucléaire et qui vont se plaindre de la violence du monde, alors qu'ils sont les premiers à la créer! Des pingouins, sur un bout de glace, sont plus clairvoyants et bien entendu infiniment moins dangereux! De véritables salopards! On est entouré de véritables ordures! C'est pas exagéré, car c'est le b.a.-ba dont je parle! Regarder l'autre, prendre conscience qu'il n'est pas là pour être notre esclave! Grandir, bon Dieu!

        Hop là, madame, une seconde! Bon, vous voyez le type devant! Ouais, il achète son fromage! Il existe, hein? Vous le voyez? Respirez, madame! Détendez-vous! Calmez votre nombril! Vous pensez que vous allez pouvoir attendre tranquillement votre tour, qu'il finisse ses achats? Vous pensez que vous pouvez y arriver? Oui? Vous portez le numéro dix et il y a dix mille euros pour vous, si vous le laissez terminer en paix! Je vous avoue que j'ai misé sur vous! Vous avez une tête qui me donne envie d'espérer! Hein? Je me trompe pas? Vous êtes de la trempe de ceux qui ne déçoivent pas! Si, si, je vois une lueur d'intelligence dans vos yeux! Comment vous appelez-vous? Marguerite! Joli prénom! Eh bien, Marguerite, c'est votre jour de chance! Vous allez vous placer dans les starting-block! Oui, comme ça! Alors, c'est très simple: tant que le monsieur est devant l'étal, vous ne bougez pas! Vous pouvez même regarder ailleurs! Par exemple, vous pouvez noter que le soleil brille! qu'il y a des fleurs ici! que l'air embaume! Vous devenez enfin curieuse du monde qui vous entoure! Hein? Vous pensez parvenir à ça, Marguerite?

         Très bien! Il s'agit juste de rester calme, on est bien d'accord? Une minute pas plus! encore moins à l'école, quand vous étiez petite! Une broutille, Margie! Hi! Hi! J' américanise votre prénom! Normal, pour une future star! Alors, c'est parti, Margie! Attention, top départ! Non, Mar... maringouin, on peut pas rentrer dans le magasin! Fussiez-vous une fouine! D'abord parce qu'il y a le Covid et ensuite, vous vous rappelez, il faut respecter la personne!

        Ouh! Au secours! L'équipe de sécurité, mais foncez bon sang! La bourgeoise est en train d'assassiner le vieux! Le type au fromage, oui! Il est en train de passer à la casserole! La numéro dix lui a sauté d'ssus! Elle est en train de le piétiner! C'est pas beau à voir! Mais qu'est-ce que vous foutez à la sécurité! Vous êtes au dixième café ou quoi! J' vous dis qu'il y a le feu! Bon, j' vais être obligé d'abattre le fauve, pour sauver le type! J' vois d'ici le procès! Ce s'ra moi le monstre! Mais tant pis, c'est un cas de force majeure!

        Oui, oui, on est vraiment en dessous de tout! Comment ça se fait qu'on se demande pas si Dieu existe? Pourquoi on prend pas l'Evangile pour voir? Pourquoi on se secoue pas, qu'on lève pas la tête? On est comme des vaches en train de brouter! On va mourir, bon sang! On est perdu dans l'espace! On crève de soif! On voudrait de l'amour, d' la reconnaissance et on est dur comme la pierre! On trouve sa haine légitime! légitime, vous vous rendez compte! Alors que dans d'autres pays, ils fouillent les décharges pour s' nourrir! On baigne dans notre jus, comme de vieilles chaussettes! On vaut pas tripette! On bouge pas son cul! On mérite juste un coup de fusil en pleine poire! Pouah! Attention! J' dois cracher! Pfffiou! Encore un qu' les Russes n'auront pas! Ah! Ah!

        Mais, enfin, pour en revenir à l'époque dont je vous parlais, un nouveau cauchemar avait fait son apparition! un truc bizarre, terrible même, qu'on n'avait jamais vu..., quoique dans le genre on avait déjà expérimenté..., les camps de concentration par exemple! Mais, ici, la situation était tout de même inédite! On eût dit qu'on marchait à l'envers, sur la tête, comme les Patagoniens! Vous allez m' dire qu'ils n'ont qu' ça à foutre! Ah! Ah! Aïe! J'ai mal à ma jambe! J'ai des varices qui m' coupent la circulation!

        C'pendant, le paysage est progressivement devenu inquiétant! Ouais, m'dame! On voyait des choses qui donnaient froid dans le dos! Y avait comme un parfum d' fin du monde dans l'air, voyez ce que je veux dire! Comme si tout était baigné dans une sorte de brouillard froid, délétère! Au hasard des éclaircies, on tombait sur une tête de cheval, sanglante au bord du champ! une fille violée, en larmes! un cadavre avec un couteau dans le dos! des voitures en flammes! des granges, des porcheries brûlées! On sentait le cochon cuit à des kilomètres! Le Viêt-Nam chez soi, quoi!

        Des calvaires, des cimetières, des monuments aux morts étaient abattus ou souillés! Y avait des goules dans le secteur, semblait-il! On tuait pour un rien! Chaque jour, on avançait dans l'horreur, dans le désespoir, car il n'y avait plus de digues! On pouvait s'attendre à tout! Les criminels étaient devenus inventifs, figurez-vous! Toutes les limites étaient repoussées! Il fallait s'attendre au pire!

        C'était comme si une force étrangère avait décidé de nous détruire, en minant toutes nos bases, en sapant tous nos repères! La société devenait un vrai gruyère et révélait ses abîmes! Evidemment, les autorités juraient qu'on allait prendre les coupables et effectivement, on les prenait! Pensez, avec les moyens dont on dispose aujourd'hui! Ouch! J'ai cette vieille blessure de Corée qui s' réveille! Un cadeau communiste! Cette idéologie, une absurdité dès le départ! Même sous la plume de Karl Marx!

        Mais revenons à nos moutons! On capturait, on jugeait, on condamnait, mais le mal continuait de progresser! C'était une véritable gangrène! Tout le monde gueulait et criait au scandale, pourtant y avait une explication à tout ça! Quoi! On croit qu'on va pouvoir vivre comme ça, sur notre planète, sans Dieu! sans spiritualité! sans développer notre âme! sans chercher un sens supérieur! en laissant la beauté sur le bord de la route, pour la seule raison qu'elle est une invention de l'homme! 

        Mais ce qui nous tient, nom de nom, c'est la domination! c'est notre égoïsme! Et comment alors pourrions-nous vivre en paix, en harmonie? Mais encore faudrait-il s'en rendre compte! Et dire qu'il y a encore des scientifiques qui sont devant la Raison, comme devant l'enfant Jésus! Ils vous disent que la Raison garantit leur liberté... et qu'elle éclaire le monde et qu'elle fera son futur! Et ils ont des têtes de saindoux, quand ils disent ça! Ils sont ruisselants de malice, comme s'ils avaient trouvé un équilibre, rien qu'à eux, supraterrestre! Alors qu'ils ont un balai dans le cul, qui les fait tenir droit et qui s'appelle Domination!

        C'est par leur petite vanité, leur position sociale, leur importance au labo ou dans les revues, qu'ils arrivent à supporter le quotidien! C'est pour ça qu'ils n'y voyaient goutte en ce temps-là Des taupes! Quasiment des parasites! Avec leur message d'apôtres en vacances! Pouah! Attention faut que j' crache! Pffiou! Encore un qu' les Chinois vont r'gretter! Ah! Ah! 

        Ouais, la clé, c'est qu' les dingues s'attaquaient à tout c' qui représentait la normalité, l'ordre! Leur domination était telle que toute chose paisible représentait un obstacle et devait être mise par terre! Ainsi, ils devenaient le centre de tout! C'étaient eux le pouvoir, les décideurs! Ils créaient la peur! La science ne mérite qu'un gros coup de pied au cul! Quoi? On croit qu'on va pouvoir vivre comme ça, avec nos petits salaires, nos bisness, notre laïcité! Mais Dieu n'est pas un maître, ni encore moins un bourreau! Il nous libère de notre égoïsme! Il nous donne la paix! Il nous enchante, sacré nom de nom!

        Il nous enlève le poids de la connerie! Mais il peut pas forcer les crétins qui nous entourent! ce qui fait qu'on souffre et qu'on a mal! Tout le jour, on est harcelé par la haine, le mépris de gens qui n'ont qu' ça pour vivre! On est zéro, moins que zéro! Et on continue de baratiner! Alors que le plus simple, le plus facile, on chie d'ssus! Merde! et remerde! V'là que j' tousse à présent! Peuh! peuh! Après ça, on pourra pas dire que j'ai pas été patient!

        On crève de soif à cause de la haine! Zéro effort, j' vous dis! Rien ne rentre! La moindre politesse, on la connaît pas! Des hyènes, ce sont des hyènes! Et puis, comme si ça suffisait pas y a eu la "dom" psychique! Des individus fonctionnaient comme des piles électriques et voulaient vous commander! Normal, dans un monde sans Dieu! L'égoïsme est le seul moteur! C'est l'essence! Y a pas un scientifique dans l' coin, que j' lui tape dessus! Je veux me faire du bien, j' l'ai mérité! C'est que j' suis plus tout jeune, moi! La grande faucheuse aiguise déjà son couteau et sifflote, quand elle entend mon nom! Elle a un air gourmand, même si je ne veux pas m'accorder une importance exagérée! Allez m' chercher un de ces penseurs à la noix, qui s'exprime dans les journaux! J' lui enlèverai doucement la peau!    

        Vous m' trouvez cruel? Et eux, y sont pas cruels envers l'honnêteté, l'intelligence? Et vous les trouverez dans la rue à haïr! à être pincés, car on les a pas vus! Rien qu' ça! Et ils vont après jacter sur l'alpha et l'oméga! Ces deux-là viennent  d'ailleurs dîner c' soir! Et j'aimerais qu'on soit correct à c't' occasion! Bon, on a eu en plus toute une flopée de branleurs et de poupées toxiques, pour reprendre une expression de Marie Claire! Des petits monstres ont investi le marché du travail! On s'rait cru dans l'univers de Bob Morane, avec les créatures grouillantes de l'Ombre jaune!

        Fallait s'méfier des dingues, mais en plus y avait ces drôles d'ados, à côté, qui semblaient sur le point d'éclater, si on leur donnait pas leur sac de son! Des types épuisants, qui vous enlevaient toute la cervelle, à force d'essayer de vous dominer, de vous supplanter! Des pharaons en culottes courtes! Les filles pareilles, mais avec la séduction! Un truc crevant! Il fallait et faut toujours les regarder à tout prix! admirer leurs beaux cheveux, leur magnifique profil, sinon elles vous agacent comme des mouches! Vous finissez par vous donner des claques, pour les chasser, alors qu'elles ne sont plus là depuis longtemps! Une époque de dingues, j' vous dis! Résumons, le Covid, le réchauffement climatique, une violence incroyable et des jeunes comme des factures impayées!

        Comment on s'en est sorti? J' sais pas! Et à la limite j' m'en fous! J'ai rendez-vous avec la beauté! avec Dieu, c'est mon amour! Loin de tous ces fumiers, tous ces salauds! qui sont même pas foutus d' se corriger un peu! Soit ils dominent, soit ils angoissent, les pauv' choux! La beauté, ça c'est merveilleux! Les grands arbres qui s'agitent dans la lumière, ça c'est bath! C'est fort! Là, on respire! Et puis les animaux, les fleurs, la magie de l'eau! C'est plus intelligent qu'un scientifique! On peut pas survivre, avec le matérialisme! C'est pas possible!

        Le b.a.-ba! Ils y arrivent même pas! Et y jactent quand même! Y s' croient lucides! Autant faire parler les baleines! Des larmes, j' vois des torrents d' larmes! Et la haine, mais comme de la lave! Et des paroles comme la pluie! Faut couper le son! Quelle tristesse! Quelle bêtise! Quelle suffisance! Et encore s'ils prenaient l'Evangile, pour s' le claquer sur la joue! J' demande pas qu'on le lise! Seulement qu'on s'en donne un coup! Au moins on aura fait quelque chose dans sa vie! Allez, bonsoir!"

  • Sarajevo Dom!

    Sarajevo dom

     

     

     

                                                            "Alors, comme ça, madame Molyneux est absente! Le jour de ma visite!

                                                              Elle est chez des amis; des amis que je ne connais pas! Bizarre!

                                                               _ Je vous assure, mon cher cousin, que vous avez dit: "Bizarre"!

                                                               _ Moi, j'ai dit: "Bizarre"? Comme c'est bizarre!"

                                                                                                                                                            Drôle de drame

     

     

        Dan Curtis était caché par un poteau électrique, mais il se dit qu'il serait bien plus en sécurité dans le parking souterrain, qui se trouvait en face! Le problème, c'était qu'il fallait justement traverser la rue, à découvert, en pleine lumière!

        Dan respira, puis s'élança! La première balle fit exploser une vitre de voiture derrière lui! La seconde chassa une poubelle sous ses yeux, mais Dan fonçait! Il était parfaitement lucide et il s'engouffra dans le parking! Une dernière balle fit pleuvoir du ciment sur son épaule, mais il se sentait maintenant à l'abri et il apprécia la nouvelle fraîcheur des lieux.

        Soudain, il se figea, car un homme venait de surgir devant lui! C'était un vieux monsieur, qui regarda à peine Dan et qui se mit à parler: "Toutes les civilisations gardent la mémoire du déluge... En Chine, en Inde, des textes attestent le fait! Ce sont les philosophes des Lumières qui se sont acharnés à le nier!

        _ Mais...

        _ Laissez-le! Il n'est pas dangereux!"

        Dan vit alors apparaître une deuxième personne, une femme. "Il n'a plus toute sa raison, reprit-elle, et on ne peut pas l'arrêter! Par contre vous, vous m'avez l'air en pleine forme et vous pourriez constituer une menace! Je vais donc vous demander ce que vous faites ici!"

        Dan sursauta, car la jeune femme brandissait maintenant un gros calibre! "Je sais m'en servir, si c'est ce que vous voulez savoir! reprit l'inconnue. C'est un 9 mm, qui a appartenu à mon père!

        _ Hum, ça doit faire de jolis trous!

        _ En effet, la balle passe dans le corps comme dans du beurre et elle est presque toujours mortelle!

        _ Mais je ne suis pas un ennemi! Je suis venu me réfugier ici, car on veut ma peau!

        _ Ah! Alors, apparemment, nous sommes dans la même situation!

        _ Ah bon?

        _ Oui! Mais vous saignez du bras! Un peu plus loin, il y a un robinet... Venez!

        _ Ce sont les philosophes des Lumières, qui par leur rage ont répandu l'athéisme!

        _ Tiens, il est reparti! fit Dan en regardant le vieux et il prit le pas de la jeune femme."

        A côté du robinet, il lui demanda: "Comment vous appelez-vous?

        _ Diane!

        _ C'est un joli prénom!

        _ Et quel est le vôtre?

        _ Dan! Mais vous m'avez laissé entendre qu'on en a aussi après vous...

        _ Oui, c'est à la fois absurde et horrible!

        _ Racontez...

        _ Ce week-end, j'ai demandé à deux campeurs, un couple, de quitter le champ où je fais paître mon cheval, car ils l'effrayaient!

        _ D'accord!

        _ Ils ont refusé! Ils étaient agressifs et comme je ne faisais pas le poids, je leur ai dit que j'allais appeler la police!

        _ Vous l'avez fait?

        _ Oui, mais personne n'a répondu... Apparemment, ils sont débordés!

        _ J'ai aussi cette impression...

        _ Les campeurs sont venus jusqu'à ma maison et j'ai tout de suite fermé à clé, mais ils sont entrés quand même, en cassant un carreau! Lui voulait s'amuser avec moi, alors qu'elle, elle a commencé à tout mettre à sac! Elle m'appelait la bourgeoise! Je leur ai proposé à boire et c'est comme ça que j'ai pu prendre le Glock de mon père! Je les ai alors tenus en joue, pour m'enfuir et monter dans ma voiture! Mais ils se sont lancés à ma poursuite et... je ne sais même plus comment je suis arrivée ici! rajouta Diane, qui se mit à pleurer.

        _ Vous avez raison, c'est affreux! fit Dan, qui caressa doucement l'épaule de la jeune femme.

        _ Ils disent que nous ne sommes pas plus intelligents que les dinosaures!

        _ Et vous, quelle est votre histoire? demanda Diane, qui ignora le vieux.   

        _ Oh! J'ai simplement eu le malheur de dire à deux cyclistes que de rouler de front, devant une voiture, était dangereux! Très vite, l'un m'a agoni d'injures! Il m'a traité de porc et de gros porc! Je croyais pourtant l'incident clos, mais, la semaine dernière, j'ai trouvé un rat crevé dans ma boîte à lettres! Je suis sûr que ce sont eux, même si je ne comprends pas comment ils ont eu mon adresse! Et tout à l'heure, je me suis rendu compte que je n'avais plus d'eau! Je suis donc sorti, pour vérifier le compteur, mais il a éclaté quasiment entre mes mains! J'ai compris qu'on me tirait d'ssus et je me suis réfugié derrière un poteau électrique! J'ai aperçu mon tireur sur le toit d'en face, qui n'attendait visiblement qu'une seule chose, que j'essaye de rentrer chez moi! J' l'ai donc surpris en courant vers ce garage et me voilà!

        _ Mais qu'est-ce qui se passe, Dan? Qui sont ces gens qui deviennent fous?

        _ Je vais peut-être vous surprendre, mais j'en ai une petite idée! Il se trouve que je travaille pour une organisation, qui lutte précisément contre ce genre d'individus! Pour faire court, je vous dirais que ce qui nous motive en premier, c'est notre égoïsme, le sentiment de notre valeur, de notre supériorité! C'est un instinct qui nous vient de la domination animale! Mais à notre époque, qui est sans repères, certains ont recours à leur égoïsme, au point qu'il forme une bulle, un monde uniquement régi par eux! C'est ce qui leur permet de garder un équilibre et d'échapper à l'angoisse!

        _ Ils ne croient en rien! Ils ont le cœur dur!

        _ De cette façon, poursuivit Dan sans regarder le vieil homme, si une autorité ou une contrariété viennent fissurer cette "bulle", elles peuvent causer une explosion de violence, car c'est toute la pression du dehors qui entre dans le monde de l'individu, avec tout ce qu'elle contient d'angoisse!

        _ Mais vous ne les voyez tout de même pas comme des victimes? fit Diane.

        _ Bien sûr que non! J'explique, je n'excuse pas! Mais notez que le plus grand nombre n'a pas d'autres comportements! Lui aussi est haineux, dès qu'on menace son égoïsme! Cependant, lui, il respecte la loi!

        _ Mais votre organisation pourrait nous aider, vous ne pensez pas?

        _ Evidemment et j'aurais déjà téléphoné à mes collègues, si je n'avais pas laissé mon portable chez moi!

        _ Mais le mien aussi est resté chez moi! Je ne pensais qu'à m'enfuir!

        _ En ce cas, il ne nous reste plus qu'à prendre votre voiture, pour rejoindre mes amis!

        _ Ceux qui brillent tombent bientôt dans la nuit!

        _ Et lui? fit Diane en désignant le monsieur. On ne peut pas l'abandonner là! Il faut le conduire dans un établissement spécialisé!

        _ Très bien, nous embarquons donc tous les trois!"

        La voiture se présenta bientôt à la sortie... "Ecoutez, dit Dan tourné vers Diane, je ne pense pas qu'on cherche à nous canarder, car mon nom n'est tout de même pas inscrit sur la carrosserie! Alors, on y va?"

        Diane acquiesça et la voiture s'engagea dans la rue. "Vous voyez!" fit Dan, mais soudain les trois passagers furent projetés vers l'avant: un véhicule venait de les percuter violemment par l'arrière!

        "Ce sont les campeurs! hurla Diane en se retournant. Ils m'attendaient!" Dan jura, accéléra et vit dans le rétroviseur deux visages hilares! Puis, soudain, le chauffeur s'écroula sur son volant! Le véhicule monta alors sur le trottoir et traversa la vitrine d'un magasin, ce qui déclencha son alarme!

        "Apparemment, mon tireur s'est affolé! expliqua Dan.

        _ C'est leur manque de foi qui les perd!

        _ Dites, demanda Dan à Diane, vous êtes sûre qu'il n'a plus toute sa tête?"

        Au siège de l'OED, l'ambiance était tout autre... On fêtait une victoire, même si elle était amère! "Mes amis, dit Fédor Andropov, à la petite assemblée qu'il avait devant lui, tout ce que nous avons prédit est en train d'arriver! Nous savions que la domination excessive allait conduire à la pire des violences et aujourd'hui, on tue, on blesse, on frappe ou on injurie à la moindre observation! On explose, on sort de ses gonds, on ruisselle de haine, pour la moindre peccadille!

        Certes, nous rêvons tous d'un autre monde, mais nous avons eu raison! Et apparemment, nous sommes les seuls à comprendre ce qui se passe! Ainsi, nous devons êtes fiers, car notre savoir, notre lucidité et notre combat sont aussi les fruits de nos choix et de notre courage! Je vous propose donc de lever nos verres, pour dire: "Gloire aux antidoms!"

        _ Gloire aux antidoms!

        _ Reste à savoir, rajouta Jack Cariou, comment déferlera l'immense vague de domination psychique de la jeunesse! Elle ne vas pas tarder à atteindre tous les niveaux..."

        Ce fut à ce moment qu'entrèrent Dan Curtis et ses nouveaux amis! "Tiens Dan! fit Sarah Taylor. On se demandait justement ou t'étais passé?

        _ On a été attaqué par des DTN, figurez-vous! Sarah, je te présente une nouvelle recrue, Diane!

        _ Mais... fit l'intéressée.

        _ Bienvenue chez nous Diane! enchaîna Sarah, qui prit la jeune femme, pour la présenter aux autres.

        _ Et ce monsieur? dit Dieter Stein. Il me semble qu'un siège lui ferait le plus grand bien!"

        On fit asseoir le vieux monsieur et Jack demanda à Dan: "Qui c'est?" Le jeune homme ne put que hausser les épaules... "La paix est le bien le plus précieux!" déclara soudain le vieil homme et tout le monde se tourna vers lui!

  • Te Deom!

    Te deom

     

     

     

     

                                                               "Et si on allait voir le type qui a le cœur qui saigne!"

                                                                                                        Peur sur la ville

     

        "Bienvenue chers auditeurs de France à terre, pour cette soirée exceptionnelle aux arènes de Nippes! La nuit est douce et le public nombreux, même si les distances réglementaires sont respectées! Au programme le fameux Te Deom de Caramempier, remis à l'honneur par le patient travail de l'OED et grâce à l'aide financière de la région Narquoise!

        On connaît l'œuvre, mais il est quand même bon de rappeler que le chœur est constitué de dix femmes, toutes des voix de dessus et qu'on trouve dans l'orchestre une viole, un violone, un serpent, un clavecin et des timbales, à côté des violons, des flûtes, des hautbois et autres trompettes! Car c'est toute la richesse de la Renaissance, tout un faste digne de Versailles que nous allons retrouver ce soir!

        Alors le Te Deom est bien entendu un chant de louanges, d'adoration, mais il est dédié au Dom, dont nous découvrons peu à peu le personnage! Celui-ci est joué par le ténor Adrian Corban, qui, à cause d'une foulure, n'a pu se rendre à Milan; ce qui a fait l'affaire de Nippes, car le spectacle milanais chevauchait presque celui-ci! Nul doute que Corban, qui est guéri, aura de cette façon un brio incomparable, après ce repos forcé! 

        Pour lui donner la réplique, la soprano Maria Scheim, qu'on ne présente plus, tant elle est prisée par les connaisseurs! Disons simplement que Maria, qui était l'épouse du tempétueux chorégraphe Barinsky, eh bien , elle a vu son mariage battre un peu de l'aile... Il y a eu des choses pas très propres, qui ont beaucoup blessé Maria, ce qui fait que sa carrière s'en est trouvée ralentie! Allez, maintenant ça va mieux! Maria est revenue au premier plan et va encore nous régaler!

        Que dire d'autre chers auditeurs, si ce n'est que le silence s'installe à présent et que la fête commence! Je dois l'avouer, j'en ai des frissons! Jamais peut-être les arènes de Nippes n'ont été aussi belles! On entend déjà le magnifique roulement de timbales, qui prélude cette œuvre merveilleuse et qui est d'une brûlante actualité, comme vous allez le comprendre! Mais chut! La beauté commande, la majesté s'exprime... et le matérialisme obéit! Le Ciel est femme! (Qui a crié lèche-cul? Qui?)"

        Les timbales résonnent joyeusement et sur la scène, des filles et des garçons jouent naturellement à la balle... Puis, les trompettes explosent, pour annoncer la splendeur et les adolescents se retirent devant un carrosse doré, qui avance mécaniquement! Des feux de Bengale s'allument sur les côtés, tandis que le chœur apparaît dans l'ombre... Le Dom sort alors du carrosse, avec un habit étincelant et un chapeau à plumes! Il offre le bras à sa femme, qui descend à son tour, dans une robe somptueuse, tandis qu'un diadème scintille à son front! L'orchestre diminue en intensité et c'est la voix du ténor qui s'élève!

        "Je ne sais rien! Je ne vois rien!   

     Ni la petitesse de la Terre, ni ma mort! 

     Alors comment je tiens? 

     Mais grâce à mon nombril, c'est lui mon confort!    

     C'est lui mon chien! 

     C'est lui mon effort!

     Je suis le Dom!  

     Et partout je domine! Je dome!   

     Je bombe le torse et mon paquet!     

     Je suis ta chaîne! 

     Car c'est moi le meilleur, OK? 

     Sinon tu subiras ma haine!       

         La soprano: "Je suis la Dom! 

     Et je veux que les hommes soient fous

     Des courbes de mon corps!

     Je veux mille rendez-vous 

     Et qu'on me crie encore et encore!

     C'est moi la Dom!  

     Et tout le jour je dome!   

     Car je ne sais rien! Je ne vois rien! 

    Ni la petitesse de la Terre, ni ma mort! 

     Alors comment je tiens?

     Mais grâce à mon nombril, c'est lui mon confort!

     C'est lui mon chien!  

     C'est lui mon effort!

        Le chœur, accompagné des violons: " Nous te saluons le Dom! Nous te louons la Dom! Vous êtes le doux parfum des séraphins! Gloire à vous Doms! Gloire à votre puissance éternelle! Que votre royaume vienne enfin! Que votre égoïsme se répande sur la Terre! Que votre justice soit faite!

        Nous te saluons le Dom! Nous te louons la Dom! Les anges vous entourent et les lumières du paradis scintillent derrière vous! Votre égoïsme foudroiera le fourbe, chassera le méchant, consolera l'opprimé! Il est le rédempteur, la clarté! Que les trompettes du Ciel résonnent, les Doms vont nous sauver! 

        Aie pitié le Dom! Pardonne la Dom! Regardez votre peuple perdu dans la nuit des souffrances! Aie pitié le Dom! Pardonne la Dom! Regardez l'homme dans la nuit du péché! Scintille ô tabernacle de l'égoïsme!

        La musique continue, sans le chœur, mais pendant ce temps-là les Doms se sont changés et c'est le ténor qui revient en premier, la tête sous une capuche! La musique se transforme elle aussi et devient beaucoup plus cadencée, plus dure, martiale!                                                                       

        Le Dom: "Je suis le Dom voyou! Je n'aime que l'ombre, la fermeture! 

    Je n'ai que moi! Je me défends et j' combats! 

    La haine, le désordre, c'est ma pointure!

    Je mets l'harmonie, la paix, la bonne volonté à bas!

    Car ce n'est pas moi! Car ce n'est pas moi! 

    J' crève un youyou! J' tonds un golf! J'attaque la police!  

    Je brûle, je vole, j' rançonne sans émoi!  

    J' suis mon propre délice! 

    J' tue même! Car ce n'est pas moi! Car ce n'est pas moi! 

    J' suis le cœur! le centre du monde! 

    J' suis le Dom voyou! 

    La machine immonde! 

    Qui est You?

    A jamais je mords!

    Car ce n'est pas moi! Car ce n'est pas moi! 

    C'est la mort!

    Et l'effroi! 

    Voilà mon tag!

    Voilà mon bag! 

    J' vis en autarcie!  

    Voilà ma scie!

        La musique est à nouveau plus douce, mais elle inquiétante, menaçante!

        La Dom: "Je suis la Dom bourgeoise!

    Je suis connue, le commerçant me salue! 

    Mais au fond je suis sournoise! 

    Et la haine est ma glu!   

    Partout je presse, je terrorise même!

    Je veux qu'à mes désirs on s'emploie!                                                                                                               Je veux voir qu'on m'aime! 

    Chacun est sous ma loi!                                                                                                                    L'affranchi me hérisse!

    Je veux qu'il soit détruit!                                                                                                              C'est moi l'actrice!  

    C'est pour moi les fruits!                                                                                                                               Mon maître est mon orgueil!

    Pour lui je répands le sang!                                                                                                                           Je multiplie les cercueils!

    A la pitié jamais je ne consens!                                                                                                                                Je suis la Dom bourgeoise!

    Le commerçant me salue!                                                                                                                         Mais au fond je suis sournoise!  

     Et la haine est ma glu!

        Le chœur: "Nous te louons le Dom! Nous t' honorons la Dom! Vous êtes la lumière des cieux! Vous êtes le chant éternel! le soleil radieux! Que votre égoïsme tout puissant vienne, avec tous ses anges! Gloire aux Doms! Gloire aux sauveurs! 

         Nous te louons le Dom! Nous t' honorons la Dom! Votre éclat est sans pareil! Vous êtes la justice, l'infini, l'espoir! Que les hommes se prosternent, car vous êtes la vérité! L'eau de vie coule par vos lèvres! Vous êtes la douceur, la consolation!

          Aie pitié le Dom! Pardonne la Dom! Voyez nos erreurs, nos péchés! Redresse-nous le Dom! Aime-nous la Dom! Tous, nous vous adorons! Les anges vous couvrent de fleurs! Vous illuminez nos jours! Sans vous que ferions-nous?

        Trois personnages rentrent en scène, vêtus de collants scintillants: "Qui êtes-vous? demande le Dom.

        _ Nous sommes la beauté, la patience et la bonté! (Ils donnent leur nom chacun à leur tour!) Nous sommes les trois mains, les trois oiseaux, les trois flammes! (De nouveau ils parlent à la suite et ils dansent!) C'est nous qui donnons la paix, la joie, la liberté! C'est nous le secret, la lumière, le chemin! C'est nous qui aimons, respectons et consolons! C'est nous qui rendons fort, doux et humain!

        _ Ouais! fait le Dom! Vous m'avez plutôt l'air de guignols!

        _ Ils m'ennuient, rajoute la Dom! Ils me donnent même envie de vomir! Oh! là! là!

        _ Elle a raison la bourgeoise! Allez, caltez de là, avant que je vous étripe! (Il menace les personnages, qui rentrent dans l'ombre!) Ouais, c'est beaucoup mieux comme ça! Je suis le Dom!

        _ Je suis la Dom!

        _ Je ne sais rien!

        _ Je ne vois rien!

        _ Ni la petitesse de la Terre!

        _ Ni ma mort!

        _ Alors comment je tiens?

        _ Mais grâce à mon nombril!

        _ C'est lui mon confort!

        _ C'est lui mon chien!

        _ (Ensemble!) C'est lui.... mon efff... fffort!"

        "Voilà! Le public est debout! C'est une formidable standing ovation pour les deux interprètes! Elle est méritée, car le spectacle a été extraordinaire, chers auditeurs de France à terre! Je suis abasourdi, vaincu, bluffé! Et il n'y a pas que moi! Ecoutez-moi ces hourras! C'est maintenant une ola à couper le souffle! On jette des fleurs sur la scène! Maria les ramasse, car elles sont pour elle, la sublime!

        Oui, Maria, je t'aime! Qui a crié pauvre fou? Qui?"

  • Le Dom sourd!

    Le dom sourd

     

     

     

     

                                                                                          "Le plus con, c'est Ray! Le plus dangereux, c'est Ray!"

                                                                                                                                                  Flic ou voyou

     

        Le duc de Valmonceau et le général Piquois, montés sur un tertre, observaient le champ de bataille à la longue-vue! Partout, des incidents éclataient, des échauffourées ou des incendies, et une impression de chaos se dégageait, sans un affrontement vraiment sérieux pourtant!

        "Mon général, le temps est sec, le soleil brille! déclara le duc. On pourrait respirer à pleins poumons les doux parfums de la terre, ou bien s'aimer à l'ombre de quelque vallon, mais les hommes, visiblement, préfèrent la bagarre, les empoignades, les querelles! On adore la haine, écraser l'autre et même voir son sang!

        _ Allons, allons, mon cher duc, je ne vois que gifles, coups de bâtons et injures... et des flammes aussi il est vrai! Cela peut être pénible, bien entendu, mais les cadavres ne jonchent pas le sol!

        _ Certes, la guerre n'est toujours pas officiellement déclarée, mais il y a tout de même des morts et des animaux rôtis! Remarquez, c'est bigarré! Si j'étais cynique, je dirais que c'est inventif! Tenez, regardez ce qui se passe au niveau du petit bois!"

        Les deux hommes tendirent à nouveau leur longue-vue... "En effet, comme c'est curieux, reprit Piquois. Il semble qu'il y ait deux camps...

        _ Les masques et les antimasques! confirma le duc. Ils vont s'affronter pour voir qui a raison: faut-il porter le masque ou non?

        _ Oh! Mais les coups pleuvent! On arrache les masques et on tire les cheveux! Ah! Ah! Il y en a un dont on a baissé le pantalon et quel affreux caleçon! Quelle honte!

        _ Savez-vous, général, que les antimasques trouvent le port du masque liberticide! Ils sont là pour défendre leur indépendance!

        _ Non? Mais le Covid est toujours là!

        _ Oui et la liberté n'est-elle pas intérieure? Mais plus haut il y a une autre scène étrange...

        _ En effet, trois jeunes filles qui se disputent... Ces demoiselles oublient la délicatesse attachée à leur sexe! Eh! Mais l'une donne un coup de couteau! Ah! Diable!

        _ La blessure n'a pas l'air grave, comme le motif sans doute! C'est une époque de fous!

        _ Je vous approuve totalement... Regardez sur la droite, près de la grange... N'est-ce pas incroyable?

        _ Des buveurs, des gens qui font la noce!

        _ Le Covid doit se plaire dans leur sueur!

        _ Encore un nouveau défi peut-être! Ce paysage me fait penser à une peinture de Bosch! Qu'il y a-t-il Mérignac?

        _ La troupe des internautes arrive! répondit l'aide de camp Mérignac, qui s'était approché.

        _ Du renfort? demanda le général.

        _ Si on veut, dit le duc. Mais écoutons les chanter! Leur hymne est connu du monde entier!"

        "Nous sommes les internautes, nautes!

        Au Web nous mettons des notes, notes!

        Savants hautains et haineux, neux!

        Nous créons des sacs de nœuds, nœuds!

        Et pour un beau commentaire, taire!

         Nous ferions le tour de la Terre! Terre!

        ___

        Dès que nous voyons un sein,

        Nous voilà un fol essaim!

        Car un rien dans le désert

        A du cotillon les airs!

        Nous rageons, nous frémissons!

        C'est la Toile à l'unisson! (Refrain: Nous sommes les internautes...)

        ___

        Nous voulons de la culture!

        Nous apprendrons la lecture!

        C'est promis! Et le bourreau

        Dans nos cœurs sera de trop!

        Mais le clavier électrise!

        Nous le sentons, c'est la crise! (Refrain, etc.)"

        "Les braves gens! s'écria Mérignac. Qu'est-ce qu'on en fait?

        _ Mais dans la mêlée, Mérignac, dans la mêlée! Depuis le temps qu'on veut voir de quel bois sont ces "braves gens"! Enfin, ils vont servir à quelque chose! Dans la mêlée et en rythme bien entendu: "Nous sommes les internautes, nautes!" De l'action, de la réalité, de la joie!

        _ Bien Monsieur le duc!

        _ Dites donc, général, tout cet enthousiasme ne vous aurait-il pas donné faim?

        _ Vous me prenez par mon faible!

        _ A la bonne heure! Venez, la table est déjà mise!"

        La nappe blanche, soulevée aux coins par le vent, se détachait du vert de la colline et les deux hommes s'installèrent... "On n'est pas bien là? s'enquit le duc.

        _ Le paradis! répondit le général.

        _ Un peu de vin?

        _ Volontiers! Tiens, voilà Saint-Elme!

        _ Des ennuis en perspective! Mon bon Saint-Elme, comment allez-vous?

        _ Ah! Monsieur le duc, je suis bien aise de vous trouver enfin! répondit celui qui était secrétaire d'Etat! Car la cour est dans le plus grand émoi!

        _ Mais que se passe-t-il?

        _ Mais tout ceci! fit Saint-Elme en étendant le bras, pour décrire les alentours. Partout, on laisse aller sa colère, sa violence, ses pulsions! Ce sont des foyers de barbarie en veux-tu en voilà! Le ministre Noiseul en perd ses cheveux, la princesse son chien et le roi son appétit! Tandis que vous, vous pique-niquez! Malgré tout le respect que je vous dois, Monsieur le Duc, vous n'êtes pas à la hauteur de la situation!

        _ Bien au contraire Saint-Elme! Mais venez d'abord vous asseoir... et prenez une cuisse de poulet, pour vous détendre... Il est légèrement parfumé au thym! A court terme, monsieur le secrétaire d'Etat, vous ne pourrez rien faire de plus que la police, contre la violence!

        _ Certes, monsieur le Duc! Hum! Vous avez raison, ce poulet est délicieux!

        _ Et ce vin clairet, Saint-Elme! dit le général. Vous allez m'en donner des nouvelles!

        _ Très bien! reprit le duc. Par contre, nous pouvons nous demander que faire sur le long terme, en vue d'un changement profond et donc efficace! Car, bien entendu, la répression ne suffit pas!

        _ Bien entendu!

        _ Considérons notre situation, voulez-vous? Nous sommes sur une petite boule, qui tourne plus vite qu'une toupie autour de son soleil! Et nos vies se terminent a priori par la mort! Il y a bien là de quoi nous perturber! Nous pouvons même nous sentir comme des prisonniers sur la Terre et en éprouver de l'angoisse, de l'étouffement! C'est que notre conscience, au fond, ne supporte aucune limite!

        _ Vous me donnez le vertige, Monsieur le duc!

        _ Et je peux encore l'amplifier! Le soleil va devenir une naine rouge et normalement, tout ce qui aura existé sur notre planète sera oublié dans la nuit du cosmos! L'abîme est insondable, comme vous le voyez...

        _ Ah! Ah!

        _ Pour calmer son angoisse et donc donner un sens à sa vie, l'homme n'a que deux chemins possibles: la spiritualité ou la domination!

        _ La domination?

        _ C'est l'égoïsme, le triomphe de soi! C'est s'imposer aux autres, avoir le sentiment de sa supériorité! Cela nous vient de l'animal, qui doit être le plus fort, pour assurer sa survie! Mais l'être humain qui domine sent sa valeur et l'angoisse n'a plus de prises sur lui! Il trouve même parfaitement normal le quotidien de nos sociétés! Il vit en fait comme un animal, qui n'a effectivement que faire de l'étrangeté de notre situation!

        _ Je vous avoue que je suis assez comme ça...

        _ L'ennui, c'est que dès que la domination est contrainte, menacée, la peur revient et tout de suite elle provoque de la haine et de la violence; ce qui crée le paysage qui vous donne tant de soucis!

        _ Autrement dit, la domination ne guérit pas l'angoisse!

        _ Exactement! La spiritualité, elle, offre une champ infini, une pensée sans limites, un espoir sans bornes! Il n'est plus besoin de dominer les autres, car c'est la compréhension des choses qui fait notre importance, et notamment la beauté, la patience, la bonté deviennent les parties d'un tout!

        _ Mais, si vous savez tout cela, pourquoi n'allez-vous pas en parler au roi, au gouvernement, à tous les hommes de ce pays, afin que s'arrêtent toutes ces horreurs!

        _ Mon cher Saint-Elme, je vous l'ai dit: le dominant ne veut pas cesser de dominer...

        _ Sinon sa peur revient et sa haine et sa violence éclatent!

        _ Ah! Ah! Oui, mon général, c'est bien la leçon! Apparemment, nous allons avoir un superbe coucher de soleil... Que diriez-vous de le contempler avec une glace?"

        Le vent souleva la nappe et parut courir comme un gamin vers l'horizon!

  • Le Dom aux tiques!

    Le dom aux tiques

     

     

     

     

                                                                                                 "The girls?

                                                                                                   _ Les girls, c'est moi!"     

                                                                                                                La Scoumoune

     

     

        Carnet de Jack Cariou, à bord de la goélette Septentrion, latitude 40° Nord, longitude 23° Ouest: "Voilà déjà une semaine que nous avons appareillé! Il a fallu s'amariner, évoluer sur le pont avec souplesse, apprendre ce qu'est une écoute, une drisse; ce que veut dire border ou lofer! C'est surtout un nouveau rythme! Le roulis, la lutte du navire contre la mer nous ramènent à l'essentiel, à notre propre travail intérieur! Les grincements de la coque sont aussi les nôtres!

        Hier, les flots avaient des plaques d'émeraude, qui brillaient sous le ciel noir! Des oiseaux d'un blanc étincelant traversaient nerveusement ce décor! La majesté de cette beauté me coupait le souffle, au point que j'en remerciais le Ciel et me demandais comment on pouvait être athée!

        Mais comme il est difficile de croire! D'abord, sans doute, parce que ceux qui se disent croyants rebutent! La foi semble appartenir à un certain nombre de religions, qui ont établi des règles, que l'on doit normalement suivre, si on veut être aimé de Dieu! On comprend qu'il faille diriger les hommes, mais le risque c'est que le respect de la règle soit synonyme de foi, ce qui n'empêche pas l'individu d'être mauvais, du moment qu'il est discipliné!

        En fait, les religions sont devenues des pouvoirs et c'était inévitable, car leur but était et est toujours de faire connaître et même d'imposer ce qu'on croit être la vérité, puisqu'il s'agit encore de sauver les opposants malgré eux! Mais c'est le principe de toute idéologie et notamment du communisme de triste mémoire! Ici, on devrait se méfier totalement de la domination, qui  pousse à vouloir avoir raison, à faire triompher coûte que coûte ses idées, puisque c'est ce résultat qui apaise et qui garantit l'équilibre! Car même Hitler était persuadé de faire le bien! Avant de se suicider, il ne comprenait pas son échec!

        La foi doit être vivante, pour que Dieu le soit aussi! La règle est comme une armature, un toit qui fige et protège la foi! Elle empêche le développement du monde, qui évolue sans cesse, à la recherche de sa propre liberté, de son accomplissement! Il est impossible que la règle ne se montre pas hostile aux changements, qui la menacent! La réaction du croyant est souvent haineuse, car son monde s'écroule, s'il laisse entrer le "vent du dehors"! Mais alors Dieu est pauvre, petit, dépassé et sans amour! C'est un apothicaire qui enrage, parce qu'on a mélangé ses boîtes d'herbe! Comment ne pas avoir honte de lui?

        Puisque chacun veut devenir lui-même et que les religions sont des autorités, les hommes s'en sont affranchis dans nos sociétés modernes, grâce à la raison! Cette séparation s'est naturellement formée durant le Moyen Age et depuis apparemment foi et raison s'opposent radicalement! Cela n'est pas tout à fait juste, car, comme nous l'expliquons déjà depuis un certain temps, il est possible de comprendre que la domination nous mène dans une impasse et qu'on puisse aller vers la foi par la logique! A condition bien entendu de reconnaître sa propre domination, ce qui pour la plupart ressemble à un saut à la perche de six mètres!

        Mais le fossé entre la foi et la raison n'a jamais cessé de se creuser, d'autant que la science peut compter dans ses rangs un certain nombre de martyrs, victimes de l'intolérance religieuse! Aujourd'hui, le divorce est absolu et une science purement matérialiste a vu le jour! Tout ce qui n'est pas estampillé par le cachet de la raison ne passe par la frontière, malgré les pleurs et les envies de faire pipi! C'est un véritable communisme scientifique! L'imagination, le rêve, l'art, la beauté sont tout de suite arrêtés comme suspects et emmenés en salle d'interrogatoire, où le camarade Raison leur dit Niet et encore Niet!

        N'entre pas dans la réalité qui veut! Il faut montrer qu'on est logique, qu'on sait que un plus un font deux! Sinon le Soviet scientifique s'agite, a des palpitations! Freud peut être considéré comme le nouveau Lénine de cette vision, puisque toute création artistique, toute spiritualité ne seraient que le substitut d'une pulsion sexuelle refoulée! Seul le scientifique, gouverné par la raison, aurait les pieds sur terre et ferait l'amour convenablement!

        Les psychanalystes ont leur propre Politburo! Mais le résultat est catastrophique, nullement libérateur, tout au contraire! Voir le monde seulement par la raison nous ampute d'une partie de nous-mêmes et nous rend étrangers dans l'Univers! La matérialisme refoule toute harmonie! Il refuse l'enfant qui est en lui! Il devient incapable de s'enchanter de la beauté! Il se prive de l'espoir et de la sécurité qu'elle donne! Il se ferme à son secours, à son mystère, à sa gratuité!

        Au nom de quoi? De la lucidité? Mais le monde n'a jamais été aussi sombre, aussi désespéré, aussi perdu! Mais le Soviet scientifique ne veut pas s'en rendre compte, pas plus que les bolcheviks entendaient les plaintes du peuple! La théorie avant tout! La logique tracera son sillon, quitte à écraser les pauvres et les faibles! La science matérialiste est en grande partie responsable du chaos actuel: elle a asséché l'homme, la fait lourd, incroyablement inquiet!

        Ce n'était pas une fatalité! Ce n'est pas la dure vérité qui avance et qu'on doit saluer! C'est un parti pris! une peur d'être dupe! Certes, la méthodologie scientifique doit être stricte et ne pas s'embarrasser de préjugés, mais même les animaux, si on les regarde bien, peuvent se réjouir d'exister, être fiers de leurs talents, de leur agilité, de leur force! Ils montrent à leur manière combien ils sont heureux de vivre, ce qui veut dire qu'ils sont en harmonie avec leur environnement!

        Ne soyons pas plus pauvres qu'eux, alors que nous avons un cerveau capable de nous faire ressentir leurs émotions au centuple! Mais il existe une sorte de rage rationaliste! une haine sectaire à l'égard de toute influence et qui n'est pas sans rappeler l'exclusion religieuse! Nul doute qu'au sein du Komintern scientifique il y ait des luttes pour le pouvoir, des ambitions frustrés, des rêves fumeux! Certains imaginent une science de demain maître du cerveau et donc créatrice du bonheur, alors que celui-ci est justement de se plaire avec ce qui est!

        Mais le Covid et bien d'autres affaires révèlent la petitesse de la science, sa folie aussi! Sa domination l'a entraînée dans l'excès, ce qui fait que les hommes aujourd'hui se regardent en chiens de faïence, comme s'ils habitaient des compartiments étanches! La méfiance règne et l'incompréhension également! Or, notamment, toujours le vrai artiste essaie de comprendre ce qu'il fait! Toujours le vrai poète est encore un philosophe, car comment peut-on se consacrer à la beauté, sans réfléchir à la souffrance?

        Les scientifiques prennent les artistes pour des idiots! Le camarade Raison est hautain, méprisant, tandis qu'il fait des yeux doux, en cachette, à l'intuition! Bien des choses lui échappent, mais baste, puisque nous parlons de la beauté, il est naturel d'en venir à la musique!

        Celle-ci trouve certainement son origine dans le règne animal! Bon nombre d'animaux clament leur domination au moyen de cris, de rugissements, de chants ou de bruits! Les tams-tams peuvent rappeler les coups que le gorille se donne sur le thorax et comme eux, ils ont dû d'abord marquer la supériorité, la victoire!

        La musique joue sur notre énergie intérieure, comme le vent soulève ou apaise la mer! Elle peut autant déchaîner la tempête que provoquer la caresse! Elle est le chef d'orchestre de notre domination, le médecin de notre "âme"! Un morceau de Rock peut nous redonner le sentiment que tout est possible, que notre puissance est illimitée! Le Rap est un chant de combat, qui aide l'opprimé à garder sa dignité et à résister! La musique de Bach nous transporte aux confins de l'Univers, où tout ne semble que scintillements!    

        On comprend que certains se réunissent pour un concert, car l'énergie individuelle y est multipliée, s'y embrase! C'est une communion enivrante, un rêve restauré, un espoir retrouvé! Mais, si la musique est autant liée à la domination, elle en a forcément les dangers et le pouvoir destructeur! Le tapage nocturne est une forme bénigne de ce dernier... On se grise, on retrouve sa force et c'est tellement bon qu'on en oublie totalement le monde autour et sa différence!

        Quand la police intervient, il est très difficile de se calmer, d'autant que l'alcool a ajouté son effet euphorisant et galvanisant! Aujourd'hui tout de même, au lieu de se raisonner devants les forces de l'ordre, certains en viennent aux mains avec elles, perdant toute mesure au nom de leur plaisir, car ce n'est pas leur "gamelle" qu'on enlève! Mais, là encore, la domination est devenue si importante, si nécessaire qu'on en est comme "assoiffé", qu'elle a la force d'une drogue, avec l'agressivité et la colère qui vont avec son sevrage!

        Mais de même les individus, qui mettent leur musique à plein volume dans leur voiture, réussissent cet incroyable exploit de la rendre haïssable alentour! Car c'est leur domination, leur égoïsme qui s'exprime à travers leur musique, ce qui fait qu'elle écrase, qu'elle terrorise! On ne s'impose pas dans la vie dans les autres sans les gêner, ni provoquer leur colère! 

        Mais, de nouveau, lorsqu'on demande de baisser la musique, la réaction est hostile, agressive! C'est qu'au fond le gêneur ne supporte la vie que s'il en est le maître, que s'il la domine! Sa musique joue le rôle d'une bulle, dans laquelle il se tient et qu'il déplace avec lui! Il ne rencontre pas vraiment le monde des autres, ni donc ne les respecte, ce qui génère de la tension, jusqu'au conflit plus ou moins radical!

        Cette attitude révèle une peur profonde, mais le remède choisi, qui est celui de l'égoïsme, n'est en rien excusable et quand la domination règne, elle crée mille incivilités qui, comme les petits ruisseaux, s'ajoutent pour former un torrent, qui finit par exploser contre quelque obstacle! Cependant, là où s'étend à l'infini la domination, c'est sur les réseaux sociaux, avec un curieux personnage, le Dom Rémora!  

        La Toile a priori est une avancée, puisqu'elle permet à chacun de mettre en avant sa personnalité! Elle évoque un immense champ d'individus, qui discutent comme semblent le faire des épis, quand ils ondulent au vent! Tout cela est bruissant et donne à l'humanité l'aspect d'une grande famille! (De quoi combler un psychologue qui croit à l'extraversion!)

        On a le choix: Facebook, Twitter, Instagram... et en construisant son profil, on se sent de plus en plus important, de sorte qu'on a l'impression de quitter l'ombre pour la lumière! On va enfin faire partie de cette sphère indéfinissable, qui représente la normalité, la mode, l'équilibre, celle des gens heureux et actifs!

        Mais l'anonymat nous a "pris en filature" et on ne parvient pas à le semer! On a beau se trémousser sur la piste de danse, il est là au bar et ne nous quitte pas des yeux! On reste seul et notre affiche, avec notre visage souriant, finit par vieillir au bord de l'autoroute!

        C'est qu'au fond il faut être déjà célèbre ailleurs, pour l'être sur la Toile; même si quelques "influenceurs" y percent! Mais c'est là qu'apparaît le Dom Rémora! Comme le poisson du même nom et qui s'accrochent aux requins, il va suivre le profil d'une célébrité, pour se nourrir d'une importance qui n'est pas la sienne! Il devient ce qu'on appelle un Follower, mais à une condition toutefois: il trouve tout naturel d'être le juge du comportement de la star! Ainsi, sa domination est satisfaite, car d'un mouvement de queue, si on peut dire, il se place au même niveau que la tête du gros poisson!

        Tant que la critique est positive, la cohabitation se passe bien... La célébrité estime méritées les louanges qu'on lui adresse, mais soudain il y a une attaque, qui peut être très virulente, et c'est le drame! La célébrité, qui naïvement se découvrait, se voit contrainte de se défendre et de rendre haine pour haine! Les masques tombent, la petitesse apparaît à travers les injures! La célébrité maintenant est sur ses gardes et elle fustige certaines gens...   

         Mais ce sont les mêmes qui l'admiraient hier! L'incompréhension, le trouble descendent du camion et le monde devient bien plus sombre et hostile! En fait, il est ainsi bien plus proche de la réalité, car est-il normal d'en aimer un autre plus que soi-même? La domination est toujours à l'œuvre et nous venons de voir son "contrat", quant aux réseaux sociaux!

        Ce soir, les nuages filent à toute allure vers l'horizon, comme s'ils y avaient rendez-vous! Le commandant dit qu'un coup de tabac se prépare! Chacun s'équipe en conséquence et tient à être prêt! C'est une vigilance sereine qui commence... et pourquoi au juste devrions-nous avoir peur? Tout cela est si grand!"

  • Le Dom hilarant!

    Le dom hilarant

     

     

     

         "Comment faire rire Poutine aux éclats?  Dites-lui qu'il est votre employé et que demain il vire!"

          "Plus la domination est forte et plus la spiritualité est faible et réciproquement!"

                                                                                                 Blague et aphorisme OED

     

     

       En France, on a tout! Il suffit de poser un euro sur un comptoir, pour avoir du pain! Dans d'autres pays, ils n'ont rien et avant de prendre un petit déjeuner, il faut allumer un feu et aller chercher de l'eau! Alors pourquoi nous les Français, sommes-nous aussi désespérés, autant agressifs et même tellement violents? Et pourquoi encore la jeune fille, qui porte son seau sur la tête, a-t-elle si rapidement le sourire, ou bien le pâtre, assis devant son feu, est-il si calme?

        Dans les sociétés modernes, nous avons toutes les facilités matérielles, ce qui nous permet de nous consacrer au développement de nos personnalités! C'est un bien, un progrès et qui n'a fait que suivre une poussée naturelle, celle de la domination, qui conduit à s'imposer et donc à donner à la conscience toute sa liberté et toute sa richesse!

        Par conséquent, notre confort devrait nous réjouir, comme notre degré de civilisation, car les lois, qui évoluent, défendent normalement le parcours de chacun! Pourtant, le résultat est tout le contraire et d'une noirceur absolue! On crie, on casse, on injurie, on vandalise, on viole, on tue! On ne rêve que de renverser le régime, que de mettre à bas ce qui est, de détruire toute autorité!

        La France ressemble à un fou en crise, qu'on calme à grande peine et qu'on ne cesse de surveiller, en craignant sa sournoiserie! Dès lors, on peut déjà dire que notre aisance est telle que nous avons oublié la base, qui est de manger à sa faim et combien il peut être difficile d'y parvenir!

        Le sourire et le calme des plus pauvres viennent de ce que leurs joies restent simples, ce qui n'exclue pas la haine et la colère, bien entendu! Mais l'esprit se réjouit de peu, quand il ne demande pas grand-chose! Pour nos populations, le bonheur paraît impossible! Car c'est en fait la domination qui n'arrive pas à se satisfaire, bien qu'elle ait le ventre plein! Mais ici se situe la première hypocrisie!

        En effet, nous sommes prêts à jurer que le débat ne porte que sur la situation matérielle, mais la réalité est bien plus psychologique! Nous en voulons plus, non parce que nous manquons, mais parce que d'autres ont plus! Ils nous semblent ainsi dominants, ce qui nous est au fond insupportable, puisque nous voilà dominés, comme empêchés dans notre développement! En proie à l'angoisse, nous crions: "De l'air" ou "Macron dégage!"

        Nous avons le sentiment d'être lésés, méprisés et c'est encore notre amour-propre qui souffre! Nous voilà de nouveau dans la rue, pour montrer notre colère, en amplifiant le chaos ambiant! Mais ce n'est toujours pas la nécessité qui parle! Ce n'est pas la huche vide que nous désignons, mais seule la frustration peut nous enflammer ainsi!

        C'est bien notre personnalité qui est en jeu, dans les pays les plus riches! C'est notre domination qui s'exprime, libérée du lavoir et profitant du supermarché! Nous sommes devenus hostiles à toute contrainte, à tout ordre, à toute morale, à tout changement, à toute opposition! Nous ne sommes plus capables d'intelligence! de mesure, de retenue! Le bébé tyrannique, qui est en nous, n'a plus de nurses!

        La domination humaine se développe naturellement dans le domaine des idées, puisque notre principal outil est notre cerveau, mais ces dernières ne servent que notre égoïsme! Tous les moyens sont bons! Une fesse est montrée ou le venin est craché! Nous ne supportons pas l'anonymat, la paix, le silence, la beauté! Si nous ne mordons pas ou ne séduisons pas, nous avons l'impression de perdre!

        C'est que nous souffrons beaucoup! Notre domination est dolente! Nous sommes altérés! Nous n'en avons jamais assez, mais comment pourrait-il en être autrement? Car, en définitive, ce qu'il nous faut c'est vaincre, triompher, terrasser, gagner! C'est chaque jour, comme les animaux, rivaliser  se quereller et détruire! Nous blessons et nous sommes blessés! Jamais les inquiétudes ne cessent, car nos victoires ne durent qu'un instant!

        Nous vivons une guerre plus ou moins larvée, avec toujours les mêmes rations! C'est une vie pauvre, sans grandeur, sans libération, dans le jus de sa peur! Sur le Web, le clavier sert de mitraillette et on tient sa position grâce à des rafales!

        Déclaration des droits de l'internaute, juillet 2020:

        "Tout internaute naît stupide et haineux!

        Tout internaute a le droit d'être bête et peut en être fier, c'est sa liberté!

        L'internaute ne doit pas avoir honte de montrer qu'il est seul et frustré!

        Tout internaute peut être un raté satisfait!

        L'internaute ne doit pas faire d'efforts! Plus il sera égoïste et plus il sera tranchant!

        L'internaute, pour se distinguer, est un sac de plomb dans l'océan de la raison!

        C'est le seigneur Norro, qui signe d'un N le ventre du sergent Garcia! Norro! Norro!

        L'internaute est péremptoire, c'est là sa qualité!

        L'internaute méprise l'orthographe, car il n'est pas dupe! Toute règle, toute normalité, toute paix, toute simplicité, tout sourire viennent du complot du pouvoir!

        La France est une dictature, car on y impose le masque!

        Le pouvoir étend sa main noire derrière le confinement!

        La France est une dictature, car il existe une police!

        La France est une dictature, car, après la nuit, il fait jour!

        L'internaute est un bébé en marche! Il ne se laissera pas faire!

        L'internaute n'a pas à penser pour deux! Sa bêtise est sa propriété et vice versa!

        L'internaute luttera jusqu'au bout contre l'empathie! Elle est son ennemie, comme toute société!

        Le Web est le bavoir de l'internaute; c'est le sien et vice versa!

        Même une guerre ne pourrait pas aider l'internaute!

        Plus il est fielleux et moins il angoisse!

        Son mépris arrive comme les trains!

        La propriété de l'internaute est d'être moins utile qu'une primevère ou qu'une souche pourrie!

        Nul ne peut demander des comptes à l'internaute, y compris lui-même! C'est l'égalité!

        L'internaute garantit le désespoir de l'humanité, c'est sa fraternité!"

        On l'aura compris, le fléau, c'est la domination! C'est elle qui fait l'égoïsme roi! Elle est comme un cheval ombrageux dans la rue! Il galope, pousse, piétine, rue, hennit! Il est sans entraves et sème le chaos! Il est une menace, une oppression, il enlève tout espoir, car il vide, épuise, détruit toute harmonie, toute chaleur, tout sens!

        Le Covid essaie de nous calmer... Il est plus fort que notre domination, Trump en fait aujourd'hui l'expérience! Le Covid nous conduit à la solidarité, à tempérer nos appétits; il nous travaille comme un potier! Il nous apprend à vivre et non à mourir! Mais sitôt qu'il s'en va, le cheval de la domination reprend sa course dans la ville! Il terrorise à nouveau, il écrase, comme si le virus n'avait jamais existé! Seule la mort apparemment améliore la plupart! Nous sommes infects et le mot n'est pas trop fort!

        Le problème de la domination nous est resté longtemps masqué, à cause des guerres (domination absolue et aveuglante!), ou parce qu'il était borné par le message religieux ou les idéologies! Mais, actuellement, il faut le regarder en face, car il crée des monstres! En effet, il est normal que l'enfant demande qu'on s'occupe de lui exclusivement et en cela il est dominateur! Il est le centre du monde et quand il se retrouve plus tard, face à une société apparemment dépourvue de sens et angoissante, il est encore naturel qu'il ait le réflexe de se réfugier dans sa domination infantile, qu'il la prolonge, jusqu'à ce qu'il devienne inapte à la vie en commun, un danger pour elle!

        On va par exemple mettre le feu à une porcherie et brûler cinq cents cochons, pour exiger plus de respect, à l'égard des animaux! C'est une extrême, mais la domination est la seule vraie ennemie! Comment la combattre? Par la lutte sociale? Même si celle-ci est nécessaire, elle n'est au fond qu'une domination qui en remplace une autre (pas vrai, Lénine?)!

        Par la science? Mais la science ne voit même pas ce qui se passe! Elle ne fait pas de corrélations entre tous les foyers de violence qui s'allument! Elle n'a aucune vision générale, mais elle règle ses comptes sur le Covid et parle, au sujet du racisme, de hiérarchisation, alors que la racine du mal est bien plus simple et plus ancienne!

        A notre mal, il faut un remède de cheval, puisque nous l'avons déjà comparé à cet animal! Notre domination doit être heurtée de plein fouet, par un adversaire spécialement conçu pour lui être opposé et force est de constater que c'est le message religieux! Par exemple, comment faire preuve de compassion, comme le préconise le bouddhisme, si vous voulez dominer autrui? Quant au christianisme, son auteur se laisse exécuter et on ne voit pas comment être plus contraire à la domination!

        C'est par la foi donc qu'on arrive à dompter le cheval de notre égoïsme! C'est d'abord un chemin intérieur et amoureux, car il ne s'agit pas d'obéir à des règles, mais de chercher le bonheur, une paix que l'on ne trouve pas ailleurs! Il est impossible d'avoir une foi sincère et de l'amplifier, si elle ne conduit pas à la joie! C'est bien pour avoir cédé à la domination que les religions se sont rendues détestables!   

        Si vous avez l'impression de souffrir à cause de la foi, c'est parce que le plus grand nombre y reste insensible et continue de poursuivre la satisfaction de son égoïsme! C'est ce dernier, rappelons-le, qui est à l'origine du chaos, du trouble! L'homme n'est pas destiné à vivre comme un animal et c'est pourtant ce qu'il fait!

        La foi mène à la patience, à la douceur: c'est comme si on passait le licol sur la tête du cheval de la domination! Celui-ci peut regimber, car les prairies de l'égoïsme sont très séduisantes et tout le monde y paît, l'air triomphant! Mais très vite, on s'aperçoit que ce n'est qu'un trompe-l'œil, une misère, un champ de bataille, infâme, avec ses blessés qui crient désespérément!

        La foi est une aventure extraordinaire, parce qu'on y parle avec quelqu'un qui n'est pas là! On y aime une présence invisible! On y cherche à être meilleur sous un œil absent! On ose, on s'engage, on renonce, on supporte des humiliations et l'injustice, on lutte contre l'amertume et la colère, pour un être dont on peut douter qu'il existe! La domination, elle, veut du concret, des réformes, du changement, du sang! C'est son cri d'enfant!

        Pourtant, la foi n'est possible que si on obtient des résultats! C'est dire aussi combien elle a intérêt à être réelle, pragmatique! Sinon elle est reprise par la domination, elle redevient un pouvoir, qui "endort" effectivement les masses et les empêche de se délivrer! Mais le cœur qui justement ne veut pas commander, mais aimer; qui justement s'incline au lieu de se dresser; qui justement accepte de perdre, plutôt que d'écraser; celui-là fait un pas dans l'inconnu et reçoit beaucoup, bien plus que ce qu'il avait pu imaginer!

        Il connaît la paix, alors qu'autour règne la souffrance! C'est qu'il n'est plus attaché à sa domination! Il est libre! Il ne doit plus soulever le poids de son égoïsme, ni tirer sa charrue! C'est qu'il ne cherche plus à vaincre, ni à s'imposer! Sa domination est domptée, c'est sa victoire, sa joie!

       Il devient de l'eau fraîche, pour ceux qu'il rencontre et qui meurent de soif!   

  • Le Dom a peur!

    Le dom a peur

          

     

     

     

                                                                                                             "Vive les fleurs!"

                                                                                                                                 Slogan OED

     

     

     

        Jack Cariou écrivit dans son carnet: "Réflexions sur les Doms". En effet, l'agent de l'OED s'interrogeait toujours sur la nature humaine, car au fond nous demeurons des étrangers, les uns par rapport aux autres, même si nous pouvons comprendre la plupart des caractères! Notre personnalité est unique, mais Jack Cariou restait choqué par l'égoïsme des Doms et il s'efforçait encore et encore de saisir leur fonctionnement, pour mettre en évidence leurs manques, leurs responsabilités! C'était une voie qui menait au mystère de la vie, qui pouvait lui donner un sens!

        Jack Cariou nota: "La plupart des animaux luttent incessamment pour défendre leur territoire et ainsi ils définissent leur individualité! De même, des mâles combattent entre eux pour savoir lequel sera reproducteur! Chez les humains, la sélection naturelle continue et sans elle, nous perdons la conscience de notre valeur! Nous mesurer aux autres nous est nécessaire et nous permet de nous évaluer, de constater le bienfait de nos progrès!

        C'est pourquoi nous avons besoin des autres et que nous cherchons à les rencontrer! C'est la véritable raison des manifestations festives par exemple, car, bien plus que de danser ou d'écouter de la musique, ce qui nous intéresse, c'est de nous situer au contact du plus grand nombre!

        L'homme est grégaire, pour s'équilibrer, et trop de solitude le rend malade, ce qui explique notamment le "syndrome de la cabane"! Dépourvu de compagnie, l'esprit se déprécie, comme s'il s'asséchait! Il a des remords qui deviennent grotesques, exagérés, car, semble-t-il, les traumatismes poursuivent leur destruction souterraine! On se condamne, presque inconsciemment; on se noircit et on n'a plus confiance en soi!

        On se montre alors hésitant, fragile, craintif! La dépression est la matrone qui s'occupe de nous, ce qui fait qu'on répond d'une voix faible aux visiteurs! Peut-être a-t-on peur de perdre un œil ou un pied, au cas où le premier serait mal accroché et que le second ne suivrait pas! Il est possible qu'on ait encore égaré le mode d'emploi de son cœur! Jusqu'ici il fonctionnait sans qu'on y pense, mais maintenant? Ne faudrait-il pas l'aider, l'accompagner, le soutenir?

        Pour éviter ce stade infiniment désagréable, qui nous donne l'impression d'être faits de morceaux, telle une maquette, rien ne vaut comme d'aller vérifier l'immense bêtise et l'incroyable méchanceté des autres! Il est bon d'échanger avec eux, comme un candidat à la présidence américaine et comme lui de sourire, en montrant des dents éclatantes, alors qu'on reprend de nouveau conscience de la médiocrité terrible de celui-ci ou de l'infernal égoïsme de celle-ci!

        La dépression n'est plus là! Reste l'envie de chanter, car on s'éveille d 'un cauchemar! On pensait souffrir d'un cancer, mais l'anxiété nous donnait juste un peu de gaz! Nous sommes un soleil, quand l'autre est tout près du rat! Et on se faisait de la bile! Pour un peu, on se traiterait d'imbécile, mais ce serait retrouver la "cabane"! Jouissons plutôt de notre supériorité, de nouveau prouvée, absolue!

        Il n'y aura plus qu'à saluer ceux que les cars mèneront en enfer! Bon débarras! Quand on se morfondait et que même on se détruisait, ils continuaient à être satisfaits! Rien n'ébranle le vaniteux! Il parle de lui sur votre tombe! Il se plaint de l'épicier, quand vous êtes à l'hôpital! L'important pour lui, c'est que les choses ne changent pas, que la race des aveugles prospère éternellement! Le doute est pour le pauvre, le rabat-joie! Mais, on l'aura compris tout de même, les autres sont nos poteaux indicateurs: ils nous font siffloter sur la bonne route!

        Dans ce cas, quoi de plus normal que la vie des Doms? Où est le problème? Pareils aux animaux, ils cherchent à dominer, pour se construire, se développer! Leur haine devrait nous réjouir, comme un soleil hivernal! Ne suivent-ils pas le mode d'emploi de l'existence? Ne mordent-ils pas en signe de bonne santé et n'est-ce pas plutôt les gentils, les introvertis, les suspects?! Honte à ces derniers! Les psychologues vont s'en occuper!

        Dominer, c'est revigorant! C'est un coup de fouet! Etre mollasson comme un chrétien! Etre malade comme Jésus! Voilà de nouvelles et belles formules! Le Dom se frotte les mains! Sauf qu'il y a quand même une faille! Expliquons-la! Détaillons-la! Ouvrons la plaie! "Vous voyez la tumeur, là, sous le viscère?

        _ Non, je ne vois rien...

        _ Attendez, je vais remonter le tout! Et là?

        _ Ah oui! C'est énorme!

        _ Elle va de la tête au pied! Il va falloir que je scie le Dom comme une planche!

        _ Euh... Vous pensez qu'il s'en remettra?

        _ Non, mais faut bien qu'on s'amuse nous aussi! Pour cette fois, on va pas refouler, hein? On s'ra comme eux!

        _ Dans ce cas..."

        Prenons le goéland par exemple, car il est particulièrement colérique! En effet, ce qu'il demande à ses congénères, c'est de pouvoir s'envoler et manœuvrer, alors que le ciel autour ressemble déjà à la place de la Concorde! Il crie donc (un vrai gilet jaune!), il chasse, il évite lui-même les attaques, il trépigne sur ses palmes rouges, il a un œil jaune et mauvais! (F'rait même peur à sa mère! "C'est toi, Jonathan?

        _ Qui veux-tu qu' ce soit, man?

        _ Eh bien, tu m'as fait peur, avec ta manie d'arriver par le toit! Tu sais ce que te disait ton père, à ce sujet?

        _ Man, les hommes l'ont tué, man!

        _ Raison de plus pour lui montrer du respect! Oh! John, pourquoi on se dispute comme ça?")

        On comprend le goéland, car son voisinage est tendu! Mais il ne réagit donc pas sans raisons! Le DTN, qui est le summum du DOM, exerce lui une pression constante, qui est comme une radiation; alors que personne ne l'agresse, que tout ne lui est que zéphyr! Mais il ne respecte pas les autres, il ne cherche pas une place et il ne rencontre même pas la réalité, mais il la couvre, la domine de tout son mépris et de toute sa haine, ainsi qu'un sablier paraît engloutir tous ses grains!

        Le DTN a une domination anormale, excessive et qui ne permet pas aux autres de survivre! Il n'y a donc pas d'équilibre général, comme chez les animaux, mais c'est une destruction progressive, qui condamne tôt ou tard le DTN lui-même! Comment expliquer un tel dysfonctionnement, sinon par l'action souterraine de la peur, de l'angoisse!

        Le DTN veut dominer le monde, au point que celui-ci ne soit plus qu'une émanation de sa personne! C'est un contrôle absolu, qui ne fait plus sentir l'anxiété! Chacun doit être soumis et laisser place au DTN! Si on s'oppose à lui, on provoque immédiatement sa haine et sa violence peut se déchaîner, tellement que lui-même en est par la suite comme abasourdi! Il peut détruire une vie, ce qui pourtant entraîne la fin de la sienne, puisqu'il est condamné par la justice!

        C'est qu'une peur viscérale, quasi irrationnelle, tend le DTN et celle-ci provient de l'étrangeté de notre condition: c'est la connaissance qui nous détache des animaux, pour se développer dans l'inconnu! Le DTN est la meilleure preuve que la seule domination ne peut nous suffire! Elle n'est qu'une fuite en avant, d'où sa difformité et sa dangerosité! Elle ne sert qu'à échapper à l'angoisse, nullement à la guérir, ni à la maîtriser! Il est nécessaire de renoncer à sa domination, pour ne plus avoir peur, pour trouver la paix! Existe-t-il un autre bonheur?

        Mais comment y parvenir? "Moi, je sais, mec!

        _ J' t'écoute!

        _ Ben, la domination, c'est le monde de Macron! C'est les capitalistes! Faut les virer et on s'ra heureux!

        _ Ah bon? Parce que vaincre Macron et les capitalistes, ça ne va pas flatter ta domination?

        _ Ben euh...

        _ Le marxisme, c'est bien de donner le pouvoir aux prolétaires?

        _ Exact mec!

        _ C'est donc remplacer une domination par une autre! En quoi, c'est lutter contre la domination elle-même?

        _ Bon, d'accord! Alors qu'est-ce que tu proposes, monsieur je sais tout!

        _ T'as déjà regardé une fleur?

        _ Quoi?

        _ Oui, t'as déjà admiré une fleur, sa couleur éclatante, sa délicatesse?

        _ Eh mec, pour qui tu m' prends? pour l'abbé Pierre?

        _ Pourtant, il n'y a pas de meilleur moyen pour que tu cesses de penser à toi, à ton nombril! C'est la porte d'entrée pour sentir une beauté supérieure à la tienne, pour que tu goûtes un rythme plus vaste que tes appétits! pour que tu imagines un don infini!

        _ Eh mec, t'es parti là! Tu cherches à m'embobiner! Ici, c'est la guerre et moi, j' dois m' défendre! Tu pars mec? Tu vas chercher ton p'tit chapeau, pour les fous! Ouaf! Ouaf!"

        Oui, la ville est le siège du culte de soi et elle se moque de la beauté, c'est normal! La science elle-même la méprise... Nous nous rappelons ce généticien qui disait: "La beauté est une invention de l'homme!" Sans doute, mais elle a ses racines dans la sélection naturelle! La femelle invite le mâle à montrer toute sa vigueur, par le chant, la couleur... Des critères "esthétiques" se mettent en place et prennent encore en compte les particularités génétiques (l'albinisme notamment)!

        Maintenant, à chaque fois qu'un homme et une femme se croisent, ils savent en un instant si l'autre est toujours apte à la reproduction! Tous les individus malades, trop vieux, trop grands, trop petits ou trop gros sont a priori rejetés! Ainsi, nous sommes devenus sensibles à un équilibre, une harmonie, qui varie avec les époques et qui demande pour la nôtre des lignes pures, comme si elles symbolisaient la vitesse ou la performance, ce qui fait le désespoir de beaucoup, bien entendu!

        Avec le temps, notre admiration s'est étendue à tout ce qui existe, de sorte qu'elle nous est comme une "seconde peau"! Mais, si certains ont une idée pauvre de la beauté, c'est peut-être parce qu'ils sont sous le joug de leur propre domination, car c'est bien la première qui est l'antidote de la seconde! Disons-le tout net, la beauté ennuie la domination, qui la voit comme un frein ou une chose anecdotique! La beauté demande en effet de la patience, de la contemplation, une respiration plus lente... Elle semble muette et exaspère!

        Cependant, la ville se dévore et ses habitants sont perdus! Actuellement, des enfants, hauts comme trois pommes, sont de véritables tyrans et on ne voit pas comment la violence pourrait diminuer! La société n'a rien à leur proposer pour les apaiser et puisque la peur les pousse, ils briseront toutes les digues!

       La fleur qui ondule au vent est pourtant la clé! Par sa beauté, elle guérit de la domination et autrement dit, elle rend libre! Son éclat rappelle celui des femmes et il nous parle d'un sens plus profond que notre intérêt, qui grandit, mûrit!

        La beauté développe notre spiritualité et nous fait aller légers par les rues! Celui qui la connaît accepte de perdre et n'est pas gagné par la haine! Il voit chacun traîner le boulet de sa domination et faire son propre malheur, car la solution n'est pas de vaincre, mais d'aimer! C'est le message de la beauté!

  • Le Dom attaque!

    Le dom attaque

     

     

     

                                                                                             "Heureusement qu'il y en a qui prennent sur eux!"

                                                                                                     "La sirène est le chant de la vérité!"

                                                                                                                     Blague et aphorisme OED

     

     

        Le député franco-danois Jan Sorensen, de l'OED, parlait à ses collègues dans l'hémicycle: "Le 24 mai, dans le petit port de R..., des bateaux ont leurs amarres coupées et on les récupère le lendemain à la dérive, avant qu'ils ne deviennent des dangers pour la navigation! Le 4 juin, dans la ville de L..., qui ne compte pas plus de cinquante mille habitants, la police est piégée par des jeunes qui l'avaient déjà attaquée quelques jours auparavant! Des interpellations ont lieu et en représailles, des voitures sont incendiées! Le 10 juin, dans le bourg de A..., 800 âmes, le feu détruit la bibliothèque et son bâtiment historique et là encore il serait volontaire!

        Nous pourrions continuer cette liste sans difficultés, puisque de nouveaux faits viennent s'y ajouter chaque jour! Or, cette violence est inédite et devrait nous interroger! Elle est inédite, d'abord parce qu'elle se produit dans des lieux que d'habitude elle n'atteint pas! Ensuite, ses auteurs sont de plus en plus jeunes! Et, enfin, elle a quelque chose d'absurde, car on n'a aucun mal à trouver les coupables, ce qui montre qu'ils agissent d'une manière quasi irrépressible, qui leur échappe; même si l'alcool, ici comme ailleurs, a le rôle d'étincelle!

        Avant d'expliquer l'origine de cette violence inédite, je voudrais la replacer dans son contexte, car son importance en sera renforcée! Mais la violence éclate partout, comme si un immense incendie cherchait à ravager le pays! Des villes moyennes, jusque-là épargnées, prennent des airs de petit Chicago! La drogue y devient un pouvoir et on fait régner sa loi dans la rue, par la terreur et des coups de feu!

        On se bagarre aussi sur les places, pour un mot de trop, un regard mauvais, mais surtout parce qu'au vrai on veut en découdre, on rêve de se sentir le plus fort! L'alcool entraîne toutes les dérives! On bat et on tue le voisin, pour une réflexion! On viole par-ci par-là!

        Les couples se déchirent et scandalisent! Les violences conjugales vont jusqu'à la mort de l'autre! On reste hébété devant un tel déchaînement, un tel délire, une telle sauvagerie! C'est la violence qui est aujourd'hui la plus inventive!

        On la retrouve bien entendu dans les infractions au code de la route! On roule ivre, sans permis et pied au plancher! On est arrêté, jugé et on récidive! On s'empare d'une voiture, on la détruit et on va en prendre une autre! On renverse quelqu'un et on s'enfuie! On dirait des fous au volant! Ils s'agitent dans une sorte de cauchemar!

        Enfin, il faut toujours gagner sa vie! On vole tout ce qu'on peut, ainsi que la ville serait mise à sac! On cambriole comme si on rentrait chez soi! On arnaque, on terrorise, surtout les plus faibles, les plus fragiles! Si on bénéficie de bontés, on en veut plus! Seule compte sa personne! On est le roi des autres et on dispose, comme on l'entend, de ses sujets! Peu importe les larmes, les plaintes, les supplications! On méprise, on insulte, on écrase! On a tous les droits!

        Je ne parlerai pas maintenant des incivilités, car, quand on décrit la tempête, on ne songe déjà plus à ses signes avant-coureurs! Pourtant, ceux-ci sont toujours présents et nombreux: tapages nocturnes, ivresses, agressivité, rugissements de moteurs et véhicules comme des sonos ! Bref, l'égoïsme triomphe dans son décor, qui est constitué de déchets abandonnés, de tags et de vandalismes! On dirait la loi de la jungle, celle du plus fort!

        Au vrai, on se demande comment la police fait pour rester efficace et ne pas être débordée! On lui reproche son racisme et sa violence, mais c'est aussi se critiquer soi-même, car la police est sur le front, à la cassure, là où la société se heurte à ses contradictions, à ses manques! On ne peut pas demander à la police de les résoudre pour nous et son action reflète également nos propres craintes et aversions!

        Notamment, on pourrait se demander quelle est la part de l'émigration et de l'élément étranger, dans cette montée de la violence!

        _ Oh! Oh! firent certains.

        _ Je sais, c'est un sujet tabou, mais il ne devrait pas l'être! Pour beaucoup d'auteurs de délits, le réveil, c'est la justice! C'est devant un tribunal qu'ils ont leur premier vrai contact avec la société! Tout y est propre, ordonné, sévère, alors qu'eux-mêmes n'ont pas de stabilité, sont errants et perdus! Certains sont condamnés, parce qu'ils ont brisé des vies, mais a-t-on une seule fois parlé le même langage, s'est-on vraiment rencontré?

        Il n'y a pas de progrès sans compréhension et il serait bon d'interroger les juges à ce sujet, car on continue de construire, en méprisant la nature du sol! Mais justement demandons-nous ce qui caractérise notre époque, pour qu'elle donne naissance à cette violence inédite, dont je parlais tout à l'heure! Nous allons voir que nos résultats expliqueront encore toute violence et que c'est principalement une question de degrés qui est en jeu!    

        Mais on peut dire du vingtième siècle qu'il est le siècle des idéologies! D'abord, l'influence religieuse y est encore très forte! Les écoles chrétiennes étaient réputées pour la qualité de leur enseignement et on commençait sa vie dans le cadre des préceptes évangéliques! Il y avait là une autorité, une évidence qui protégeait de l'étrangeté vertigineuse du monde!

        Aujourd'hui, la religion catholique n'en finit pas de s'émietter, à cause des ses affaires de pédophilie ... Quant au culte musulman, ses fanatiques meurtriers rendent l'idée même de Dieu horrible!

        Mais, surtout, le siècle précédent voit l'affrontement mortel de deux idéologies majeures: le fascisme et le communisme! Ce n'est pas seulement une lutte pour des territoires, mais c'est bien plus la pensée et son développement qui sont l'essentiel, ce qui rend la guerre totale et d'une cruauté jamais vue! L'homme, au fond, ne vit que pour la liberté de ses convictions, puisque c'est la conscience qui le constitue!

        C'est le communisme qui l'emporte, qui devient un empire et qui va s'opposer à l'autre puissance que sont les Etats-Unis et qu'on peut représenter par le capitalisme. C'est la guerre froide! Mais peut-on parler d'idéologie, au sujet du capitalisme? Ses adversaires devraient mieux réfléchir à cette question, car le communisme, lui, finit par disparaître, à la fin du siècle et il ne reste plus, de nos jours, comme moteur que l'économie, la finance, la mondialisation! Mais, s'il en est ainsi, ce n'est sans doute que parce que le pouvoir, grâce à l'argent, est notre pente naturelle! Mais nous allons y revenir!

        Cependant, le vingtième siècle, c'est encore les idéologies scientifiques! A chaque fois qu'il y a une grande découverte, il y a le désir, chez les chercheurs, de tout expliquer par cette découverte! C'est un fait récurrent, dans l'histoire de la science, et sa cause est même simple et liée à mon propos... Mais le vingtième siècle foisonne de découvertes quasi extraordinaires et un jour, tout est thermodynamique, puis génétique, jusqu'à l'eugénisme, ou bien psychanalytique! D'un coup, on repeint le monde et cela, bien entendu, donne un sens à la vie!

        Mais que d'espoirs déçus! Les résultats escomptés n'arrivent pas! La situation évolue, certes, mais pas comme on l'avait prédit, ce qui fait qu'on a l'air de rabâcher! Et aujourd'hui, au vingt-et-unième siècle, que voit la jeunesse? Qu'est-ce qui peut la guider, la protéger, la rassurer? Eh bien, rien! Pire! On est non seulement dans le désert, mais en plus le ciel est noir et annonce des catastrophes!

        Le bilan est lourd, trop lourd même! Citons en premier lieu le réchauffement climatique, qui semble attendre l'humanité comme un goulot et dont nous éprouvons dès maintenant les effets destructeurs!

        Le coronavirus est venu subitement et brutalement nous dire que la situation est même plus grave qu'on ne le croit, puisqu'il serait issu de notre rapport trop écrasant avec la nature! En plus des morts, il a ruiné tous nos efforts pour redresser l'économie et il reste une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes!

        Le résultat, nous le voyons, ce sont de grandes entreprises qui licencient à tour de bras! Le chômage grimpe en flèche, alors qu'il n'offrait déjà pas beaucoup de perspectives! Comment espérer, alors que les caisses sont vides, que les dettes ont explosé, que des crises, telle celle de 2008, nous montrent que la finance est un château de cartes, à la merci de spéculateurs!

        Qui voit un rayon de soleil, un chemin, une assurance? C'est le vide infini de nos vies, c'est le froid du cosmos, c'est le vertige de notre condition mortelle, son apparente absurdité qui viennent peser sur les esprits adolescents! C'est tout le désarroi et l'hypocrisie et la lâcheté du monde des adultes que doit supporter la jeunesse d'aujourd'hui! Comment peut-elle faire avec ses faibles forces? Comment peut-elle lutter contre l'angoisse?

        Eh bien, elle a recours à l'instinct de la domination, car c'est lui qui nous pousse à nous imposer, à nous développer, à nous sentir réussir et supérieurs! Ainsi, notre égoïsme nous sert de boussole! S'il est satisfait, c'est que nous existons et alors, adieu l'angoisse! Nous voilà importants, d'autant que l'autre est dominé, en reconnaissant notre valeur! Il en a toujours été ainsi, d'où les guerres, d'où les luttes pour la justice, l'égalité sociale!

        Mais aujourd'hui l'égoïsme est seul, il n'a pas d'idées, ni de foi, ni de chef, ni de garde-fous! Il doit être impérieux, total, omnipotent! Chacun doit dominer le monde entier incessamment, pour faire un pas! Car il n'y a pas de cannes, ni d'épaules sur lesquelles s'appuyer, ni de certitudes pour soulager! Dominer, dominer et encore dominer! Puisque la vie autour n'a pas de sens, est incompréhensible, il ne faut pas quitter sa personne! Le sentiment de soi doit être permanent!

        Vous pensez que j'exagère! Mais regardez les jeunes: ils ont constamment le nez dans leurs smartphones, dans leur univers; c'est leur cordon ombilical! leur balise Argos! leur bouée pour apprendre à nager! Ils y retrouvent bien sûr leurs proches, mais aussi leurs images, leurs musiques, leurs jeux, leurs messages, etc.! C'est leur matrice, leur nourriture; c'est le terreau de leur égoïsme! C'est leur miroir, qui sert de lumière dans la nuit!

        Mais dominer, c'est encore mépriser! Pour se sentir supérieur, il faut bien juger les autres inférieurs! Les adultes, qui n'ont pas de réponses, sont donc méprisés absolument, radicalement! Une preuve? L'attitude de Greta Thunberg! Elle traite les gens de l'ONU comme des enfants pas sages et la formule OK Boomer veut juste dire: "Tu radotes"!

        C'est ce mépris qui permet la violence, bien que la cause puisse paraître juste! Des militants vegans ou antispécistes attaquent des boucheries, des poissonneries ou détruisent des élevages! Mais le plus fort, le plus déroutant, c'est de s'en prendre à la police, de lui tendre une embuscade, c'est d'essayer de la vaincre, comme si l'ordre n'était pas ce qui tient nos vies!

        Nul doute que les assaillants ne voient pas jusque-là! Mais la domination de la police les gêne, semble être un frein à la leur et provoque leur angoisse, leur rejet et leur haine! Le culte de soi n'admet pas la concurrence, ni la contrainte! Pensez à la susceptibilité qui existe déjà chez les animaux! Il y a de la place pour tout le monde, mais "on" se querelle tout de même!

        Mais tout ce qui représente l'ordre peut être senti comme une oppression! Les amarres des bateaux ne symbolisent-elles pas ce qui est établi, ce qui ne doit pas changer, autrement dit ce qui limite le culte de soi, car la communauté empêche le triomphe d'un seul! Et la bibliothèque du bourg n'est-elle pas un plaisir conventionnel, un obstacle qui témoigne du plus grand nombre?

        Je vois que certains s'agitent sur leur siège, parce qu'ils sont gagnés par l'inquiétude et il y a de quoi! La seule réponse au vide abyssal et spirituel de notre siècle ne pouvait être qu'un culte de soi monstrueux, qui se traduit par une domination surtout psychique sans précédent! L'enfant rayonne de dégoût et de haine! Il manipule ses parents! Il est vieux avant de vivre! Il est sec et dur, quand il devrait rire comme une eau tinte sur les rochers!

        Mais cette domination a un coût énorme! Alors que le jeune ne voudrait, en réalité, que la paix, la sécurité et même dormir, il se tend pour supplanter l'adulte, pour contrôler le monde extérieur, en rester le centre! Il est toujours sur le qui-vive et ses nerfs n'y résistent pas, d'où les dépressions précoces et la recherche de moyens d'évasion les plus brutaux! On s'assomme avec de l'alcool, on se gave de gaz hilarant ou on se lance des défis dangereux!

        C'est pourquoi on voudrait apaiser, rassurer cette jeunesse perdue et malheureuse, mais c'est trop tard, car son hostilité est si vive qu'elle impose de lui résister, de s'en défendre! C'est une question de survie et le dialogue et la tendresse semblent désormais impossibles!

        Certes, il est à espérer que la majorité reste malgré tout docile et de bonne volonté, mais nos sociétés modernes, chers collègues, sont tels des paquebots qui s'enfoncent dans les glaces de la jeunesse! La nuit arrive et nos larmes aussi!"

     

        PS: nous pensons bien entendu au chauffeur de bus de Bayonne, tué par les Doms!

  • Le Dom obtus!

    Le dom obtus

     

     

     

     

     

                                                                                         "Que veut le DTN?

                                                                                           Qu'on ait peur de sa haine!"

                                                                                                  Distique OED

     

        Nami Sato, du comité directeur de l'OED, était dans une crèmerie. D'origine japonaise, elle aimait les fromages de France et pour l'instant, elle en lorgnait un au lait de chèvre, légèrement bleuté et qui venait du Tarn-et-Garonne! Elle imaginait un paysage assez austère, caillouteux sous le soleil, mais nullement désolé et riant par endroits! Le goût du fromage devait donc être complexe: crémeux avec du caractère!

        Pendant que la vendeuse préparait son fromage, Nami Sato engagea la conversation, comme c'est l'usage au pays de Molière et le fait de gens civilisés! "Vous avez vu qu'ils ont encore brûlé des voitures! dit la Japonaise.

        _ Non?

        _ Si, dans le quartier de L...

        _ Si c'est pas malheureux! Pensez aux propriétaires des véhicules! Y en a qui perdent tout! Quelle époque nous vivons!

        _ Oui, il y a beaucoup de haine!"

        Curieusement, la vendeuse ne répondit pas à Nami Sato... Elle n'enchaîna pas, en approuvant le propos, mais elle garda le silence! "Aurais-je dit une insanité?", se demanda la Japonaise, qui était légèrement choquée par le mutisme qu'elle devait affronter!

        "Moi, ce qui me dérange particulièrement, reprit la vendeuse, c'est de voir cette infirmière jeter des pierres sur la police! Comment une personne qui soigne les gens, qui a un métier si digne, peut-elle se montrer si violente à l'égard de l'autorité? Cela dépasse l'entendement!

        _ Oui, fit en écho la Japonaise, mais elle crache aussi et on peut se demander d'où vient toute sa haine!"

        De nouveau, la crémière se tut, laissant son interlocutrice perplexe... et de plus en plus désemparée! Celle-ci pensa: "C'est bien la haine le fond du problème pourtant, alors pourquoi fait-on comme si j'étais folle ou inexistante? Cela devient blessant! Changeons de tactique, pour en avoir le cœur net!"

        "C'est vrai que cette infirmière a dépassé les bornes! reprit Nami sato.

        _ Mais oui! Elle devrait avoir honte!"

        "D'accord, songea à présent la Japonaise. J'ai compris! Quand je l'approuve et que je m'intéresse à elle, elle me répond et continue normalement la conversation! Mais, à chaque fois que je lui fais part de mes réflexions, c'est-à-dire que j'exprime ma personnalité, elle se ferme et me laisse dans l'embarras! Seule compte son existence et les autres ne sont là que pour soulager ses frustrations! C'est une Dom binaire! 0 pour la différence! 1 pour elle! Quel dommage! Je n'aurais plus de plaisir maintenant à passer chez elle, car elle pompe son environnement, sans le nourrir! Bon, finissons-en!"

        "Vous parliez d'une époque honteuse, reprit Nami Sato, mais il y a même des jeunes qui tendent des traquenards à la police!

        _ Ecoutez, s'ils veulent vraiment faire la guerre, qu'on les envoie effectivement sur un conflit! Bon débarras!"

        "Pas très généreux ça, madame! s'écria in petto la Japonaise. Mais le plus incroyable, c'est que cette femme ne perçoit pas du tout qu'elle est en partie responsable du monde dont elle se plaint, puisqu'elle-même est, disons, une DTN sociable, apparemment bien intégrée! C'est son petit égoïsme qui, joint à d'autres, en crée de grands aux extrêmes! Le Dom ne reconnaît pas le Dom! Quoi d'étonnant, car déjà il se croit innocent! Il ne voit pas... ou il ne veut pas voir sa propre noirceur!

        Cette Dom binaire me fait mal, me vide et elle fait subir le même traitement à combien d'autres? Elle propage sa haine et elle est pareille à cette infirmière qui la révolte! C'est juste une question de degrés! Là-bas, le venin est démesuré, quasi délirant! Ici, il est au compte-gouttes, petit bourgeois, quoiqu'il finisse par percer la pierre tout de même! C'est désespérant que la relation de cause à effets échappe aux Doms! C'est comme si des humains s'étonnaient d'en rencontrer d'autres, alors qu'ils se reproduisent!"

        Non loin de là, le Congolais Mamadou Gnoka, lui aussi du comité directeur de l'OED, assistait à une série de conférences contre le racisme! Il avait été invité par une association qui combattait ce fléau apparemment inextricable! Les orateurs s'étaient succédés et ils avaient été très applaudis, mais il est vrai qu'ils étaient pleins de bons sentiments et il y avait toujours des gens pour crier vive la liberté et à bas le mal! Ce n'était ni brave, ni intelligent et les choses ne changeaient pas!

        Mamadou Gnoka devait lui aussi parler et quand ce fut son tour, il respira largement, car il sentait qu'il risquait d'en choquer plus d'un! "Hum! fit-il pour commencer. J'ai entendu beaucoup de beaux discours contre le racisme, mais nul jusqu'à présent ne m'a expliqué d'où il vient, quoiqu'on ne puisse comprendre un phénomène, sans connaître son origine! Et comment espérer faire disparaître le racisme, si on ignore son fonctionnement?

        Je vais donc m'efforcer de déterrer la racine du mal qui nous intéresse... ou plutôt du mal tout court, car celle-ci explique tous nos maux et je vous demanderais un peu de patience, puisque nous allons remonter dans notre histoire aussi loin que possible! Mais, comme vous le savez, nous sommes issus du règne animal et ce qui préoccupe d'abord les animaux les plus proches de nous, c'est la domination! C'est d'être supérieur à l'autre qui permet de protéger le territoire, de se nourrir et de se reproduire!

        C'est une individualisation! Pensez par exemple au travail des parents oiseaux, pour couver leurs œufs et assurer le développement de leurs petits! Ils sont responsables de la survie de leur espèce et cette tâche ne peut que renforcer le sentiment de leur individualité, même si le terme de sentiment peut paraître discutable! Mais, de même, on peut comprendre que l'individualisation s'accompagne forcément d'une montée de la conscience! Mais, je ne vais pas aller plus loin sur le sujet, car certains, dénonçant mon anthropocentrisme, pourraient subitement jeter leur chaise et quitter précipitamment la salle! Nous voulons la paix, n'est-ce pas?

        Cependant, la domination exclue la différence! En effet, chez les animaux, la différence est presque toujours synonyme de mort, puisqu'elle signale généralement la présence d'un prédateur! Il y a donc une inquiétude instinctive provoquée par la différence, avant son rejet, qu'on ne lui montre de l'hostilité! Evidemment, plus la domination est forte et plus la réaction, face à l'élément étranger, est forte également!

        Ceci nous concerne directement, car nous avons hérité de cet instinct, de ce comportement! D'abord, la première chose qui nous motive, c'est notre personne, c'est de sentir notre valeur, notre importance! Notre réussite est a priori la clé de notre équilibre! La dépression ne vient que d'un sentiment de soi défaillant! Nous nous voyons inutiles et même détestables! Mais la base de notre personnalité est bien elle aussi la domination! Notre place est notre pouvoir, ce qui nous pousse à satisfaire en priorité notre égoïsme! C'est lui qui fait notre force, mais nous apprenons par ailleurs à le contrôler, pour pouvoir vivre en société!   

        Mais, pareillement, puisque nous cherchons à dominer, nous avons à l'égard de la différence la même réaction que les animaux! Nous aussi, nous avons naturellement de l'aversion, quand l'élément étranger se présente! Celui-ci peut être anodin ou banal... Par exemple: "Ah! Mais vous n'êtes pas du bourg! Hum!", "Ah! vous venez de la province! Mais bien sûr, comment ai-je pu être aussi aveugle!"

        Ces comportements, nous les connaissons tous... et ils nous font bien sourire, n'est-ce pas? Mais, si déjà une petite différence nous fait réagir, ô combien une grande peut nous troubler, nous inquiéter et facilement provoquer notre répulsion, notre haine! La couleur de peau, bien entendu, entre dans cette catégorie! Nous sommes donc instinctivement racistes! Je vois que certains ne tiennent plus sur leur siège! Entendons-nous... Si nous devions vivre comme les animaux, nous serions effectivement radicalement racistes, car les animaux, à cause de leur domination, de leur supériorité, ne tolèrent aucune différence... ou exceptionnellement à un point d'eau, par exemple! au bar, si vous voulez! Hum!

        Mais la nature nous a dotés de la conscience, de la raison, et c'est là que les choses deviennent vraiment intéressantes pour nous! Car la raison est là pour balancer la force de nos instincts! Notre conscience nous civilise et le mal, en définitive, se produit quand nous restons sourds aux arguments de la raison, au profit de notre domination; quand nous cédons à l'instinct, pour satisfaire notre égoïsme! L'autre est alors pour nous un esclave, un faire-valoir, un marchepied! Il a droit à tout notre mépris et nous le faisons souffrir sans sourciller! Nous pouvons être aussi implacables que les animaux!

        C'est que nous vivons volontiers dans l'ignorance! D'abord parce que l'inconnu nous fait peur et que cela nous empêche d'évoluer! Mais ensuite notre égoïsme est la pente et le plus séduisant! Toujours est-il que notre raison a constitué, contre le racisme, un dossier impressionnant, si je puis dire, puisqu'il va de l'origine commune de tous les hommes, jusqu'aux émigrés chassés de chez eux par la guerre, en passant par les ravages de l'esclavage et le sacrifice des soldats colonisés!

        Mais le raciste refoule tout cela! Ce qu'il veut c'est assurer sa domination! C'est de garder son pouvoir! Il veut se sentir supérieur quoiqu'il arrive et ceci est capital! Car on n'arrivera pas à vaincre le racisme, en luttant seulement contre lui; en prenant des mesures, en fixant des lois! On vaincra le racisme si on s'attaque à la domination elle-même! C'est à chacun de se sonder et de voir quelle importance il accorde à son amour-propre! C'est à chacun de relativiser son égoïsme, de s'en méfier et cela demande de s'interroger sur le sens du mot réussite!

        Car, on le comprend bien, si vous voulez vous élever dans la société, vous voulez aussi dominer et vous resterez donc perméables au racisme, puisque la différence sera tôt ou tard une gêne pour vous! Ne vous faites aucune illusion! Malgré nos bons sentiments, toujours l'élément étranger suscitera en nous une inquiétude, c'est instinctif et combattre le racisme demande un effort constant! Mais, si vous maîtrisez déjà votre propre égoïsme, alors le racisme n'aura aucune prise sur vous! Voilà ce que je voulais vous dire... Il n'y aura pas de victoire sans peine! Je vous remercie de votre attention!"

        Gnoka s'attendait à un silence embarrassé, mais son discours fut salué par une standing ovation formidable! On le félicitait à tout rompre et il en fut très surpris! Il quitta la tribune sous les bravos et il décida d'aller se rafraîchir à la cafétéria... Comme il se demandait quel thé prendre, il sentit qu'on le pressait dans le dos pour choisir! "Mince! se dit Gnoka. J'ai un Dom aux fesses!"

        Le Congolais jeta un coup d'œil derrière lui et il fut stupéfait d'apercevoir le responsable de l'association qui l'avait invité! Il prit tout de même le parti de l'entreprendre... "Excusez-moi, commença-t-il, mais ne pourriez-vous pas vous détendre un peu, car il me semble entendre votre impatience me crier: "Dégage! Mais dégage!"; alors que c'est chacun son tour!

        _ Mais c'est peut-être vous qui ne choisissez pas assez vite! Vous voyez, on pourrait se renvoyer la balle longtemps comme ça!"

         Cette réponse foudroya Gnoka, car il espérait une prise de conscience et des excuses! Or, au contraire, on se montrait encore plus dur et plus vindicatif! Gnoka voulut encore ajouter quelque chose, mais l'autre s'en fut brusquement!

        "Incroyable, pensa le Congolais, c'est un DTN! Comme j'ai fait obstacle à son univers, il s'est enfui, dépassé par l'émotion! Un DTN antiraciste! Autant dire un Italien qui n'aime pas les pâtes!"

        Gnoka était désemparé, quand il aperçut sa collègue Nami Sato, assise devant une pâtisserie. Il alla la rejoindre avec plaisir et lui raconta ce qui venait d'arriver!

        "Mais c'est comme moi! s'écria la Japonaise. Je viens de découvrir que ma crémière est une Dom binaire et elle se plaint de la violence de la rue! Elle ne voit pas que son propre égoïsme en est en partie la cause!

        _ Le Dom ne reconnaît pas le Dom! rappela Gnoka. Qu'est-ce que nous allons faire?

        _ Nous marier! répondit Nami Sato, la bouche pleine de crème, et tous deux s'esclaffèrent!"

     

  • Le Dom sort du bois!

    Le dom sort du bois

     

     

     

     

                                                                                            "D'une musique guerrière,

                                                                                             Le DTN fait sa prière!"

                                                                                                          Distique OED

     

     

        Pour sa première mission, Dan Curtis était assez nerveux... Il y avait beaucoup de monde autour de lui, dans la rue, et s'il était bien au point de rendez-vous, il ne savait qui il devait rencontrer et il se crispait devant toute personne qui l'approchait!

        Fedor Andropov, le directeur de l'OED, lui avait dit: "Quelqu'un nous a contactés, parce qu'il sait quelque chose sur les Doms! Apparemment, ceux-ci préparent un gros coup! Evidemment, le tuyau est peut-être du vent, mais on ne doit rien négliger! Cependant, je vous demande d'être prudent, car au pire c'est une manœuvre des Doms, pour faire tomber l'un d'entre nous! Faites celui qui ne comprend pas, en essayant d'y voir clair! Pas un mot sur ce que nous sommes!"

        Curtis avait été enchanté de cette première responsabilité, mais, maintenant, au milieu de la foule, il se sentait la victime d'une mauvaise farce! "Un billet d' loterie, m'sieur? lui demanda un vendeur mal rasé et d'aspect sale...

        _ Non, non, bredouilla Curtis, les yeux cherchant à voir au-delà du vendeur.

        _ C'est vous qui êtes de l'Oued? C'est moi, votre contact!

        _ Hein?

        _ Suivez-moi de loin!"

        Encore abasourdi, Curtis prit le pas du vendeur, en maintenant une certaine distance, et bientôt ils tournèrent dans une rue étroite et sombre... "Mon pauvre Dan, pensa Curtis, ça sent le traquenard à plein nez! Première et... dernière mission!

        _ Psst, par ici! fit le vendeur  qui s'était réfugié dans l'entrée d'un garage désaffecté. Alors, vous donnez combien, pour les infos sur les Doms?

        _ Les Doms?

        _ Oh! C'est comme ça! On ne fait pas confiance! Mais si vous voulez pas ce que j' sais, tant pis pour vous! J' trouverai d'autres acheteurs!

        _ Bon, bon! répliqua Curtis, qui se sentait vaguement ridicule, puisque toute précaution s'avérait inutile. Allez-y, déballez!

        _ Minute, faut la soudure!

        _ J'achète pas chat en poche!

        _ Pfff! Ecoutez, un renseignement, un billet, ça va?

        _ D'ac! lâcha Curtis qui vit disparaître sa première coupure.

        _ Les Doms lancent une grande opération, baptisée Sape! poursuivit le vendeur qui s'attendait à frapper Curtis comme la foudre!

        _ Et?

        _ Ils se sont donné le mot: pourrir la vie des gens! saper la société! la désagréger! désespérer le quidam!

        _ Et comment comptent-ils s'y prendre!

        _ Euh... fit le vendeur, qui se gratta la tête, comme s'il cherchait à retrouver la mémoire!"

        Curtis soupira et donna un autre billet. "Par exemple, reprit le vendeur, qui avait retrouvé tout son enthousiasme, ils veulent se débarrasser d'un vieux meuble! Eh ben, ils vont pas l'amener à la déchetterie... Non, ils vont tout bonnement le laisser sur le trottoir! sans se soucier de qui le ramassera! Hein? Peser sur l'homme de la rue, j'vous dis! Que le monde soit un immense dépotoir! avec du mépris partout!

        _ Et c'est une vaste opération? Eh ben, va en falloir des meubles!

        _ Y a une variante! Y z' achètent par exemple une télé... ou une hi-fi et ils découpent pas le carton, pour le mettre dans la bonne poubelle! Mais l'emballage tel quel est aussi mis sur le trottoir! Les éboueurs s'en chargeront, s'il est encore là! C'est leur job!

        _ Oui, l'impatience de jouir révèle l'égoïsme et l'infantilisme... Mais comment vous savez tout ça, vous?

        _ J'ai mes sources! Et elles m'ont dit autre chose, mes sources!

        _ Je vois, répondit Curtis, qui donna un autre billet.

        _ Dans les villes maritimes, y z'ont un truc vicieux! Y bourrent les poubelles, de sorte qu'on peut pas les refermer! Alors, le goéland arrive! Z'avez déjà vu un sac poubelle dépecer par un goéland? C'est des détritus plein la rue, emportés par le vent! Des fois, je vois ça comme une œuvre d'art, tellement c'est varié! Pour moi, c'est du street Picasso! J'ai une sensibilité, vous savez?

        _ Je n'en doute pas!

        _ Les Doms, eux, rigolent! Paraît qu'y lisent le journal, pour voir si y a pas un balayeur qui s' suicide! Car c'est eux évidemment, qui nettoient tout le merdier!

        _ Hélas! Je me demande effectivement comment ils tiennent!

        _ Là encore y a une variante! Mais, tiens, j' vais vous la faire gratos; vu qu' vous m'êtes sympathique!

        _ Merci!

        _ Y déposent les déchets autour des containers, sans les mettre dedans! Y z'appellent ça l'Enigme! Y veulent qu'on cogite, qu'on s' casse la tête! qu'on s'épuise!

        _ Que la colère monte!

        _ Tout juste! Alors, j' vous ai volé?

        _ Non, non...

        _ Bon, faut qu' je file! Y z'ont des yeux partout! Vous voyez le N tagué sur le mur? C'est l'une de leurs marques!

        _ N?

        _ Avec un H bien entendu! Allez salut!"

        Pendant ce temps-là, deux autres agents OED, Sarah Taylor et Dieter Stein, n'étaient pas à la fête! Intrigués par les violences qui avaient éclaté dans une ville moyenne, ils avaient décidé d'enquêter, mais, sur un terrain vague, ils s'étaient vite retrouvés cernés par une bande de jeunes hostiles, qui les avaient menés jusqu'à des bâtiments en ruines!

        L'aspect des lieux eût pu être un décor de cinéma! On marchait par endroits sur du verre brisé; les murs étaient noircis par les graffitis et on voyait des N tagués un peu partout! Des flammes montaient de quelques fûts et on avait l'impression d'arriver au milieu d'une tribu! Il n'eût pas été étonnant d'entendre des tams-tams, pour prévenir le village, d'autant que de plus en plus de jeunes filles regardaient maintenant les deux étrangers, mais c'était une radio CD, poussée jusqu'à la distorsion, qui retentissait, comme si elle devait écraser toute cervelle alentour!

        Soudain le bruit cessa et un garçon, un peu plus âgé que les autres, un peu plus grand aussi, se détacha d'une petite troupe, de sorte qu'il apparut tel le chef! "Qui êtes-vous et que faites-vous ici? demanda-t-il. Vous êtes sur une propriété privée!

        _ Nous sommes journalistes, déclara Sarah Taylor, qui n'eut même pas l'idée de sourire, et nous voulions vous rencontrer... Car nous aimerions comprendre pourquoi vous attaquez la police et commettez des violences!

        _ Mais ce sont eux qui ont commencé! On s'amusait dans l' centre, sans faire de mal à personne, et ils se sont amenés, nous cherchant des noises! Contrôles, amendes, manque de respect! De vrais caïds!

        _ Mais ils agissaient sans doute ainsi parce qu'il y avait eu une plainte!

        _ Pfff! Peut-être, mais cela ne leur donne pas tous les droits! Vous avez vu, la contestation est dans tout le pays! Non aux violences policières et au racisme!

        _ Ce sont des "massacreurs"! s'écria une fille. Y s' croient tout permis!

        _ Nous, on est du côté de Steve et de George Floyd! renchérit un autre.

        _ On veut pas d' cette race-là!

        _ Ouais, non aux oppresseurs!

        _ De toute façon, l'Etat, on l'emmerde!"

        Maintenant, les réflexions pleuvaient et on perdait le fil! Ce fut Stein qui essaya de ramener un peu de calme: "Mais, mais vous ne pouvez pas lutter contre la violence par de la violence, dit-il. On peut pas combattre le feu, en allumant un incendie!

        _ Nous, on fait que s' défendre! répondit le chef.

        _ Mais la plupart, vous allez toujours au lycée! Certains vont faire des études brillantes! Vous avez un bel avenir devant vous!

        _ Y a pas d'avenir! Y a qu' du chômage! Et puis y a le réchauffement climatique et le Covid! Y a pas d'issues!

        _ Mais alors qu'est-ce que vous voulez?

        _ Nous, on veut être libres! On veut l'anarchie, le chaos!

        _ Ouais! Ouais!

        _ Mais ça n'a pas d' sens! Y a déjà une hiérarchie ici!

        _ Oui, c'est la loi du plus fort!

        _ Moi, c' que je comprends pas, coupa Sarah Taylor, c'est que votre combat est perdu d'avance! On n'a aucun mal à vous identifier... et des policiers connaissent même vos parents!

        _ On est des éléments de la lutte! Tôt ou tard, nous vaincrons, car la révolte sera partout!

        _ Je crois plutôt que c'est plus fort que vous! que l'alcool vous rend fous, car vous ne supportez plus aucune autorité! car la seule chose qui vous donne une raison de vivre, c'est votre égoïsme! Non mais, regardez-vous, même pendant que nous sommes en train de parler, vous continuez  à manipuler vos smartphones! Vous êtes toujours dans votre petit univers! Si vous en sortez c'est la panique! d'où votre agressivité et votre violence! La police vous angoisse et votre comportement est absurde!

        _ Toi, t'es pas journaliste! T'es psy ou même pire! Le supplice du tambour!"

        On amena un fût vers les agents OED! "Le principe est simple, reprit le chef, on vous plaque au sol et on vous roule le "tambour" sur le dos! Si vous criez: "J'étouffe! J'étouffe!", on ne vous entendra pas, à cause de la musique! On s'ra aussi sourds que la police! Mais, après dix passages, si vous êtes encore en vie, vous pourrez vous en aller! Seulement, ce s'ra sans doute en rampant!

        _ Ah! Ah!

        _ Mais vous êtes dingues!

        _ La police! Elle arrive! jeta quelqu'un. Elle a même des chiens!"

        En un instant, Taylor et Stein furent abandonnés! "On a eu chaud, murmura Stein. De vrais lycaons!

        _ Oui, c'est un cauchemar!"

  • Doms exquis!

    Doms exquis

     

     

     

     

                                                           "Jack? Y a des hommes de Detroit qui voudraient te voir...

                                                            _ Ah? Bien, je viens..."

                                                                 Définition OED du courage

     

     

        Où était Jack Cariou? Il y avait à peine une heure il aimait la vie, il était plein d'enthousiasme et il parcourait un paysage riant! Maintenant, il était sombre, découragé et il avait l'impression de traverser un marécage brumeux! Pire, ses sens étaient de nouveau en alerte!

        Que s'était-il passé? Pourquoi cette transformation? Elle ne venait pas de Cariou lui-même; il n'était pas l'artisan de sa tristesse! Soudain, l'agent OED prit conscience qu'on lui parlait! Une femme, d'un certain âge, se tenait effectivement devant lui et sa voix était dolente...

        Elle disait: "Nous sommes venus ici, à cause du travail de mon mari... Auparavant, nous étions plus dans le sud... C'était très difficile pour moi au début... Je passais des journées à la maison, sans amies!"

        Cariou comprenait pourquoi cette femme était seule, mais il ne pouvait le lui expliquer, sans la scandaliser, et il continua de l'écouter patiemment... Il était assez fort pour cela!

        "Nous voudrions devenir propriétaires dans le coin, poursuivait la femme, d'autant que, d'après ma fille, ils détruisent tout dans ma région natale! Mais la campagne nous effraie un peu et il nous faut tout de même l'animation de la ville... Mais je suis en train de vous raconter ma vie et je dois bien vous ennuyer!"

        L'attitude de Cariou ne changea pas: il attendait! Cette femme l'enlisait peu à peu, mais se débattre, regimber, n'aurait fait qu'empirer les choses, de même qu'on panique dans les sables mouvants! Si Cariou voulait retrouver sa bonne humeur, il devait supporter la situation, jusqu'à ce qu'elle cessât d'elle même, ce qui ne manquerait pas d'arriver! Quand on ne dit rien, les gens s'inquiètent et finissent par se sanctionner! Plus exactement, l'angoisse les rattrape!

        Mais, soudain, la femme leva un grand couteau de cuisine et essaya de le planter dans le cœur de Jack Cariou! L'arme ne fit qu'effleurer sa cible, car Cariou avait énormément d'expérience! A force de prendre des coups, il connaissait les hommes et prévoyait le pire! On le blessait certes, mais sa science lui était comme une armure et il ne bronchait pas, de sorte qu'il paraissait inatteignable, ce qui fatalement décourageait!

        Mais, tout de même, en cette occasion, il fut surpris de la méchanceté de cette femme, puisqu'il s'était montré attentif à son égard... Certains, pour ne pas dire la plupart, n'auraient pas hésité à lui montrer toute leur irritation et ils l'auraient "écrasée", comme elle-même venait également, à sa manière, de mépriser Cariou!

        Ah! Mais, pour rester dans ses bonnes grâces, il eût fallu, sans doute, lui être totalement soumis, prendre vraiment au sérieux son ton plaintif et ses soi-disant difficultés; chose impossible pour Jack Cariou! Car, à présent, la situation était de nouveau parfaitement claire dans son esprit!

        Il était en face d'une DTN (une Dom Trou Noir), qu'on pouvait appeler spécifiquement un Dom Chagrin!

        Celui-ci vit dans un monde de misères, qui ne sert qu'à dominer les autres! Son malheur, qui n'en est pas un, pourrait arrêter un rhinocéros en pleine charge! Sa pesanteur anéantit toute individualité et elle est bien la cause d'un effondrement psychique alentour, de même que le trou noir entraîne un "abîme" gravitationnel!

        On ne peut donc pas compatir, car on ne cherche qu'à survivre! Tout le soleil que l'on a en soi est détruit par la pluie du Dom Chagrin! Plus il parle, plus on pénètre dans ses catacombes et plus, bien entendu, il prend lui-même de l'importance! Là, dans l'ombre où il pleure, ses tentacules s'étendent à l'aise, mais, si on leur résiste, ils ne tardent pas à attaquer!

        Il s'agit de revoir le jour, de réentendre les oiseaux, de sentir de nouveau l'air frais! Mais, souvent, le Dom Chagrin occupe un poste clé, que l'on ne peut éviter, et c'est précisément ce qui arrivait à Jack Cariou! Il voulait passer quelques nuitées, dans un gîte d'étape, et c'était cette femme, cette Dom Chagrin qui encaissait le service! Il fallait donc la ménager, même si c'était au prix de ne plus vouloir vivre!

        Cependant, on comprend que le Dom Chagrin, comme tous les DTN, fait son propre malheur! Il voudrait être aimé de l'Univers entier, tout en dévorant l'espace, ce qui est absurde! Par ailleurs, il n'a même pas la reconnaissance du ventre, comme s'en apercevait Cariou, dont la bonne volonté était mal récompensée! Tout de même, ce "mangeur d'étoiles" informa l'agent OED que le gîte avait déjà un autre occupant, un ouvrier. "Fort bien!" répondit Cariou, qui eut un dernier sourire, avant de s'en aller; ultime témoignage de sa force!

        Une fois dans le gîte, il fallut récupérer, goûter de nouveau le silence, pour retrouver la paix! De nombreux oiseaux s'animaient dans le jardin et peu à peu, le temps reprit sa consistance! Ce n'était pas de la morosité, ni même de l'attente, mais de la disponibilité, de l'entrain pour la vie!

        Tout le malheur des hommes vient de leur domination! Réussir, s'imposer, ne pas perdre est leur principal souci! Au loin, Cariou entendait le trafic furieux d'une route, qui devenait une folie en comparaison du rythme tranquille de la nature; même si les animaux s'entretuent, évidemment!

        Le soir arriva et l'ouvrier rentra! Cariou alla à sa rencontre, car la coutume du gîte n'est pas d'ignorer les gens et c'était l'heure également de préparer le dîner! Toutefois, l'agent OED était déjà prévenu contre l'ouvrier, à cause de certains détails! Par exemple, la porte qui menait à la chambre de ce dernier, dans la salle commune, était restée ouverte! Qu'est-ce que cela voulait dire?

        Soit l'ouvrier était parti précipitamment le matin... Soit il se considérait comme chez lui dans tout le gîte! Soit il était claustrophobe et ne pouvait supporter l'idée d'être enfermé! C'est vers cette dernière hypothèse que se tournait Cariou, car elle était confirmée par un élément autrement plus gênant: les radiateurs (on était au début de l'hiver) avait été laissés en mode "confort", comme si l'ouvrier passait sa journée ici! Il y avait pourtant un mode veille!

        Comment se fait-il qu'on ne soit pas vigilant sur cette question, quand on voit le coût de l'énergie pour la planète et le portefeuille? Comment un homme, qui connaît certainement le prix des choses, peut-il se montrer aussi négligent? Veut-il, comme certains, se venger de ses propres efforts d'économie, parce qu'il paye? Ou bien, plus vraisemblablement, a-t-on affaire à un Dom, qui angoisse quand il ne domine pas, dans la solitude et qui chauffe plus que de raison, parce que cela, quasi inconsciemment, étend, donne plus de poids à sa présence?

        Jack Cariou ne se faisait plus d'illusions, sur le complet équilibre mental de l'ouvrier, mais il le salua d'un joyeux bonsoir, afin de rendre le moment le plus léger possible! L'ouvrier garda toutefois le silence... Le bonsoir de Cariou fut pesé dans son cerveau... Pouvait-on opposer à Cariou un total mépris, ou bien valait-il mieux lui répondre? Cela dépendait de la catégorie de l'agent OED: était-il un esclave ou un fort?

        Finalement, le bonsoir de l'ouvrier tomba et Cariou, qui avait donc été jugé sérieux, pensa que c'était pire que ce qu'il avait imaginé. Cependant, il passa dans la cuisine, suivi par l'ouvrier, et alors commença un étrange dialogue!

        "Vous faites quoi? demanda l'ouvrier.

        _ De la photographie, répondit Cariou.

        _ C'est un métier ou un loisir?

        _ Les deux!"

        L'ouvrier eut un grimace, exprimant le doute et Cariou expliqua: "C'est à la fois un travail et une passion!

        _ Mais vous en vivez?

        _ Oui, mentit effrontément Cariou!"

        A cet instant, le téléphone de l'ouvrier se mit à sonner et il le manipula. Cariou décida qu'il ne ferait plus d'efforts, pour la conversation, car au fond l'échange ne l'avait pas surpris... Il avait affaire à un Dom Contrôleur, qui est encore un type de DTN!

        Le Dom Contrôleur parle comme si on devait lui rendre des comptes! On ne peut pas avoir d'existence  propre sans son approbation! Il faut d'abord l'apaiser, en répondant à son interrogatoire, et ce n'est qu'après qu'il commence à s'entretenir... de lui! Il est le centre absolu de son univers!

        D'ailleurs, pour l'heure, il croyait que Cariou continuait à suivre chacun de ses gestes et quand il referma son téléphone, il fut frappé de voir que l'agent OED, visiblement, n'était plus sous sa dépendance! Des hommes pouvaient donc tenir debout tout seuls!

        Ce constat fit que la fatigue creusa son visage et qu'il prit sa bouteille de whisky! Il la tenait comme un cuisinier sa cuiller en bois, puis il se plaignit: ses collègues ne savaient pas travailler!

        Sa souffrance était réelle, mais lui aussi était l'artisan de sa peine! Il eût respecté les autres, il eût moins senti sa responsabilité! Mais renoncer à sa domination demande de l'humilité, pour affronter ses peurs, et il n'en était pas question pour notre ouvrier: il s'aimait trop et il était prisonnier de son égoïsme!

         Cependant, un autre ouvrier passa prendre celui-ci et Cariou se retrouva seul avec soulagement! Comprendre et ne pas pouvoir expliquer, car cela susciterait les foudres, est usant! On finit par avoir l'air idiot! Le pire, c'est quand l'autre cherche quand même à savoir ce que l'on pense... Il croit être à la hauteur et il ne faut pas trop le décevoir! C'est comme chasser une mouche!

        La nuit vint et Cariou regagna sa chambre. Par la fenêtre, il admira toutes les étoiles brillamment éclairées! C'était d'une beauté extraordinaire! Les hommes n'en parurent que plus bêtes à Cariou et... plus perdus!

        Pour évoluer, il faut aimer la patience, l'adorer même! Il faut lui faire confiance! Elle apporte la paix! C'est le bébé qui est en nous qui nous fait souffrir et qui blesse ceux qui nous résistent! C'est lui la source de notre avidité et de nos tourments! C'est lui qui veut écraser!

        La patience libère! C'est la maturation qui agit! Le Dom n'est jamais tranquille! Il garde ses peurs! Il rugit, il frappe, avant d'être assommé à son tour et de contempler ses plaies! Le Dom refuse de grandir! Il veut vaincre et échoue!

        La haine signale le Dom! Elle est son piège! Nul n'est libre quand il hait! Cariou haussa les épaules: qu'avaient affaire les hommes avec la sagesse? Tout ce qu'il voulait, c'était du sang, du scandale; c'était cela qu'ils appelaient vivre! La beauté, comme le reste, les ennuyait!

        Si on ne parlait pas d'eux, ça n'avait pas de valeur! Cariou poussa un soupir, car l'amertume le gagnait, et il se coucha. Il tiendrait bon tout de même, c'était tellement riche! Est-ce qu'il aurait pu imaginer tout ce qu'il voyait maintenant? Certes non, c'était vertigineux, quoique le découragement affleurât toujours!  Mais dans la moindre fleur, la plus petite goutte d'eau, il y avait encore plus de magnificence que dans toute l'humanité!

        L'homme était libre, pour développer sa conscience... Qu'il en usât mal, c'était son affaire, sa responsabilité! Cariou, lui, était en paix avec lui-même, ce qui lui permettait de ne pas haïr! Il savait être heureux... et enfin il s'endormit!

        Le lendemain, il se rendit à la boulangerie. Sur la place, un homme, à forte carrure, pivotait et sifflotait. Son chant aurait dû traduire la gaité, mais il était forcé et avait même quelque chose de glaçant!

        "Un Dom Siffleur! reconnut Cariou. Je me demande quelle serait sa réaction, si je marchais vers lui, pour lui dire: "Vous sifflez non seulement parce que vous avez peur, mais aussi pour dominer les autres, grâce à une aisance que vous n'avez pas!" Il en resterait sans doute baba, avant de s'emporter!"

        Le sifflotement paraissait maintenant suivre Cariou, qui déplaisait déjà au Dom Siffleur et au fond, celui-ci est comme un agent réglant la circulation! Mais ainsi commençait une nouvelle journée au pays des Doms, où la foi n'existe pas!

  • Le Dom en fiches!

    Le dom en fiches

     

     

     

     

                                      "Qu'est-ce qu'il y a de pire pour le Dom? Qu'on n'ait pas besoin de lui!"

                                                                                               Aphorisme OED

     

        Dan Curtis écoutait attentivement son nouveau professeur, car c'était Jack Cariou, l'ami de son père et une légende à l'OED! Dans une petite salle du siège, on apprenait individuellement qui étaient les Doms! 

        "Bon, dit Jack Cariou, tu connais déjà quelques Doms...

        _ Oui, le Dom Queue et le DTN!

        _ Effectivement, ils sont importants, mais eux-mêmes présentent des variantes... Ce que je voudrais voir avec toi, aujourd'hui, c'est les Trois Evitements...

        _ Les Trois Evitements?

        _ Oui, ce sont les trois manières principales qu'ont les Doms, pour éviter le regard. Il y a d'ailleurs un lien entre les Trois Evitements et la nature des Doms! Tu comprends bien que plus le Dom est dur et plus sa manière d'éviter le regard va être radicale: pas question que tu sondes son âme! Verboten!

        _ D'accord!

        _ Au contraire, plus le Dom est faible ou hésitant et plus son évitement est fragile, superficiel... En fait, l'évitement est proportionnel au degré d'infection!

        _ Bien!

        _ Note qu'il faut prendre ces connaissances avec prudence... Nul n'est juge d'autrui! Tu ne va pas condamner d'après un regard! Mais que tu saches les Trois Evitements te permettra de garder un fil conducteur, pour ne pas crier au secours, dans ce monde de fous!

        _ Ah! Ah!

        _ Il y a vraiment de quoi être perdu... Tu vas t'en apercevoir... Mais commençons... le Dom Leurre représente le premier évitement... et on peut dire le plus courant! C'est un évitement léger, mais assez efficace! Le Dom détourne donc le regard qu'on lui porte, sur une partie de son visage, parfois sur une partie du corps! C'est comme s'il utilisait un leurre, qui captive l'attention!

        C'est souvent l'arête du nez qui joue ce rôle, car elle peut se lever comme un petit mur... Mais un sourcil épais qui s'abaisse, le clignement d'un œil, une ride qui se creuse profondément ou même l'éclat d'une boucle d'oreilles semblent encore aux Doms des moyens de faire obstacle!

        Car, il faut bien que tu comprennes une chose, l'évitement n'est au fond qu'une défense! Le Dom ne cherche qu'à arrêter le regard! En fait, nous avons tous une réaction instinctive, à chaque fois que nous ressentons la présence d'un autre! C'est plus fort que nous! Nous nous protégeons ainsi! Il suffit de voir comment nous nous raidissons devant une terrasse, par exemple, pour s'en convaincre!

        _ Mais cela veut aussi dire que le Dom a peur et c'est étrange! Lui qui veut être le chef, pourquoi aurait-il quelque chose à cacher?

        _ C'est une très bonne question et tu devrais la poser aux Doms! Un bout de la réponse se trouve sans doute dans le degré d'évitement, car plus le Dom parasite son hôte et plus celui-ci semble insensible à la peur...

        _ D'accord...

        _ Mais il ne faut pas non plus perdre de vue la grande hypocrisie, qui voudrait nous faire croire que tout est normal, quand rien ne l'est vraiment! Tous nos actes révèlent notre psychisme!  Il est possible de percevoir la haine de certains, à la manière dont ils ferment leur portière de voiture, ou qu'ils ouvrent leurs volets! Comme si on leur devait quelque chose! C'est une tyrannie incessante, quoique inavouée! Nous communiquons bien au-delà des apparences et notre monde est autrement plus mouvant qu'il n'y paraît, ce qui fait qu'il existe un lien étroit entre la peur et la domination...

        _ Tu vas me dire que plus la peur est grande et plus la domination l'est également!

        _ Oui, d'où sa haine quand elle est menacée! Mais la peur est refoulée, à mesure que la domination prend sa place! Il y a donc des Doms qui sont incapables de reconnaître leur peur et même leur terreur! Celles-ci sont tellement enfouies que le Dom peut les nier de bonne foi!

        _ C'est dire si leur domination est totale!

        _ Oui, malheureusement et cela explique pourquoi nos sociétés ne changent pas, ou si peu! Pour faire évoluer les Doms les plus durs, il faut un travail de titan, avant que le degré d'infection n'apparaisse! L'enfant, celui qui a peur, est comme dans un coffre fort! La haine la plus violente le défend!

        _ Et tu as déjà libéré des Doms?

        _ Sans doute, mais, dans la plupart des cas, seul Dieu peut de nouveau séparer l'être humain du Dom et ainsi appeler le premier à juger le second!

        _ Ce n'est pas très engageant!

        _ Mais vivre est un travail et c'est pourquoi voici notre deuxième évitement, plus rebutant que le premier: le Dom Cocotte-Minute!   

        _ Quel nom!

        _ Ah! Ah! Oui, mais il est représentatif! Alors le Dom Cocotte-Minute, ou plus simplement DCM, se caractérise par une impassibilité complète! Apparemment, il ne cherche nullement à se défendre! Il a l'air de dire: "La vérité? Quelle vérité? Il n'y a rien! La lumière n'existe pas! Il n'y a que moi! Je règne, je domine! Je suis le pouvoir, je suis Dieu!"

        _ Brrr!

        _ Oui, le DCM donne froid dans le dos! Son impassibilité, ou plutôt sa dureté dilue le regard! Quand on regarde le DCM, on peut perdre tout espoir... Il est impénétrable! Le Dom Leurre est un enfant à côté! Rappelons que c'est notre égoïsme qui produit le doute, l'incohérence!

        _ Mais pourquoi ne l'a-t-on pas appelé le Dom Banquise, par exemple?

        _ Parce que, tu t'en doutes bien, toute cette hauteur est trompeuse! Le DCM a bien enregistré ton regard et à l'intérieur, il est en train d'affûter son couteau! Il bout de se venger de ton incursion, de ton examen, de ta folle "témérité"!

        _ Ah! Ah!

        _ Il n'attend que l'occasion pour frapper! Note que les DCM occupent généralement des postes plus importants que les Doms Leurres! Ils ont plus de pouvoirs et de responsabilités!

        _ Ils sont donc plus dangereux!

        _ Oui, mais, avec eux, il suffit de savoir que leur indifférence est feinte et qu'ils ne témoignent donc pas contre la vérité! Cela rend secondaires leurs coups! Connaître permet de résister! Mais maintenant notre dernier évitement: le Dom Phare ou DP... En fait, c'est une astuce! Le Dom va échapper au regard, en augmentant l'intensité du sien! comme si c'était lui-même qui avait une âme! La matière dont est constitué ton regard, il semble te la rendre au centuple, ainsi qu'il en aurait à profusion ou même qu'il l'aurait inventée! Cela enlève toute valeur à ton regard, car tu parais un camelot devant un professionnel!

        _ Je vois...

        _ Mais cet éclat du Dom Phare, et tu comprends pourquoi maintenant on l'appelle ainsi, est bien entendu forcé, artificiel et encore sert à rester caché! L'impression finale est que tu dois te sentir tout petit face au Dom Phare et cet évitement est souvent utilisé par des gens dont le pouvoir repose sur leur savoir, comme des scientifiques, des médecins, des psys... Tu ne vas tout de même pas leur en remontrer!

        _ Hi! Hi!

        _ Bon, la plupart des humains sont des Doms Leurres, si on se réfère à leur évitement, mais ils peuvent aussi être en même temps des Doms Queues, etc. Mais c'est heureux que la majorité soit aussi peu endurcie, car cela veut dire qu'elle combat tout de même le Dom! Pour les autres cas, quand le Dom a pris toute la place, n'hésitons pas à le dire, mais on a affaire à des morts! Ils ne le savent pas, ils continuent leur activité de Doms, mais ils sont morts tout de même... et ils haïssent les vivants! Mais ça suffit pour aujourd'hui... Je suppose que tu as amené ton goûter?

        _ Oui, mais... tu as l'air de le vouloir?

        _ Oui, je suis le Dom Goûter!"

     

        PS: des schémas étaient insérés dans le texte, mais ils n'ont pas pu apparaître au moment de l'enregistrement sur le site, d'où un texte plus court...

     

  • Le Dom harangue!

    Le dom harangue

     

     

     

                                             "Le Dom se regarda dans la glace et pleura, tellement il se trouvait beau!"

                                                                                                                         Aphorisme OED

     

     

        C'était l'Assemblée des Doms! Du moins, ils infectaient la plupart des députés, qui ne s'en rendaient même pas compte, tellement le pouvoir les absorbait! Pour voir son Dom et s'en débarrasser, il fallait un moteur puissant, un amour qui inclinait à la patience, à la persévérance, à la compréhension, à l'écoute, au respect de l'autre... C'était un travail long et solitaire, anonyme, qui rebutait et qu'exécrait le Dom, parce qu'il le comparait à la mort et que lui voulait de la fureur, du renom, de l'action; seules choses dans sa bouche capables d'améliorer la société!

        Le franco-danois Jan Sorensen, agent OED, mais également député, suivait le débat en cours attentivement, car il s'agissait de construire le monde de demain, celui qui devait profiter de l'expérience du virus! Comme d'habitude, chacun était passionné et semblait de bonne foi, mais on ne voyait pas la véritable solution... En effet, le virus, comme le réchauffement climatique, est né de l'"énervement" des hommes et son meilleur antidote ne peut qu'être la paix, que justement le Dom ne connaissait pas!

        Mais encore, il n'est pas possible d'imposer la sagesse, car elle est fille du temps et pour commander les hommes, des lois, une constitution, des décrets sont nécessaires... Sorensen assistait donc à ces progrès pénibles et douloureux de l'humanité, dont toute la portée n'apparaisse qu'à l'échelle des siècles! Qu'il fallût changer était présent dans tous les esprits, mais la plupart ne voulaient rien y perdre et ainsi l'égoïsme désignait complaisamment des coupables, pour ne pas devoir se contraindre lui-même!

        Par ailleurs, puisque le Dom tirait les ficelles, la haine, comme un fruit mûr, était toujours près d'éclater, car plus la domination est forte et plus la haine est vive! Mais, tout de même, il y avait là des orateurs! Par exemple, Julius Fergus! Il était issu du mouvement des Gilets jaunes, qui au départ avait compté des individus vraiment sincères, dont les Doms ne comprenaient pas les profondes aspirations!

        Certains jeunes, notamment, désorientés par le monde qui les entourait, à la recherche d'une vérité, d'un sens, d'une cause juste et belle à défendre, avaient pensé trouver leur place dans ce soulèvement populaire, mais la violence et les événements les avaient peu à peu balayés et il ne restait plus en jaune que des partisans, des extrémistes, des Doms qui gardaient toutefois, dans leurs paroles, la trace d'un idéal au-delà des partis!

        Julius Fergus était un ancien chauffeur routier et on ne pouvait mettre en doute son honnêteté! Il représentait le peuple et les autres députés, plus nantis, le craignaient et le voyaient comme un vivant reproche, d'autant qu'il était massif et que sa voix tonnait! Au fil des rassemblements, il s'était découvert le don d'exprimer les revendications de chacun et il était devenu une figure! Pourtant, c'était un Dom...

        Mais pour l'heure il se leva et déclara brutalement: "Les pauvres sont toujours plus pauvres! Ils sont abandonnés par le gouvernement, car c'est celui des riches! Le peuple est asphyxié par les taxes, car c'est lui qui sert de marchepied aux capitalistes! Le peuple est fatigué, à force d'être exploité! Il montre les dents, il se révolte avec raison! Car que veut-il, sinon la simple justice?

        Les riches continuent leur œuvre de mort! Non seulement ils grillent la planète, pour se remplir les poches; non seulement leur mondialisation permet à un virus de décimer les plus faibles, mais en plus ces messieurs contrôlent les gouvernements, dirigent le monde, derrière la façade glacée de leurs banques et de leurs holdings! La Terre est comme Saturne, sauf que ses anneaux sont en argent!

        L'homme n'est plus qu'une marchandise comme une autre! Or, le peuple est pur! C'est lui l'humanité! Chaque être veut se développer, se connaître, s'épanouir! C'est pourquoi il demande la liberté et l'égalité! Même les bêtes disposent de ces choses! Mais nous, nous sommes tenus à l'écart du pouvoir! Le Tiers Etat est toujours là, face aux nouveaux aristocrates que sont les riches!

        La solution, nous l'avons exprimée bien avant le virus! Le peuple doit retrouver toute sa place dans la vie politique! Le pouvoir doit l'écouter! Son avis doit résonner entre ces murs! Ce n'est pas aux riches de commander! Ce n'est pas à une élite de faire la loi! Le peuple, c'est la masse, c'est la force, mais c'est aussi la violence et la tempête! Que les riches s'écartent devant lui!

        _ C'est une menace? cria un député, jeune et fier de l'extrême droite.    

        _ Non, un avertissement!

        _ Messieurs, messieurs! intervint le président de l'Assemblée. Pas d'injures, s'il vous plaît! Respectons les règles de la démocratie!

        _ Mais les coupables, on les connaît! s'écria le leader de l'extrême gauche. Ils sont ici, parmi nous! Ce sont les vassaux de la finance! Ce sont les Girondins du CAC 40! Que veulent-ils? Mais nous endormir! Ils sont chargés de calmer notre colère! Leur mission est d'engluer notre révolte! A qui tendent-ils l'oreille? Mais aux puissants, aux profiteurs, à ceux qui paradent dans les salons feutrés du Siècle!

        Le murmure empoisonné du patronat les remplit au-dessus de la vaisselle de luxe! Leur cœur est repus, quand nous, nous sommes assoiffés de justice! Ils se disent responsables! Ils nous invitent à la mesure! Ils nous parlent chiffres! Seuls, eux, sont dépositaires de la réalité! Ils seraient de la glace sur notre front fiévreux! Comme si la situation n'était pas alarmante!

        Voilà déjà des lustres que le peuple sonne le tocsin! Dans toute la France s'est levée une armée de Gilets jaunes! Puis, ceux qui craignent pour leur retraite se sont mis en marche, eux aussi! Les femmes, les braves femmes, victimes de la domination masculine, ont levé le poing également! Le personnel soignant, héroïque pendant la crise du virus, n'en peut plus! Les hôpitaux sont dans un état lamentable! Il y a un manque d'effectifs, de moyens!

        _ Les armoires à pharmacie sont vides! coupa un député modéré. Les murs sont couverts de traces de doigts! On couche les blessés par terre, faute de lits! Les toilettes sont bouchées et s'écroulent! Des vieillards squelettiques se lavent au-dessus d'un seau! Et certaines pièces n'ont plus de toit!

        _ Mais qu'est-ce que...?

        _ Je vous décris un hôpital africain, pour effectivement vous calmer un peu!

        _ Alors c'est un complot! Cette Assemblée est vendue! Les ennemis des pauvres se sont donné le mot! Les espions de la mondialisation sont partout! Trahison! Je réclame une enquête et des sanctions! On veut écraser l'opprimé! On veut salir le peuple! A bas les endormeurs! les indignes! Sus au président au style américain! Alerte!

        _ Très bien, la parole est maintenant au Premier ministre!

        _ Evidemment, le président et le gouvernement ont essayé de trouver des solutions à la crise actuelle! En février, nous avons relevé le CINGB de 3%! A la demande du ministre de la santé, nous avons abaissé les taux de facturation, sur les DHI, mais aussi sur les fonds RBE, de 15%! Tout cela bien entendu en accord avec nos partenaires européens! L'aide aux différents RS a été augmentée de trois milliards! Les collectivités ont pu bénéficier de dégrèvements à hauteur de cinq millions d'euros!

        _ La barbe! cria quelqu'un.

        _ Elle est poivre et sel! répliqua un autre.

        _ Ah! Ah! fit un bon nombre.

        _ Vous demandez le respect, reprit le ministre, mais vous n'en faites preuve d'aucun! Je continue! Le montant des aides ERF s'élève maintenant à plus de dix milliards, prélevés sur le capital de la BCE! En mars, le président et moi, nous avons tenu à ce que les MRI ne payent pas de taxes cette année!

        _ Bof!

        _ Et j'ajouterai pour terminer... et j'ajouterai que cinq milliards seront bientôt versés aux OHN qui, comme vous le savez, connaissent actuellement nombre de difficultés!

        _ Je vous en prie, silence! La parole est maintenant au député Sorensen!

        _ Mesdames, messieurs, que font la plupart des animaux toute la sainte journée? Ils défendent leur territoire! Car, sans lui, ils ne peuvent ni se nourrir, ni se reproduire! Mais défendre le territoire, cela veut dire imposer son individualité, c'est se montrer plus fort que l'autre! C'est ce qu'on appelle la domination!

        Mais que font les êtres humains toute la sainte journée? Mais ils cherchent également à se sentir supérieurs! Ils disent: "Regarde comme je suis plus grand, plus costaud que toi! Regarde comme ma voiture est plus belle, comme je suis plus riche et plus puissant que toi! Regarde ma maison comme elle est plus grande, comme mon affaire est plus importante! Regarde comme je suis plus belle, comme mes bijoux sont plus beaux, comme j'ai plus d'aisance, de pouvoir! Regarde où vont mes enfants à l'école, où je suis partie en vacances! Regarde mon équipe comme elle triomphe!"

        Mais aussi: "Regarde comme je parle mieux que toi, combien je suis plus intelligent, plus responsable, comme je comprends mieux les choses, les pauvres, la justice!"

        Autrement dit, que font les êtres humains toute la sainte journée? Mais ils se comportent comme des animaux! des animaux sophistiqués certes, mais des animaux quand même! Pourquoi en est-il ainsi? C'est que l'homme a peur de l'inconnu que crée sa conscience et il échappe à l'angoisse en se raccrochant naturellement à l'instinct, c'est-à-dire à la domination!

         L'homme est alors un super animal, un super prédateur, car toute son inventivité  est mise au service de son égoïsme! Il règne en maître sur autrui, les animaux et toute la planète! d'où le réchauffement climatique, d'où le virus! Par conséquent, si l'homme continue à vivre comme un animal, il se détruit lui-même et tout ce qui l'entoure! Et s'il veut survivre, il doit changer d'attitude!

        Or, le confinement nous a obligés à certaines choses! Par exemple, à nous tenir à une distance réglementaire entre nous! Par là, nous avons dû reconnaître l'existence de l'autre! Nous ne pouvions plus le piétiner, comme à l'habitude! Mais encore, le confinement nous a fait changer de rythme! Il a diminué nos ambitions et calmé nos appétits! Il nous a demandé de la patience et même du recueillement! Bref, il a anéanti notre domination!

        Il nous a montré la solution! Car le problème n'est pas de changer de politique, ni de gouvernement, ni d'économie, ni de je ne sais quoi! Le but est que nous nous changions nous-mêmes! C'est de lutter contre notre soif de supériorité! C'est de respecter l'autre! C'est d'aimer aussi la beauté de la nature! C'est de devenir enfin un être humain! Et ce travail, car c'en est un! devrait commencer ici plus qu'ailleurs, puisque vous avez l'instruction et l'intelligence!

        Mais vos propos sont toujours aussi acerbes et agressifs! Maintenant que la crise est passée, nous sommes repartis comme avant! Notre égoïsme fonctionne de nouveau à toute vapeur! Partout, c'est la même frime, le même mépris, le même vacarme, la même agitation et quelquefois c'est pire!

        Mais, dès qu'il s'agit de se remettre soi-même en question, il n'y a plus personne! Nous pensons être durs à la peine et nous nous choyons! Nous crions au scandale et nous nous adorons! Pauvres ou riches, nous nous pavanons! Nous voulons le pouvoir et non le bien, car nous ne l'aimons pas! Et c'est malheureusement là notre tragédie!

        _ Dehors les étrangers!

        _ Fumier!

        _ Suppôt du capitalisme!

        _ Et, bien entendu, nous haïssons ceux qui menacent nos plaisirs!"

  • Le Dom a soif!

    Le dom a soif

     

     

     

     

        "Suivez le couloir!" disait le haut-parleur du marché et les Doms avançaient lentement, lourdement, en soulevant un léger nuage de poussière! Puis, ils arrivaient devant les étals et ils s'animaient! Leurs bras, comme s'ils avaient été mécaniques, examinaient les produits: vêtements, bibelots, livres, bijoux! Les nez frémissaient tels des groins! Les yeux s'allumaient, car acheter se révélait être une drogue!

        Bien sûr, on n'avait besoin de rien, mais consommer donnait le sentiment d'exister, nourrissait la domination et c'était si bon après le confinement! On retrouvait enfin la vie d'autrefois, celle qui pourtant avait provoqué la catastrophe! Mais quel lien y avait-il entre ces achats et le virus? Ce n'était tout de même pas cette activité aussi bénigne qui était responsable de quoi que ce soit!

        Les Chinois, l'incurie du gouvernement, la mondialisation et à la rigueur la pollution de la voiture, voilà les causes néfastes de la crise et il n'y avait qu'à les montrer du doigt, qu'à les dénoncer! C'était cela être citoyen! Surtout les erreurs du pouvoir! Et, grâce à ses têtes de Turcs, le Dom ne se sentait nullement le besoin de se remettre en question! Il était parmi les articles, comme une taupe dans ses galeries! Son troupeau s'égrenait et il n'avait jamais été aussi attentif!

        Sarah Taylor, l'agent de l'OED, regardait tristement ce spectacle. Elle se sentait abattue, devant la bêtise et le pouvoir des Doms! "Ils ne changent pas, se dit-elle, et pourtant s'ils ont envahi notre planète, c'était pour fuir la leur, qu'ils ont détruite! Ils ont agi envers leur ancien sol telles des sauterelles et maintenant, c'est le nôtre qu'ils menacent!"

        La haine voilait légèrement le visage de Sarah Taylor et aussitôt, des membres du service d'ordre des Doms la fixèrent avec hostilité. Ils avaient des visages rouges, à cause de l'alcool, et certains se campaient sur leurs jambes écartées, fiers de leurs muscles! "Attention, ma chère Sarah, lui dit Dieter Stein, l'autre agent de l'OED qui l'accompagnait, vous êtes en train d'attirer l'attention sur nous!

        _ J'ai peur Dieter... Ils sont tellement... sombres!

        _ Venez, ma chère Sarah, éloignons-nous...

        _ Comment peuvent-ils être aussi soudés, Dieter, alors qu'ils se dominent aussi entre eux?

        _ C'est justement l'élément étranger qui les rassemble! Quand ils ont vu que vous n'étiez pas des leurs, ils ont immédiatement resserré les rangs! Le reste du temps, leur fonctionnement est assez libre pour permettre une domination aux degrés subtils! Ils s'arrangent, ils baignent dans leur jus, quoi!

        _ Je n'ai jamais pu accepter la hiérarchie... et cela m'effraie!

        _ Je vois... Une inadaptée sociale, à tendance schizoïde et sans doute atteinte du syndrome de la cabane!

        _ Ne vous moquez pas de moi, Dieter!

        _ Comme vous le savez, nous autres, Allemands, sommes sans pitié!

        _ Mais les Doms sont si nombreux qu'il est normal parfois de se sentir perdu, non?"

        A cet instant, ils croisèrent un personnage qui répétait: "Il est grand temps de reprendre le contrôle de la mer et des cinq régions! Il est grand temps...

        _ Vous voyez, chez les Doms ça ne va pas très bien non plus! murmura encore Stein à l'oreille de sa partenaire et tous deux pouffèrent!

        _ C'est la belle saison et comme les plantes, nous sentons tous une nouvelle sève en nous! rajouta l'Anglaise.

        _ Mais cela veut aussi dire qu'il nous faut beaucoup d'eau! Notre égoïsme a soif!

        _ D'où sa haine, s'il n'est pas satisfait!

        _ Nous sommes prêts pour le Bac!"

        Ils pouffèrent de nouveau... Pendant ce temps-là, victime de ses insomnies, Jack Cariou somnolait dans son bureau, au siège de l'OED. Il avait un rêve animé, car sur un remblai il essayait d'alerter une pelleteuse, qui menaçait de l'écraser! "Eh! Eh!" criait-il au conducteur, qui demeurait impassible, la clop au bec. Finalement, Cariou dut échapper lui-même à l'engin, parmi des tuyaux et dans un tourbillon de poussière!

        Plus loin, une jeune femme traversa brusquement la rue, figée comme un robot, avant de foncer sur l'agent de l'OED, qui se demanda ce qui se passait, mais, tout aussi vite, elle se détourna tel l'animal au comportement imprévisible! 

        Encore troublé, Cariou rencontra le regard d'un homme, qui ouvrait sa voiture et qui avait l'air de dire: "On t'a repéré, toi, et on t'a à l'œil!"

        Un sentiment de malaise traversa Cariou, qui ne s'attarda pas, mais un autre homme, non loin de là, le fixait la tête penchée et son message semblait le suivant: "C'est curieux... On ne m'a pas prévenu qu'il existait de tels types!"

        Cariou se demanda quelle folie habitait tous ces gens et l'idée qu'il était sur la planète Dom elle-même lui apparut! Mais alors pourquoi les Doms avaient-ils encore un apparence humaine, sur leur propre sol? L'émotion avait toujours rendu Cariou un peu bête et délaissant cette énigme, il arriva sur une place, où il y avait beaucoup plus de monde!

        Mais ici se sentait une certaine tension... On eût dit que chacun y murmurait: "Dom!", ainsi qu'une meute renifle sourdement, et Cariou se réfugia dans un magasin de vêtements. Il effleurait des modèles plus ou moins réussis, quand il fut gêné par une paire de fesses, qu'un client lui mit sous le nez! Que lui voulait-on?

        Pour échapper à toute nouvelle question métaphysique, Cariou retrouva l'air du dehors et entra dans une épicerie, parce qu'il voulait acheter à manger. Mais le marchand, un Dom Queue, surgit du fond du magasin avec un couteau! Cariou battit en retraite, mais il reçut tout de même une estafilade!

        Il en était encore à examiner sa blessure, quand il céda obligeamment le passage à deux jeunes Doms, qui, pour le remercier, lui crachèrent dessus! Las, Cariou se mit à courir et tomba dans un trou sans fin. Dans sa chute, il regarda vers le bas et vit que mille mâchoires luisantes l'attendaient! Il avait fini dans le Web et il poussa un hurlement! Il était réveillé et en sueur!    

        "Tout va bien, Jack? demanda Fédor Andropov, le Russe directeur de l'OED, qui venait d'entrer. Vous avez une petite mine... Ce sont toujours vos cauchemars, qui vous remuent comme ça?

        _ Oui, ils sont associés à mes insomnies et je suppose que je souffre d'un profond sentiment d'insécurité!

        _ Comment pourrait-il en être autrement, Jack? Vous avez vu leurs gueules, dehors?

        _ Ah! Ah! Vous savez, je viens encore de me rendre combien les Doms nous font peur, pour masquer leur mal-être!

        _ Oui, il en a toujours été ainsi... Le Dom est incapable de donner lui-même un sens à sa vie... Sa révolte est parfois justifiée, mais tôt ou tard il lui faut des ennemis, qu'il doit vaincre! Ce comportement explique par exemple les terreurs de la Révolution française et du régime nazi!

        _ Mais, en luttant contre les Doms, n'agissons-nous pas de la même façon?

        _ Le grand Jack Cariou qui doute! Votre fatigue vous diminue, n'est-ce pas? Mais, ne pouvez-vous pas être heureux du seul fait que vous avez à manger?

        _ Si!

        _ Vous savez donc être en paix... et le Dom ne vous en voudra que davantage, puisque par là vous échappez à sa domination, qui constitue son équilibre! Bon, j'ai besoin de votre coup d'œil d'expert... Nous avons à choisir entre deux recrues, dont l'une est le propre fils de Ralph Curtis!

        _ Quoi? Dan est ici? Il veut travailler pour l'Oued?

        _ Tout comme son père! Mais pas de favoritisme! Vous jugez objectivement lequel des deux fera le mieux notre affaire! La procédure habituelle, quoi!

        _ Bien!"

        Evidemment, l'OED avait une couverture et elle se présentait comme une ONG. Quand elle recrutait, c'était pour un poste qui semblait dans l'humanitaire et elle affinait sa sélection en testant l'amour-propre des candidats, selon le principe qu'un Dom haïssait plus que tout l'humilité!

        Cependant, on ne révélait la véritable tâche de l'OED à la nouvelle recrue que quand on avait une entière confiance en elle et même Dan Curtis ne devait pas précisément savoir quel avait été le métier de son père! Mais, pour l'instant, Jack Cariou pénétra dans la salle d'entretien et s'assit en face d'un jeune homme qu'il voyait pour la première fois.

        Sur la table, il y avait un dossier que Cariou fit mine de consulter, puis il regarda franchement le candidat. Ce fut rapide comme l'éclair, mais le jeune homme esquiva l'examen de Cariou, en présentant l'arête de son nez!

        "C'est un Dom Leurre, pensa Cariou. Incroyable!" Le Dom Leurre était le type le plus courant chez les Doms! Il cachait son psychisme, ou son âme, en détournant le regard qu'il subissait sur une partie de son visage; de même qu'un avion sème des leurres, quand il est la cible de missiles!

        Certains utilisaient un sourcil broussailleux, une ride frontale, un reniflement, un épi dans la chevelure! D'autres étendaient même leur défense à une bague, une boucle d'oreille, au bleu de leurs lunettes! Tout était bon pour distraire l'attention, mais cela indiquait une peur et une duplicité! La domination était à l'œuvre, mais ne s'avouait pas!

        Toujours fidèle à la politique de la "maison", Jack Cariou ne ménagea pas le jeune homme et lui déclara tout de go: "Je regrette, mais nous n'allons pas vous prendre..." Au lieu d'accepter la chose et de s'en aller, le candidat ne bougea pas et il y eut un lourd silence...

        "J' comprends pas! dit enfin le jeune homme. T'arrives ici, mec, et tu poses pas d' questions! Puis tout d'un coup tu m' dis qu' j'ai pas le poste! après tous les tests que j'ai passés! Mais qui t'es mec, pour m'éjecter comme ça!"

        Puis, soudain, le candidat balança sa chaise! "Bon sang! s'écria Andropov, qui suivait la scène sur des images, en compagnie de Nami Sato, un autre membre du comité directeur. C'est un Dom qui est passé sous les radars... et il est en train de péter les plombs! Venez!" Lui et la Japonaise foncèrent vers la salle d'entretien et quand ils y entrèrent, le Dom avait déjà bondi sur Jack Cariou, pour le saisir à la gorge!

        Andropov, qui était un géant blond, ne fit pas de détails: il tira en arrière le Dom et l'assomma d'un coup de poing! Aidé par Nami Sato, Jack Cariou se releva. "C'est un Dom Leurre, dit-il, mais aussi sans doute un DTN (Dom Trou Noir)! Seulement, l'infection doit être naissante!

        _ Eh bien, nous allons nous occuper de lui, poursuivit Andropov. Pouvez-vous recevoir encore le jeune Curtis?

        _ Oui, oui, le temps de me repoudrer..."

        Dan Curtis avait un visage fin et régulier... Il était tendu certes, mais on le sentait aussi impavide, tranquille... Il ne cilla pas devant le regard de Cariou; il n'avait rien à cacher, il était pur! "Bienvenue chez nous! lui dit Jack Cariou.

        _ Vrai? Vous m'embauchez?

        _ Oui, car tu es aimé de Dieu!"

  • Le Dom siphonne!

    Le dom siphonne

     

     

     

                                                                                        A la mémoire de Ralph Curtis

     

     

        Les Doms avaient repris la ville. Le bleu velouté de la nuit résonnait de l'écho de mille vacarmes! C'était des motos rugissantes et dominatrices, des discussions interminables et vaines, des musiques sourdes et tyranniques... et tout cela montait vers les étoiles, comme les tams-tams d'une cérémonie dédiée au culte de soi!

        Les Doms n'aimaient pas le silence, pas plus que la beauté ou la nature, qui a priori ne parlaient pas d'eux! Le Covid avait bouleversé leurs vies et eût dû les changer, mais ils étaient retournés à leurs vieilles habitudes, aussi vite que des mouches interrompues! Pourtant, le danger rôdait toujours, mais le Dom déjà n'avait pu se plier au confinement!

        Ce matin-là, Jack Cariou, l'agent de l'OED (Organisation Ennemie des Doms ou Oued), avait quitté tôt son domicile et bien entendu, il n'avait pas tardé à rencontrer des Doms! Leur invasion était bien plus ancienne et bien plus étendue que l'existence du virus, qui en comparaison n'avait l'air que d'un accident de parcours!

        D'ailleurs, Jack Cariou ne cessait de s'interroger sur la nature des Doms, sur leur logique, car il fallait avant tout se défendre! Par exemple, le Dom n'était jamais curieux des autres! Il ramenait tout à sa petite personne! Il ne s'animait que si on lui montrait de l'intérêt et il s'éteignait dès qu'il n'était plus question de lui! Ainsi, Jack Cariou échangeait-il chaque jour, comme s'il avait jeté de petits cailloux dans l'eau!

        Pourquoi le Dom ne se demandait-il pas ce qu'il faisait dans l'Univers? Pourquoi ne cherchait-il pas un sens à sa vie? Que ne s'ouvrait-il comme une fleur aux rayons de la sagesse? Que ne prenait-il à bras le corps toute religion, comme on renverse un sac pour en voir le contenu? Voilà qui ne cessait de tarauder Jack Cariou, car le Dom restait fermé et préférait critiquer le gouvernement, montrant qu'il n'en avait jamais assez! On ne pouvait pas le voir autrement que comme un parasite et en effet, il venait d'un autre planète et infectait les humains! Il était leur virus spirituel!

        Jack Cariou pénétra dans les halles, pour s'acheter un croissant, et c'est là qu'il rencontra son premier Dom sérieux de la journée! Juste avant, dans la rue, il avait croisé quelques regards dominateurs, voire méprisants, mais il les avait chassés en regardant les nuages! Maintenant, alors qu'il souriait à la boulangère, une Dom (une femme dom par conséquent) s'était placée non derrière lui, mais légèrement de biais, pour bien marquer sa présence, et elle pesait autant qu'une colonne dorique!

        Elle ne s'était pas sagement rangée à la suite de Cariou, pour attendre! Elle ne s'était pas efforcée de le respecter, en lui laissant tout son temps! Elle n'avait pas non plus essayé de calmer en elle toute irritation ou toute impatience et elle n'avait donc pas progressé et rendu la vie en générale plus harmonieuse! Non, elle avait immédiatement pressé Cariou, faute de pouvoir l'écraser, comme si celui-ci n'avait pas été une autre personne!

        Principalement, le Dom empêchait le développement de l'individu dont il était l'hôte et il n'était pas rare de voir une femme de soixante ans ou un homme de quarante se comporter comme des bébés, sinon tels des adolescents! Le monde était pour eux ce que le ventre de la mère est au fœtus et le moindre obstacle à leurs appétits leur donnait des brûlures d'estomac, des démangeaisons... Ils se crispaient, grimaçaient, se tortillaient et Jack Cariou n'aurait pas été surpris qu'ils s'enflammassent sous l'effet de la rage!  

        Pour cette fois cependant, l'agent de l'OED décida de résister un peu... D'habitude, il ignorait le Dom et s'en allait, car expliquer le b.a.-ba de la vie en une minute se révélait extrêmement épuisant, quoique pour l'heure il fût possible de ne pas céder, en parlant encore posément avec la vendeuse, ce que Cariou fit!

        Mais, alors, en atteignant la sortie, il entendit la Dom commander haut et fort son pain et c'était la haine qui parlait! La Dom voulait que Cariou se sentît moins que rien et elle avait élevé la voix, comme une pelleteuse grince sur une pierre, avant de continuer son mouvement!

        L'agent de l'OED n'exagérait pas ses sensations, tel un paranoïaque... Il savait mieux que quiconque quelle guerre sans merci était engagée... et il s'attendait à ce qu'on rendît coup pour coup!

        De nouveau dehors toutefois, il reprit tranquillement sa marche vers le centre-ville... Il faisait beau, mais un peu partout et spécialement à l'arrêt du tram, des gens portaient un masque et peinaient à sortir du cauchemar causé par le virus! Les couleurs vives et variées d'un parterre de fleurs ranimèrent cependant les sens de Jack Cariou et ce fut juste à ce moment qu'il dut faire face à un Dom Queue!

        Celui-ci constitue un type et même un classique dans les fichiers très secrets de l'OED et voici ce qu'ils en disent: " Le Dom Queue ou DQ attire l'attention sur son sexe! Il est très fier du paquet qu'il a entre les jambes et il le remet volontiers en place, en secouant ses cuisses, comme s'il était vraiment gêné par la longueur de son "tuyau d'arrosage"!

        C'est ainsi que le DQ domine son monde, du haut de sa braguette! C'est sa majesté le "Gourdin"!  Les autres ne sont que des esclaves, qui dansent autour de son pénis et qui chantent la grosseur de ses testicules!

        Le DQ voit lui-même son sexe comme l'avare sa cassette! C'est son trésor, sa merveille! Tout son psychisme a coulé dans sa verge! Cela donne une créature mi-humaine, mi-animale! On dirait un insecte maladroit, qui traîne son organe génital, ou un agent superbe avec son bâton!

        NB: le Dom Queue peut être encore une femme et elle fait alors tomber le regard, de même que le triangle des Bermudes perd des avions! C'est une tigresse ou une vaginale éperdue, inconsolable!

        PS: bien entendu, le DQ pourrait faire facilement don de son cerveau, mais son amour-propre empêche cette générosité! Quel dommage! Une tête même pas rodée et qui ne sert à personne!"

        Jack Cariou grimaça: le problème n'était pas de se débarrasser du Dom Queue, mais d'oublier ce qu'on avait été obligé de voir! On continuait sa route, comme si on avait été souillé! On gardait en mémoire l'image d'un jean crasseux et qui saillait, grâce à une immense autosatisfaction!

        L'agent de l'OED plongea son regard dans le mobile émeraude et frissonnant des feuillages qui se succédaient sur le trottoir et bientôt il retrouva toute son assiette. Il laissait, avec plaisir, le soleil baigner son visage, quand de nouveau son attention fut troublée! La température avait l'air d'avoir baissé! Etait-ce un nuage qui passait? Non, il y avait un individu qui avait surgi et qui marchait promptement!

        Jack Cariou essaya d'en détourner les yeux, mais il n'y parvint pas! Il était comme happé par la présence de l'autre! Il ne pouvait plus être lui-même! L'attraction qu'il subissait était irrésistible, étouffante, destructrice et il fixa le graffiti d'un panneau, puis des micas étincelants dans un mur... Il fallait se concentrer sur quelque chose, afin de se libérer de la silhouette qui maintenant s'éloignait! Pas de doutes, l'agent de l'OED venait de croiser un DTN, un Dom Trou Noir! 

        Les humains étaient infectés à des degrés différents... Cela dépendait bien entendu du caractère de chacun, mais aussi des conditions de l'époque. Notamment, pendant très longtemps, la domination des Doms fut essentiellement physique, et on allait de guerre en guerre, jusqu'à ce que la frontière des pays se fixât!

        Aujourd'hui, à l'ère de la communication, la domination psychique prévalait et si elle était invisible, elle n'en était pas moins violente! Mais, encore, comme la société n'offrait plus de sens à la vie, puisque la religion et les idéologies politiques n'avaient plus d'influence, beaucoup se laissaient entièrement contrôler par un Dom, ce qui les mettait à l'abri de l'angoisse!

        Mais cela voulait aussi dire que leur équilibre ne reposait que sur leur égoïsme et il devait instamment dominer, être en toute circonstance le centre du monde! Ainsi était le Dom Trou Noir, à tel point qu'il concentrait sur lui toute vie ou toute matière, comme si effectivement il déformait l'espace-temps! Tous les gens qui rencontraient le DTN devaient aussitôt lui être soumis et celui-ci donnait l'impression d'être une broyeuse en mouvement!   

        Jack Cariou avait plusieurs fois affronté des DTN dans des espaces clos, comme une salle d'attente ou un transport en commun, et c'était alors un combat titanesque, sans merci, car il n'était pas question, une seule seconde, pour l'agent de l'OED de se laisser vaincre! Comment pouvait-on accepter la tyrannie d'un nombril?

        Mais résister à un DTN demandait une énergie incroyable et pourtant le jeu en valait la chandelle! Quand le DTN était dominé, alors que lui-même n'était que pure domination, il cédait subitement à la panique, car il ne pouvait supporter ce qui lui était étranger! Or, Cariou dominait sans vouloir dominer! C'était là sa grande force!

        Son pouvoir puisait dans la spiritualité, nullement dans son égoïsme, et il était de ce fait inaltérable, indestructible! Tôt ou tard, en face de lui, le DTN perdait ses moyens et s'enfuyait! Mais ce type de Dom était de plus en plus courant chez les jeunes et ils arrivaient comme une vague empoisonnée, qui ne ferait qu'étendre le chaos!

        Jack Cariou avait rendez-vous avec un autre agent de l'OED, Ralph Curtis! Les deux hommes prirent place sur un banc, chacun à une extrémité, et durant tout l'entretien, ils se regardèrent à peine: ils respectaient les gestes barrières!

        " Je voulais te voir, Jack, commença Curtis, car je suis à bout! J'ai perdu la foi! Je ne sais plus si notre combat sert à quelque chose!

        _ Tu es tout de même le seul de l'Oued à avoir vu un Dom sous son vrai jour! répondit Cariou.

        _ Ouais... et je peux te dire qu'ils ont une sale gueule!

        _ Ah! Ah!

        _ Mais regarde les gens autour de toi, Jack! Ils n'ont pas changé, malgré le confinement! Ils continuent à parader comme avant! Ils ne savent toujours pas écouter, patienter, admirer! Le Dom est comme chez lui partout!"

        A cet instant, la musique d'une voiture pulvérisa l'atmosphère et il fallut attendre! "Bon Dieu, Jack, ils sont ruisselants de vanité!

        _ D'accord! Mais qu'est-ce que tu veux faire?

        _ Je me dis que le meilleur, c'est peut-être en fin de compte un bon paquet de fric! Tu te payes ce qui te fait plaisir... Tu te protèges de la bêtise...

        _ Et tu glisses plus ou moins, jusqu'à la fin, c'est ça?

        _ Mais oui, pourquoi pas?

        _ Tu sais, je pense que tu travailles trop... Notre combat, c'est aussi du plaisir, ce qui évite l'amertume!

        _ T'es toujours le même, hein, Jack? Y a qu' toi pour être aussi vibrant! Qu'est-ce qui te motive au fond, Jack?

        _ Je supporte pas les Doms! Je ne peux pas accepter leur domination et leur hypocrisie! Ils sont soi-disant équilibrés sur cette planète perdue dans l'espace! Quelle blague! C'est ce mensonge que je veux dénoncer, car j'aime la vérité et la beauté! Je déteste encore toute tyrannie, toute injustice! L'égoïste qui veut trôner est responsable de tous nos maux!

        _ D'accord! D'accord, Jack! Ah! Ah! Tu m'as remonté le moral! On les aura, ces Doms!

        Ralph Curtis a été tué peu après cette rencontre... Il a osé piquer l'amour-propre d'un Dom, qui l'a roué de coups. Jamais donc il n'a baissé les bras! Repose en paix, Ralph!

  • Le Dom voit rouge!

    Le dom voit rouge

     

     

     

                                                                                                                    "Le peuple vaincra!"

                                                                                                                               Slogan dom

     

        Au siège de l'OED (Organisation Ennemie des Doms), la réunion commençait. Le Russe Fédor Andropov dirigeait la séance. "Mesdames, messieurs, dit-il, il était important que le comité directeur fût réuni, car la situation est révélatrice, sinon préoccupante! Le virus fait que le Dom, poussé dans ses derniers retranchements, a l'air de proclamer au monde son existence, bien que la plupart des gens n'en soient même pas troublés!

        Pourtant, les faits sont là, avec leur gravité! Mais voici quelques images, qui ne vous ont sûrement pas échappé... Le 30 avril, des manifestants armés investissent le Capitole du Michigan, pour crier leur haine à l'égard du confinement! Le 5 mai, toujours dans le même Etat, le vigile d'un supermarché est abattu, après avoir refusé l'entrée du magasin à une mère et son enfant, parce qu'ils étaient sans masque!

        Comment expliquer des comportements aussi absurdes, puisque le confinement est aussi destiné à protéger ceux qui lui sont hostiles? Seul le Dom est capable d'une telle violence à l'heure actuelle! Rappelons que la domination est sa nourriture, au point que toute autorité lui semble odieuse! Voilà pourquoi le confinement peut le conduire jusqu'au meurtre! Certes, les USA sont le pays de la démesure, mais aujourd'hui, indéniablement, le Dom voit rouge!"

        Cette entrée en matière jeta la confusion au sein du comité directeur! L'OED n'existait pas officiellement, mais, dans le monde entier, des hommes et des femmes avaient désormais pris conscience qu'une vie extraterrestre contrôlait des millions d'individus! Les envahisseurs étaient les Doms, de la planète du même nom, et ils parasitaient les humains, pour les maintenir à un stade animal, régi par la domination!

        Ce qui intéressait le Dom, c'était non seulement le sentiment de supériorité de son hôte, mais encore sa haine et son mépris, car cet ensemble, grâce à un phénomène électrochimique, le comblait intimement! D'autre part, son emprise était tel que lui et son hôte ne faisaient qu'un et qu'on appelait souvent le second comme le premier!

        Cependant, des personnes saines, qui n'était pas infectées, se révoltaient contre l'action néfaste des Doms, puisqu'ils empêchaient un respect mutuel et une vie en commun paisible, et ainsi s'était peu à peu édifiée l'OED ! On y luttait sans merci, quoique avec circonspection, car bien entendu il n'était pas question de tuer qui que ce soit!

        On ne pouvait pas non plus alerter l'opinion, parce que cela revenait à attaquer directement les Doms, dont l'enveloppe humaine montrait aussitôt une rage et une hostilité sans bornes! Toute discussion étant impossible, on devait donc combattre dans l'ombre et à ce compte-là, on en apprenait tous les jours!

        "Que vos exemples du Michigan soient le fait de Doms, c'est une évidence, Andropov! jeta brusquement la Japonaise Nami Sato. Mais, comme vous le dites vous-même, apparemment nul ne s'indigne de leur illogisme, ni même de leur folie! C'est à désespérer!

        _ C'est d'autant plus vrai, rajouta le Danois Jan Sorensen, qu'avec le chaos certains ne se contraignent même plus! Je pense notamment à ce crime raciste, sur le joggeur noir Arbery... Les Doms se lâchent et le sang coule!

        _ Hum! Cependant, enchaîna l'Allemand Dieter Stein, le caractère exceptionnel de la situation nous permet d'en apprendre plus sur nos ennemis... J'ai étudié le problème de la réouverture des plages, à la suite du déconfinement, en Bretagne... Une région éminemment maritime de France, comme chacun sait...

        _ C'est une étude que vous avez dû mener avec un brin de nostalgie, Dieter, non? fit l'Anglaise Sarah Taylor, un pli sardonique à la bouche.

        _ Je vous en prie, mes chers amis, intervint Andropov, évitons les mauvaises plaisanteries!

       _ Hum! Vous avez raison, ma chère Sarah, nous autres, Allemands, avons beaucoup de choses à nous faire pardonner, mais nous sommes tous dans ce cas, n'est-ce pas? Toujours est-il que, l'Elysée tardant à autoriser le littoral, on a vu sur le Web de drôles de messages! Il y était question du mépris du gouvernement, de sa politique bornée et même de sa jalousie, puisque, coincé à Paris, il ne disposait pas de ces si belles étendues de sable!"

        A ces mots, la lumière d'un sourire parcourut le comité directeur... "Je vois que vous avez la même réaction que moi, reprit Stein, et en effet l'aspect enfantin des ces réactions est frappant! Un gouvernement doit gérer tout un pays, il a mille problèmes à résoudre, géographiquement, politiquement, économiquement, sans compter ses relations internationales! Comment alors l'imaginer faire preuve d'un ressentiment particulier, d'une jalousie personnelle? Cela n'est possible que si ses détracteurs ont un égoïsme assez fort pour leur enlever toute lucidité!

        _ Et vous en concluez quoi? coupa de nouveau Sarah Taylor, qui s'impatientait.

        _ Je vous rappelle, ma chère Sarah, tint à dire Sorensen, que ce sont l'écoute, le respect, la curiosité même, qui sont à la base de notre organisation...

        _ Hum! fit de nouveau Stein. J'arrive au but... Le Dom, qui veut à tout prix dominer et dont l'amour-propre est facilement irritable, a donc une tendance à la paranoïa, ce qui est un signe de plus pour mieux le repérer!

        _ C'est très intéressant! fit Nami Sato, qui prenait des notes.

        _ Cependant, Andropov, poursuivit le Congolais Mamadou Gnoka, je présume que, si vous nous avez réunis ici, c'est parce que vous avez vraiment du nouveau à nous transmettre, quoiqu'il soit vrai que la colère du Dom s'exprime comme jamais!

        _ On ne peut rien vous cacher, mon cher Mamadou! J'ai effectivement demandé à Jack Cariou de venir nous faire un exposé, car sa vision a évolué et devrait nous servir..."

        En entendant ce nom, le comité directeur approuva d'un murmure... Jack Cariou était connu de tous... Il était l'un des premiers membres de l'OED et sans doute son plus célèbre agent sur le terrain! Son expérience était inégalée et il avait comme un sixième sens, pour reconnaître les Doms... Cela tenait du mystère, de la légende, et, en le voyant entrer, chacun éprouva un sorte de frisson: c'était à la fois de la peur et de la fascination!

        L'homme était grand et avait les traits purs! Rien de petit ne semblait pouvoir l'habiter! C'était un Français comme il y en a peu: mesuré et rêveur! En sa présence, à moins d'être un Dom, on n'avait qu'une envie: c'était de lui plaire! On disait d'ailleurs que les Doms le détestaient d'emblée! Face à lui, ils sentaient leur domination inefficace et menacée!

        Jack Cariou s'installa et sa voix, par sa limpidité, charma les oreilles! "Bonjour à tous, dit-il, et je vous remercie de me prêter votre attention. Mais je pense que le moment est venu de changer sensiblement notre politique! J'ai des éléments qui devraient vous en convaincre... Mais, d'abord, rappelons-nous l'origine de l'Oued!"

        A ce nom, un nouveau sourire illumina les visages du comité directeur... Naturellement, sur le terrain, l'OED était devenue l'Oued, parce que cela se prononçait plus vite et il ne déplaisait pas non plus à ses membres de travailler pour la "Rivière", puisqu'ils voulaient comme revivifier l'espèce humaine!

        "Nous nous sommes inspirés des messages religieux et plus particulièrement de l'Evangile, continuait Cariou, car le destin de l'homme est sa conscience; son futur est son esprit! Notre lutte contre les Doms s'est bâtie sur un principe: la haine provient d'un amour-propre souffrant et il suffit donc de restaurer cet amour-propre, par du respect, pour voir la haine reculer; c'est-à-dire pour voir le Dom libérer un tant soit peu son hôte!"

        L'attention du comité directeur était maintenant très soutenue: on était au cœur des préoccupations de chacun! "Notre principe correspond à la parole: "Si on te frappe sur la joue droite, tends la gauche!" Et effectivement nous obtenons des résultats... Le Dom est repoussé dans bien des cas, l'être humain reparaît à sa place... Mais un travers se fait jour également... Nous avons alors trop tendance à penser que l'hôte du Dom fait le mal, parce qu'il est malheureux! Nous le plaignons volontiers, en nous disant qu'il vit dans la "nuit", la confusion, les turpitudes! Mais, aujourd'hui, je peux vous dire que si un être humain se laisse envahir par un Dom, c'est bien parce que ça l'arrange et qu'il ne veut pas faire d'efforts! Le Dom est son ami!

        _ C'est impensable, ce que vous nous dites là! s'écria Jan Sorensen.

        _ N'est-ce pas Jésus lui-même, Cariou, qui a dit avant de mourir: "Pardonnez-leur, mon père, car ils ne savent pas ce qu'ils font!" enchaîna Stein.

        _ Mazette, Jack, vous revenez avec de la dynamite! Ne parlez-vous pas tout de bon d'une collaboration Terriens Doms? renchérit Sarah Taylor.   

        _ Mais peut-être que notre ami Cariou, lui-même, se laisse séduire par le ferment de la haine..., ajouta encore Gnoka.

        _ Etes-vous sûr, Cariou, de ne pas être la victime d'un début d'infection? lâcha Nami Sato."

        Soudain, un silence complet se fit dans la salle... La même question traversa tous les esprits: un Dom n'était-il pas en train d'infiltrer l'OED, en la personne de son meilleur agent?

        "Vous avez passé les tests dernièrement, Jack?" demanda Andropov. Il existait effectivement une procédure, permettant de repérer un Dom, mais elle était loin d'être fiable à cent pour cent... Ce n'était pas vraiment par la logique que l'on cernait le Dom... Il fallait plutôt chasser en soi ce qu'il représentait, et ainsi il apparaissait avec une totale évidence!

        "La domination me fait bien rigoler!" jeta Cariou et il y eut un apaisement général, comme si on avait de nouveau aperçu les neiges éternelles, sous la pluie rose d'un cerisier! Jack Cariou donnait en effet l'impression d'avoir subi les tentations du Christ... Il devait avoir lui-même rencontré le diable, qui lui avait également proposé la gloire parmi les hommes! N'était-ce pas là ce que la domination pouvait offrir de plus tentant?

        Mais Cariou aimait sans doute Dieu plus que tout! Il avait senti l'infini dans la beauté et le sens de la vie! D'autre part, il était peut-être le seul de l'Oued à comprendre ce propos de l'Evangile: "Il faut mourir pour renaître!" Il n'était pas possible de savoir vraiment quelles épreuves il avait traversées, mais elles avaient coulé en lui l'acier le plus pur, le plus résistant! Il était somme toute dans une autre dimension!

        "Regardez ce qui se passe aujourd'hui, reprit Cariou. Le Covid étouffe quasiment toute ambition et devrait diminuer le Dom, mais il se dresse au contraire sur ses ergots! Il ne change pas! Il est toujours aussi avide!

        _ Il faudra sans doute attendre longtemps, pour voir une évolution, Jack! coupa Sorensen.   

        _ D'accord! Mais je dis tout de même que, si on ne se défend pas, on est dévoré! Même Jésus ne se faisait aucune illusion sur ses adversaires! Il voyait leur haine comme un mur!

        _ Très bien, Jack! fit Andropov. Mais, alors, qu'est-ce que tu préconises?

        _ Vous le savez déjà, je fais désormais preuve à l'égard du Dom de la plus totale indifférence, car je veux l'inquiéter! S'il n'a rien à dominer, il est perdu et son hôte peut alors s'interroger sur lui-même! Tant que le Dom règnera, la spiritualité ne sera jamais nécessaire!

        _ Tu nous a déjà rapporté cette façon de faire, précisa Sarah Taylor, et nous suivons attentivement ses résultats... Mais, si nous te comprenons, tu veux aller plus loin... 

        _ Oui, je crois que chacun, avec ses armes, doit résister au Dom! Il ne faut pas hésiter à lui parler de son égoïsme! Il faut le toucher! On ne vaincra sans doute pas sa haine, mais, blessé, il se méfiera et évitera l'attaque! Vous savez, si nous sommes enclins à voir des traumatismes derrière le mal, c'est surtout à cause du doute qui souvent nous étreint et qui nous conduit à avoir peur du vide dans les relations humaines! Mais le Dom, lui, perçoit notre bonne volonté comme un dû et c'est comme si Dieu nous condamnait à la dépression!

        _ Pour résumer, fit Andropov avec un sourire, nous pourrions dire que l'Oued voit aussi rouge!

        _ Oui, mais sans haine! C'est cela qui nous différencie absolument du Dom!"