Billets de luc-gerard

  • Poulet en Dom!

    Poulet en dom

     

     

     

     

     

                                                                                          "La baronne serait-elle devenue émotive?"
                                                                                                                              Le Ruffian

     

     

        " J'ai jamais vu le soleil! C'hais même pas c' que c'est! J'ai jamais vu un brin d'herbe non plus! ni une fleur! J'ai jamais senti l'air frais! J'ai jamais respiré un matin, à pleins poumons! pour saluer une nouvelle aube! J'ai jamais vu mon haleine sortir de ma bouche! J' connais pas la rosée non plus! ces petites perles fines! Les couleurs du monde, c'est pas pour moi! Le vent, les nuages étincelants, les maïs bruissants, les cours d'eau murmurants, jamais vu!
        J' connais pas la terre chaude, l'odeur des racines, le tranchant des pierres! J' voudrais humer d' la résine, paraît qu' c'est enivrant! Et les tapis d'aiguilles rougeâtres, paraît qu' c'est quasi élastique, silencieux même! Et l'éclat des feuilles, nom de D...! Si j'ai bien compris, c'est comme des cristaux émeraude au printemps! mordorés en automne! et même pourpres! Chapeau! Et les écorces, alors comme ça les arbres auraient chacun un type de peau! lisse ou crevassé! rouge ou gris! Et en avant la musique!
        J' connais pas non plus la pluie! J'entends parfois son bruit, mais j'ai jamais été d'ssous! Y en a qui s' lave avec, mais moi, j'ai jamais été nettoyé! Au contraire, j' vis dans une crasse immonde, dans une odeur pestilentielle, depuis toujours, depuis qu' j' suis né! Bon D...! Faut pas qu' j ' pleure! A quoi ça sert? Faut mieux rêver! Oh, ça, c'hais faire! Y paraît qu' a plein d'animaux dehors! Ah! Ah! des vaches idiotes! mâchant et mâchant encore! déféquant! mais dans l'herbe verte, connais pas!
        Y aurait plein d'oiseaux dans l' ciel, chantant merveilleusement! Y sont en liberté, comme on dit! Y piaillent dans l'azur, heureux de vivre apparemment! Y' s nourrissent d'insectes, moi, mon truc, c'est le vers de terre, jamais vu, jamais mangé! Faut pas qu' j' pleure! A quoi ça sert? Paraît qu' a des chiens qui font ouah! ouah! et qui courent après un bâton! Les c...! Mais au moins y 's dépensent, ils existent! Paraît qu' a des chats, qui font les fauves et qui détalent au moindre bruit! Des guignols quoi! Mais ils vibrent, y sont dans la fête! Pas moi!
        J' vais vous raconter ma vie! Mais faudra pas pleurer! A quoi ça sert? On est des centaines les uns sur les autres, les pieds dans nos excréments! Et toujours cette odeur qui vous noue les tripes, à cause de son aigreur! On a juste assez de place pour se tenir debout! On se regarde horrifié! Qu'est-ce qu'on fait là? C'est un cauchemar, dont on va certainement se réveiller! Mais non, on est toujours immobile, avec les mêmes yeux autour!
        Il y a encore le bruit: c'est comme une mer abrutissante! un degré de plus dans la folie, le dégoût! Qui a organisé ça? Qui peut nous mépriser ainsi? Qui peut piétiner la vie de cette manière? Qui n'a pas d'âme? Qui est autant monstrueux? Mais faut pas pleurer! A quoi ça sert? Faut serrer les dents ou le bec!
        De temps en temps, y en a qui meurent! J' les vois qu' y s' tendent, comme s'ils voulaient appeler! Puis, ils s'écroulent, dans l'indifférence générale... Ben dame, qu'est-ce qu'on peut faire? Leur cadavre fait tel un trou parmi la multitude, de sorte qu'on a l'air de danser autour! La tension ne diminue pas et la peine est complète! Peut-on pleurer en enfer? Oui!
        Les morts sont cependant enlevés, par les mains de créatures géantes, qu'on appelle des hommes! Ce sont eux aussi qui m'ont empêché de m'enfuir, car je n'en pouvais plus! Certains se contentent de leur ration de grain et on dirait bien qu'ils s'enivrent avec! Il est vrai qu'il n'y a rien à faire ici, à part manger! Mais cette nourriture est insipide, à force d'être toujours la même et elle excite plutôt ma colère!
        Un jour, j'ai rassemblé toutes mes forces et j'ai pu sauter par-dessus ce qui sert de clôture! J'ai atterri sur un couloir de béton et je me suis dirigé vers la source d'un courant d'air. Cela venait du dessous d'une porte et j'y voyais du jour! J'étais comme hypnotisé, quand on m'a saisi par le cou! Sans ménagement, sans un mot, alors que j'étais suspendu et étouffais, on m'a rejeté dans la cohue! Première leçon de vol! J'ai dû perdre quelques plumes, mais, comme vous devez vous en rendre compte, je ne perds rien de ce qui pourrait m'être utile, pour partir d'ici et même alimenter ma haine!  
        Mais l'évasion n'est pas possible, c'est le sombre constat auquel je suis arrivé! Bien sûr, vous vous dites que je ne dois pas renoncer, car ce serait comme accepter votre propre désespoir et la vie veut vaincre essentiellement, mais encore vous voilà soupçonneux, d'autant que vous êtes peu émotifs, et vous en venez à vous demander comment, dans ces conditions, je peux parler de l'extérieur, avec une langue aussi alerte!
        Eh! Eh! Je vous attendais là, comme un arrière, au rugby, voit l'équipe adverse se ruer vers lui! Avec sang-froid, alors qu'on va presque le toucher, il envoie en touche le ballon, d'un long coup de pied magistral! Intact le p'tit gars, devant les armoires à glace qui tirent la langue! Bon, j' vais être moins vachard, je vais vous donner sans tarder la solution! Tout ce que je sais, au-delà de cette fournaise, je le dois à... mon ami Sunny!
        C'est une hirondelle mâle et il faut la voir entrer par un trou du toit! Elle va, elle vient à travers la charpente, avec une aisance, une classe, une légèreté! Sunny, c'est l'as des as, le champion toute catégorie des hirondelles! Même les pilotes japonais, qui s'écrasaient sur les porte-avions ennemis, n'avaient pas un dixième de sa précision! C'est une étoile vibrante! un souffle de liberté!
        Il est venu se poser sur ma petite clôture, car j'ouvrais des yeux ronds, en le regardant! Il a commencé à me parler et m'a bientôt bouleversé! Bon sang! Faut pas que j' pleure, à quoi ça sert? Je calme plutôt mes nerfs et j'écoute Sunny! Il me fait comprendre le monde et j'en apprends des choses! D'abord, je suis un poulet d'élevage, d'élevage intensif! Je n'ai eu aucun mal à deviner le sens de ce dernier mot! Pensez, il fallait encore tendre l'oreille, même sous Sunny, pour bien l'entendre!
        Par contre, j'ai buté sur "eugénisme", ça m'amenait trop loin! Les gènes, c'est quand même compliqué, mais il est question d'une sélection, pour qu'on grandisse plus vite et cela expliquerait alors les arrêts cardiaques, les fractures, les morts subites! Les fumiers! Les ordures! Mais mince, la vie, la vie, c'est pas de la raclure! un filet d'égout! Faut pas que j' crie! Faut que j' garde mes forces, maintenant que j'ai Sunny, que j'ai de l'espoir!
        "Comment tu t'appelles?" m'a demandé Sunny!
        _ Comment j' m'appelle?
        _ Ouais, t'as bien un nom! Moi, c'est Sunny! Il te faut un nom, sinon tu resteras un inconnu pour moi!
        _ Un inconnu? Mais sûr Sunny, j' veux pas rester un inconnu!
        _ Eh ben, on va t'appeler Luigi; ça te va?"
        Tu parles, si ça m'allait! Ce nom, ou ce prénom, je l'ai caressé des heures et des heures! Luigi! Je m'appelle Luigi! Ah! Ah! Le combat commence, les enfants! J' peux faire mal, j' veux dire me défendre, à présent que j' suis quelqu'un! Merci Sunny, c'est le plus beau cadeau (et d'ailleurs le seul!) qu'on m'ait fait! Mais faut pas pleurer, à quoi ça sert?
        Y a des chefs ici, qui ont trouvé mauvaise ma relation avec Sunny! Ah oui! Parce qu'il faut que je vous explique! Même dans notre triste situation, notre drame, certains tiennent quand même à se montrer dominants, supérieurs! Ils exigent qu'on les craigne, qu'on reconnaisse leur autorité! Ils ont dit que Sunny racontait des fariboles, qu'on allait à notre perte, si on les prenait au sérieux! Ils ont même essayé de chasser mon ami!
        J' m'en moque! Quand l'éclairage baisse un peu, pour simuler la nuit et que la plupart somnole, c'est là qu' j' en finis pas de discuter avec Sunny et quelques jeunes suivent mon exemple! "Qu'est-ce qu'on fait là?" j'ai demandé à Sunny. Il n'a pas voulu me répondre tout de suite, il a juste baissé la tête! "Bon sang, Sunny! ai-je repris. Vide ton sac! Dis-moi tout! J' suis prêt; ça peut pas être pire!" Et Sunny a répondu!
        J'ai tout pris! comme si on m'avait giflé avec une sauvagerie extrême! Et bien des choses se sont éclairées! Je ne comprenais pas pourquoi on avançait progressivement vers la porte! Je saisissais pourtant que c'était parce qu'un certain nombre partait: il ne pouvait en être autrement! J'ai beau être un poulet, j' suis capable de logique! Mais on partait pour où?
        Donc (j' le dis froidement), y a un transport et on est conduit jusqu'à un autre bâtiment, qui s'appelle un abattoir! Là, on est accroché à la file, tête en bas et on est plongé dans une eau chargée d'électricité! Cette étape est nommée l'électronarcose, afin que la saignée qui suit soit moins douloureuse, car on nous saigne et c'est la mort! Mais, par conséquent, notre bien-être est pris en compte, même si on n'a jamais vu le soleil! N'est-ce pas touchant?
        J'étais glacé et j'ai dû faire effort, pour avaler ma salive, avant de questionner encore Sunny: "Mais dans quel but tout ça?" ai-je fait. On est mangé! Logique encore! Les animaux se dévorent entre eux, pour survivre! "Eh bien, monsieur, vos papiers m'ont l'air parfaitement en règle! J'avouerais même que je n'ai jamais vu une mine aussi honnête! Allez, passez!"
        Je suis resté abasourdi, car a priori notre sort était dans l'ordre des choses! "Ce n'est pas aussi simple!" a rajouté Sunny et il a de nouveau capté mon attention! Il nous a parlé de la route! Non loin d'ici, il y a un ruban de macadam, qui sidère tous les animaux qui le voient! Pourquoi? Mais parce que dessus circulent dans un vacarme épouvantable toutes sortes de véhicules, absolument indifférents à la nature qui est autour, comme si le soleil, les arbres, les champs ou les nuages n'existaient pas!
        "Les hommes sont perdus! m'a expliqué Sunny, qui a beaucoup voyagé et beaucoup vu. Ils croient que leur vie a un sens, mais il n'en est rien! Ils ont surtout peur et ils se raccrochent à leur égoïsme! Ils veulent donc du pouvoir et de l'argent, d'où les élevages intensifs!"
        J'en ai vomi sur mes pattes! Alors, nous vivons dans des conditions atroces, non à cause de la stricte nécessité, mais pour apaiser les nerfs de ces messieurs dames! Puisqu'ils ne font pas non plus d'efforts pour chercher une vérité, une paix, pour devenir meilleurs, plus humains! Ils préfèrent mépriser, haïr et détruire, plutôt que d'essayer la patience, la retenue, l'humilité!
        "Tu sais, a rajouté Sunny, beaucoup d'entre eux ne se rendent même pas compte de leur cruauté, ni de leur laideur! Ils se traitent déjà entre eux, comme s'ils étaient des déchets!" Oui, oui, ils sont aveugles, mais nous, on était en enfer! J'étais en train de digérer ces nouvelles données, quand je me suis aperçu qu'on avait avancé jusqu'à la porte! On était donc du prochain départ!
        Les chefs, parmi nous, continuaient à rouler des mécaniques et la majorité attendait son grain. Mais, moi, j'étais dévoré par l'angoisse: mes yeux ne quittaient pas la porte et bientôt, effectivement, elle s'ouvrit! Des mains nous jetèrent violemment dans des cages, qui furent empilées sur un camion! On entendait des gémissements et la peur se lisait dans tous les regards!
        Pour la première fois, je voyais le ciel, le soleil et la campagne, mais ce qui aurait dû m'enchanter me remplissait au contraire d'amertume! Je connaissais la fin du voyage! On est passé par un bourg et je fixais éperdu les gens qui étaient sur la place. J'aurais voulu leur crier: "Sauvez-nous par pitié! Nous allons à la mort!", mais chacun allait avec la plus parfaite indifférence!
        Nous nous approchions de la "route de la folie", quand je les ais vus! Les enfants, c'était encore plus beau que la RAF du temps de Göring! Sunny et ses camarades en essaim! Un virage impeccable sur l'aile et tous piquèrent sur notre camion! J'entends encore le chauffeur hurler: "Nom de nom!", car il n'y voyait plus! Le camion est parti à travers champs et s'est renversé, à cause de la pente! Les cages se sont répandues et la mienne s'est ouverte! J'en ai aidé un bon nombre à se libérer!
        "Courez vers le bois!" nous criait Sunny! Ah, les enfants! Je foulais l'herbe! J'ai même buté contre un champignon! Mais je rigolais! On a traversé un ruisseau... Bon sang, que c'était bon! Une fois dans le bois, Sunny nous a dit de continuer, sinon on serait rattrapé et on a marché en file, pendant deux jours, tous les sens en alerte, et on s'est arrêté sur la pente escarpée d'une colline! "Là, vous serez en sécurité!" nous a affirmé Sunny et on a créé un maquis, sous les épines!
        Bien entendu, il faut maintenant trouver notre nourriture et lutter contre les prédateurs, mais aucun d'entre nous ne voudrait revenir en arrière! On est là une cinquantaine et Sunny est reparti en Afrique; on le retrouvera au printemps!
        Si vous voulez nous aider, demandez au moins un poulet "plein air", même s'il reste à voir dans quelles conditions on le sort! Boycottez l'élevage intensif et vous aurez mon bonjour! Parole de Luigi le poulet!