Blog

  • On est fragile!

    On est fragile

     

     

     

     

        Bien sûr, notre existence sur Terre, une minuscule planète perdue dans l'espace, avec une conscience de nous-mêmes vouée a priori à la mort, nous est parfaitement normale et chaque jour nous savons ce qu'il faut faire! Nous allons au travail, faire des courses; nous parlons à certains et certaines; nous sommes pleins de projets, nos enfants aussi et bref, des extraterrestres, de passage et sottement inquiets, ne pourraient qu'être impressionnés! Alors, pourquoi essayons-nous de faire peur aux autres?

        Un exemple... C'est le matin et nous revenons du marché... Comme il est encore tôt, nous sommes plus fragile, car le sommeil fait tomber les défenses et rend vulnérable! A l'autre bout de la rue, un individu nous fixe et s'assoit même sur les marches de son immeuble, celui qui fait face à notre propre logement.

        Cette personne semble ainsi se préparer au spectacle de notre passage: "Quelle bonne tranche on va se payer!" a-t-elle l'air de dire, mais en fait elle avoue, par son attitude, qu'elle n'arrive pas à tenir debout! Cependant, nous nous sentons légèrement tendu, à cause de la pression qui s'exerce sur nous et qui réveille certaines peurs! Par exemple, si nous montrons la plus parfaite indifférence à cette occasion... et si un jour il y a le feu chez nous, ce voisin ne nous refusera-t-il pas son aide, alors qu'il sera le seul visible et parce qu'il nous en voudra encore?

        En fait, chacun est comme un gruyère, avec "plein de trous"! Nous avons tous des peurs enfouies et qui ne demandent qu'à ressurgir, pour nous affecter, suivant notre état de forme! Ces peurs sont plus ou moins ridicules et elles peuvent même devenir carrément absurdes, avec le travail de sape de la dépression! On arrive alors aux obsessions, comme de vérifier trois ou quatre fois qu'on a bien fermé sa voiture! En fait, dans ce cas, on ne supporte plus aucune tension! Notez qu'aujourd'hui la plupart des jeunes sont incapables de gérer leurs émotions sans leur Smartphone! Ils ont le "nez dedans", dès que la situation les trouble un peu, même si c'est d'une façon agréable, comme de sentir un émoi sexuel! Le Smartphone est tels la cigarette ou le verre de vin pour d'autres!

        Pour savoir si on évolue, la maîtrise de nos peurs est essentielle! Il est évident que plus on est en paix avec soi et plus on préserve ses forces, et plus donc on résiste à ses peurs et à la haine des autres! Ceci est surtout pour les quelques psychologues qui pourraient nous lire et qui ignorent la domination! Car ce matin-là, c'est bien une haine qui anime notre voisin: il veut nous dominer en nous faisant peur, bien ancré sur ses marches!

        Il ne lui viendrait pas à l'idée qu'on ne lui doit rien! que les autres méritent le respect, tout comme lui! Non, il est supérieur à vous et tient à vous le faire sentir! C'est son monde qui prévaut! Rappelons la logique: plus la situation devient précaire et inquiétante et plus la domination devient féroce, dure et violente! Que l'on songe à l'exemple, déjà cité dans nos chroniques, des crocodiles qui voient leur marigot s'assécher! Il y a ceux qui vont tenter, au péril de leur vie, de trouver un autre point d'eau, et pour les autres, c'est le plus fort qui survivra le plus longtemps! Malgré nos lois, nous n'avons pas dépassé ce stade!

        Malheureusement pour notre voisin et à notre grande surprise, nous retrouvons en nous une vérité essentielle, primordiale: "Nous n'appartenons à personne!", et ceci est valable pour chaque être humain! On peut nous menacer, paraître comme un juge, qui voudrait voir si tout est en règle dans notre vie... La liste de nos cauchemars est de toute façon vertigineuse! Mais on ne peut pas nous enlever ce que nous savons! ce qui fait désormais partie de notre chair! C'est le résultat d'expériences dont le commun n'a même pas idée! Nous sommes éternel, car maintenant nous sommes unique!

        Du coup, nous passons devant le voisin, sans même le voir, et nous rentrons chez nous, en embrassant la ville d'un dernier regard serein! Le voisin nous en voudra sûrement; il cherchera une occasion future de nous montrer tout son mépris; ce sera là sa vengeance, mais sa haine n'est que le produit de son égoïsme! C'est lui qui s'est exposé, avec dureté et ce n'est pas une manière de demander de la sympathie, de l'attention! On ne veut s'intéresser à l'autre qu'à la seule condition qu'il nous soit soumis, inférieur! On a un tel orgueil qu'on trouve normal de demander à l'autre de l'admiration, ainsi qu'on daignerait lui parler! On est toujours le roi, au-dessus; on ne connaît pas la nuit, le doute, la souffrance, les cris de l'angoisse! On n'a pas gémi, on n'a pas erré, on n'a pas été cassé, on n'a pas supplié, on n'a pas été assoiffé; on n'a pas été grevé de chagrins! 

        On n'a pas cherché, mais au contraire on a toujours veillé à ses aises, à son confort! On a maudit, haï, humilié, méprisé dès qu'on a senti l'injure telle une plume! On ne saurait nous manquer de respect! On est si fier, si important! On sait tellement de choses! On est si sérieux, si responsable! On écrase, mais on a le droit! On déchire, mais c'est par jeu! On traite l'autre de menteur, de manipulateur, car on ne le comprend pas! On le rend méprisable par la suspicion!  On l'empoisonne, on le détruit!

        On est pour l'autre tel un puits sec! Reconnaître son existence, sa particularité; se montrer curieux de ce qu'il est nous dérange, nous fait perdre notre temps! Tout ce qui ne nous flatte pas, nous le rejetons! Nous ne donnons pas à boire; nous sommes avares; nous ne savons que prendre! Nous nous sentons même lésés, tel un voleur qui crie à l'injustice! On piétine les fleurs de l'autre sans vergogne, en le regardant droit dans les yeux!

        On parle encore haut, on joue les affranchis, mais on n'a rien vu du monde; ni même jamais travaillé! On n'a jamais suivi le sillon de la vérité, du courage ou de la foi! On a bien trop peur et on déteste ceux qui nous échappent et qui sont plus forts! Aujourd'hui, la tempête clôt le ciel et on happe l'attention des autres, comme une machine la manche d'une chemise! On réclame avec agressivité; la domination se nourrit comme un ogre, empêchant toutes les civilités! Des monstres, notre société, par son hypocrisie, a créé des monstres! Ils sont terribles dans leur bulle, alors qu'une goutte d'humilité, d'excuse, d'abaissement, de franchise, pourrait les rafraîchir et les ensoleiller à foison!

        Mais notre sujet est notre fragilité, revenons-y... Nous sommes parfois si faibles qu'il nous arrive de resaluer ceux qui nous ont déjà méprisés, et qui nous mépriseront encore! C'est que le froid nous envahit et que nous ne voulons plus cheminer seuls! Nous n'avons plus la force de résister, de sélectionner et nous cédons à l'échange, bien que nous le sachions empoisonné et blessant! Ceci est bien entendu aussi valable pour la relation amoureuse, comme va le raconter l'exemple suivant!

        Nous sommes à la station service et nous attendons notre tour... Devant nous , une jeune femme remplit son réservoir et nous pensons qu'elle doit être jolie, en regardant ses jambes fuselées. Mais nous veillons à ne pas marquer notre attention et nous notons seulement sa voiture: une Mégane. Une idée de la personne se dégage: elle doit être un peu bobo, avec un égoïsme assez certain, et finalement nous patientons en considérant de nouveau notre intérieur.  Toutefois, nous nous demandons encore quel est l'équilibre de cette femme, si elle ne se sent pas désirée!

        La réponse vient alors que nous ne l'attendions pas! Soudain, cette femme s'énerve contre le volet de son réservoir! Elle le pousse, il ressort; elle le presse, le referme violemment, comme s'il était devenu un objet doué d'une résistance propre! Enfin, il paraît en place, mais c'est maintenant avec sa portière que la conductrice a des difficultés! Il semble qu'elle essaie d'ouvrir un blockhaus!

        Nous voyons ces événements du coin de l'œil; jamais nous ne regardons la jeune femme, qui visiblement est en proie à l'angoisse, car son attitude témoigne que son esprit n'est plus à ce qu'elle fait! La peur l'accapare, ce qui confirme notre première perception: un être immature, à cause de son égoïsme!

        Au moment où enfin elle referme sa portière, le volet de son réservoir rejaillit, sous le choc sans doute! Nous klaxonnons pour signaler le fait, mais la conductrice nous voit comme un gêneur et surtout, elle est toujours nerveuse et ne veut pas ressortir de sa voiture! Nous quittons donc précipitamment la nôtre, avant qu'une voiture, qui paraît lâcher son essence, n'effraie plus loin les enfants!

        Nous frappons à la vitre et la jeune femme, en nous voyant, a une réaction inattendue: elle nous sourit, ainsi que la situation serait redevenue normale, puisque nous semblons maintenant lui montrer de l'intérêt! Son équilibre ne repose que sur sa séduction! Cependant, elle sort sur nos talons, après notre explication, et nous nous dirigeons ensemble vers le volet "sauvage"! Nous le remettons nous-même en place, en le poussant légèrement du doigt et la jeune femme s'écrie: "En fait, y avait qu'à...

        _ Oui, y avait qu'à...! répliquons-nous."

        Maintenant qu'elle nous fait face, nous nous rendons compte que c'est une véritable beauté! Sous sa chevelure blonde, les traits sont réguliers et apparemment sans défauts! Mais, en une seconde, nous constatons encore deux choses! D'abord, si la peau de cette jeune femme est légèrement halée, ce qui la rend quasiment irrésistible, elle n'en est pas moins marquée par des nuances jaunes, qui témoignent des combats intérieurs de la conductrice et qui viennent peut-être de digestions parfois difficiles ou d'un foie trop fortement sollicité!

        Ensuite et surtout, la jeune femme est absolument fermée à la "lumière"! Nous évoquons rarement ce phénomène, car nous ne savons pas encore lui donner une explication scientifique; mais il n'en demeure pas moins que "Les yeux sont la lampe du corps", ainsi que le dit l'Evangile, et il est possible de voir une "fermeture" ou une "ouverture" chez chacun! Ici, l'égoïsme que nous avons supposé est bien présent! Tout ça fait que nous ne nous attardons pas et qu'au merci de la conductrice nous ne répondons rien, pour regagner au plus vite notre véhicule!

        Pourtant, le désir s'empare peu à peu de nous... Cette petite aventure est en train de nous pénétrer... Elle trouve son chemin dans notre fatigue... Nous rêvassons à l'idée d'avoir invité la jeune femme à dîner... Cela nous est doux et nous sommes même maintenant prêt à oublier tout ce que nous avons remarqué! Nous allons arriver au regret! On peut même atteindre l'instabilité et la souffrance qui va avec! On se fait alors des reproches, on se méprise d'avoir raté l'occasion, ou on se met en quête de la personne, pour "rattraper le coup", en risquant de lui faire peur, ainsi qu'à d'autres, puisqu'ils nous voient hagards, désemparés!

        Il est étonnant de constater combien la "chair" ou notre fragilité peuvent occulter la raison! Pourtant, ici, nous tenons toujours notre imagination en laisse, car nous ne perdons pas de vue qu'une relation aurait mené au désastre! Après le sexe, qui aurait certainement été très agréable, il eût fallu affronter tôt ou tard l'égoïsme de la jeune femme, ce qui aurait été éminemment destructeur! Notre indifférence lui aura été sans doute plus utile, en l'amenant à réfléchir sur elle-même! Pour l'instant, cette "beauté" passe d'homme en homme, en ne comprenant pas pourquoi "ça ne fonctionne" pas! Elle est dans la nuit!  

        Pour rester dans la lumière et la paix, il est nécessaire de reconnaître la domination sous toutes ses formes! Certains, en effet, demandent de l'intérêt de la manière la plus innocente qui soit! Par exemple, ils mettent leurs enfants ou leurs chiens en avant et quoi de plus naturel alors que de s'enquérir de tout ce petit monde? Nous sommes naturellement des êtres sociaux!

         Le problème, c'est que la domination ne va toujours que dans un seul sens! Elle prend, mais ne donne pas! Ceux dont vous êtes curieux ne vous rendront pas la pareille! Certains même ne vous répondront pas au cours de la conversation, comme si subitement vous n'existiez plus! C'est que par une remarque générale vous les avez invités à dépasser leur propre personne, ce qui les ferme aussitôt! La domination nous vide et c'est pourquoi notre quotidien est si éprouvant et déstabilisant!

        Actuellement, Souchon commence ses concerts en disant: "Je vais vous parler d'une époque où le bon Dieu était encore dans le ciel, mais vous n'allez pas me croire, car en ce temps-là les téléphones avaient des fils! Il y avait aussi de petits hélicoptères bleus au-dessus des fleurs et qu'on appelait des libellules, je crois...."

         D'abord, ces "hélicoptères" sont en fait des Caloptéryx éclatants, encore appelés Demoiselles, et ils sont toujours aussi nombreux, ainsi que les libellules! Mais pour le savoir, encore faut-il être un véritable amoureux de la nature, ce que n'est pas Souchon! Au fond, il se pose en victime pour mieux attirer l'attention sur lui et c'est encore sa domination qui parle, ce qui explique aussi sa nostalgie, car il faut bien se raccrocher à quelque chose!

        Mais aujourd'hui, nous, nous pouvons dire que le sermon sur la montagne: "Heureux les humbles, car ils verront Dieu..." n'est pas, comme nous l'avons longtemps cru nous-même, pour une vie future; mais il concerne notre temps ici et ceux qui se détachent de leur domination verront bien Dieu et seront heureux dans la lumière!

  • On ment!

    On ment

     

     

     

     

        Aujourd'hui, la haine est partout! C'est la conséquence de la domination ou de l'égoïsme! Mais au fond qu'est-ce que la haine? C'est détester l'autre parce qu'il ne nous est pas soumis! Ainsi, actuellement, certains haïssent en voyant simplement qu'on a une existence propre à côté d'eux! Il faudrait être esclave ou disparaître! Ce n'est pas bien entendu supportable!

        Pour améliorer les choses, l'orgueil ou l'amour-propre devraient apprendre à perdre, à s'humilier et ils s'ouvriraient de cette façon au doute ou à la différence! Le respect vient avec la modestie, mais le chemin pour se diminuer n'est possible que grâce à la foi, car c'est "l'amour sans témoins" qui permet vraiment d'aller à contre-courant, ou dans la nuit ou l'eau froide!

        "Voilà cette chronique est déjà terminée! La démonstration a été faite; même si la France n'ira pas en finale, mais ça ce n'est pas une surprise! Nous remercions tous ceux qui ont aidé à la réalisation de cette émission...; notamment les techniciens et le standard, dont on parle peu, alors que leur travail est indispensable! Quant à moi, je vous donne rendez-vous pour après les vacances... On vous réserve plein de surprises! Y aura un tas de personnalités autour de moi, pour fêter ce joyeux retour! Voilà! Je crois que j'ai tout dit! Je vous remercie bien sûr de votre fidélité! Vous êtes toujours très nombreux à nous suivre... et donc à la prochaine! Bye Bye (générique)!"

        Plus sérieusement, quand chacun tire la couverture à soi, le monde devient incompréhensible et entre les drapeaux rouges de la CGT, les derniers gilets jaunes, la lecture lénifiante du journal, qui nous montre tous pleins de bonne volonté, à part quelques exceptions, la météo folle, les scandales sexuels et le pangolin qui se défend, il y a de quoi perdre son latin! La société s'assomme d'ailleurs elle-même par sa propre agitation; elle se saoule de ses problèmes, comme un ivrogne finit par s'endormir sur le trottoir! Elle n'en peut plus malgré elle, car l'égoïsme est comme la tempête: il ne connaît pas la mesure!

        Nous allons donc tâcher de résumer encore une fois la situation, afin de ne pas perdre de vue le phare qui continue à nous éclairer par ici! Remontons aux origines, sans peur et le cœur vaillant! Nous savons que nous sommes issus du règne animal et que ce qui nous anime en premier, c'est la domination! C'est la conséquence de l'Evolution, qui est une individualisation des espèces!

        Chez les animaux, la domination constitue une hiérarchie, qui assure la survie du groupe. Il faut effectivement un ordre, pour manger, défendre le territoire et se reproduire! C'est la force qui se transmet! Ceci est pour certains messages qu'on voit refleurir çà et là, au nom du communisme libertaire! D'abord, l'échec du communisme n'a pas encore été apparemment compris et ensuite l'anarchie est contre nature et au fond masque une hypocrisie radicale, car on veut le chaos, sans s'avouer qu'on y trouvera l'occasion de devenir un chef! Ainsi encore Mélenchon souhaite un retour à une Assemblée constituante, lui offrant la chance d'être un nouveau Robespierre!

        Mais nos comportements imitent a priori ceux des animaux et voilà pourquoi nous avons eu bientôt des rois! Ceci est pour miss Univers, qui se demande d'où vient le patriarcat! Le dominant apprécie sa situation et il va inventer une noblesse de droit divin et héréditaire! Il a vu grand et il s'est sans doute un "peu" emballé! Malheureusement, la religion va se faire complice de cette "vision", puisqu'elle-même n'échappe pas à la domination! Dès qu'il y a du nombre, les "chefs" se croient obligés de s'imposer et ce n'est pas bien entendu les privilèges et la richesse qui les intéressent; ils ne sont mus que par leur sens des responsabilités! C'est en tout cas ce qu'il y a d'écrit sur la notice!

        La religion va donc payer cette mauvaise alliance, car les pauvres ou les roturiers vont se retrouver devant un obstacle infranchissable; tels des saumons face à une écluse trop haute! Car notez-le, ce sont encore des dominés qui veulent être des dominants! Ce n'est pas l'imagination qui est gagnante, mais la nécessité fait loi! On en arrive donc, dans notre beau pays, à la révolution de 1789! Un régime s'en va et un autre prend sa place! Un train plus "juste" entre en gare! 

        De soulèvements en soulèvements, et à mesure que la fumée se dissipe, on voit apparaître notre République, avec deux courants politiques: la gauche et la droite! Pour parler sommairement, la seconde représente les dominants et la première les dominés! Le combat des deux est donc pour la domination! Bien sûr, la gauche, à grands cris, nie ce fait! Les drapeaux rouges et noirs ne représentent que le bien en lutte contre le mal et il n'y a nulle recherche du pouvoir dans tout cela! On veut juste défendre l'enfant dépenaillé, à côté du poêle froid!

        Quant à la droite, elle ne méprise personne! Elle est bien élevée, n'aime pas l'argent, donne aux nécessiteux, respecte Dieu et elle ne profite que du fruit de son travail! Si elle aussi fait la grimace, c'est parce qu'elle est entourée de sauvages!

        Aujourd'hui, cependant, qu'est-ce qu'il y a de neuf? Disons-le tout net: la lutte des classes est dépassée! D'abord, notre système démocratique ne peut plus être radicalement changé; il est le fruit de plusieurs siècles d'expérience et il protège au mieux nos droits, quoique dernièrement il ait été sévèrement critiqué par des réfugiés syriens! Ils y ont vu quelques pailles!

        Ensuite, chaque gouvernement, actuellement et ce quelque soit sa couleur, a les mains liées! Les caisses sont vides et nous faisons partie d'une communauté européenne; elle-même à l'intérieur d'une communauté internationale; ainsi que des poupées russes et c'est très bien ainsi, car on se parle et cela évite que quelqu'un se mette à tirer dans tous les sens, défiant le shérif, entre deux lampées de whisky!

        Mais notre politique doit donc en respecter d'autres et elle ne peut pas donner de violents coups de barre! Cette situation qui est le résultat d'un long processus, basé sur le principe que l'union fait la force, est parfaitement visible, puisqu'elle a mené chez nous à la dissolution des principaux partis, car il est devenu impossible pour la majorité, comme pour l'opposition, de convaincre qu'une politique absolument différente soit praticable! A quoi bon des partis, si la spécificité est réduite au minimum!

        Cependant, personnellement, nous ne nous faisons aucune illusion! Quand on voit comment la gauche, tel un mort de faim, a sauté sur la réforme des retraites, on peut logiquement penser qu'elle a retrouvé sa joie de vivre, un sens à son existence! Elle a repris le drapeau rouge comme une bannière de pardon! Elle est de nouveau en terrain connu et fait se remettre debout toutes les gloires anciennes! Le cor de Roland sonne 1789, 1848, la Commune, 68 et nous en passons!

        C'est que le monde de la finance écrasait la gauche depuis un certain temps! Ne lui serinait-il pas, au nom de la réalité économique, que l'argent ne se trouvait pas sous les sabots d'un cheval! Elle avait fini par être impressionnée, mais la voilà de retour! Comment pourrait-on alors la raisonner, alors que les affaires reprennent? Pourtant, il n'y a plus de Bastille, ni de grands méchants! La liberté est là, pas totalement offerte, mais pas réservée non plus! La gauche est dans son rêve de fumées et de rings!   

        Notez cependant que s'il y a une telle haine à l'égard de Macron, c'est que la domination le perçoit comme un concurrent direct, un autre mâle dominant! Un président plus vieux, style Mitterrand, ou qui physiquement ne paraîtrait pas en forme, style Hollande avec son ventre, susciterait bien moins d'animosité!

        Mais venons-en à la droite, bien plus coupable que la gauche, car, quand on a les moyens, on a aussi le temps de réfléchir! Et pourtant la droite s'en dispense, alors que le constat est accablant! Par exemple, les médecins distinguent trois "mal du siècle": celui du dos, la dépression et maintenant l'insomnie! Nous ne manquons de rien et nous sommes malades! Nous devrions nous interroger, mais la droite tient bon! Elle serre les dents et mourra crispée! Ce qui importe, ce sont les apparences et l'oraison funèbre!

        La droite est le sphinx de l'égoïsme! Par son mépris, cependant, elle crée la violence destinée à la détruire! Elle aussi est dans une impasse, mais, si elle veut se soulager, l'extrême droite lui ouvre ses portes, avec le sourire! Tout le monde y trouve son compte, car sur l'écran on voit les responsables, les cibles à abattre, qui sont les étrangers et l'Europe; et pour l'extrême gauche, c'est le complot des profiteurs!

        Chacun a son araignée et respire! Le mouvement est par ailleurs général: le Brexit est un nationalisme qui ne dit pas son nom! Donald Trump rugit, veut réveiller les Rangers et en Allemagne, le nazisme traîne sa nostalgie! C'est le chemin de la facilité, de l'instinct! Pour dominer, il suffit de se laisser aller!

        Un mot sur la révolution féminine, puisqu'il y en a une! Nous avons déjà expliqué ailleurs pourquoi la société se féminise, mais nous assistons cependant à un grand déballage! Comme toutes les révolutions, celle-ci a ses excès: on vient d'entendre aux Oscars que chaque femme est une héroïne! C'est bien entendu un emportement, les deux sexes pouvant rivaliser d'ignominie!

        Mais le combat de la femme, outre qu'il est naturel, est intéressant en ce sens qu'il s'attaque à la domination masculine et il apporte donc de l'eau à notre moulin! Sans doute qu'un jour ce sera la domination des deux sexes qui sera concernée et alors hommes et femmes regarderont dans la même direction! Snif!

        Ceci étant, tout ce qui vient d'être dit ne se rapporte qu'aux adultes (les "Boomers!"), qui semblent ignorer l'ombre de la nouvelle génération! Nous savons déjà que les jeunes arrivent dans un monde sans repères et qu'ils se raccrochent à leur domination comme à une bouée de sauvetage! Cela donne une attitude agressive, notamment chez certains militants écologistes, mais plus largement c'est un égoïsme sans bornes, maladif et dont l'expression la plus courante s'avère une domination psychique, ce qui est nouveau à ce degré! 

         Les relations toxiques, comme les appellent plaisamment les revues féminines, vont se multiplier, de la part des deux sexes s'entend! Notre quotidien va devenir bien plus oppressant, bien plus étouffant et encore plus incompréhensible! Ce qui va peut-être nous sauver, c'est que la domination psychique a un coût! Vouloir tout le temps supplanter ou intéresser l'autre demande de l'énergie, d'autant qu'elle sert à lutter contre l'angoisse! Le résultat, ce sont des dépressions de plus en plus précoces! La nouvelle génération est aussi dangereuse que fragile!

        Voilà, il nous semble que nous avons assez bien résumé la situation! En ce qui nous concerne, au quotidien, nous adorons "faire tourner en bourrique" la domination! Non pour dominer à notre tour, mais pour frapper à la porte de la vérité! En effet, la domination n'existe pas Officiellement; nos sociétés, c'est-à-dire l'ensemble des gens, nous assurent que nous pouvons très bien vivre comme ça, sans Dieu, avec notre travail et les pensées du jour! Il paraîtrait que nos vies actuelles ont un équilibre, ce qui est absolument faux! Il ne faut pas être dupe: notre soi-disant stabilité ne repose en fait que sur la domination et rien d'autre!  

        La majorité, pour ne pas dire la totalité, cherche à dominer constamment; c'est vital pour elle et nous nous amusons donc à la mettre en face de son mensonge, de sa fausseté! Comment? Mais très simplement! Il suffit d'ignorer la domination, faire comme si elle n'existait pas! N'est-ce pas ce qu'elle soutient? Nous sommes donc d'accord avec elle et nous ne lui accordons aucun regard! Attention, nous ne la méprisons pas! Ce serait une autre forme de domination! Non, nous voyons à travers elle, comme si elle n'était qu'un fantôme!

        Vous ne pouvez imaginer le résultat! La domination s'inquiète, s'affole, se ferme, ne rêve plus que de nous tuer! Nous faisons parfois nos courses, avec un dragon hurlant et crachant toutes ses flammes derrière nous, sans nous émouvoir le moins du monde! C'est plaisant, car la vérité est tel un ruisseau frais, dans une prairie fleurie! Et bien entendu la domination ne peut pas nous faire de reproches ou nous demander des comptes, puisqu'elle devrait reconnaître qu'elle a besoin de nous, ce qui blesserait son orgueil et la rendrait absurde! Elle est coincée et cela ne nous chagrine en rien! La domination peut aussi commencer à changer! Les outils sont là!

        Tant que nous avons besoin de dominer, nous ne pouvons être en paix et nous sommes ainsi malheureux, alors que nous avons de quoi manger! Ah! Il est beau notre progrès!

        "Mais vous, vous êtes qui?

        _ Je suis le colonel Trautman et je suis venu chercher mon poulain: John Rambo!

        _ Votre poulain?" (First blood.)

  • On terrorise!

    On terrorise

     

                                                                                "Demandez et vous obtiendrez!"

     

     

        Imaginez que vous soyez dans le désert... Vous marchez tranquillement et il y a un type qui vient vers vous et qui vous demande: "Eh! t'aurais pas un peu d'eau par hasard?" Vous ne trouvez pas le type très poli et il ne faut sans doute pas s'attendre à ce qu'il vous remercie, mais vous lui donnez quand même ce qu'il veut, avant de continuer votre chemin.

        Maintenant, c'est une femme que vous croisez: "Salut beau gosse, mon corps de rêve ne vaut-il pas un pichet d'eau fraîche?" Vous souriez, flatté qu'on puisse vous voir séduisant, et vous offrez encore quelques gouttes, car vous n'en avez pas davantage!

        De nouveau à votre marche, vous essayez de reprendre entièrement votre calme, le fil de vos pensées, mais voilà un couple de personnes âgées, qui vous serrent brusquement! "Eau! Eau!" marmonnent-elles. Vous essayez de vous dégager et vous heurtez une épaule! Vous croyant en tort, vous voulez vous excuser, mais le couple s'éloigne déjà, apparemment indifférent! Fut-ce un mauvais rêve?

        Mais vous êtes choqué, évidemment, et vous regrettez même d'être sorti, mais baste! le ciel est bleu, les nuages sont comme des ailes d'ange et en avant de nouveau! "Eh minable! Elle vient cette eau?" Qui peut demander en méprisant? Vous tournez la tête et vous découvrez une figure gonflée par la haine! On a l'air de vouloir vous détruire, mais pourquoi? Vous n'avez pas donnez l'eau assez vite! Ou bien il en aurait fallu des tonnes! Tout cela est bien troublant et votre pas vacille, mais il faut aller plus loin, pour échapper à cette pression! Il doit y avoir des endroits paisibles, avec des arbres, des oiseaux, du soleil, des gens gentils!

        "Attention, Attention! Vous devez laisser vos habits sur la rampe, pour entrer dans la douche! Le voyage a été éprouvant et il faut maintenant que chacun se nettoie! Après la douche, vous recevrez une tenue et des souliers propres et vous serez placés dans le camp! Ces mesures sont nécessaires, pour éviter les maladies infectieuses!""

        " Attention! Attention! Je répète! Vous devez laisser vos habits sur la rampe et entrer dans la salle de douches! C'est le maître de l'eau qui vous parle! Toute indiscipline sera sanctionnée! Suivez les ordres et tout se passera bien! Je suis le maître de l'eau et c'est moi qui dirige ce camp!"

        C'est une voix infernale qui résonne à vos oreilles... Elle vient d'un haut-parleur et apparemment vous êtes dans un secteur interdit! Un grand type sort d'une voiture et plus il se rapproche et plus on vous crie: "Schnell! Schnell!" Le type est sûrement malade... Il ne comprend pas que vous soyez encore là... Vous devriez déjà être gazé! Vous résistez, menu, avec vos faibles forces et le type passe si près de vous qu'il va peut-être vous donner un coup de couteau! Mais non, votre dernière heure n'a pas sonné!

        Le type s'en va et sa folie se retire, comme la mer! Mais vous êtes assommé! Comment vous appelez-vous déjà? Vous êtes un garçon ou une fille? Vous avez bien dix doigts! Est-ce que vous devez vous rendre au commissariat, pour informer du danger? Vous croira-t-on seulement? "Il mesurait bien trois mètres de haut! Il était tout vert et il bavait!

        _ Vraiment?

        _ Mais oui! C'est sûrement un risque pour les enfants!

        _ Pouvez-vous décliner votre identité?

        - Mais bien sûr! Je m'appelle... Je m'appelle... C'est stupide, je ne me souviens plus de mon nom... Ce type m'a fait tellement peur!"

        A cet instant, un policier regardera dehors, l'air fatigué! Il vaut mieux que vous rentriez chez vous... Hagard, vous prenez le chemin du retour, quand deux femmes, avec des doudounes oranges, vous poussent dans l'escalier d'une cave!

        Vous n'avez pas eu le temps de réagir, tellement ce fut violent! En fait, la brutalité de la couleur elle-même vous avait figé et maintenant, vous voilà devant tout un groupe d'autres femmes, qui sont apparemment sexagénaires et qui portent toutes la même doudoune!

        "T'as pas d'eau sur toi? fait celle qui semble être la chef, et qui vous fouille sans ménagement. Tes papiers sur la table, vite!"

        Il n'y a qu'une lampe, sous laquelle vous déposez votre portefeuille. On lit à haute voix votre carte d'identité et on répand le reste; "Je te préviens, reprend la chef, si t'as de l'eau, vaut mieux le dire tout de suite! Parce que si on apprend qu' t'en caches, ça va barder pour toi! Alors t'as d' l'eau ou pas!

        _ J'en ai plus!"

        Paf! Vous prenez une gifle! "C'est quoi son blaze? Bon, téléphone à ta copine du Fisc et demande-lui des renseignement sur le gus! On va tout savoir mon pote!" fait encore la chef en se tournant vers vous!

        Le temps passe, mais les nouvelles sont décevantes pour le groupe: vous n'êtes que du menu fretin! Soudain l'une s'écrie: "On pourrait lui demander de montrer son zizi! Hein? Qu'est-ce que vous en dites, les filles?

        _ Son zizi! Son zizi! se mettent-elles toutes à chanter!

        _ Laissez tomber, les filles, réplique la chef, vous ne sauriez plus quoi en faire! Allez tire-toi! gronde-t-elle dans votre direction. Mais n'oublie pas, j' t'ai à l'œil!"

        Vous ne vous le faites pas dire deux fois et vous émergez à la lumière du jour! Votre logement n'est plus très loin; il suffit de tenir jusque-là! Encore un angle et vous voilà devant votre porte, votre serrure! Plus que quelques secondes et vous serez chez vous, en sécurité! Vous pourrez souffler!

        Vous tendez votre clé, mais un gosse s'approche... Il sifflote, innocent, la tête dans son Smartphone! Le temps semble s'arrêter... Un gosse, ça ne peut pas être bien méchant, mais, vous ne savez pourquoi, vous ressentez comme une menace! L'ado passe maintenant derrière vous et soudain votre porte s'assombrit... Elle devient même noire, si bien qu'elle a l'air ouverte sur le cosmos! Un souffle froid vous saisit, quand la nuit elle-même se déchire, pour laisser apparaître le mot Eau, en lettres de feu!

        Vous luttez contre l'envie de crier et par un effort inouï, vous réussissez à faire tourner votre clé dans la serrure! Comme au ralenti, vous pénétrez dans votre logement, avec l'impression terrifiante que tous les démons de l'enfer sont sur vos talons! Instinctivement, vous refermez derrière vous et le front en sueur, vous écoutez votre cœur battre la chamade!

        Plus calme, vous faites quelques pas, l'oreille encore aux aguets! Que s'est-il passé? Vous êtes-vous retrouvé subitement dans une autre dimension? Avez-vous franchi, sans vous en apercevoir, une porte temporelle? Ou bien, plus prosaïquement,  n'êtes-vous pas la victime d'un accès psychotique? Ne seriez-vous pas fou, tout simplement?

        L'angoisse vous étreint et vous songez alors à un vieux grimoire poussiéreux, qui pourrait vous aider! Certes, il n'est pas très scientifique, mais l'abîme que vous avez entrevu laisse loin derrière les connaissances communes! De toute façon, les grandes pages noircies de caractères vous rassurent, en vous donnant une image de l'ordre!

        Voyons voir... Ce qui vous intéresse, c'est la symbolique de l'eau, car évidemment on ne vous a pas demandé celle que l'on boit! Celle-là, pour l'obtenir, il suffit de tendre la langue dehors, par les temps qui courent! Cependant, nul besoin d'être grand clerc, pour comprendre rapidement que l'eau peut être associée à l'esprit! N'est-elle pas la représentation même de la vie?

        Ainsi donc vos agresseurs ont voulu de vous un sentiment, une reconnaissance! Ils ont désiré lire dans vos yeux leur importance, leur supériorité! Ils ont cherché à nourrir leur égoïsme, grâce à vous! Ils s'équilibrent par leur domination! Eurêka! Vous refermez brusquement votre livre et vous poussez vous-même la réflexion!

        Il y en a donc qui demandent plus ou moins poliment; puis il y en a d'autres qui exigent, qui menacent, haïssent, méprisent, terrorisent, coupent, hachent, etc.! La domination a tous les degrés et elle a même l'air de nous conduire au cauchemar! Vous ne pouvez vous empêcher de frissonner en vous rappelant ce que vous avez subi!

        Quelle serait la solution, pour endiguer l'égoïsme? 

        Evidemment, ceux que vous avez croisés ne voient que leur intérêt! Ils n'ont aucune vision d'ensemble!  Soit ils dominent, soit ils détestent! C'est la loi de l'axone, celle du tout ou rien! Ou le courant passe, ou il ne passe pas! On ne peut pas demander à un robot de se gratter la tête!

        Par contre, il est possible d'imaginer la chose suivante: un individu qui ne réclame pas d'eau! ou tout du moins (car on ne saurait vivre sans eau) qui étancherait sa soif, avec une autre eau que celle de son égoïsme! Un tel individu n'agresserait personne! Il serait même une source de paix pour les autres! un pacificateur! Mais un telle perle rare a-t-elle seulement jamais existé? Ne sommes-nous pas seuls, livrés à nous-mêmes, dans ce monde effroyable? Vous rouvrez votre grimoire...

        Hum! Y a bien un ancien exemple! Il a existé un homme qui a prôné l'humilité, le respect, l'amour pour autrui! Il luttait déjà contre la domination, sans pour autant employer ce nom! Evidemment, si on se diminue, si on ne vise pas sa supériorité et surtout si on ne répond pas à l'offense, mais si on cherche plutôt à comprendre et à pardonner, il faut s'appuyer sur la foi! Il faut "aimer le Père", comme il le disait si profondément! Non essentiellement en vue d'une justice future, mais plutôt pour pouvoir avancer sur un terrain où la confiance est absolument nécessaire! Faire un pas dans l'inconnu, ça donne des suées! D'ailleurs, la foi reste un mystère!   

        Alors, c'est décidé, vous aussi, vous allez chercher, oser! Vous allez affronter le dragon de votre propre égoïsme... et celui encore plus épouvantable des autres! Quelle aventure emballante! Le monde ne devrait-il pas déjà vous envier?

        Eh! Une petite minute! Une petite minute! C'est qu'il faut prévoir à manger pour les étapes! Ne pas oublier aussi la trousse à pharmacie! Et les cartes? Il faut les étudier, les revoir encore, car il ne s'agit pas de se perdre! Et les trous dans le CV? C'est vite fait! Et un CV à trous c'est suspect, voire rédhibitoire! Et les points retraites? Hein? Comment les accumuler si on se disperse! Faire confiance , c'est une belle chose, mais y en a plus d'un qui s'est retrouvé le bec dans l'eau!

        Et les psychiatres, qu'est-ce qu'ils vont penser de moi? Que j'arrivais à pas à assouvir ma pulsion sexuelle? Que j'étais traumatisé, inadapté et que par la foi, j'ai cherché une consolation, un moyen pour dominer, pour arriver? Dieu sait ce qu'ils sont capables de dire! Au tribunal de la raison, j'aurais l'air de quoi? On me montrera du doigt, avant de me foudroyer! C'est que la science, c'est que'que chose! Et j'ai pas envie d'être la honte de ma famille! Sauf vot' respect, m'sieur!

        Et puis tous ces enragés qui veulent sauter à la gorge de ceux qui insultent leur religion! Comment la foi peut-elle mener à la haine? C'est absurde! Défendre Dieu, en voulant détruire, c'est le voir comme un bout de viande, à l'heure de la soupe! J' suis pas un chien féroce, moi! Si j' crois, c' s'ra pour évoluer, dépasser l'animal!

        C'est pas simple, mais y a encore cette immense hypocrisie! On veut pas se voir tel qu'on est! On dévore, on tue, on ment, on écrase, on piétine, on égorge, on blesse, on méprise et ce n'est rien du moment que la vitrine est impeccable! C'est pour ça que not' pays part à vau-l'eau! que not' société craque sous toutes les coutures! Notre orgueil nie nos peurs aussi bien que nos méchancetés, notre puanteur! Le menu est parfait, mais les cuisines sont infectes!

        Comment résoudre les problèmes, si on n'est pas sincère? Je veux ouvrir les yeux, je veux savoir! Si le bonheur est possible, je veux l'atteindre! Si Dieu existe, je veux le découvrir! Je vais demander, je vais aimer, je veux la vérité, car c'est du mensonge qu'on "crève"!

        Je tiendrai bon et je recevrai! Car mon amour est infini!

  • On danse!

    On danse

     

     

     

     

                                                                                          Bienvenue à l'asile!

     

       La danse continue et pourquoi s'arrêterait-elle? Nous ne faisons en effet aucun effort et nous laissons aller notre égoïsme, signe du grand confort de notre société! "Macron dégage!" Comment peut-on réduire un homme à la taille d'un slogan? Comment croire qu'il suffise de remplacer un individu par un autre, une politique par une autre, pour que tout change et revienne l'arc-en-ciel?

        Comment ne pas voir que Macron est comme tout un chacun un être complexe? Il a bien des défauts certes, mais il possède aussi des qualités! Voir tout en noir et blanc est bien une paresse, un façon d'allonger les pieds sous la table, avant de roter! Pour Staline les choses étaient simples: il y a des profiteurs, il faut les éliminer! Bien des révoltes sont possibles, avec un petit pois dans la tête!

        Ceci dit, il paraît que Macron lit Houellebecq! Nous ne voudrions choquer personne, mais trouver que cet auteur a quelque chose à dire, c'est être soi-même génial; c'est voir des couleurs dans le vide abyssal! Mieux vaut tout de même s'attaquer à des mots croisés!

        Autrement comment va le monde? Faisons comme beaucoup de Français: installons-nous au chaud dans un café, prenons une gorgée de calva, toussons un peu et ouvrons le journal, comme si c'était la Bible! Voilà une journée de civilisé qui commence! Mais regardons les choses d'un peu plus près, car il y en a... et ce chaque jour! Ben dame, l'humanité n'est pas une mince affaire... et remplir un journal non plus!

        Bon, y a un nouveau virus qui menace le monde! C'est Greta Thunberg! Non, c'est un ado qui a empalé son père! Non plus? C'est un type qui est rentré dans son four, pour se réchauffer! Toujours pas? C'est Machine qui revient avec une nouvelle émission et qui a grandement mûri! Ou c'est Bidule qui parle de sa distance par rapport à la notoriété! Non? Nous ne voyons pas et nous commençons à nous endormir... 

        Et dans la rue, comment ça se passe? De jeunes "Arabes" se promènent main dans la main avec des sexagénaires "blanches"! "Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés!" Sœur la Haine nous regarde ici et là, car nous l'inquiétons!  Frère Mépris nous sourit, car il adore ça! Nous attendons vainement quelqu'un qui ferait un p'tit effort! Même ceux qui font la manche sont plus importants que nous!

        Qui regarde les nuages? L'autre jour, ils étaient comme brossés par une main aussi délicate que rêveuse! Quel génie dans le spectacle de la nature! Mais qui s'en soucie? La ville est penchée sur son nombril, car tout ce qui l'intéresse, c'est elle et encore elle! Sa nourriture, c'est son égoïsme! Elle s'en repaît!

        Les fleurs, le ciel, les arbres pourraient la distraire, la faire grandir, respirer... Mais non, elle n'en a cure! La rue, c'est un théâtre, une cour des miracles! Quelle misère, quelle petitesse et on ne s'en doute même pas! Des grands écrasent; d'autres montrent leur dégoût; la politesse, le respect n'existent pas! Les pieds allongés sous la table, nous vous disons! Et par là-dessus: "Macron dégage!", avec conviction! C'est le courage de la bête!

        La ville ne sait pas regarder... et pourtant la beauté n'est jamais loin! Le miracle est là tout près! Les oiseaux d'abord! Merveilles d'agilité, de légèreté! En bande, ils "épouillent" les arbres... et quel travail! Une véritable œuvre chirurgicale, scrupuleuse! La vermine est éliminée, par ces petites têtes vives et au plumage coloré! Tout ça en gazouillant et en se montrant parfaitement indifférent au vacarme du trafic, à notre folie autrement dit! Car nous ne faisons pas autant de bruit, nous ne nous agitons pas autant seulement pour trouver à manger!  Mais dans quel engrenage sommes-nous?

        Sans les oiseaux, nous serions envahis par les insectes et c'est pourquoi nous pouvons saluer, entre autres, les "escadrilles" d'étourneaux, qui vont au-dessus de nos têtes! Là encore une belle méthode! C'est comme de grands filets qui sont jetés et qui se croisent! Ce sont de véritables chaluts sur la ville! C'est un air sain presque garanti! Mais évidemment notre égoïsme ne comprend pas cela et on veut se débarrasser des étourneaux: leurs petits cris en masse, sur certains arbres, nous empêchent de regarder tranquillement les "tarés" du PAF! 

        Nous marchons dans les rues, le "cul" serré, drapés dans notre dignité! Nous pourrions observer les quelques arbres alentour... et une vérité nous saisirait: "Et si la nature était aussi fantaisie... et pas seulement un amas d'atomes plus ou moins organisé?" Les branches s'en vont tels des éclairs! Elles sont comme des coups de fouets! Et pourtant elles forment un bel arc, une belle couronne à leur extrémité; là où la plus grande délicatesse, la plus fine broderie peut être contemplée; comme si on avait mis un soin infini à terminer les branches, pour que cette dentelle se détache sur le ciel!

        Et puis les troncs ont des yeux, des visages; chacun a son caractère; ils peuvent devenir des compagnons! Une goutte d'eau qui scintille est comme une perle dans la ville grise! Cet éclat, cette surprenante beauté devrait nous interroger, nous fasciner, nous faire espérer même! Mais non, notre lutte des classes est bien plus passionnante! C'est nos personnes qui nous intéressent, car nous sommes victimes de l'injustice! On nous vole! Certains ne roulent-ils pas carrosse! Ne nous méprisent-ils pas! Aux armes! "Macron dégage!" Nous ne savons rien, nous ne connaissons rien, nous n'aimons rien... et nous voudrions être pris au sérieux! Riches ou pauvres, nous ne valons pas un coup d' cidre! Nous mériterions d'être bouillis, comme disait Rimbaud!

        Ah! Mais il y a les inquiétudes! C'est le pain de l'actualité! C'est le gros titre qui fait vendre, plus il fait peur! C'est la pelletée de charbon dans la fournaise! C'est le journaliste roi au pays de l'irresponsabilité!

        Maîtriser ses inquiétudes, ça, c'est du travail! C'est un véritable boulot! S'efforcer d'aimer la vie dès le matin; voir que ses peurs sont sans fondements, car on n'a pour l'instant ni faim, ni froid; comprendre qu'elles sont liées à l'image de soi et qu'elles sont donc imaginaires, c'est là un véritable tour de force! Et c'est pourtant ce qui nous fait essentiellement humains!

        Car celui qui s'apaise ne laisse pas aller sa haine (pourquoi le ferait-il, parce qu'il arrive à être heureux?)! Il demeure patient, curieux, respectueux! Il est un bienfait pour les autres, même s'ils ne s'en rendent pas compte! Ne pas céder à ses craintes, c'est aussi résister aux jugements d'autrui! Le comportement animal, lui, a toujours l'air de dire: "C'est moi que v'là et tout le monde dégage!"

        N'est-ce pas pourtant l'attitude de celui-ci ou de celle-ci? Nous sommes des animaux qui parlent, qui vont à la boulangerie, qui se plaignent de la violence, des étrangers, et qui "gueulent" bien entendu: "Macron dégage!" Le cri de la pie, lui, est très proche de l'avertissement du crotale! Chacun sa façon!

        Comment se fait-il que nous n'arrivons pas à faire un pas de côté? La beauté est la clé de notre évolution! C'est elle qui nous invite à nous détacher de nous-mêmes! C'est la nature qui contient le temps de notre maturation; c'est elle notre meilleur professeur! Mais nous la roulons comme un vieux tapis qui nous dérange ("Nature dégage!")! Nous avons tant à faire, nous, les termites! nous, les gens sérieux!

        "Ah! mais non! mais non! Ici, il faut des lotissements, car nous sommes de plus en plus nombreux! Et le travail? Il faut en donner du travail! L'emploi, c'est lumineux comme une barre d'or! Des entreprises, je veux des entreprises! Et des bulls, des bulls pour dégager le terrain! C'est moi, l' maire! Et la voie ferrée? Elle est vieille, il faut la rénover, qu'on file, qu'on perde pas cinq minutes! Quoi? Les ronces? Les papillons? Mais de quoi vous m' parlez! Moi, mon bilan, il est béton, inattaquable! Ils n'ont qu'à  v'nir les opposants! Quoi, mes ambitions? J' en ai pas! J' suis responsable, c'est tout! Vous préférez un incapable à ma place! Que j' me calme? Snif!"

        Mais la domination, le nombrilisme, nous l'avons déjà dit, est une maladie... et la société est comme un immense hôpital! On s'alarme pour un virus, alors que sommes déjà des lépreux! Quelle est notre clochette? Mais le désir irrépressible d'être le centre d'intérêt, que les regards convergent vers notre personne! L'autre doit nous être soumis ou nous n'avançons pas! Comment l'air pourrait-il être respirable?

        A ce propos est passée quasiment inaperçue la Journée de la solitude! On l'a abandonnée! "La Journée de la solitude attend son papa et sa maman à la caisse centrale, merci!" Toutefois les chiffres parlent et on estime que c'est un nouveau fléau! Encore un! Mais il toucherait particulièrement les jeunes... et c'est bien normal, puisque chacun veut être le roi! On est seul parce que sans sujets, sans admirateurs, sans serviteurs! C'est pas juste! Revoilà le poussin noir, avec sa coque à demi brisée sur la tête!

        Un bon moyen de lutter contre la solitude, c'est de partir en guerre contre la domination! Elle apparaît bientôt comme la ligne bleue des Vosges! Elle est reconnaissable partout! Sa trame se lit chez chacun! Ses degrés deviennent évidents! Le sens de la vie est visible! On n'est plus seul! On fait partie d'un tout, même si c'est à baisser les bras, tant il y a peu de volontaires!

        Il est vrai que les privilèges sont doux! Et la sécurité! "Mon Dieu, mais la sécurité, je couche avec elle, mon cher monsieur! Je m'enivre de son parfum! Je la bois comme du p'tit lait! C'est ma cassette! Ma douce cassette! Vivre? Pourquoi vivre? Vous voulez dire prendre des risques? Ouvrir la fenêtre? Voir tous ces gens? Les regarder, alors qu'ils grouillent? Ne savez-vous pas que je suis la réincarnation Officielle de la célèbre reine d'Egypte, Eunaphios II? Mais chut! L'ennemi est partout!"

        "Et moi, je suis Vulcanor! Non mais, regardez-moi ce tronc! Hein! Quel corps j'ai! Attention, je pourrais vous écraser, sans m'en rendre compte! C' s'rait dommage, eu égard à la loi! Remarquez, la loi c'est moi! Z' avez maté ma bagnole? Hein! La classe! Elle glisse sur la route et ça vous rentre dans le..., tellement c'est puissant! Hein! D'où vient mon argent? Si on t' le demande, tu diras que ce sont les affaires! J'chôme pas, moi! C'est pas comme tous ces fainéants! Hein! Demain je m'envole vers le Japon! Eh ouais! Y a ceux qui réussissent... et les autres! D'ailleurs, quels autres? Ah! Ah! J' plaisante, j' donne quand j' peux!"

        Une grenouille est plus utile! C'est en tout cas mille fois plus joli! La domination mène à la folie, c'est facile à démontrer! Jouons par exemple au jeu Dégage! "Chic! Chic! J' commence! Euh... Macron dégage! Hi! Hi!

        _ Tu le fais exprès ou quoi! On l'a déjà dit!

        _ Ah! Mince! Eh bien... Mort dégage! Car un jour on pourra être immortel! J'en suis sûre!

        _ Et nos choix et donc la vie n'auront plus d'importance!

        _ Alors Auschwitz dégage!

        _ ...

        _ Ben quoi! J'aime pas Auschwitz et je dis: "Auschwitz dégage!"

        _ Tu peux pas, car Auschwitz a existé; on n'y peut rien!

        _ Pfff! Avec toi, c'est jamais bon! De toute façon, je préférais mon premier: "Macron dégage!", car dès que Macron ne sera plus là, on pourra de nouveau rire, danser, être heureux!

        _ Tu sais ce que j' crois, c'est que c'est toi qui devrais dégager!

        _ Non, toi!

        _ Non, toi!

        _ Les enfants, il faut y aller maintenant... L'hôpital va fermer et les visites sont terminées!

        _ Mais on n'a pas vu papa!

        _ Aujourd'hui, il était très fatigué... Vous le verrez la prochaine fois...

        _ Asile dégage!"

  • On règne!

    On regne 2

     

     

                                                                                      Y a quelqu'un qui va bien?

     

     

        N 1 commanda l'ouverture de la porte et pénétra dans la salle. Vaste et surmontée d'un dôme, c'était la salle du Conseil! N 1 se plaça au centre d'un cercle de pupitres, au sommet desquels brillait, protégé, un disque irisé. Ainsi avait été conservée la mémoire de tous les N 1 précédents, ce qui donnait à l'homme une certaine immortalité!

        "Nous avons un problème, dit N 1.

        _ Nous le savons, répondit un des cerveaux.

        _ C'est le Résistant! Il est impossible à dominer! Il semble heureux et fait même des partisans! Comment est-ce possible?

        _ C'est à cause du livre d' En bas!

        _ Le livre d'En bas?

        _ Oui, c'est une vieille croyance, qui date des Romains...

        _ Je ne comprends pas...

        _ Nous non plus, à vrai dire...

        _ Mais il est une menace pour la voie du Posthumain! Nous commençons à peine à nous dégager de notre condition limitée, en collaborant avec les machines... et voilà qu'un va-nu-pieds joue les grains de sable! Je vais le faire arrêter!

        _ Oui, répondit le cerveau d'une ancienne numéro un, mais attention, n'en faites pas un martyr! C'est le sort qu'a connu le personnage du livre d'En bas... et c'est pourquoi son message a perduré!"

        N 1 opina et sortit. Il essayait de reconstituer l'Histoire, pour trouver l'erreur... Comment les superstitions pouvaient-elles subsister? Au début, bien sûr, il y avait eu la domination physique! Elle était normalement issue du règne animal! Son "règne" avait duré des siècles! Que de batailles et de guerres, pour que les territoires se forment, que deviennent les nations! Il avait fallu des millions et des millions de morts, avant qu'on ne comprenne qu'un nouveau conflit, avec l'armement moderne, eût exterminé tout le monde!

        La civilisation avait franchi une étape! Les sociétés, en paix, s'étaient féminisées et la technologie avait pu se développer librement! Le cerveau prit la place du muscle! La domination psychique était apparue! Les plus jeunes, les yeux sur leurs écrans le plus tôt possible, eurent une puissance cérébrale amplifiée, d'autant qu'elle assimilait aussi la pulsion sexuelle!

        La domination physique, à côté, ne sembla plus qu'une force aveugle, grossière; qui ne demandait plus qu'à être dirigée! Elle n'avait pas les armes pour lutter... Le seul problème, c'était que le pouvoir psychique, malgré sa nouveauté, ne restait qu'une forme d'égoïsme... L'individu ne cherchait toujours qu'à s'imposer! Comment le faire vivre alors en société? La question avait été réglée par les nationalismes! Somme de tous les égoïsmes, ils s'étaient développés! Ils avaient demandé une hiérarchie et une autorité beaucoup plus strictes, inspirées sans doute des fascismes anciens, mais chacun n'y trouvait-il pas au final son compte?

        Les meilleurs, ceux dont la domination psychique était exceptionnelle, gravissaient les échelons! Chacun avait sa chance! Les tests étaient absolument objectifs! Les dix premiers pouvaient gouverner! Quant au plus grand nombre..., il ne souffrait plus grâce aux neurosciences et les maladies étaient guéries par la nanomédecine! L'humain s'était libéré de ses origines, il pouvait tendre la tête vers les étoiles! Alors pourquoi revenir sur le passé, reprendre les vieux boulets?

        N 1 entra dans son propre bureau, qui était à peine moins vaste que la salle du Conseil. Il s'approcha de la large baie vitrée, qui dominait la ville... "Evidemment, pensa-t-il, nous avons fait des erreurs... Le réchauffement climatique, par exemple! Ici, le ciel demeure noir, chargé de pluies et la mer connaît une tempête constante! Ailleurs, la terre a séché, interdisant toute vie! Mais nous avons tout de même fait au mieux! La plupart des cultures continuent, avec des lumières artificielles, il est vrai, mais la viande, maintenant, vient de cellules souches! Les animaux abattus sont très rares!

        "Le prisonnier a été placé en cellule!" Le message s'afficha sur les écrans. "Voyons voir de quoi il a l'air..." N 1 observa l'image et demanda le rapport de toute une batterie de capteurs: ils analysaient l'état physique et mental du prisonnier. "Hum! En voilà un qui ne s'en fait pas!" Tous les résultats obtenus par N 1 indiquaient un être calme, nullement stressé... "Amenez le prisonnier!" ordonna N 1.

        Les gardes entrèrent avec le captif, puis se retirèrent sur un signe de N 1. Les deux hommes alors se regardèrent, durant une minute. "Ainsi, c'est donc vrai! s'écria N 1. Tu ne peux être dominé! Et c'est pourquoi on t'appelle le Résistant!

        _ Et pourtant, tu es très fort!

        _ Oui, mais pas assez visiblement... Comment expliques-tu cela?

        _ Ma réponse va t'étonner...

        _ Dis toujours...

        _ C'est que je ne veux pas dominer!

        _ Tu ne veux pas dominer... et pourtant tu apparais comme dominant! Voilà en effet une énigme!

        _ Ma domination est produite par la connaissance, non par mon désir d'être supérieur! C'est parce que je comprends que j'ai le sentiment de ma valeur!

        _ Tu comprends! Tu sais! Mais c'est nous qui avons la science! Nous gouvernons grâce à elle... et nous en libérons nos concitoyens! Tandis que toi, tu n'as rien, tu n'es rien! Tu n'as aucun grade! Tu n'es utile à personne! Tu n'es qu'un parasite perdu dans ses chimères... et tu te permets de donner des leçons!  Ta force mentale est une réalité, c'est vrai, mais nos spécialistes sauront expliquer son origine... Qui sait si un champignon n'en est pas la cause! Ah! Ah!

        _ Il n'y a nul besoin de spécialistes pour déchiffrer ce que je suis! Mon message ne craint pas la pleine lumière! Ce n'est pas le mensonge qui l'a construit! Le quotidien l'éprouve tous les jours... et comme tu t'es plu à le rappeler, je n'ai aucun pouvoir, ni même aucun revenu! Pourtant, je suis plus heureux que toi!

        _ Tu es heureux, parce que tu es irresponsable! Tu es dans ta petite sphère égoïste! Si tu avais la charge d'une famille, tu aurais un tout autre discours!

        _ La voilà ton hypocrisie! Tu as déjà oublié l'essentiel! Tu me hais parce que je ne t'admire pas! Tu me méprises parce que je ne te suis pas soumis! Tu me parles de devoirs et tu ne remplis pas le premier d'entre eux, qui est de respecter l'autre! C'est bien l'hypocrisie qui domine le monde... et qui fait que rien ne change!

        _ Rien ne change? Regarde ces images... Je les visionne régulièrement, pour voir le chemin parcouru! Elles viennent du vingt-et-unième siècle... Regarde ces hommes et ces femmes, sous leur drapeau rouge, le poing levé! N'était-ce pas le chaos permanent, à cette époque? Aujourd'hui, tout est calme; tout le monde va dans le même sens! Et tu nies le progrès?

        _ Oui, aujourd'hui, nous avons effectivement des moyens plus sophistiqués que la matraque, pour faire régner l'ordre... Vous influencez les foules psychiquement, sans doute..., mais le fond est toujours le même! Tu en es la preuve vivante, car, malgré la technologie dont tu t'entoures, tu ne rêves que de me détruire! Mais sais-tu pourquoi, en ce temps-là, les gens n'aimaient pas leur travail? C'était que leur domination n'était pas satisfaite et ils prenaient les réformes pour du mépris! Combattre leur redonnait la première place, jusqu'à montrer la vie d'une façon absurde!

        _ Vraiment?

        _ Ils n'avaient pas faim et ils étaient toujours mécontents! Il y a là quelque chose de honteux!

        _ Tu oublies qu'ils étaient enchaînés, qu'ils n'étaient pas maîtres de leur temps!

        _ Bien sûr, mais revoilà l'hypocrisie! Comme si le travail ne donnait justement pas l'occasion de haïr, de vouloir le pouvoir! Comme s'il n'offrait pas la sécurité et ne soulageait pas une certaine lâcheté! Comme si nous étions immatériels, sans dégoût, sans mépris, sans jalousie! C'est nier nos penchants, nos appétits, nos calculs, qui fait notre malheur! Comment pourrions-nous être heureux, alors que nous vivons dans le mensonge!

        _ Mais nous sommes heureux! C'est toi qui as l'air de souffrir!

        _ Mais combien n'en écrases-tu pas par jour?  C'est ta vitrine qui compte et c'est pourquoi tu n'admets pas le reste! Mais en réalité nous sommes dévorés par le manque! "Venez à moi et vous n'aurez plus jamais soif!"

        _ Qu'est-ce que cela?

        _ Cela vient du livre d'En bas... Je l'appelle comme ça, bien qu'il ait un autre nom, mais assurément il est une voie vers le bas, vers l'abaissement; alors que notre société et surtout notre instinct nous poussent vers le haut, vers la domination! Mais comment voir celle-ci clairement, si on ne la combat pas! C'est bien en s'opposant à elle, en se mesurant à elle, que les yeux se dessillent sur sa réalité, son fonctionnement et ses méfaits! On est nourri alors par la connaissance, de sorte qu'effectivement on n'a plus jamais soif!   

        _ Mais la science offre la même possibilité! Considère où nous en sommes! Nous avons dépassé nos limites, celles que nous imposait notre corps, en nous alliant aux machines, en nous greffant de la technologie! C'est ce que nous appelons le Posthumain, ce qui succède à l'homme ancien! Tout nous est désormais possible! Nous aurons bientôt l'Univers comme terrain de jeu et la mort n'a plus de prises sur nous! N'est-ce pas infiniment plus exaltant que ton chemin rétrograde et poussiéreux!

        _ La science est une belle chose, mais elle ne permet pas de s'affranchir de la domination! Combattre sa nature sans témoins; aimer malgré l'injustice, les humiliations; aller dans le sens opposé à celui du plus grand nombre; douter, se croire fou et malgré tout persévérer; cela demande un moteur très particulier et c'est la foi! Il faut de l'amour et de l'amour pour Dieu, pour s'abandonner et découvrir la domination, telle une forteresse bien visible dans le paysage! La foi, c''est la conscience qui apprend qui est Dieu et qui prend tout son sens! C'est l'aventure la plus extraordinaire qui soit!

        _ Tu ne me convaincs pas...

        _ Non, car tu préfères ton pouvoir, ton aura, ta personne! Tu te crois supérieurement développé, mais tu restes en réalité un animal, puisque c'est la domination qui t'anime et comme les travailleurs du vingt-et-unième siècle, tu ne connais pas la paix! Tu dois toujours vaincre, supplanter quelqu'un, pour te sentir vivre et échapper à l'angoisse; ce qui fait que toute étrangeté, toute opposition provoquent inévitablement ta haine! N'est-ce pas la raison de ma présence ici?

        _ Si tu es ici, c'est parce que tu constitues une menace pour la cohésion de l'ensemble! Tu es un élément perturbateur et tes discours ont une mauvaise influence sur un certain nombre!

        _ Tu es l'esclave de ton orgueil, mais tu donnes des ordres et tu commandes! Tu fermes la porte et tu maintiens la nuit, car tu as peur! Plus la domination est grande et plus sa terreur l'est également! Pour les humains, c'est une maladie!

        _ Suffit! Je me dois de te condamner à l'exil!

        _ Mais je suis déjà en exil!"   

  • On mute!

    On mute

     

     

        De notre côté, nous nous demandons régulièrement si tout ce que nous voyons n'a pas toujours existé et si ce n'est pas seulement nous qui avons changé! Cela nous vient dans les moments de doute, bien que ceux-ci soient pourtant  inévitables, tant il existe un abîme entre la façon de vivre des autres et la nôtre! Mais non, le monde change bien évidemment; il est toujours en mutation et pour bien comprendre quelle est celle d'aujourd'hui, il convient d'effectuer un retour en arrière, précisément au lendemain de la seconde guerre mondiale!

        A cette époque, l'Europe en ruines est entièrement à reconstruire, mais, sans qu'elle le sache encore, l'humanité vient d'effectuer un pas capital! En effet, les frontières européennes se figent, se refroidissent! La guerre ne ravagera plus ces pays, qui désormais se reconnaissent comme voisins! (Il faudra quand même attendre la fin de l'URSS, pour que nos amis de l'Est retrouvent leur identité! D'ailleurs, on pourrait imaginer le scénario suivant: Staline, après la libération, rentrant chez lui et aujourd'hui, le communisme et la Russie seraient fêtés partout dans le monde! Qu'il en ait été autrement montre toute la fausseté de cette idéologie!)

        Mais, s'il y a eu une prise de conscience, ce n'est pas seulement parce que toute horreur a été dépassée, bien que l'on compte notamment six millions de Juifs et vingt-six millions de Russes tués! C'est aussi parce que le monde est définitivement plus petit! Ce qui a caractérisé ce conflit, le progrès mécanique, rend les hommes plus proches et la création de l'ONU est le symbole de ce nouveau contrôle!

        Dans le sillage, les empires coloniaux s'écroulent et les indépendances sont reconnues! La carte du monde, elle aussi, se solidifie et actuellement, on imagine mal une autre guerre mondiale, car elle n'amènerait nulle part!

        Mais, en France, commence alors ce qu'on appelle les Trente Glorieuses, qui s'étalent de 1946 à 1975! Comme tout est à refaire, il y a besoin et donc croissance! Ce n'est pas la peine de se gratter la tête, pour relancer la seconde, si le premier n'est pas là! Mais le paysage français se dessine; les bases de notre état moderne sont mises en place durant cette période!

        Dans les années soixante, une nouvelle génération, qui n'a pas connu les privations de la guerre, demande toutes les libertés: le rock et le sexe servent de bélier! C'est la société de consommation qui émerge et qui témoigne de ce développement individuel! La conscience de l'homme ne cesse de s'étendre et un étrange appareil contribue à ce mouvement: c'est la télévision!

        Voilà une chose incroyable et qui devient bientôt indispensable dans tous les foyers! C'est d'abord l'image qui fascine, bien plus qu'au cinéma, car l'expérience de la télévision est plus intime et apparemment ce que l'on voit, c'est la société en direct, c'est nous-mêmes!

        Alors, on a beaucoup glosé sur la télévision, comme on le fait avec toute nouvelle technologie! Le téléphone, en son temps, a suscité bien des débats! Mais la télévision a été et est toujours montrée du doigt pour sa violence: elle entraînerait la nôtre! Les psychologues, eux, parlent du danger d'une vie par procuration et cela rejoindrait le cri de nos parents, quand nous étions plus jeune et que vous avez certainement vous-mêmes entendu: "Eteignez-moi cette télévision! Allez ouste, tout le monde dehors! Vous allez devenir dingues à regarder cette télé! On dirait des vieillards! Vous ne savez pas quoi faire? Y a la pelouse à tondre! C'est pas le travail qui manque!"

        Mais il nous semble pourtant que l'accent n'a pas été mis sur l'essentiel... En effet, nous sommes là immobiles, entièrement captivés par les images qui défilent... et apparemment rien ne se passe! Est-ce possible? Evidemment non, car notre cerveau travaille: il déchiffre, il ressent, emmagasine, etc. S'il était notre biceps, nous serions sur les podiums, à le faire jaillir, sous les yeux médusés du public! Nul doute, par conséquent, que la télévision développe notre psychisme; notre puissance psychique serait peut-être plus exact!

        En ce sens, nous avons commencé à "muter", à créer un homme nouveau! Ce changement est en effet très profond et on peut s'en rendre compte en considérant qu'il n'y a pas mieux que la télévision, pour lutter contre la solitude, pour avoir le sentiment qu'elle n'est pas là! Comme nous l'avons déjà laissé entendre, le petit écran donne à chacun l'impression qu'il "fait partie" du cours des choses, qu'il est lui-même sur le plateau et que les émotions, provoquées par les événements et dont il est le témoin, sont aussi les siennes! Il y a des gens qui passent leur journée devant la télévision et qui ont tout le mal du monde à "mettre le nez" dehors! Car "l'autre", dans la rue, est un étranger (bien qu'il soit "infiniment plus réel"!), un étranger qui renvoie à l'immensité de la vie et qui est donc une cause de crainte!

        En définitive, la télévision représente une famille virtuelle, un foyer, un asile, où chacun peut se réchauffer et on pourrait s'en féliciter si cet état ne servait pas surtout la domination; mais n'anticipons pas! D'ailleurs, le dégoût vient tôt ou tard au spectateur, car les personnalités qu'ils voient se flattent à ses dépens!

        Cependant, si la télévision reste comme un "cordon ombilical", qu'on ne pourrait couper sans angoisse, elle est malgré tout aujourd'hui un objet vieilli! La technologie a continué sa course! En effet, au vingtième siècle, nous sommes passés de la première ampoule électrique à l'ordinateur domestique! Le monde moderne ne rigole plus! A bas les perdants!

        Avec le PC, c'est Internet qui voit le jour: cette immense toile frémissante de la communication, qui enveloppe désormais notre planète! La "musculation" du cerveau s'amplifie d'une façon exponentielle! Car évidemment c'est lui qui travaille devant notre ordinateur! Et comme il va, le p'tit gars, puisque c'est d' lui qu'on parle!

        Il va devenir quelqu'un sur les réseaux sociaux! Il y aura son profil, ses préférences, ses qualités! Il va pouvoir se mirer tout son saoul! Il dira aussi toute sa haine! Il sera Jupiter tonnant, foudroyant, suprême, sans pitié, unique! Un vrai bloc de pierre, dépourvu de doutes! C'est le triomphe du moi! C'est le défoulement électronique! la revanche de l'anonymat! C'est la domination à cœur ouvert! l'animal qui crie!

        Maintenant, un pot pourri, pour emporter l'ensemble partout sur soi: le Smartphone! Le téléphone, la télévision, l'ordinateur, l'appareil photo, le Net, le café, le distributeur de billets, les places pour le prochain match, tout ça (vous enlèverez ce qui est de trop!) en shaker! De quoi tourner, gonfler surtout la tête! Le cerveau en fitness vingt- quatre heures sur vingt-quatre!

        Des ados ont épousé leur Smartphone! Ils dorment avec, mangent avec, se nettoient avec! Ils le manipulent tout le temps! Le lien est encore plus fort que celui produit par la télévision, car il est encore plus intime! Si on enlevait le Smartphone, il y aurait des scènes de panique! On se retrouverait à Pompéi, sous sa pluie de cendres! On verrait des fous partout!

        Redonner le Smartphone et le soleil revient! On est de nouveau calme, branché! "Votre avis, doc?

        _ Eh bien, je dirais que manifestement nous sommes devant une forme de dépendance... Elle a d'ailleurs déjà un nom: la nomophobie!

        _ Est-elle dangereuse?

        _ Oh! Il est sûrement trop tôt pour y répondre! Je suis avant tout un homme de sciences... Je n'avance qu'avec des preuves!"

        Trop tôt? Voire! Concrètement ça donne quoi? Muscler exagérément le cerveau, au profit de l'égoïsme (notre seule raison de vivre désormais!) et vous obtenez une domination psychique monstrueuse, asociale et en passe de devenir violente, meurtrière; car la haine surgit de notre amour-propre! C'est haut comme trois pommes et ça veut vous faire rentrer sous terre! C'est comme une batterie empoisonnée! une radiation mortelle! Voilà le mutant, l'enfant du vingt-et-unième siècle! On a presque cru au progrès!

        Evidemment, on pourrait régler le problème comme Henry Fonda, dans Il était une fois dans l'ouest! "Qu'est-ce qu'on fait du gosse, Franck?

        _ Pfffouuit! Comme tu as dit mon nom..."

        Comme cette scène est revigorante! Car être chrétien tout le temps, c'est embêtant! On abîme une gazinière, à force de toujours retenir ses feux! Mais pourquoi parlons-nous de l'Evangile? Oh! C'est sans doute parce qu'il prend justement le contrepied de la domination, de notre égoïsme!

        "Eh mais! La religion, c'est dépassé! Et puis c'est pas avec elle que tu vas donner à manger aux gens! Au fond, c'est un truc de riches!"

        Oh! Mes amis socialistes et communistes, merci! Vous avez combattu sans relâche pour que les plus pauvres n'aient plus faim, sous un toit, pour qu'ils puissent vivre dignement; alors que les plus riches ne rêvaient que de les mépriser, de les exploiter! L'humanité vous sera toujours redevable de cette lutte-là!

        Mais, même s'il faut rester vigilant, le temps n'est-il pas venu de grandir encore un peu plus, de mûrir encore d'un palier, d'ouvrir complètement les yeux? Pourquoi notamment le communisme a-t-il disparu, si ce n'est parce que nous portons en chacun de nous le mal que nous dénonçons chez les autres?

        Il n'y a pas d'Eldorado politique! L'égalité est comme une asymptote par rapport au réel! On peut la souhaiter, mais elle ne s'imposera jamais! Le pauvre n'est qu'un futur oppresseur, si on lui en donne les moyens! Désigner toujours des coupables, c'est s'aveugler, c'est rester dans l'enfance! Et puis, il y a tout le reste! Il y a la beauté du monde, incroyable, majestueuse, infinie, à condition de cesser d'être "vissé" à son nombril!

        Il faut avoir le courage de fleurir, de ne pas se laisser abuser par sa haine, de se voir tel qu'on est! La pauvreté, l'injustice, toutes les causes les plus nobles ont bon dos! Elles servent les faux prophètes, qui ont l'air si respectables, si crédibles aujourd'hui!

        Le faux prophète est le beau chevalier ou la "mère courage" de notre époque! Il ou elle s'engagent! Fi des larves et des défaitistes sur leur canapé! Voilà les serviteurs du soleil, les fidèles de la justice! Voilà les symboles de l'équilibre, l'élixir, le trésor de nos sociétés! Voilà les Samaritains resplendissants!

        Leur verbe est d'or, un modèle de responsabilité! Ils ont dépassé leur égoïsme! Leur combat est sain! Ils nous remettent les point sur les i; ce sont de véritables boussoles! Mais qui ou que sauvent-ils? Mais les meilleures choses du monde! La planète, bien sûr! les opprimés, les migrants, les enfants, les chats, etc.! Leur portrait est éloquent, car on ne voit qu'eux, leur personne! Leur cause est leur louange! Ils brillent! Ils aiment dans leur gloire! Ils aident s'ils sont au pouvoir!

        Qu'en serait-il dans l'ombre? Qui est calme dans l'anonymat? Qui donne en étant pauvre lui-même? Qui est un véritable ouvrier de paix? Qui est lent à la haine? Qui comprend?

        Héros des temps modernes, socialistes de toujours, justiciers de toutes sortes, communistes vénérables, penseurs de pacotilles, chantons ensemble! Non L'Internationale, ni L'Important c'est la rose, mais la chanson du vingt-et-unième siècle, qui est sans doute quasi éternelle!

        " Je suis hypocrite, car je ne vois pas la beauté!

        Je suis hypocrite, car je ne vois pas ma soif de pouvoir!

        Je suis hypocrite, car je crois ma haine juste!

        Je suis hypocrite, car je nie mon épouvante!

        Je suis hypocrite, car je ne veux pas douter, ni être humble, ni m'abaisser!

        Je suis hypocrite, car je crains de chercher, de perdre!

        Je suis hypocrite, car je suis ma propre statue!

        Je suis hypocrite, car je prends la meilleure part!

        Je suis hypocrite, car j'aime ma colère, ma puissance, ma gloire!

        Je ne sais pas aimer, être confiant! J'ai peur de l'injure! Je ne sais pas endurer, être comme Dieu, voir comme lui!

        Je veux mon triomphe! Je veux "déchirer", piétiner, m'imposer! C'est moi le plus important, le roi du monde! C'est moi l'absolu! Il n'y a rien d'autre! Je suis la mort!"

  • On s'illusionne!

    On s illusionne

     

     

     

     

        Le but de ces chroniques et même de notre vie est d'expliquer ce que nous voyons, mais la vérité ne s'impose pas seulement par des arguments: on s'en pénètre plus ou moins selon son degré de maturation! Ce sont les peurs et la domination qui créent l'hypocrisie et l'hostilité! Ainsi, personnellement, nous avons toujours l'impression d'être devant un brouillard inextricable et quand nous refermons un journal, on nous a encore parlé d'une autre planète!

        Mais considérez madame X... C'est une jolie jeune femme et elle est très amoureuse de monsieur Y! Il est vrai que celui-ci a de la prestance, de l'ambition et même du goût, un certain talent! On est en province, dans une petite commune et on se marie, comme les parents!

        Très vite, l'affaire de monsieur Y devient incontournable et elle ne cesse de s'étendre! Nous l'avons dit, monsieur Y est un créatif! Il invente de nouveaux produits, qui séduisent les clients par leur originalité et leur qualité!

        Monsieur Y n'est pas seul! Il dirige plusieurs employés, dont le meilleur d'entre eux est sa femme! C'est elle-même qui tient à ce statut, ce qui révèle son caractère! Elle place plus haut qu'elle son mari, dont elle reconnaît parfaitement la supériorité!

        Elle reste dans l'ombre, comme la cheville ouvrière de la réussite de son mari! Elle en est même la spectatrice! Elle ne veut pas des lauriers et c'est sans doute par timidité! Madame Y est probablement plus tendre que son mari!

        Cependant, elle a tenu à se développer elle-même, à son échelle! Elle a son propre magasin, qui est un point de vente de la "maison", et là c'est elle qui "trône", qui domine les alentours! Elle donne notamment des conseils à tout le monde! Elle est de ces personnes qui n'ont jamais affronté l'adversité et qui pensent connaître la vie! On est pourtant loin du compte, comme nous allons le voir!

        Le mari, quant à lui, a épousé aussi les idées modernes! Il ne veut pas seulement être le meilleur dans sa partie! Il croit encore, comme la société, que l'on peut s'épanouir en profitant de l'existence! Il suffit pour cela d'oser!

        Ainsi, il participe à une épreuve sportive très populaire, avant de se rendre à un salon, où il peut côtoyer les plus grands de son métier! Il multiplie les expériences; rien ne doit lui paraître hors de portée! C'est le signe sûr d'une extraversion, mais aussi, peut-être, d'un certain culte de soi! Celui qui a le sentiment de rayonner, ne se prend-il pas pour une étoile?

         Mais serait-ce le triomphe du matérialisme? L'équilibre par la consommation ne serait-il plus une légende? Les médias, qui sont très friands de ce genre de réussites, parce qu'elles tranchent avec le marasme ambiant, ont approché monsieur Y et ont dressé son portrait! Ce fut certainement le début de la gloire!

        Voilà pour les apparences! Une ascension irrésistible et méritée! Une aisance matérielle et une reconnaissance certaine! Que peut-on demander de plus? La question se pose, car le couple ne paraît pas réellement satisfait! Il a le visage fermé! Le passage à la télévision ne l'a même pas ravi, alors qu'il a sûrement été souhaité! Ah! Mais madame X va bien! Elle est contente et elle le clame haut et fort! Pourquoi en douter?

        Eh bien, il y a plusieurs indices... D'abord, madame X parle volontiers des conditions difficiles de son travail... Elle n'arrête pas en fait! Ensuite, elle est toujours un peu tendue... Elle paraît incessamment sur la défensive! Elle est toujours prête à se justifier, alors que nul n'oserait lui demander des comptes!

        Elle fait penser à un tank, dans une campagne fleurie! Mais ce qui la préoccupe le plus, ce qui la mine même, c'est son poids! En effet, madame X a pratiquement perdu toute sa beauté! Celle-ci ne réapparaît qu'avec beaucoup de peine au-dessus de la graisse, comme la tête d'un nageur à bout de souffle! Madame X a maintenant un corps carré, qui révèle qu'elle s'épuise!

        On mange trop pour échapper au quotidien, comme d'autres fument en restant maigres, ou boivent dans le but d'apaiser leurs neurones! On s'évade par la nourriture! On a faim parce que c'est trop dur! On dévore et on n'en a jamais assez! Pour se contenter de peu et maigrir, il faudrait une force que l'on n'a pas! On gonfle... inexorablement!

        On devrait se reposer, mais le drame est en train de se jouer... Monsieur Y ne "touche" plus madame X! Cela n'est pas gênant, tant que le couple travaille, car son rythme, sa fatigue sont tels qu'on peut se masquer le problème, mais qu'en est-il quand justement on essaie de prendre du bon temps, des vacances, et que l'on se retrouve face à face, surtout à l'étranger, isolé sous le regard des autres?

        Le tourbillon de l'entreprise a disparu et X et Y laissent voir leurs sentiments! Le dégoût de Y est palpable et celui-ci sent même parfois X comme un boulet! Il y a tant de jolies femmes autour, le soleil brille et la vie pourrait être glorieuse! Y est toujours sur le chemin de ses ambitions!

        Evidemment, il ne veut pas blesser, affronter X, car ce n'est pas le plaisir sexuel qu'il cherche et il élude donc la gêne du couple... Il la relativise; il la dissout avec des visites culturelles, de bons restaurants, des moments de repos complet... Il y a quand même des joies et il faut bien achever cette période!

        X, de son côté, est bien sombre, on s'en doute! Elle se rend bien compte qu'elle n'est plus désirable, mais à qui la faute? Tout va trop vite pour elle, d'où son besoin de manger! Elle se donne entièrement pour satisfaire son mari et elle se voit rejetée! Elle en ressent de l'amertume, même si elle est bien responsable de son corps!

        C'est compliqué, d'autant qu'elle doit encore lutter contre la honte! Car autour on ne s'y trompe pas! Voilà un couple qui n'ira pas à la plage et dont on n'aura pas à craindre les excès de sensualité! Pour madame X, il faut garder la tête haute, montrer de l'enthousiasme, faire comme si la réussite était toujours là!

        Pourtant, les vacances sont bien une épreuve et on est tout de même content qu'elles finissent! On va de nouveau pouvoir s'adonner au travail, mais l'expérience a tellement été désagréable, qu'il n'est pas question de la renouveler! On va au contraire tout faire pour lui échapper! On va s'enfoncer encore plus dans l'activité! On va se lier à des projets coûteux, lourds , risqués! Il ne sera plus possible de s'arrêter, sous peine de faillite, de mort! On entre dans le cauchemar! On est en route vers l'enfer, la rupture!

        Au lieu de se libérer, on s'est enchaîné et c'est madame X qui souffre le plus! Elle croit toujours qu'elle va pouvoir retrouver sa ligne, alors que le rythme de travail du couple est encore plus dur! Elle continue de se priver, afin de maigrir, bien que sa fatigue ne diminue pas!

        Le corps a bien du mal à supporter cette situation! Madame X notamment n'arrive pas à se réchauffer la nuit, car c'est la digestion qui nous apporte de la chaleur! Madame X est aussi sujette à des maux qui deviennent chroniques: grippe, angine, asthme, douleurs articulaires, varices, etc.! Perdre du pois épuise, rend nerveux et plus lourd l'effort quotidien, ce qui conduit inéluctablement à la vulnérabilité de l'organisme!

        Pour l'instant, madame X passe tous les feux à l'orange, mais il y en aura un qui sera rouge et qui la forcera à s'arrêter! Devant le menu des maux, qui peuvent nous atteindre sérieusement, la nature a le choix! "Pum... pum... Alors, je vais prendre la petite affection rénale en entrée! Puis, ce s'ra le cancer du côlon! Y a des polypes avec? Oui! Je vois que la maison est sérieuse! Et je peux déjà vous dire pour le dessert? Bon, eh bien, va pour un eczéma glacé! Et pour la boisson? Voyons... Une hémorragie flamboyante! Voilà, je sens qu'on va se régaler! Merci!"

        Mais, quand madame X ne pourra plus avancer et qu'elle aura l'impression de ne plus être qu'un coucou cassé, verra-t-elle mieux son mari? Prendra-t-elle enfin conscience qu'il est un tyran, dont l'ambition au fond ne peut être comblée? Rien n'est moins sûr, car madame X est également menée par sa propre domination! Avouer son échec lui sera impossible et il lui faudra donc continuer à "jouer la comédie"! Son mal, qu'elle ne pourra plus cacher, deviendra son "haut fait d'armes", afin de susciter l'intérêt de son entourage! Au final, rien ne sera éclairci et le couple n'en finira pas de se délier!

        Alors, pourquoi raconter cette histoire? Parce qu'elle est la plus commune et exemplaire! Elle a évidemment des variantes quasiment infinies, mais sa trame reste la même! On veut réussir, se développer, s'épanouir... et tous les migrants, qui traversent la mer au péril de leur vie, n'ont pas d'autres rêves! C'est-à-dire que l'autre moitié de la planète désire ce que nous avons! C'est que notre pays est si riche qu'il peut donner la possibilité non seulement de gagner sa vie, mais aussi de se consacrer à sa personnalité, à sa créativité! C'est tant mieux, mais le résultat est effroyable, impensable, désastreux!

        Le couple X Y, en effet, a tout! Rien ne lui manque et pourtant il se détruit et n'est pas heureux! Comment se fait-il que nous ne nous interrogions pas plus sur la situation actuelle? Une chose apparaît évidente: tant que nous ne considérons pas notre domination et qu'elle n'existe pas à nos yeux, il nous est impossible d'y voir clair! Nous sommes pris comme par un torrent et nous nous heurtons à ses rochers!

        Cependant, il est vrai que la domination nous est si nécessaire qu'elle peut nous demeurer cachée! Par exemple, il est normal que la science ait chassé toute influence religieuse, afin de donner à son domaine propre toute sa valeur! Il est encore normal que le naturalisme se soit opposé aux excès du romantisme, qui lui-même a voulu s'affranchir du classicisme! A priori, la domination, étant issue de la loi du plus fort, se présente telle la garantie même de notre liberté et de notre développement!

        Mais elle comporte un risque, car son but n'est ni plus ni moins que la suprématie; comme un animal en détruit absolument un autre! Dans notre exemple, monsieur Y ne voit pas l'état de sa femme, car il est uniquement préoccupé par sa réussite! On peut vouloir s'imposer à tout prix, au point de considérer tous ceux qui nous sont contraires comme des ennemis, qu'il faut abattre ou réduire au silence! Ainsi, on peut souhaiter la meilleure chose du monde et se montrer dans le même temps injuste, voire cruel!

        D'une manière générale, plus nous sommes le "jouet" de notre domination et plus nous sommes aveugles sur la situation réelle et moins notre action est efficace, car elle produit autant de bien que de mal! C'est surtout la haine qui révèle, témoigne de cette cécité, de ce fourvoiement! En effet, plus notre connaissance est étendue et plus nous comprenons et moins nous sommes sujets à la haine! Le fait de comprendre nous donne de la valeur, sans la domination!

        Cependant, la haine est aisément palpable dans le mouvement contre la réforme des retraites et elle se retrouve encore chez les partisans de Greta Thunberg, qui n'ont que mépris pour le monde des adultes! Aussi, dans l'ensemble, perdons-nous de vue l'essentiel, la particularité extrême de notre époque! Rappelons-le, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, nos sociétés sont sans Dieu et même sans idéologies!

        Or, à quoi se raccroche l'homme devant l'inconnu? Mais à son instinct évidemment, à sa domination autrement dit! Le phénomène est surtout visible chez la plus jeune génération, qui porte son égoïsme au "rouge" et qui en semble malade! Chacun n'avance qu'à condition d'être le dominant, le centre d'intérêt, celui qu'on admire! Chacun donc exerce une pression constante sur les autres et affiche sa haine, dès qu'il n'est pas satisfait!

        Le problème ne peut pas cesser de s'étendre et ce qui est à craindre, ce n'est pas tant une domination physique, car elle est ponctuelle et bien connue de la loi, mais une domination psychique; ce qui est nouveau! Celle-ci est en rapport avec notre degré de civilisation, car plus il est élevé et plus l'individualité peut se développer! Notamment, les technologies modernes sollicitent bien plus le cerveau que le muscle!

        Mais la domination psychique, si elle est invisible, interdit toute différence, rend la vie en société impossible et fera bientôt paraître le montant des retraites ou le taux de CO2 doux zéphyrs!

        Seul celui qui se place sous le regard de Dieu peut voir sa domination et s'en séparer! C'est la confiance, l'abandon, en fait l'amour, et non la raison, qui fait qu'on s'ouvre totalement à la connaissance! Bref, nous n'avons jamais eu autant besoin de la foi!   

  • On méprise!

    On meprise

     

     

     

     

     

        "Simon est de retour à la maison!

        _ Regarde-moi dans les yeux, Simon! Bien! Maintenant, tu peux aller prendre ton goûter!"

        Cette petite scène du film Code Mercury va donner le ton de cette chronique, car il y s'agira bien d'ouvrir les yeux, de considérer bravement un sujet quelque peu scabreux, puisque nous allons parler de sexe, mais sans amour!

        Nous sortons notre poubelle, quand le voisin nous fixe bizarrement! Il est à la fois inquiet et fasciné! Autrement dit, nous lui avons tapé dans l'œil! Ce n'est pas la première fois que nous intéressons des hommes, même si, de notre côté, nous avons toujours préféré les femmes! D'ailleurs, nos penchants dépendent de notre état moral et beaucoup d'hommes mariés, qui ont été déçus dans leurs ambitions et qui deviennent avec le temps de plus en plus dépressifs, sont finalement attirés par une liaison homosexuelle, avec ce qu'on appelle vulgairement une "folle"; parce qu'ils ne croient plus en eux-mêmes et qu'ils n'ont plus la force de vouloir s'imposer (leur égoïsme reste néanmoins très vif!)! Conquérir une femme est généralement comme "conquérir" la société!

        Cependant, loin de nous d'expliquer l'homosexualité par l'absence de force virile; le sujet est beaucoup plus vaste bien entendu! Mais il n'en demeure pas moins que de nombreux hommes, en vieillissant, se tournent vers elle à cause de la dépression!

        Par ailleurs, nous pouvons avoir l'air de nous contredire, en montrant combien est essentielle la domination, mais notre but n'a jamais été de la détruire! Elle nous est effectivement indispensable et il nous serait impossible de faire un pas de plus, si nous n'avions pas un tant soit peu le sentiment de notre valeur, de notre supériorité!

        Mais nous voulons donner à cette dernière un autre sens que celui qui existe dans la vie animale! Il ne s'agit plus de "triompher" des autres ou d'occuper dans la société une place prééminente, mais bien de jouir de son propre rôle, de s'enchanter même de son importance, par la connaissance, la sagesse; jusqu'à même être d'une tranquillité absolue grâce à la foi!

        Mais revenons à notre propre séduction, car nous avons commencé par la mettre en scène... Nous pouvons l'attribuer sans doute à des traits féminins et à des membres plutôt fins, mais, quand nous étions jeune homme, nous ne comprenions guère ce qu'on nous voulait, bien que les propositions fussent somme toute courantes, notamment si nous faisions du stop! Toutefois, aujourd'hui, nous voyons bien que le seul sentiment qui les anime est la domination! Le respect de l'autre, l'amour qu'on pourrait lui porter, en sont justement bannis! Expliquons pourquoi!

        Un dimanche matin, nous sommes dérangé par une voix criarde, qui perce notre fenêtre! Le seul jour que le trafic épargne, il faut encore que certains troublent la paix! Nous comprenons vaguement que la voix vient de chez le voisin et nous nous demandons qui peut ainsi parler d'une façon aussi désagréable!

        Nous avons la réponse l'après-midi! Le voisin apparaît avec sa conquête du samedi soir! C'est un homme qui porte une serviette et qui apparemment n'est même pas retourné chez lui, après le travail! Le dimanche, en effet, peut être considéré comme une journée vide et angoissante, ce qui fait que beaucoup, comme le couple que nous avons sous les yeux, cherchent à rompre leur solitude durant le week-end!

        Mais le compagnon du voisin parle et nous reconnaissons sa voix haut perchée! Il demande s'il a bien compris comment rejoindre la rue, car il a un portail fermé devant lui! Le voisin lui répond à peine et avec une pointe de mépris! D'un coup, nous comprenons la situation, d'autant que le compagnon maintenant passe devant nous, invisible, et qu'il démarre tout aussi rapidement!

        Cet homme est rongé par l'angoisse, d'où sa voix trop forte, d'où son hésitation pour s'en aller, car c'était de nouveau se retrouver seul! Mais cela veut aussi dire que sa liaison ne lui a rien apporté, sinon de l'humiliation, quand il y repensera! Mais, ici, il faut comprendre d'où vient le mot "folle"!

        Celui qui est appelé ainsi ne semble vouloir qu'une chose: c'est de s'anéantir dans le sexe! S'abreuver de chair, se dissoudre en elle est comme un désir irrépressible chez lui, au point qu'être méprisé renforcerait sa jouissance, car l'esprit, l'individualité serait chassée au profit des seuls sens!

        Cette attitude défie la raison, car elle appelle à une certaine maltraitance, d'où le nom de "folle", pour traduire cette ambiguïté; mais elle n'est pas due à une féminité exacerbée! C'est bien plus des tourments qui consument, une usure psychique qui fait qu'on a recours au sexe, comme à une  noyade!

        On ne veut plus voir la réalité, mais se donner un maître! On se soumet pour ne plus penser! On devient esclave, pour ne plus exister! La tension est trop forte et n'importe quelle relation est un soulagement!

        Pour bien comprendre cela, il faut se rappeler combien il est difficile de "se tenir debout" dans la vie! Mais, ici, nous nous heurtons à l'hypocrisie ambiante, car ceux qui sont le plus à l'aise sont justement ceux dont la domination est la plus forte! Leur équilibre provient du contrôle qu'ils ont sur les autres! C'est la satisfaction de leur égoïsme qui leur tient lieu de boussole, et nous savons désormais à quelle tyrannie cela mène!

        Par contre, ceux qui sont affaiblis, qui n'ont pas de pouvoir, qui sont blessés ou névrosés, ceux-là sentent le vide sous leurs pieds! Ils sont saisis par le vertige, l'angoisse! Ils tremblent, vacillent, transpirent! Ils sont en quête d'une aide! Ils connaissent l'épouvante!

        Mais demandons-nous qui peuvent être ces hommes qui trouvent normal de mépriser et d'être considérés comme des maîtres! Qui sont-ils ceux qui profitent du désarroi d'autrui? Ils pensent peut-être ne répondre qu'à une demande, mais bien avant ils s'admirent et bien que laids et sales, ils se croient irrésistibles! Ce sont en réalité des cadavres, des tombes debout, que le ver de l'égoïsme dévore à loisir!

        D'ailleurs, le voisin nous regardera encore une ou deux fois avec dureté, car, dans son esprit, la faiblesse doit céder à l'esclavage! Un vautour est moins puant!

        Cependant, ce type de relations n'est pas propre aux hommes; il existe aussi chez les femmes! Certaines, pour les mêmes raisons, perdent totalement le sentiment de leur valeur, de leur dignité, et s'oublient dans la soumission! Leur réveil est parfois brutal et toujours douloureux, car le mépris ne peut pas ne pas laisser de l'amertume!

        Mais c'est comme une maladie, c'est plus fort que soi! Il faudrait à ces hommes et à ces femmes de l'apaisement, une reconstruction, ce qui éviterait l'usure psychique et permettrait le choix! Ces chroniques peuvent aider dans cette voie, car le fond du problème est toujours le même: vaincre sa peur! La justice revient quand on voit la médiocrité de ceux qui nous ont abusés! On est alors de nouveau dans le champ de la conscience et un être humain!

        Cependant, la plupart des couples sont en partie constitués par la domination; il ne saurait en être autrement! N'est-elle pas le moteur de notre individualité?

        Aujourd'hui, des personnalités féminines se plaignent, à la télévision, d'une relation toxique! Elles ont essayé de plaire à un homme, mais, malgré leurs efforts, il n'était jamais satisfait! Elles en ont été conduites à lutter contre elles-mêmes et à perdre totalement l'estime de soi! On comprend leur ressentiment!

        Mais, dans ce genre de cas, bien souvent l'homme est d'abord la victime de ses tourments! Un parent autoritaire l'aura préalablement fragilisé, ce qui fait qu'il ne peut être heureux lui-même et c'est la guerre, qu'il mène contre sa propre personne, qui rejaillit sur l'autre!

        De même, certaines femmes reproduisent les reproches qu'elles ont subis, durant l'enfance, et cinglent leur compagnon! Cette attitude a d'abord pour but d'exprimer sa propre souffrance, car la justice n'a pas été rendue! On expérimente sur d'autres des situations qui nous ont blessés, ce qui permet de mesurer combien celles-ci ont été anormales!

        Nous sommes tous à un stade de développement, qui dépend du degré de domination de ceux qui nous ont éduqués! Autrement dit, nous sommes tous plus ou moins matures ou immatures! Evidemment, nos relations amoureuses s'en ressentent!

        Nous nous souvenons d'une femme, qui méprisait l'homme qu'elle venait de quitter, puisque celui-ci, pour dire sa révolte, ne laissait devant sa porte que des objets en pâte à modeler!

        Nos premières amours sont toutefois fusionnelles, selon le terme consacré! Mais ce n'est pas, comme le disent certains psychologues, à cause d'une quelconque nostalgie, à l'égard du stade fœtal, dont nous n'avons de toute façon aucun souvenir ("Dieu merci!", pourrait-on dire!)! C'est plutôt qu'il est toujours difficile de se "mettre sur ses jambes", d'autant qu'elles sont jeunes et tendres!

         Quand on commence à "porter le poids de la vie", on est tenté de saisir n'importe quel moyen pour y échapper! L'alcool et la drogue sont souvent utilisés, mais on a aussi l'illusion que la relation sexuelle permet de ne faire plus qu'un avec l'autre; ce qui est encore un moyen de "disparaître", de ne plus penser!

        C'est donc l'époque des grands déchirements, des drames, dont on croit qu'on ne se remettra jamais! On était heureux et voilà qu'on se quitte, sans savoir pourquoi! Ben dame! On est appelé à s'individualiser, pas à rester "collé!"

        On règle ses comptes! "Ah! mais toi, t'es comme ça!

        _ Hein? Et toi, tu t'es pas r'gardé! Qui fait le plus d'après toi?

        _ La vérité, c'est qu' t' es une bourgeoise!

        _ Quoi? Dehors, j' t'ai assez vu! Sale rat! Allez dehors! Fous-moi le camp!

        _ Bourgeoise!"

        On ne se doute pas qu'on continue ainsi l'œuvre de la nature! On se forge, on se construit, nos caractères s'affirment, même par les disputes, peut-être surtout par elles!

        A la suite d'une séparation, du côté masculin, on erre dans la rue, morne, hagard! On rumine; on n'est plus qu'une enveloppe à ressentiments! L'amertume nous donne une soif inextinguible! On fait peur au barman lui-même! On parle des femmes, comme si on les connaissait! Encore heureux qu'on trouve quelque grabat pour la nuit! La vie est décidément trop cruelle!

        Du côté féminin, on éclate en sanglots chez la copine, qui est tout de même heureuse de vous voir dans cet état! Elle était un peu jalouse et elle vous voit revenir, soumise! Elle vous donne bien entendu quelques conseils; elle dit: "Tu sais, les hommes...", comme si elle les connaissait! Mais nous n'avez qu'un mot dans la bouche: "Le salaud! Le salaud!"

        Les deux camps se fortifient et finalement on se connaît de mieux en mieux, on est de plus à en plus à même de donner, puisqu'on est mieux défini! Mais, on le voit, d'après tout ce qui a été dit, il n'y a pas apparemment de véritable amour, tant qu'on reste esclave de sa domination!

        Aimer l'autre, ça ne peut pas être le contrôler, l'humilier, le mépriser! C'est d'abord le respecter, le rendre heureux! Il fut un temps on avait peur du diable! On parlait de péchés, on se confessait même! On craignait d'être envoyé en enfer et on se méfiait de soi-même; on faisait attention, on cherchait à s'améliorer!

        Aujourd'hui, qu'est-ce qui peut nous inciter à lutter contre notre égoïsme? Apparemment rien! Au contraire, nous n'avons que lui et il nous sert comme un radeau en plein océan! Nous convenons tous que nous commençons nos vies, par chercher qui nous sommes! Pourquoi alors nous figeons-nous, arrêtons-nous notre développement; en pensant que ce sont les autres qui nous doivent quelque chose?

        Un jour quelqu'un, qui se croyait très malin, a dit: "Dieu a créé les hommes pour qu'ils l'adorent!" On voit le venin de la formule, puisqu'elle fait apparaître Dieu comme le plus vain de tous! Mais qu'est-ce qu'adorer? Ce n'est pas se prosterner, ni être soumis! C'est de s'enchanter d'aimer! C'est de se sentir grandi par l'amour que l'on porte! En ce sens, oui, Dieu a créé les hommes pour qu'ils soient heureux!

        Mais restons tristes et fermés! Continuons à macérer dans nos réduits et à regarder nos Smartphones, comme des compteurs Geiger! Gardons nos haines! Il y aura bien une guerre ou un cataclysme, pour nous sortir de là!

  • On ne cherche pas!

    On ne cherche pas

     

     

                                                                                               Ils passent dans la nuit...

     

        "Je me revois encore, du haut du Mont Saint-Michel, criant à mon amour de jeunesse: "Antinéa! Antinéa!" La joie est le sort des médiocres! Le bonheur est pour les esprits simples! Moi, je suis fait pour la tragédie! les grandes douleurs! C'est pourquoi je vais rester ici, à méditer, dense comme un œuf!"

        Ce dialogue, tiré du film L'Incorrigible, va nous servir de préambule, car cette chronique va traiter de la recherche de l'esprit! En effet, aussi loin que remontent nos souvenirs, nous avons été attaché à la pensée, dans le sens où nous avons toujours voulu comprendre! Osons le dire, n'est-ce pas la meilleure définition d'un cœur pur? Car, comme nous allons le voir, c'est bien la domination qui fausse notre jugement, qui nous maintient dans l'erreur!

        Certes, la domination est naturelle à chacun, mais il se peut que précocement on en soit détaché, ce qui conduit à l'observer, à s'interroger sur elle! Ceci n'est pas sans risques, puisque la domination ne comprend pas la résistance et ne veut que la détruire! Sa nourriture est la soumission!  Ce qui échappe à son contrôle l'inquiète, la terrorise même et provoque donc sa haine!

        Qu'est-ce qui permet à un individu d'être "étranger" à la domination? Comme celle-ci nous vient du règne animal, c'est évidemment une avancée de la pensée, une création de l'esprit qui est la réponse! C'est le développement de la conscience qui nous conduit à devenir de véritables êtres humains, à maîtriser l'animal qui est en nous! Pourquoi un individu naît-il avec une idée originale, qui va changer le monde? Ni nous, ni la science ne pouvons donner d'explications!  

        Cependant, si l'on considère que l'Evolution continue essentiellement dans le cerveau humain, pourquoi ne pas associer les mutations génétiques, qui ont changé les espèces, aux découvertes qui accompagnent et dirigent l'humanité?

        Toujours est-il que l'individu qui est habité par un "monde", qui a une vision particulière, celui-là ne peut pas ne pas être en butte à la domination, car c'est son "invention", son don qui garantit son indépendance! Tout inventeur résiste "fatalement" à la domination et déclenche sa fureur! C'est plus fort que lui, car son message c'est lui-même! Qu'il le nie et c'est tout son être qu'il supprime; ce qui ne se peut!

        Cela est d'autant plus vrai que l'idée originale, la création est spirituelle! La science a ses combats, l'art aussi; mais la spiritualité s'adresse directement à la domination! La science et l'art luttent contre des ennemis qu'ils ne connaissent pas! Ils essaient de les convaincre, la première par le raisonnement, la démonstration; le second par la conviction, l'éclat! Mais seule la spiritualité regarde les yeux dans les yeux la domination!

        Et pour cause, puisqu'elle est son contre-pied! Elle est le plus haut développement de la conscience, puisqu'elle invite justement à se détacher de sa propre domination; ce que ne font pas explicitement ni la science, ni l'art, ni même la philosophie! Elle seule donc connaît les hommes et comprend l'hostilité qu'ils nourrissent à son égard! Celui qui parle de paix sera toujours la proie de la haine; car la paix est une forme d'indépendance; c'est une stabilité; alors que la domination est une mainmise, une faim!

        Toujours est-il qu'à l'âge adulte il a bien fallu que nous gagnions notre vie!

        Autant le dire tout de suite, même si cela doit en choquer certains, nous n'y sommes jamais parvenu! Ce n'est pourtant pas à cause de la paresse, bien au contraire! Notre chemin ne fut certainement pas direct et après quelques fortunes diverses, nous avons repris des études, en espérant grâce à elles trouver un travail durable et notre place dans la société! Puisque nous nous sentions égoïste, nous avons obtenu des diplômes en psychologie et en communication, ce qui nous a ouvert notamment la voie du journalisme!

        Couvrir une partie de l'actualité d'une ville, c'est enivrant! D'abord, on écrit et même s'il y a des règles, pour bien informer, cela reste un acte créateur! Inutile de dire aussi combien il est plaisant de voir paraître son article! C'est un métier où la passion peut s'exprimer!

        Ensuite, on se sent important, utile! On est sollicité, on a du pouvoir, on côtoie l'"élite"! Malheureusement, on peut devenir comme elle, se griser et se prendre au sérieux! Dès lors, on reste dans l'illusion produite par la domination!

        Cependant, un jour, en regardant des ouvriers sous la pluie, nous nous sommes dit: "Voilà le véritable travail! celui qui est physique et sans confort!" Nous avons donc quitté la salle de rédaction pour les chantiers! Mais là encore nous avons été déçu! Certes, il y a des charges et des cadences qui ont dépassé nos forces et qui nous ont même effrayé, mais dans l'ensemble, c'est beaucoup d'attente, des palabres, des histoires; il faut choisir son camp, car il y a des luttes intestines!

        La plupart des salariés ne s'en rendent pas compte, mais ils vivent dans un carcan épouvantable, sans ailes! C'est comme si, pour vivre, ils avaient mis de petites chaussures et que toute la journée ils grimaçaient! Ce n'est pas une fatalité, car c'est beaucoup par peur et pour un besoin de sécurité que l'on prend un emploi! Toujours est-il que nous sentions, de notre côté, que nos capacités restaient étouffées et l'ennui pesait sur nous!

        Nous nous sommes alors tourné vers l'humanitaire... L'extrême pauvreté, la souffrance la plus pénible n'allaient-elles pas nous occuper entièrement, nous "dompter", oserions-nous dire? Eh ben, non! D'abord, parce qu'une ONG fonctionne à peu près comme n'importe quelle entreprise et que certains, même devant la plus grande horreur, pensent encore au pouvoir! Ensuite, nous ne le savions pas à l'époque, mais notre quête était vaine! Nous étions en train de nous combattre et cela nous a mené plus tard à un déséquilibre profond! Mais ceci est une tout autre histoire!

        Cependant, nos expériences nous permettent aujourd'hui la formule, la vérité suivante: il est impossible à un individu de travailler seulement pour gagner son pain! (Cela est d'autant plus vrai en France, où il y a le chômage et le RSA!)

        Certes, une telle affirmation peut paraître choquante et souffrir d'exceptions, mais celles-ci ne sont jamais durables! Il est impossible à un individu d'occuper un emploi, si d'une manière ou d'une autre sa domination n'est pas satisfaite; si le sentiment de son développement, de sa valeur, de son importance n'existe pas! si, pour parler crûment, son égoïsme n'y trouve pas un tant soit peu son compte! Et c'est bien normal, car nous ne sommes pas des animaux, mais nous sommes aussi constitués par notre conscience! Notre "texture" est également composée de notre amour-propre!

        Ceci est fondamental, capital, indispensable, essentiel, les adjectifs nous manquent, car à l'heure actuelle, notamment par les manifestations contre la réforme des retraites, on essaie de nous prouver le contraire! ou tout du moins on nous le laisse supposer!

        Nous avons l'air de n'être que des victimes du devoir! comme si notre travail ne nous procurait pas encore du plaisir! comme s'il n'était qu'une corvée! "Ne sommes-nous pas seulement des comptables objectifs?" semblons-nous dire. Réclamons-nous autre chose que la justice? Chacun montre ses plaies, ses certificats! Notre bonne foi ne fait aucun doute et nous gonflons nos muscles, pour protester contre des chaînes que nous nous sommes empressés de fermer nous-mêmes! Voilà pour notre courage! Quant à notre hypocrisie, elle se nourrit de désigner des coupables!

        Certes, il faut se défendre, il y a bien des choses à revoir et nos vies ressemblent à un engrenage, mais une seule chose nous guide dans le fond et c'est la domination! Elle passe avant le manger et le sexe! C'est elle notre ombre! C'est elle qui fait de nous des êtres ignobles au quotidien! Nous ne savons même pas respecter l'autre! Nous lui "marchons" dessus, car seul l'égoïsme coule dans nos veines!

        D'ailleurs, le gouvernement s'est lui-même perdu à cause de sa domination! Pourquoi proposer une réforme aussi fondamentale que celle de la retraite au début de l'hiver, quand le mauvais temps renforce en nous le sentiment d'insécurité? C'est d'une ignorance crasse! Ah! Mais on doit aller au rythme de Macron et de ses ambitions! Et Delevoy? Et Black Rock? Philippe, malgré son obstination, a l'air bien seul face à la tempête!

        Et les analyses sont toujours aussi lénifiantes, stériles! Tel éditorial expliquera encore qu'il est urgent pour l'Elysée de prendre conscience de la fracture sociale! afin de mieux la réduire bien entendu! comme si c'était le gouvernement qui était à l'origine des inégalités de la société! comme si ce n'étaient pas les hommes eux-mêmes qui les créaient chaque jour, en voulant se supplanter les uns les autres!

        Nous formons un bloc, uni par la peur et la haine! Pas question pour nous de nous remettre en question! Nous vivons dans la nuit, hostiles à tout rayon! Dame! Nous avons un ennemi (l'Etat méchant!), un bourreau, un dévoyé, une menace! Nous pouvons montrer notre croque-mitaine, notre épouvantail! Il est là pour instruire les enfants! Il nous rassure, nous soude; alors que nos cœurs sont comme des égouts!

        Nos vies sont tellement vides que notre société ressemble à un navire fantôme! Nous sommes pleins de vices! Nous adorons le mal et notre boue! L'égoïsme exulte sur nos visages, quand nos bras sont telles des pinces! Nous ne faisons aucun effort! Pire, nous nous voyons confondre le "tribunal éternel", attendre de Dieu des excuses ou une demande d'autographe, que nous lui donnerions d'un air las!

        Comment prendre au sérieux notre combat pour les retraites, tandis que dans la rue les cloportes ou les limaces se comporteraient mieux que nous! Courons plutôt faire don de notre cerveau; il ne nous sert à rien! Aucun de nous  ne prend le rude chemin de la recherche! Nous ne connaissons pas l'humilité! Nous sommes gavés jusqu'à la gueule et nous nous croyons responsables!  Nous nous permettons encore de parler de la foi!

        Alexandre Dumas raconte dans ses mémoires: "Je suis atterré devant ma mère morte! Je dis: "Seigneur, si vous existez, frappez trois fois contre le mur!" Rien! C'est compris!" L'auteur est certes dans une position exceptionnelle, mais qu'est-ce qu'un amour demandé comme à un chien? "Aboie trois fois!" Que vaut un amour sans épaisseur, sans densité, sans engagement? Que vaut un amour sans risques? Que vaut un amour qui ne donne pas, sans confiance? Qu'espère-t-on recevoir quand on a tout, argent et domination?

        Même s'il est nécessaire, le combat de la gauche est naïf, car il repose essentiellement sur la lutte des classes! Il croit qu'il rétablira l'égalité, en arrivant à vaincre les plus riches! Le communisme n'a pas agi autrement et on a remplacé les despotes par d'autres despotes, car le mal est en nous: c'est notre soif de nous imposer!

        La gauche ne peut se séparer de la domination! Elle a toujours besoin d'un adversaire, pour masquer le vide de son existence, son angoisse; ce qui explique principalement la mobilisation actuelle! Chacun se retrouve, reprend corps face à la menace, mais montre aussi qu'il est incapable de vivre au présent!

        En ce qui nous concerne personnellement, nous sommes tranquille pour trois ans; nous aurons de quoi vivre pendant tout ce temps-là! Après? C'est le point d'interrogation, mais nous sommes heureux chaque journée, chaque heure! Nous en sommes arrivé là à force de nous pacifier; ce qui n'a été possible que grâce à la foi!

        Si on s'inquiète pour le futur, alors qu'on ne risque même pas d'avoir faim, c'est que c'est bien davantage l'amour-propre que le ventre qui est en cause! On réagit parce qu'on a le sentiment d'être méprisé! On est encore esclave de la domination et on ne connaît pas la paix!

        Quant à la droite, elle se dit croyante, bien qu'elle ne perde ni ne risque rien! Elle s'est assurée de tous ses privilèges; elle donne des leçons d'une position dominante et sa foi n'est donc pas crédible! La droite n'est pas une source d'eau fraîche; c'est au contraire un désert d'égoïsme! 

       Celui qui combat la domination est en avance sur son temps! Le monde matérialiste tourne en rond et finira par s'en rendre compte!

        Rappelons-le, nous sommes ignobles au quotidien et notre seule excuse, c'est que nous l'ignorons!

  • On rêve!

    On reve

     

     

     

     

     

        Vents de folie et la société matérialiste se dévoile! Ordures jonchant les rues, que des employés ramassent dignement; poubelles surchargées, comme de gros ventres qui n'en ont jamais assez! mobilier abandonné, pour que d'autres s'en chargent, parce que l'égoïsme est seulement pressé de jouir et que la moindre contrainte provoque sa haine!

        La société matérialiste n'a qu'une raison d'être, c'est la satisfaction de l'individu; autrement dit, c'est la domination qui règne; c'est le nombril assis sur la ville! On ne cherche qu'à s'imposer à l'autre, qu'il nous remarque, nous admire, nous craint! Narcisse à chaque coin de rue! pendant que les déchets roulent, dans des odeurs de bière et d'urine!

        On rêve! On croit vraiment que la vie est un bal, qu'il s'agit d'y briller; qu'il est normal que nous en soyons les vedettes! Nous nous pomponnons ou nous marchons comme des officiers de cavalerie! Il ne nous manque plus que les carrosses et les gants blancs!

        Nous tapons du poing sur la table! Nous crions notre colère, que nous ne céderons pas! Mais de quoi s'agit-il? On nous fait chauffer les pieds, pour trouver nos économies? Nous prend-on le pain de la bouche? Non, c'est encore notre amour-propre, notre fierté, notre égoïsme qui refusent d'être lésés!

        Nous sommes irresponsables, alors que la nuit avance! Nous occupons les forces de l'ordre, nous donnons le mauvais exemple, nous incitons au chaos, alors que la nuit progresse et devient de plus en plus dangereuse!

        La société matérialiste a créé son serpent, son monstre, et il commence tout juste à nous étreindre! Malheur à vous gens de gauche, qui, par votre fureur, avez chassé toute spiritualité! Malheur à vous gens de droite, qui, pour vos privilèges, avez rendu maudite toute spiritualité! Malheur à vous scientifiques imbus de vous-mêmes, qui vous croyez esclaves de la vérité! L'homme sans dieu est né! L'homme animal! Celui qui ne voit que lui, qui est malade de lui!

        La Terre appartient à Dieu, mais il n'est présent nulle part!

        Violences dans les écoles! Guet-apens tendus à la police! Rite initiatique par le combat! Attaques sur les professeurs! Menaces sur les familles des policiers! Les loups s'organisent, délimitent leur territoire, s'affûtent, se préparent, attendent les bonnes conditions!

        Autre jeunesse, davantage aisée, ancrée à son Smartphone, autiste! L'œuf d'acier, à force d'être vicieux, du matérialisme, sans âme! Un assassin à sa manière, plus mesuré et prudent que le précédent! Plus vénéneux, car moins visible, mais tout aussi dur, peut-être plus même! 

        Autres violences: supermarchés occupés, barrages agressifs contre la consommation! Elevages incendiés, couverts d'injures; terreurs dans les campagnes! Haine à l'ONU! C'est toujours la domination qui étend sa main de fer! C'est toujours l'égoïsme qui parle, même s'il se croit juste et bon!

        La nuit arrive, mais nous paradons! Nous demandons des comptes... et qu'ils soient exacts; tellement nous sommes vides et nous nous ennuyons! Nous sommes inquiets maintenant, et nous le serons demain, quelles que soient les conditions! Qu'on se rassure, nous aurons de quoi payer le cimetière! Enfin la sécurité!

        Nous ne voyons pas pourquoi nous devrions perdre, ni même faire des efforts, puisque nous sommes la fin de nous-mêmes, qu'il n'y a que nous! Nous avons la mâchoire serrée sur notre bien, comme des crocodiles! Nous nous défions, nous menaçons, nous voulons des "ronds", par désœuvrement, par manque d'imagination!

       L'horreur de la violence finira sans doute par nous réveiller! Nos querelles cesseront devant l'hydre qui s'avance! Quand nous verrons le nouveau nazisme, nous serons interloqués! Il faudra néanmoins beaucoup de sang, pour nous arracher à notre égoïsme! Cependant, nous  entendons une autre voix...

        "Bonjour, je m'appelle Candina; je suis Mozambicaine et j'habite Chimoio, une ville moyenne à l'ouest du pays! Ma maison est en pisé et il y fait très sombre, mais pourtant on y est très propre! Les toilettes sont dehors et elles ne sont pas très agréables, car ce n'est qu'un trou! On a aussi une petite cour, avec des poules et nos chiens. Il n'y a pas d'eau courante; on doit aller la chercher à la fontaine, à la pompe! Puis, on la transporte sur nos têtes, dans un seau qui fuit! L'eau coule un peu sur mon visage, ce qui éclaire mon sourire!

        Pendant la journée, je vais à l'école et ma maman, elle, prépare les repas. Pour cela, elle commence par allumer un feu: on n'a ni gazinière, ni frigo! Maintenant que la guerre est finie, un supermarché a ouvert en ville... Avec mes copines, nous passons souvent devant! Dans la vitrine, il y a des lavabos, des toilettes, des cafetières, des télévisions! Beaucoup de choses pour nous sont des mystères!

        Mon rêve, c'est de pouvoir acheter un ordinateur et de travailler à Beira, la seconde ville du pays! Je veux une vie indépendante, dynamique, avec mon appartement! Comme ça, je pourrais aider ma maman, quand elle sera vieille ou malade! Si je comprends les Français? Oh là, là, c'est un grand pays riche... et moderne! Ils sont pourtant mécontents? Ils cassent tout dans les rues? Comme si c'était la guerre? Ils sont inquiets pour leur retraite? Ah! Mais, ici, on vit au jour le jour! Eh ben, non, je ne comprends pas! J'ajoute que j'adore danser!"

        "Pauvre Candina! Mais je ne me suis pas présenté: je suis le professeur Martin et j'enseigne l'énergie cinétique, à Sorbonne A! Bon, tout le monde sait que tout mouvement se définit par rapport à un référentiel! Oh! Là haut! Si ça vous intéresse pas, vous quittez l'amphi, s'il vous plaît! Bon, qu'est-ce que je disais? Soit x issu de l'évolution... X est individualisé par la domination! Notamment pour défendre le territoire et courir le guilledou! C'est pourquoi l'énergie cinétique s'exprime en Jules! Oh! Les filles devant! Faudrait tout de même pas noter toutes mes conneries! On parle bien de joules et non de Jules! "Ah bon!" fait-elle! Eh oui! C'est comme ça!

        Bon, qu'est-ce que je disais? Soit x individualisé par la domination! Donc x veut dominer, ou autrement dit, x veut devenir x! L'énergie de x est donc d'abord celle de son égoïsme! Jusque-là, ça va? "Oui!" disent-ils tous en chœur! Souhaitons qu' ça dure!

        L'énergie E de x pousse x à être supérieur à y! Y est alors le référentiel, le dominé! On peut écrire ceci... Evidemment, pas d'craie... Voilà, bon, on écrit donc: E(x) = n y; où n représente le nombre de y! C'est notre première formule! Ne la perdez jamais de vue, car elle indique que x est dépendant de y, évidemment!

        Pas de dominants sans dominés! D'où la faiblesse de x, qui est conduit à la tyrannie ou à la violence, si y ne veut plus être dominé! "Alors, y, on s'promène? Paraît qu' t'aurais dit dans l' quartier que t'en n'avais rien à faire de x! qu'il y en avait marre de x! qu'il était fini! Tu connais le jeu des briques y? On les casse sur la tête avec une masse! Paraît que, jusqu'à la fin d' sa vie, on a un rictus! T'as pas envie d'ressembler à un ouistiti, hein, y?"

        On redevient sérieux, s'il vous plaît! Evidemment, la violence est improductive: elle diminue l'énergie de y, ce qui entraîne la diminution de celle de x! Pour avoir du bon lait, il faut donner de la bonne herbe à ses vaches! Ce n'est pas cynique, c'est simplement logique! Un peu d' silence..., merci! Il faut ménager le ou les dominés, mais nous allons voir que nous ne sommes pas seulement gouvernés par la raison!

        Cependant, x doit aussi se nourrir, se loger, s'habiller, etc. Autrement dit, il doit travailler! T est le travail! T doit être utile et est donc un service! Par conséquent, il existe un rapport conflictuel entre x et T, puisqu'a priori T fait de x un dominé! Celui qui rend service n'est pas le chef!

        Tout le monde suit toujours? Bon! Mais T donne aussi de la valeur V à x! En effet, le travail offre des responsabilités, le sentiment d'être nécessaire, d'être important! Comment allons-nous exprimer cet apparent paradoxe dans une formule? Eh bien, nous dirons que: E (x) = V (t) - C (t); la ou les valeurs V du travail moins la ou les contraintes C du travail! C'est clair?

        Formidable! On verra plus tard! Mais si C > V, évidemment E (x) est négative et x est mécontent! Que se passe-t-il quand c'est y qui augmente C? Y bien entendu devient dominant, ce qui exaspère d'autant plus x, qui associe C à y! Mais un couple (C, y) ayant de l'autorité, qu'est-ce qu'il peut être dans la société? Je vous écoute!

        Y, le patron? Ah? X peut-il raisonnablement rêver de dominer son propre employeur? "Entrez!

        _ Bonjour patron, je viens vous mettre dehors!

        _ Mais qu'est-ce que?

        _ Ce sont vos cigares? Fameux! Vous êtes encore là? C'est moi le nouveau boss!

        _ Très bien! Mais de qui allez-vous pouvoir vous plaindre maintenant?

        _ Mais..."

        Bon, on voit que c'est pas vraiment ce qu'on cherche... Oui! J'ai entendu la bonne réponse! Le gouvernement! Il a le pouvoir, mais chacun peut prétendre avoir une certaine autorité sur lui! Voilà notre affaire! Y peut-il réformer x? Oui, seulement si V augmente plus que C! Ainsi E (x) demeure positive!

        Est-ce possible? Non, puisque y, en faisant croître C, laisse entendre que V n'est pas importante! On arrive à l'équation aberrante suivante: E (y) = n x! X trépigne! Il se sent méprisé! C'est inévitable! Et pourtant il sait aussi que les choses doivent changer, mais sans qu'il y perde rien!

        J'en vois certains qui décrochent... et on aurait bien envie de les imiter, à vrai dire! "Mais on a un job à faire... et on va le faire!" Slogan phare des candidats à la présidence américaine! Le royaume de l'efficacité! où nos équations auraient l'air absurdes! Mais nous sommes en France, pays de l'ambiguïté!

        Alors une solution... Non? Pourtant, elle est là sous vos yeux! Il faut simplement que V (x) soit indépendante de y; autrement dit que le sens de notre valeur ne soit pas le résultat de notre domination! Comment? Vous verrez ça pour la semaine prochaine, car c'est la sonnerie!"

       Aujourd'hui, la situation est bien étrange! Le pays, déjà en proie à la tempête, est comme paralysé! Nous sommes dans une impasse! D'un côté, il y a un gouvernement sûr de son analyse et de sa réforme, encouragé par Bruxelles; et de l'autre, il y a des salariés sûrs de leurs droits, de leurs revendications, de leur colère!

       Apparemment donc, nous donnons le spectacle de gens raisonnables, qui semblent savoir vivre et qui acceptent de mourir, après leur retraite! Magnifique responsabilité! Celui qui a des sentiments est complètement perdu! Voilà que de nouveau il ne comprend pas le monde! qu'il redoute d'en être exclu! comme au temps où il n'était pas encore un adulte, mais un être immature, romantique, écervelé, fautif!

        Tout se passe comme si la domination n'existait pas! comme si elle n'était pas la base de nos comportements,; comme si ce n'était pas elle qui nous faisait tenir debout! Quel paravent que ces grèves, où on se targue même de courage! Mais c'est justement parce qu'il n'y a plus que la domination qu'on ne la voit pas! C'est parce qu'elle règne en maître qu'elle devient invisible!

        C'est pourquoi nous sommes incapables de perdre quoi que ce soit; ni de l'argent, ni de l'amour-propre! Toute tentative de réforme est sentie comme une menace; tout changement est voué à l'échec! Ce n'est pas qu'une mesure soit juste ou injuste! C'est qu'on ne "lâche rien", parce qu'il n'y a rien d'autre! Nous sommes enfermés dans notre mensonge!

        Pourquoi ne pas reconnaître sa peur? Pourquoi jouer toujours son personnage? Pourquoi encore haïr? Pourquoi rester dans la nuit, avec son chagrin? Pourquoi ne pas venir à la lumière, pour se reposer, s'abandonner? Pourquoi refuser la simple joie d'exister?

        La domination est comme une machine! Elle ne s'arrête jamais! Elle ne peut pas s'empêcher de mordre, de blesser; elle allume des feux, elle se nourrit du mal! Seule sa supériorité compte! Même la mort ne la brise pas! C'est le triomphe de la haine!

        Elle crie que Dieu n'existe pas! Elle s'agrippe à elle-même! Mystère de l'orgueil et de l'obstination! C'est l'être terrorisé qui n'a pas voulu naître!

  • On est malheureux!

    On est malheureux

     

     

     

        Ce jour-là, nous décidons de nous occuper un peu de notre jardin! Oh! Il n'est pas très grand et nous ne le "bichonnons" pas! Il peut même paraître par moments abandonné, car surtout nous ne cherchons pas à épater nos voisins! Mais tout de même il faut élaguer, tondre, nettoyer suivant la saison, pour éviter la jungle!

        Nous respectons les plantes aussi! Nous regardons leur parcours, leur combat et nous sommes surpris par la force qui est en elles! Il n'est pas rare que certaines donnent l'impression de pousser de trente centimètres du jour au lendemain! Leur croissance est inexorable, même ralentie par l'hiver!

        C'est déjà la vie telle que nous la connaissons! Par exemple, le lierre a de la "mémoire": il évitera de repousser du côté où on l'a coupé! Un arbuste, qui n'a pas de "corps", fera une "bouillie" avec ses branches, afin de prendre du volume et de défendre sa place! C'est une guerre! Des plantes en transpercent d'autres, les étouffent, les font disparaître!

        Cette force peut se voir comme une "générosité" sans bornes, notamment quand on récolte des légumes et ainsi notre jardin contente les oiseaux! Le merle raffole des baies rouges du sorbier, quand la mésange ou le rouge-gorge "épouillent" le reste! Nous avons aussi une relation particulière avec un rosier, qui nous montre par son développement que nous le rendons heureux! Ce n'est pas rien!

        Mais, bref, donc nous nous mettons à tailler les hortensias, qui doivent être raccourcies pour l'hiver, sinon leurs tiges deviendraient comme les bras de ce bûcheron du film les Grandes gueules: "Un jour, j'ai aimé une comtesse, raconte-t-il. "Nénesse, me disait-elle, c'est pas des bras que tu as, mais des essieux d'autobus! Ah! Ah!""

        Nous ratissons les tiges coupées et il est tout juste seize heures, quand notre plus proche voisine ferme brusquement ses volets! Cela nous serre le cœur! d'autant que c'est celle que nous avons déjà secourue, dans une autre chronique! Son geste n'est pas innocent! Nous importunons, par notre faible bruit! Nous l'exaspérons et elle nous le fait comprendre, sèchement, en se condamnant à la nuit! Une telle ambiance, c'est bon pour le moral!

        Nous puons peut-être... Le mieux, c'est que nous allions nous prendre! Notre faute n'est-elle pas irréparable? "Et sur son corps qui se balançait, on ne retrouva qu'un mot: "Pardon!""

        Cependant, cette attitude n'est pas exceptionnelle dans le quartier, puisque deux autres fenêtres, qui donnent aussi sur notre jardin, ont le même fonctionnement.  La plupart du temps elles sont cachées par leurs volets, tant et si bien qu'on s'interroge sur la santé mentale de ceux qui vivent derrière! Ce sont deux autres femmes, dont l'une s'est plaint de ce que mon lierre, en dépassant d'un centimètre sur les garages voisins, avait l'air aussi menaçant que la pieuvre de Vingt mille lieues sous les mers!

        Nous avons dû faire comme le capitaine Nemo! Sous la pluie, nous avons combattu la bête! C'était affreux! Ce bec de perroquet hurlant, sifflant, qui nous attirait comme un maelström! "Les nerfs! Ce sont les nerfs, qui sont cause de ce cauchemar! criait derrière nous le professeur Aronnax. Visez-les bon sang!" Le harpon nous jaillit de la main, pour s'enfoncer dans les chairs! Le lierre se cabra avec un cri déchirant, puis disparut. Le calme revint, les oiseaux de nouveau chantaient; la malédiction qui pesait sur ce pays n'existait plus! Tous voulaient nous offrir à boire, mais nous refusions gentiment!

        Cependant, de temps en temps, les volets s'ouvrent brusquement, comme si on avait tapé dessus pour un contrôle! Une tête hirsute apparaît, maussade, hostile! Une tête de juge! Il faut rentrer les enfants! Mais c'est qu'on aère! La fenêtre reste ouverte, pour le plein d'oxygène! Ben dame! Le niveau est au plus bas, après des mois de fermeture!

        On imagine la vie dans l'ombre, à pleurer sur les icônes, seuls souvenirs du pays! "Varouchka! Mon petit! Ils l'ont tué! Son sang sur la glace: un papillon rouge! Varouch est dans les étoiles! Mince, j'ai plus d' mie d' pain pour faire tenir mon encens! Faut qu' j' trouve d'abord la boîte d'allumettes! Aaaah! M...! J' me suis cogné le pied, contre le lit! Oh! j'ai mal! C' que je peux avoir mal! Varouch, ne rit pas s'il te plaît!"

        Une question se pose: comment pouvons-nous trouver tout insupportable? Car cela nous arrive à tous d'avoir les nerfs à vif! "Bonjour docteur...

        _ Asseyez-vous.

        _ Merci. Hum! C'est un gentil cabinet que vous avez là!

        _ Merci. Alors qu'est-ce qui ne va pas?

        _ Je suis en colère!

        _ Tiens donc! Pourtant, tout est calme dehors!

        _ Je ne sais pas c'qui m'arrive! L'autre m'est insupportable! J'ai des bouffées de haine! L'Etat... Oh! L'Etat! Y veut not' peau! C'est sûr! J'en peux plus! J'ai des tics tellement j'ai des inquiétudes! J'voudrais respirer! J'étouffe! J'ai l'impression qu'c'est la guerre!

        _ Et pourtant les deux tiers de l'humanité nous envient!

        _ Co... comment?

        _ Nous mangeons à notre faim et nous avons l'eau courante! Nous pouvons écouter la pluie à l'abri, supporter le froid au chaud! Alors qu'est-ce qui ne va pas?

        _ C'est justement la question que j' vous pose!

        _ Dites trente-trois! Faites aaahhh!

        _ Aaaaahhh!

        _ Hum!

        _ C'est grave, docteur?

        _ Je peux vous parler franchement?

        _ Hein? Euh... oui, allez-y!

        _ Nous ne pouvons rien supporter, parce que nous sommes des minables, des bébés; parce que nous n'avons aucune richesse intérieure! et que nous sommes secs comme du bois mort! C'est l'esprit qui fait la force! C'est son développement qui donne un sens à la vie et qui nous permet de voir large! Sinon vive les apothicaires!

        _ Tout de même les injustices!

        _ "C'est exact! J'ai tué à peu près tout ce qui bouge sur terre! Des hommes, des femmes, des enfants, des lapins, des cochons... et maintenant, c'est votre tour car vous avez tué mon ami Ned!"

        _ Mais qu'est-ce que...?

        _ Excusez-moi, je ne peux pas m'en empêcher! C'est une scène d'Impitoyable, de Clint Eastwood, qui est quand même un fumiste, soit dit en passant! Mais qu'est-ce que je vous disais: l'esprit! le sourire, le courant d'air, le large! Respirez! Voilà! Détendez-vous! Où est l'urgence? Où sont les Indiens? Allez-vous être déporté?

        _ Ma retraite...

        _ Pourquoi vous préoccupez-vous de votre retraite, alors que vous ne savez même pas vivre? Vous êtes incapable d'être heureux!

        _ C'est même pas vrai!

        _ Si! Donnez-moi une définition du bonheur!

        _ Eh bien, la famille...

        _ Hypocrite! En quoi le gouvernement empêche votre vie de famille?

        _ La pêche...

        _ Là oui, je vous crois plus! Pourquoi la pêche?

        _ Parce que j'suis tranquille...

        _ Voilà, le bonheur, c'est d'être peinard! Pas vrai?

        _ Eh, eh, oui!

        _ C'est la paix de l'esprit! C'est la grande aile! C'est de comprendre, de voir plus loin! C'est d'aimer la vie! Qu'est-ce qui rend malheureux? La haine, l'envie, la soif de paraître, la peur de manquer, l'égoïsme! Celui qui nous ronge au quotidien! Malheureux est celui qui veut rouler des mécaniques! Malheureuse est celle qui veut être une grande dame! Devenez merle, mon cher monsieur! Pensez rouge-gorge! Et même imaginez cloporte! Cessez de vous prendre au sérieux! Sale gréviste, va!

        _ Pardon?

        _ Tous les problèmes du monde accablent à la France! Le pays, qui connaît une misère noire, sombre peu à peu dans la folie! Le Français est né avec un boulet au pied! Victime d'une cruelle damnation, il montre au monde ses plaies et chacun recule, frappé d'horreur! Cependant, le "Black Friday a lissé les achats de Noël!"

        _ Quoi?

        _ C'est ce que disait un Mozambicain dernièrement...

        _ J'avoue que je suis un peu perdu...

        _ Mais allez à la pêche bon sang! Cessez de vous frapper! Faites un pas de côté... et vous verrez que tout ça est ridicule! Nous sommes aveugles!

        _ J' vais suivre votre conseil! J' vous dois combien?

        _ J' fais pas payer les sales grévistes!

        _ Sale connard!

        _ Ah! Ah! Vous voyez, vous allez mieux! Allez... et ne péchez plus... ou plutôt si!

        _ So long, doc!

        _ En voilà un d' guéri"

        Pendant ce temps-là, le robot de la domination continuait d'avancer dans les rues! Son mécanisme est assez particulier... Le robot étend son bras d'acier, tâtonne, puis se pose sur une proie! Il la serre pour se tirer en avant! Et ainsi de suite! A chaque fois il domine quelqu'un, car s'il s'arrête, il s'écroule; il sent le vide au-dessous de lui; il a peur et il peut se mettre à crier!

        Aussi, quand une proie s'échappe, il hait, il déteste, il veut détruire!

        Le sage est un poisson frais qui rigole! Il est insaisissable!

        La ville est une boîte d'allumettes, où les tyrans se promènent!

        Notre vide spirituel est infini, notre médiocrité aussi!

        Le tsunami égoïste des jeunes arrive!

        Le robot de la domination va rencontrer plus fort que lui! Il n'a aucune idée du malheur qui va s'abattre sur sa tête!

        Le jeune est rapide, sans pitié, sans cœur; il est son dieu et il faudra lui obéir!

        Le jeune n'a qu'une raison de vivre, c'est lui-même! Il est le robot de la domination, multiplié par notre infinie solitude!

        Le sage rayonne comme les blés! Il est le vent dans la ville! Il est l'eau claire dans la boue!

  • On aboie!

    On aboie

     

     

     

        "Bienv'nue dans mon ch'nil! Fait pas chaud c'matin, hein? Bonjour.... Bonjour... Toute votre équipe est là? Bon! Faut qu' j' vous dise qu'au début j'étais pas très... emballé par vot' projet! J' bosse moi, vous vous en doutez bien, et j'aime pas être dérangé! Puis, ma femme m'a expliqué qu'un peu de publicité pour le refuge, ça lui f'rait pas de mal! Donc j' répondrai à toutes vos questions..., pour vot' reportage! Quoiqu'au fond je voye pas grand-chose à dire! Tous les jours, c'est le même fonctionnement!

        Vous voulez faire le tour du propriétaire? Bien sûr! Toute façon, c'est l'heure de la bouffe! Mais vous allez vous crotter les pieds! C'est pas grave? Vous en avez vu d'autres? Très bien, c'est vous qui voyez! Bon attention... J'ouvre la porte... Ici, c'est là où on fait la pâtée! J' parle plus fort, car la machine là est assez bruyante! Elle fonctionne vingt quatre heures sur vingt quatre! Toujours le même mélange! Un peu de viande, mais surtout des légumes, car les chiens finalement aiment bien ça! Et puis quand on a faim, on mange n'importe quoi! On n'est pas bien difficile! Evidemment, y a l'odeur... et l'bruit! Mais on s'habitue!

        On va suivre le parcours d' la pâtée, si vous voulez! Tiens, mais y a Christian qui passe dans la cour... C'est l' gars qui bosse avec moi... Oh! Chris! Ouais, par là! Ecoute j' suis avec les journalistes là, ouais! Tu descends le tracteur jusqu'au 7? Ouais, et tu ouvres tout? Ouais, j' te rejoins dès qu' j'ai fini! Hein? Ouais, Maryvonne viendra t'aider de toute façon! Bon, on suit la pâtée... Elle s'écoule par là, dans la tuyauterie... On va passer par ici... Attention aux vieux sacs, ils sont pleins de poussière!

        Alors là, on arrive dans le ch'nil proprement dit! A partir de là, va falloir gueuler nous-mêmes, si on veut s'entendre! Les chiens sont excités? Ben dame, c'est l'heure de la bouffe! Mais même y sont jamais très calmes! Alors, de ce côté-ci, c'est les femelles! On les a séparées des mâles! Trop de violences! Trop de problèmes! On a retrouvé des femelles tuées par des mâles! C'est la domination! Un mâle peut harceler une femelle, lui donner des coups de dents, et si elle n'est pas soumise, si elle résiste, eh ben, il peut la tuer!

        Mais oui, c'est triste! Alors chacun, maintenant, vit d' son côté! Remarquez les femelles tuent aussi! Oh là! Croyez pas qu'elles soient gentilles, parce qu'elles sont plus douces! Elles dominent autrement! C'est moins visible, moins brutale, mais c'est la mort au bout tout d' même! Tenez, j'avais un mâle discret, paisible; à un tel point qu'il était menacé par les aut' mâles! J' l'ai isolé et pour lui donner de la compagnie, on a mis une femelle avec lui!

        Vous les auriez vu tous les deux au début! Ah! Les canailles! Ils s'en payaient du bon temps! Faut dire que la femelle, c'était d' la première classe! Fière, avec des lignes somptueuses! Mon mâle, qui s'appelait Pico, y s' croyait au paradis! Il était amoureux fou! Il sautait d' joie! C'est elle qui commandait et lui, il obéissait! Il fallait de la paille pour le couple? Il m' le faisait comprendre! Puis, il aménageait ça, sous les yeux de madame! Il ne mangeait qu'avec son autorisation!

        Moi, ça m'amusait, du moment qu'il était heureux! Ils ont même eu des p'tits, mais avec le temps Pico a changé! Il est devenu de plus en plus maigre, de plus en plus sombre aussi! Il gémissait de plus en plus souvent sous le nez de madame, qui restait indifférente! Par moment, y m' reconnaissait même plus! Il était comme un somnambule! Puis, hop, il est parti comme ça! Un matin, j' l'ai trouvé mort et j'ai appelé mon beau-frère, qu'est véto... Il m'a dit qu' c'était un cancer foudroyant!

        Evidemment, c'est pas la femelle qui directement lui a donné c' cancer! Mais c'est comme si! Elle a détruit Pico! C'était une dominante, une orgueilleuse! J'ai eu quelques autres cas comme ça! Y a des mâles qui font pas le poids! Qu'est-ce qu'elle est devenue la femelle? Mais elle est toujours là... C'est la blanchie là; elle a pris un coup de vieux, mais ses formes sont toujours racées! Elle est toujours aussi fière, sauf que Pico est enterré derrière!

        Avec les aut' chiennes tuées par les mâles? Mais oui, ma p'tite dame, certainement! Mais j' fais pas la guerre des sexes! J' vous parle en pro! J' vous dis c' que j' vois! Et j' peux vous dire encore que les femelles sont aussi agressives que les mâles! Par exemple, quand j' fais le nettoyage, e' m' poussent au cul! J' vais jamais assez vite! J'ai leur museau qui m' presse les pattes! Elles grondent! J' suis pas plus tranquille avec elles qu'avec les mâles! J'ai toujours un œil sur eux! C'est dur à chaque fois, mais c'est mon boulot! Y a quand même des jours où j' gueule moi aussi!

        Mais oui! J' leur crie: "Vous pouvez pas vous calmer, non? C'est chacun son tour pour la bouffe! Elle est là toute prête! Vous avez même pas besoin d' chasser, d' faire d'efforts! Alors pourquoi tant de nervosité, de férocité! Faut juste un peu de patience!" "Grandissez!" que je hurle! Mais c'est peine perdu! Et même, ils me haïssent parce que je leur fais la leçon! Certains ont l'air mauvais en tout cas! Et puis peut-être que c'est moi qui suis fou! A-t-on idée de philosopher avec des chiens? J' peux quand même pas leur demander d' réfléchir... Y savent même pas lire!  

        Tiens, y a vot' technicien qu' a des problèmes de batterie! Z' êtes parti la fleur au fusil, on dirait!  J' sais pas combien ça coûte une caméra comme ça...; mais ça doit douiller, hein? Bon, on continue la visite... Alors, c'est ici que Marie-Antoinette a écrit au duc de Chaumont qu'elle ne pouvait plus le supporter! Sur cette même table en bois! On n'a même pas enlevé la poussière! Elle est d'époque! Touchez pas, s'il vous plaît! Hi! Hi! ça vous surprend que j' sache faire le zouave! Le bouseux a d' l'humour... et des lettres! Plus que le facteur, hi! hi!

        Faut vous dire que ma femme est institutrice: une vraie perle! Sans elle, j' s'rais devenu mauvais garçon! Et elle est passionnée par l'histoire! L'été dernier, on a pu se sauver pour quelques jours... et on a fait les châteaux de la Loire! On est dans le plus beau pays du monde, vous le savez ça! Mon Dieu, ils vivaient comme dans les contes de fée à c't' époque! M'étonne pas qu'on ait voulu les raccourcir!

        Mais on a vu aussi beaucoup d' guides, plus ou moins bien! Certains étaient vraiment sentencieux et maintenant, j' m'en moque! Mais vous êtes en train d' prendre froid, ma p'tite dame, qui êtes bien jolie d'ailleurs! Si! si! vous êtes jolie! Ah bon! C'est pour le froid que vous dites non! Eh! Eh! Tout va bien alors? Bon, on arrive aux chiens des champs!

        J' les ai recueillis alors qu'ils battaient la campagne! Oui, y sont plus silencieux! Taiseux, comme on dit! Les grands espaces, probablement! Et puis "La terre ne ment pas!" Y a vot' technicien qui s' fout d' moi, parce qu'il connaît pas son histoire! C'est pour ça que vous êtes journaliste et lui technicien! Oh là, j' me suis fait un copain là! Bon, ces chiens-là ont l'air plus sages, mais c'est des durs en réalité! Quand y s' fâchent, attention les dégâts! Y m'ont déjà bousillé un hangar! Vous me croyez pas? Bon sang, j' me rappelle encore! Y z' ont défoncé leur enclos! Y sont montés partout! Y z' ont renversé du foin, y z' ont même réussi à foutr' le feu!

        J' sais pas comment! Moi et Chris, on était au fusil hypodermique! Ah ben ouais! Zin! Zin! On tirait seringues sur seringues! Mais y nous auraient bouffer autrement! Enragés qu'ils étaient! On voyait plus rien avec la fumée! Ma femme a pris la lance à incendie... Elle est petite, mais avec des muscles de fer! Vous auriez vu les chiens patiner dans la crotte, hi, hi! Après ça, il a fallu agrandir leur enclos, donner une meilleure nourriture, plus de paille, etc! Ben dame! Y fallait calmer ces messieurs! Remarquez, c'est une bonne race quand même, quoique fragile! On en découvre morts que'que fois, apparemment sans raison; un peu comme les Suisses, quand y n'entendent plus le Ranz des vaches! J' dis ça pour que vot' technicien ait l'air encore bête! Oh là! Oh là! Va falloir la goutte pour qu'on s' réconcilie!

        Vous souriez? C'est bon signe! Nous v'là maintenant devant les plus nombreux... Les chiens d' ville! abandonnés çà et là dans les rues... On est dans le domaine de l'électrique, car question tension, bonjour! Tout le temps y veulent dominer! C'est la parade quotidienne! "Regarde comment j' suis fort, j' suis grand, j' suis beau, etc.!" Epuisant! Jamais y s' relâchent! Jamais y s' détendent! Y sont obnubilés par eux-mêmes! Le temps, c'est leur nombril! Enfin, façon d' parler!

        Evidemment, grondements, affrontements, coups d' dents, blessures... et on hurle à la mort! P't-êt' pour imiter les ambulances d' la ville! C'est qu' l'environnement, ça marque! Y deviennent même de plus en plus violents, agressifs! C'hais pas à quoi c'est dû! On parle de sursauts gamma exceptionnels dans l'Univers... Est-ce qu'ils ont une influence sur not' système? Y a vot' technicien qui s' marre! Parce qu'il appuie sur des boutons, il sait mieux qu' tout le monde! Oh là, le regard noir! Toutes vos images vont être floues!

        Y m'est arrivé un drôle de truc ces derniers temps... Toute une partie de ceux-ci sont devenus jaunes! Z' avez bien entendu! L'ictère, le foi pour le véto! Toujours est-il que du jour au lendemain, ç' a été la folie! Une vraie marée jaune! On savait plus où donner d' la tête! Tout le temps ça aboyait! Y souffraient sans doute! On aurait voulu donner des médicaments, des soins, mais dès qu'on approchait, on recevait des coups d' dents!

        Une fois, ma femme et moi, on est tombé dans c'te mêlée! On a cru qu' c'était fini! Et puis j'ai regardé ma femme qui tremblait et j' lui ai dit: "On va s'en sortir, d'accord?

        _ D'a... d'accord!

        _ Bien! "

        On dirait une série américaine, pas vrai? Là-d'ssus, Chris est intervenu, avec une matraque, qu'il avait gardé d' l'armée... Et vlan! Il a dû taper sur les museaux! Ben dame, c'était eux ou nous! Y a eu deux yeux crevés, dans la bagarre! Tenez, celui-là au fond, il est l'une des victimes!

        Evidemment, c'est triste, mais quoiqu'on fasse, y sont jamais contents! Quand la jaunisse a bien diminué, on s'est vraiment d'mandé comment améliorer les choses! L'hygiène, le confort, la nourriture, les conditions de vie, quoi! On a tout examiné, critiqué, remis en question! Un vrai conseil de ministres, avec Chris et les autres, sauf que c'était une veillée! On a écouté toutes les idées... et c'est là qu' j'ai perdu mes derniers ch'veux! En disant ça, j' rends heureux vot'  technicien!

        On s'est dit: "C'est la nourriture, y en a pas assez!" "C'est l'enclos, il est trop fermé!" "Pas assez d'air! Trop d' vent!" "Eclairage trop violent!" "Davantage de promenades!" "Des couples, faut faire des couples! La famille, y a qu' ça d' vrai!" Ma femme a organisé..., comment on dit déjà? Ah oui? Un Speed Dating! Vous riez, mais c'est pas une blague! On a construit un box spécial pour ça! Une femelle rencontrait un mâle et on voyait si ça collait!

        Mais malgré tous nos efforts, y sont r'partis à grogner, à gueuler, comme si le dieu du mécontentement les habitait lui-même! Vous voulez qu' j' vous dise? C' qui leur manque, c'est c' qui nous caractérise: une conscience! Alors là, ce s'rait totalement différent! Pensez! Y réfléchiraient! Y travailleraient enfin du chapeau! Y s' demanderaient comment être vraiment heureux! 

        Y s' diraient: "Not' colère est sans fin! Qu'est-ce que nous voulons au fond? Etre plus forts que les autr'? Triompher d'eux? Pour la justice? La justice du plus fort? Et les chefs sont-ils heureux? Le pouvoir et l'argent donnent-ils le bonheur? Qu'est-ce qui fait en réalité not' souffrance?"

        Hein? Y f'raient fonctionner leur cervelle, que ce s'rait beau à voir! Ce s'rait comme une aube nouvelle! Ce s'rait la première fois qu' j' verrai d'l'espoir! L'esprit qui progresse comme un rayon d' soleil! Ce s'rait mieux que la conquête de l'espace! Tenez, j'en ai la larme à l'œil, rien que d'y songer! Car alors j' serai payé pout tout mon travail, toute ma peine!

        Vous vous rendez compte, avec un cerveau, y pourraient voir les choses comme ça: "On est là, sur une planète perdue dans l'espace; avec une vie qui s' termine a priori par la mort! Ouvrons les yeux! Arrêtons de regarder not' nombril! C'est pour not' bien! Acceptons de perdre, car le trésor, la force, ce n'est pas le pouvoir, ni l'argent, ni la consommation! C'est la connaissance, qui permet la liberté et donc la bonté! Le trésor, c'est la paix! Et d'après c' que nous pouvons comprendre, elle est pas vraiment possible sans foi! Car existe-t-il une autr' source inépuisable?"

        Hein? Vous imaginez comment la vie changerait d'un coup! Hein? On pourrait rire parmi des chiens aimables, prévenants, respectueux, généreux! Chacun réfléchirait au bonheur, à la personnalité d' l'autr'! Comme on aurait confiance! Comment not' trouble disparaîtrait! Mais y s'agit pas d'espérer un miracle! Ce n' sont que des bêtes! Snif! Allez, v'nez! La mère aura préparé le café et même des crêpes! Tiens, le techno est de nouveau mon copain! Mais qu'est-ce que vous faites avec cet énergumène? Vous n'avez pas le choix? Vous formez un binôme? Ah oui, j' comprends! Ma femme va pouvoir vous plaindre!

        Vous souriez? C'est bon signe!"

  • On piétine!

    On pietine

     

     

     

     

                                                                                     Que ferions-nous sans l'hypocrisie?

     

        Oyez! Oyez! Mesdames et messieurs! Vous êtes tous conviés au grand bal des hypocrites du 5 décembre! Lève-toi citoyen! Lève-toi citoyenne! Quitte ta ferme, ta boutique, ton usine, ton administration, ton chien, ton tricot ou ta caisse à outils, et mets-toi en marche! Que les cohortes de mécontents se voient sur les routes, comme le sang dans les veines, et que Paris grouille telle une fourmilière!

        N'entendez-vous pas sonner le tocsin de la justice? N'êtes-vous pas las de ce gouvernement inique et qui se moque de nous? Macron, marionnette des riches, tremble devant la colère du peuple! On nous exploite! On nous gruge! On nous méprise! C'est pourquoi nous crions: "Révolte!" Haine aux nantis, aux profiteurs, aux médias, à tous les fourbes de la société! Renversons le système!

        Ma femme et moi, nous gagnons trois mille euros par mois... et nous ne pouvons pas nous en sortir! Il faut payer les deux voitures! la réparation de l'aile droite du château! les études à Cambridge et les vacances à Courchevel! Que Pinault ou Arnault versent leur obole! Qu'ils partagent leur trésor, fruit de leurs pillages! Qu'ils nous donnent leurs femmes!

        On en a ras-le-bol! La coupe est pleine! On veut du meurtre, du sang, du gendarme écrasé, du flic en bouillie! On veut Macron! On fera son procès! Il aura droit à un avocat, avant qu'on lui coupe la tête, ah! ah! Macron, gosse de riches! Tous pourris! Le système, on va lui tordre le cou!

        Non, non, nous ne sommes pas pour la violence! Nous sommes civilisés! Nous voulons seulement une vie décente! Combien de plus? Eh ben... Faut voir! 1 000 € de plus? Ouais, ouais, c'est déjà un premier pas! Mais c'est peut-être pas suffisant! 2 000 de plus! Eh, eh! C'est une somme! Sûr que nos vies s'en trouveraient allégées! Mais, ma femme et moi, on voit quand même plus large! Faites encore une effort... et on vous laissera tranquille! 5 000 en plus? Ah! j'ai bien envie de vous dire de toper là, mais pour tout vous avouer, on pensait davantage à 10 000 de plus! Ouais, là, on aurait de quoi!

        Attention! J'sais bien qu'ça n'est pas rien! S'il y a quelqu'un ici qui connaît le prix de l'argent, c'est moi! Faut pas vous tromper, vous avez affaire à une personne responsable! 10 000 et on n'en parle plus! Vous voulez des garanties? Oui, oui, j'comprends... Après tout, c'est bien normal... Vous n'allez pas donner comme ça! Oui, oui, des garanties, mais qu'est-ce que vous voulez qu'j'vous dise? Vous voulez être sûrs que j'serai heureux avec 10 000 de plus? Dame, s'il vous faut cette promesse, je vous la fais! Solennellement même! "J'vous déclare ici qu'avec 10 000 euros de plus par mois, j'serai heureux!" Jusqu'à quand? Mais... mais sans doute jusqu'à la fin d'mes jours!

        Qui c'est ce monsieur, à côté de vous? Il a un air qui ne me plaît pas! Il ne me croit pas p'être! Qu'est-ce qu'il dit? Que la paix ou le bonheur ne s'achètent pas? que c'est pas une question d'argent? Monsieur en parle bien à son aise! Monsieur appartient certainement à la bande à Macron! Et comment s'appelle monsieur... hein? Ah! L'Angoisse! Ah! Je savais que monsieur ne m'était pas totalement inconnu!

        Et monsieur prend un cigare! et m'invite à m'asseoir! Fort bien! Vous voulez du débat! J'crains rien! J'suis ferré à glace sur les questions sociales! Depuis le temps qu'on s' fout de not' gueule! J'suis nerveux? Bien sûr qu'j'suis nerveux! Sauf votre respect, monsieur l'Angoisse, z'avez quand même une sale gueule! Vous riez? Tant mieux, tant mieux! Fait chaud ici, trouvez pas?

        Qu'est-ce qu'on entend? La pendule? Ah! Le temps qui passe, quoi! Ah! ah! Qu'est-ce que j'suis fatigué, tout d'un coup! Dame, le combat, pour la justice, ça use! Et puis tous ces ennuis à la maison! Le p'tit qui fait ses dents! Ma femme qui a ses nerfs, et qui vient d'perdre sa sœur! C'est lourd tout ça! On n'en peut plus, vous savez! Et puis vous avez vu le temps? Une catastrophe! La Thunberg, elle a raison! On est tous responsables! On n'a pas été à la hauteur! Enfin, nous! Les gouvernements, oui! Nous, on n'a pas de pouvoir! On est des p'tits! On subit, c'est tout!

        Quel calme! Eh! Eh! J'vous vois v'nir, monsieur l'Angoisse! Vous voulez m'amollir! me piéger! que j'signe un papier, ou que'q'chose comme ça! Mais nada! J'partirai pas d'ici sans les dix mille, comme promis! Vous les entendez dans la rue! Y s'ront sans pitié, si on voulait! Hein? Qu'est-ce que vous dites de ça, m'sieur l'Angoisse! C'est nous qui avons l'pouvoir maintenant! C'est plus les rond-de-cuir, les profiteurs! Ecoutez-ça: ça, c'est de la puissance, de la justice, de la force! J'prendrais bien un de vos cigares finalement! Et une goutte de whisky! Vous voulez discuter? Eh bien, discutons!

        C'que je veux au fond? J'vous l'ai dit! Qu'on me prenne plus pour une bille! J'ai un rêve, ouais, monsieur l'Angoisse! ça vous étonne, hein? que le bouseux du coin il en ait aussi un peu dans l'melon! Mais c'est comme ça! Mais j'rêve d'une société juste, où chacun aurait son mot à dire! Une société enfin pleinement démocratique! où on s'rait plus les serpillères d'un tas de technocrates... et d'magouilleurs! Le pouvoir au peuple! C'est simple, carré, net et précis! On sortira pas d'là!

        Tenez, j'ai un chef qui m'opprime! Y'm prend pour d'la merde! J'vais au boulot pour m'faire engueuler! Y'm traite comme un chien! J'pleure? Oui, j'pleure! Si vous croyez qu'c'est facile! Mais j'veux qu'ça change! Mon chef, j'veux le coincer, le traîner dans la boue à mon tour! J'peux vous parler franchement, m'sieur l'Angoisse? On est entre hommes, s'pa? C'que je vais vous dire, ça sortira pas d'ici, pas vrai? Eh ben, mon chef, j' voudrais lui briser lentement les jambes et enregistrer ses cris! Y feront mon cantique de Noël! Hi! Hi! C'est pas chrétien, ça? Hi! Hi!

        Si j'rêve d'en découdre? J'peux reprendre un peu de whisky... Merci. Aaah! Fameux vot' breuvage! Bien sûr que j'rêve d'en découdre! Pourquoi? Pourquoi? Vous en avez d'ces questions! J'vous l'ai dit! On est exploité, on nous méprise, faut s'venger! On va pas s'laisser faire, ça non! Est-ce que j'ai besoin de sentir ma force, mon importance, ma valeur? Mais oui, comme tout le monde, non? Est-ce que ça veut dire que j'ai toujours besoin d'adversaires, que je veux vaincre? Oh là! Elle donne le tournis cette question!

        Attendez que j' réfléchisse... Pour sentir sa valeur, faut bien, oui, que d'autres nous écoutent; qu'ils fassent même comme on dit; qu'ils reconnaissent qu'on a raison, qu'ils comprennent qu'on est plus fort! Bon! Alors d'accord, il me faut vaincre, m'imposer, pour que je sois bien, vivant, dispos! Mais je ne vois pas comment ça pourrait être autrement! C'est pas le père Darwin qui disait que l'homme est issu de l'Evolution! Cela veut dire que nous sommes en lutte, comme les animaux! La vie est un combat! Attention, j'dis pas que c'est la loi du plus fort: y a des lois et la civilisation! On a quand même fait du c'hmin depuis le crocodile!

        Ma réponse vous convient-elle, m'sieur l'Angoisse! Mon analyse vous sied-elle? vous agrée-t-elle? Vous avez suivi le parcours, j'espère? Vous ne vous êtes pas perdu en route? Hi! Hi! Comment? C'est parce que je dois toujours vaincre que je ne peux pas être en paix avec moi-même et que je manifeste le cinq? J'ai besoin de victoires, de victimes? Je suis incapable de rester tranquille, d'être heureux avec ce que j'ai? Mais... mais comment je pourrais accepter que certains profitent de moi, se servent de moi pour payer leur train de vie? Car c'est bibi qui règle la facture,! C'est pas le riche! Le riche, lui, on lui déroule le tapis rouge! Et quand il est ruiné, on le renfloue, on le remet à l'aise... au bord de sa piscine! On veille à ce qu'il ne manque de rien! On voudrait surtout pas qu'il ait des palpitations! Et tout ça, avec l'argent du contribuable!

        Qui vient m'aider, moi, quand j' y arrive plus! quand j'ai plus de quoi! quand la banque me menace? Personne! Surtout pas le gouvernement! On me fait sentir le couperet, c'est tout, et il faut que j'me débrouille! J'ai la charge de ma famille! Hein? Oui, je pleure encore! Qu'est-ce que vous voulez, j'dois faire de la dépression, comme ils disent! C'est dur, c'est tout! Une minute, s'il vous plaît!

        Voilà! Voilà! Vous disiez? Je ne sais plus où on en était! Je ne sais pas être heureux..., c'est ça que vous vouliez m'faire comprendre..., hein? parce que..., parce que j'suis l'esclave de ma domination? Voilà, vous l'avez lâché vot' gros mot! Mais vous n'avez pas mis dans l'mille, m'sieur l'Angoisse! Car j' suis l'esclave de personne, vous m'entendez! J'suis mon propre maître! J'suis un homme libre!

        Non? Comment ça, non? Je dois toujours dominer pour garder mon équilibre? Je suis prisonnier de mon amour-propre? C'est lui qui me mène et qui fait que je supporte pas que d'autres aient plus que moi? parce que je ne peux pas les dominer... et qu'ils me donnent le sentiment d'être des dominants? Le 5, c'est mon égoïsme qui va crier? Oh! M'sieur l'Angoisse, je ne vous aime pas du tout! Oh! Mais alors pas du tout! Si je ne me retenais pas, je vous dirais bien d' sortir, afin qu'on règle ça dehors, entre hommes!

        Vous comprenez ma peine, mais c'est une impasse? Y aura toujours de plus riches et des accapareurs? C'est sans fin? Ma route est celle de la tyrannie, de la violence et du chagrin? Mais c'est eux, les tyrans! Je suis instable et c'est pourquoi j'en ai jamais assez? Oh si, j'en ai assez, monsieur Je sais tout!

        J'ai peur? Mais... mais oui, j'ai peur! De quoi? Mais de pas avoir de retraite, par exemple! Comment je ferai, en ne pouvant plus travailler? Qu'est-ce que vous dites? J'ai peur pour ma retraite aujourd'hui, donc je ne sais pas vivre au présent? Et quand j'serai à la retraite, j's'rai pas plus satisfait? A quel moment j'aurai été heureux? j'aurai aimé la vie?

        OK! OK! Stop, monsieur Je sais tout! L'arbitre arrête le combat! J'suis sonné! Vous m'avez eu! Alors quelle est la solution, monsieur Je sais tout? Car jusqu'à présent, vous n'avez fait que critiquer! On va voir si vous pouvez aussi être constructif! Je vous écoute! "Il faudrait, dites-vous, que je sois heureux, sans besoin de dominer? que j'arrête de vivre comme un animal; ce qui n'est possible que grâce à la spiritualité, la foi! Avec elle, j'accepterais de perdre! Je comprendrais le pourquoi des avanies et la source des injustices; ce qui ferait disparaître leurs effets! Je n'aurais plus peur, car je ne me sentirais plus seul! Je comprendrais le sens du monde! Je ne verrais plus le chaos, mais de l'égoïsme et surtout de l'ignorance! Je saurais me détendre, rester fort! Je marcherais vers l'infini! Mon espoir deviendrait sans limites!"

        Piooouh! Quel programme, monsieur Je sais tout!  J's'rais tenté d'signer, mais y a un hic et il l'est d'taille! J'crois pas, m'sieur l'Angoisse! J'crois pas! J'suis athée ou agnostique, j'sais pas trop comment on dit! Mon grand-père était communiste! Mon père socialiste, après l'écroulement de l'URSS! On bouffait du curé à la maison, comme de la purée avec des saucisses! C'est bon et ça tient chaud!

        Non, mais c'est pas vrai! C'est ça vot' solution! C'est de nous renvoyer au bénitier, à l'enfant Jésus sur la paille, souriant au bœuf et à l'âne! Vous voudriez  qu'on s'console de nouveau avec l'regard doux de l'Immaculée conception? Et moi qui commençait à vous prendre pour quelqu'un de sérieux, de moderne, monsieur Je sais tout! Il vaut mieux qu'on en reste là!

        Vous ne me parlez pas de religion, mais de logique! Dominer, se mettre en valeur, sentir sa supériorité ne peut que mener à la tyrannie, car on veut être le centre d'intérêt des autres? Il n'y a pas d'avenir sans spiritualité, mais je ne vois pas la faillite de la société matérialiste, car je suis hypocrite? Alors là, pardon, monsieur Je sais tout! C'est tout le contraire! S'il y a un reproche que me fait ma femme, c'est bien que je sois trop franc, trop frontal, comme on dit maintenant! Je ne sais pas les manières et ça m'a déjà joué de bien vilains tours! Vous pouvez m'croire!

        Je suis hypocrite car je crois que j'serais heureux avec plus d'argent?

        Je suis hypocrite car je crois que j'serais libre sans mon travail?

        Je suis hypocrite car je crois qu'il pourrait ne plus y avoir d'inégalités?

        Je suis hypocrite car je crois que j'serais tranquille à la retraite?

        Je suis hypocrite car je ne vois pas mon égoïsme, ma propre soif de pouvoir?

        Je suis hypocrite car je crois que mon problème est la justice sociale?

        Je suis hypocrite car je crois que les riches sont enviables?

        Et donc, le 5 décembre, fête de l'hypocrisie? Aaaaargh! J'en ai marre! Je vais vous étrangler, m'sieur Je sais tout! Tiens, il a disparu! Il a raison, le bougre, après tout: l'angoisse s'en va avec l'action, la haine, la violence! Macron, j'arrive, mon mignon! Ah! ça ira, ça ira, les technocrates à la lanterne! Ah! ça ira! ça ira...!

  • On angoisse!

    On angoisse2

     

     

     

     

                                                                                Que font les hommes, sinon s'admirer?

     

        Depuis des semaines, il pleut comme si on était en guerre et on s'aperçoit qu'il n'est pas possible de faire grand-chose: chaque sortie se terminant quasiment par de l'apnée! C'est un climat usant et qui nous laisse tel un boxeur qui n'a déjà plus toute sa lucidité! En sus, notre inquiétude grandit, car nous avons bien conscience qu'un temps aussi mauvais n'est pas normal et qu'il ne peut qu'être l'œuvre du réchauffement climatique, ce qui fait entrevoir un avenir de plus en plus sombre!

        Mais nous continuons à vivre, bien entendu,  d'autant que l'observateur averti peut tirer parti de la situation! Par exemple, il voit passer des jeunes en tee-shirt ou en jupe courte, apparemment insensibles à la violence des éléments, tels des dieux de bronze, et passée la surprise, on est ici comme Freud devant ses lapsus: on peut deviner un mécanisme important sous le fait anodin! 

        Qu'est-ce qui fait que certains semblent nier le froid et la pluie? Pourquoi prennent-ils le risque de tomber malades? Car leur combat est perdu d'avance! Les intempéries finiront par avoir raison d'eux! Notez tout de même que d'autres ont la même attitude, mais par la parole seulement! Par exemple, tel commerçant, auquel vous parlez des conditions exceptionnelles, s'écrie: "Bah! Il est normal qu'il pleuve et qu'il vente! C'est la saison!"

        Cette réponse vous surprend et même vous blesse légèrement, puisque le temps est vraiment dur et que de le reconnaître vous aurait un tant soit peu rassurés... Mais au contraire on vous heurte et vous pouvez vous demander pour quelle raison on affiche cette force, que vous savez de toute façon absolument fausse!

        Qu'est-ce qui anime ces individus, qui semblent supraterrestres? Mais la domination évidemment! Les intempéries deviennent les maîtresses de notre quotidien; elles nous dirigent et la domination en est particulièrement affectée! Elle n'a plus le pouvoir absolu; elle est même condamnée à l'immobilité, alors qu'elle a besoin d'un "public"! L'angoisse alors s'installe chez elle: "Vous permettez?

        _ Euh...

        _ Je m'appelle l'angoisse, je prends juste un siège!

        _ Mais...

        _ Oh! Je fais peur? Oui, on me le dit souvent... Croyez bien que je le regrette... Mais vous êtes bien là, au chaud! Et si on prenait un livre? Mais... mais vous partez? Il pleut des cordes! Vlan! Merci pour la porte!"

        Et voilà notre domination comme en été, dans la rue! Elle attire tous les regards, par son extravagance, et le commerçant, qui vous répond à rebrousse-poil, au détriment de toute empathie, s'élève au-dessus de ses clients; il vous écrase en quelque sorte!

        Le temps déréglé et hostile, qui se montre plus fort que nous, énerve la domination, provoque sa haine, son agressivité; ce qui explique le "climat" délétère général; les peurs aussi qui ont l'air continuelles! On a l'impression d'être au milieu d'une tempête; que des flots de colères et d'inquiétudes nous assaillent de toutes parts! C'est lassant évidemment; le dégoût arrive tôt ou tard; l'abattement aussi, si on n'y prend pas garde! Pourtant, où est le malheur, la véritable urgence? Est-ce qu'on est pris dans les flammes? Est-on comme dans un film américain, à se demander si c'est le fil vert ou rouge qu'il faut couper, pour arrêter la bombe atomique sur laquelle on est malheureusement assis?

        Rappelons que le bonheur est simple: "La paix de l'esprit et le ventre plein!" Nous devrions au moins être comme les oiseaux, qui semblent heureux de voir le jour! Même quand il est vraiment perturbé, le ciel montre encore tout son "génie"! Admirez la frange de ce nuage... Elle s'illumine sur un fond violet des plus sombres! La beauté est toujours là, rassurante... Celui qui ne la perd pas de vue est sage et équilibré! C'est la domination qui fait courir et qui malmène! Heureux l'homme qui aime la vie, qui s'enchante du monde! C'est qu'il est en paix; c'est qu'il fait tourner son égoïsme autour de son petit doigt! Tous les autres, tous ceux qui récriminent, qui crient et qui haïssent, sont les jouets de leur domination; quoiqu'ils en disent! Notre existence, surtout dans nos sociétés, n'est pas si terrible que ça!

        Mais voici un autre cas d'agressivité, dû à la domination et qui va vous faire sourire! Nous achetons notre pain et quand nous nous retournons, nous remarquons que la file d'attente a bien grandi et qu'en plus une dame âgée nous barre le passage! Elle sort à demi son corps de la rangée et bien que nous nous excusions, elle ne bouge pas! Comme nous savons de quoi il retourne, nous la bousculons pour gagner la sortie et nous l'entendons vaguement dire dans notre dos: "Si c'est pas honteux! Où est la politesse?"

        Dehors, nous nous amusons, car nous avons bien heurté une septuagénaire et même si ce n'était pas un rêve de gosse, cela reste tout de même original! Mais nous ne pouvions faire autrement, d'autant que l'attitude de cette vieille dame n'était motivée que par la haine!  

        Comme nous l'avons dit, le temps irrite la domination, mais une file d'attente aussi, puisqu'il faut prendre en compte l'autre et diminuer un tant soit peu son avidité... Si là-dessus vous rajoutez un "type" paisible, en l'occurrence votre serviteur, qui par son calme fait autorité et donc crée le centre d'intérêt, vous poussez la domination à l'exaspération et elle ne rêve plus que de vous détruire! Sa haine vire au rouge! Une autre fois, c'est un homme qui nous a donné un coup de coude; pas trop fort pour qu'il y ait une explication, mais suffisamment pour qu'il ne s'agisse pas d'une erreur! 

        Maintenant considérez cette haine, alors que tout le monde est au sec, qu'il faut juste attendre deux minutes et que nous n'avons fait preuve d'aucune mauvaise volonté! N'est-elle pas pitoyable? N'indique-t-elle pas une vie uniquement consacrée à son égoïsme, à conserver ses privilèges, ce qui exige un bon compte en banque et d'être absolument impitoyable, quand celui-ci est menacé? Combien de boue, de victimes dans le sillage de ces personnes? Leur cœur n'est-il pas un cloaque? Leur comportement, si la situation se détériore, peut-il ne pas empirer? Cependant, en ce moment, la domination engendre des réactions bien plus brutales et dramatiques!

        En effet, les féminicides sont réguliers dans l'actualité... Un homme, qui n'existe que parce qu'il domine sa femme, peut se révéler dangereux pour celle-ci, dès qu'elle résiste ou qu'elle annonce son désir de partir! Une peur panique peut s'emparer de l'homme, comme si d'un coup il était projeté dans le vide cosmique, mais cette angoisse ne suscite pas seulement des supplications... Elle peut aussi faire naître une haine aveugle, infiniment brutale, surtout si elle n'a rencontré que mépris chez la femme, dont le départ est résolu! L'irréparable est alors commis; on tue l'autre dans un accès de fureur et c'est la domination qui a le dernier mot!

        On ne luttera pas efficacement contre les féminicides, en fustigeant les hommes, comme le font les féministes, car le problème n'est pas celui d'un sexe... Si la force physique avait appartenu aux femmes, nous aurions aujourd'hui une situation exactement inverse! C'est la domination qui est en cause et les deux sexes ont le même égoïsme, parce qu'ils ont la même origine; même si la femme a le sentiment d'avoir été lésée jusqu'ici!

        Mais l'homme a d'abord étendu sa suprématie, parce que son rôle était primordial: il devait défendre le territoire! Les choses changent et c'est tant mieux! Cependant, les féminicides diminueront uniquement si nous pouvons donner à nos vies un autre sens que celui de la domination! Mais la société ne propose rien pour remplacer celle-ci, au contraire, elle l'excite de toutes les manières possibles!

        Il faut être ceci, cela! Il faut profiter, ne pas rater l'occasion! Il y a une urgence dans le plaisir, un culte de soi, notamment développé par la publicité et inspiré par la bêtise de la psychologie! On est faux, menteur, hypocrite! On veut croire à une réussite qui n'est qu'artificielle! Exemple: avoir une vie sexuelle épanouie! Existe-t-il actuellement une expression plus farce? Peut-on jouir pleinement d'une relation sexuelle, sans être soi-même détendu, disponible, serein? Or, que l'on nous montre quelqu'un d'épanoui et nous ferons trois fois le tour de notre chapelle à genoux!

        Pour le cinéma, une vie modèle est pleine de responsabilités et donc de soucis, mais ils sont plutôt les chaînes que nous impose la domination et qui nous alourdissent, jusqu'à faire des êtres désespérés, telle Greta Thunberg! Notre culture tourne à vide, car elle n'a aucune réponse! Le débat national est sans cap, même si le gouvernement, quand il n'avoue pas son impuissance, prend conscience de certains phénomènes inquiétants! Les ados, par exemple, passeraient en moyenne quatre heures par jour sur leur Smartphone! Ce chiffre ne prend pas en compte bien entendu les autres écrans!

        Nous sommes entourés de piles humaines! Elles se déchargent en dominant! Elles ne peuvent cesser d'essayer de supplanter les autres! C'est une maladie! Elles sont incapables de regarder le ciel, le paysage, de se détacher d'elles-mêmes ne serait-ce qu'une seconde! Elles agressent continuellement, elles fatiguent comme elles se vident elles-mêmes! Elles se parasitent, s'affrontent, se méprisent, se détruisent!

        Ce sont des mondes seuls, qui semblent condamnés à dévorer pour survivre! Ils ne connaissent ni la beauté, ni la paix, ni donc la joie! Ils ne sont pas nés! Ils restent des fœtus! Ils n'ont pas déchiré leur enveloppe, de sorte qu'ils voient l'autre avec une réalité propre! Ils n'avancent qu'en soumettant, et s'ils n'y réussissent pas, ils s'éteignent, demeurent dans leur peur et leur nuit! L'homme contemporain est esclave et à plaindre, car il est perdu et c'est surtout l'angoisse qui le rend si méchant, si tyrannique, si bête aussi!

        Il existe pourtant un chemin pour naître véritablement! "La vérité est cachée aux savants, mais révélée aux enfants!" dit Jésus! Est-ce à dire que la plupart des adultes et des ados ont accès à la vérité, puisqu'ils sont immatures? Non, bien entendu, car il existe une différence essentielle entre l'enfant de la domination et celui de la foi! Ce dernier est tourné vers l'extérieur, puisque son amour est dirigé vers un "autre", qu'il considère comme supérieur à lui-même et comme étant la source de toute sagesse, la source de vie!

        L'enfant de la foi n'est donc pas attaché à son nombril; il ne se regarde pas comme une fin en soi; il voit bien au contraire autrui comme pleinement réel, et non comme un esclave, un admirateur ou un vassal! L'enfant de la foi découvre le monde, grâce à la force qu'il demande à Dieu! Il est serviteur, humble, de bonne volonté!

        L'enfant de la domination est serré, fermé, lourd, hostile, méprisant, dur!

        L'enfant de la foi est doux, léger, aimable, patient, compréhensif!

        L'enfant de la domination vit dans la colère, la haine et le ressentiment!

        L'enfant de la foi apprend à aimer la vie; il se libère, il chante!

        L'enfant de la domination n'en a jamais assez; il est dans une impasse, ce qui le rend malheureux!

        L'enfant de la foi ouvre les yeux et les choses deviennent de plus en plus simples pour lui: sans la spiritualité, l'homme vit comme un animal... et c'est la guerre!

        Et nous sommes en guerre à cause de la violence des gilets jaunes, à cause de la violence du gouvernement, à cause de celle des jeunes, qui se comportent comme des loups; à cause de celle de Greta Thunberg et des écologistes qui lui ressemblent (OK boomer!)! Nous sommes déjà en guerre... et les hôpitaux sont donc surchargés!

        Qu'est-ce qui permet d'être patient, de se diminuer, d'accepter "de ne pas avoir sa part"? Qu'est-ce qui permet de rester aimant, alors que la haine s'affiche sur les visages? Qu'est-ce qui permet d'apaiser, quand la tension est partout? C'est le chemin de la foi et il n'est nullement un aveuglement, puisqu'il est désormais choisi!

        Certes, l'existence de Dieu reste "incroyable" et peut même paraître absurde, mais seul l'enfant de la foi voit la domination et en rit!

            "Un cachou? Non! Bon! Voyez-vous, monsieur Merlin, vous avez la meilleure part! Pensez à tous ces gens, dans le métro ou ailleurs, qui s'empressent de découvrir les nouvelles aventures de Bob Saint-Clare! Vous êtes un imaginatif, un créatif, monsieur Merlin! Tandis que moi, l'éditeur, toute la journée je reçois ça: des manuscrits! Mais qu'est-ce que vous voulez que j'foute de ça? Je n'suis qu'un boutiquier, monsieur Merlin; un boutiquier!" (Le Magnifique!)

        (En supplément pour le mauvais temps...)

                                                                                                                ON EST MALADE!

     

        Ce jour-là, il y a une embellie et nous y voyons une occasion de faire des photos! A nous les feuillages mordorés, la paix de la nature, la compagnie si jolie des oiseaux et bien entendu la chasse à la lumière, partout où elle se love, jette ses feux; elle est l'or du photographe, son paradis!

        Seule ombre au tableau: il faut prendre le bus! Eh oui, nous n'avons jamais gagné de quoi nous payer une voiture! Nous ne portons pourtant pas de gilet jaune, car nous ne sommes pas haineux non plus! Nous n'envions pas les riches, qui sont morts de toute façon, et nous n'avons pas besoin de grand-chose... De la verdure, de quoi manger et le temps comme un étang!

        Mais pour l'heure il faut prendre le bus et retrouver ses malades, ses fous, ses tyrans; toute cette société hagarde, dure comme la pierre et destructrice! Cela fait cher le billet, trop cher peut-être, et un moment nous imaginons y aller en scaphandre, aidé d'une liaison avec une équipe à la surface, car il s'agit bien d'une plongée dans l'horreur contemporaine: chaque individu, les yeux sur son Smartphone, voulant écraser l'autre, le réduire en bouillie!

        Cela pourrait donner quelque chose comme ceci... "OK, j'entre dans le bus... Je dis bonjour au chauffeur et composte mon billet... Je me dirige vers le fond, car il paraît y avoir plus de places!

        _ On te reçoit cinq sur cinq, Luc! La liaison est tip top!

        _ Profondeur: un bus à accordéon! Mais jusqu'ici tout va bien... Je n'ai pas de mal pour respirer...

        _ De notre côté aussi, tous les voyants sont au vert!

        _ Je sens quelques menaces, mais rien de précis... C'est peut-être un voyage tranquille, comme il y en a peu! Mais une jeune femme vient vers nous, style BCBG... En même temps qu'elle s'assoit, elle dépose plein de dossiers près d'elle... C'est une lycéenne qui a lu trop de magazines féminins et qui s'imagine être une "Working Girl", aux couleurs de l'automne!

        _ Normalement, c'est sans danger...

        _ Mais... mais qu'est-ce qu'elle fait? Elle se met à crier! Bon sang, elle était au téléphone depuis son entrée et elle ne reprend sa conversation que maintenant! Ah! Ah! Elle couvre même le bruit du moteur! Plus personne n'a de vie autour! Les gars, on a mis en plein dans le mille! On vient de découvrir une nouvelle espèce!

        _ Waoouuuh!

        _ Comment on va l'appeler? La Beuglantesmartphonus!

        _ Pas mal! Mais est-ce que tu ne pourrais pas lui dire de baisser le ton?

        _ Tu parles, elle n'attend que ça! Elle a aussi de la haine et si j'interviens, ça va sortir comme l'encre d'une seiche! Eh! Mais y a un type devant qui craque! Il tourne et retourne sa tête... Il jette à la femme des regards furibonds! La haine se diffuse! Le type même suffoque! Il a un accident de pression! Il se lève et il est emporté par le courant vers l'ouverture!

        _ C'était peut-être sa destination?

        _ J'espère pour lui! Ah! Ah! C'est tellement fort que c'en est drôle!

        _ Attention, Luc, l'ivresse des profondeurs ne dit pas son nom, mais son euphorie mène à la mort!

        _ Oui, je sais, mais je crois que je suis simplement en forme... Je vais d'ailleurs commencer à lutter contre cette femme... Je vais juste lui rappeler psychiquement qu'on est dans un bus...

        _ Comment?

        _ Eh bien, en me concentrant sur le volume du bus et tous ses mouvements, ce qui va isoler notre "dominatrice", puisque nous ne serons plus sous son emprise!

        _ D'accord...

        _ Et ça marche, les gars! Elle parle déjà moins fort, elle sent un peu de honte, mais qu'est-ce qu'elle dit: "Je ne suis pas bordélique, mais inorganisée!" Vous entendez ça les gars? Qu'est-ce qu'il faut s'aimer, pour sortir des trucs pareils! Comme il faut se contempler, se croire important! Et c'est dit à la cantonade! Et c'est toujours dans le personnage de la PDG! Pouah!

        _ Tout va bien, Luc?

        _ Ouais, ouais, j'ai pas vomi dans mon masque, si c'est ça que vous redoutez... Mais elle met fin à sa communication... Que va-t-elle faire? Elle manipule nerveusement son téléphone... Elle ne peut pas se sentir à l'aise de toute façon! Sa domination est aussi une maladie! Elle retéléphone, les gars!

        _ C'est pas vrai!

        _ Si! Elle ne peut pas s'empêcher! Mais c'est plus sobre, on dirait... Elle laisse un message! Est-ce à dire qu'elle n'a plus de recours de ce côté-là? Mais oui, car elle change de tactique!

        _ Quoi?

        _ Oui, on en revient à la bonne vieille domination sexuelle! Notre jeune fille bombe le torse! Elle met ses seins en avant, comme d'autres gonflent le paquet qu'ils ont entre les jambes! Si je regarde, elle devient mon centre d'intérêt... et elle me tient! Son angoisse disparaît! J'ai bien envie de pimenter mon attitude... Tout en ne perdant pas de vue la route, je vais me représenter cette femme dans une position soumise... Par exemple, elle va me faire une fellation ou je vais la prendre par derrière!

        _ Ne fais pas ça, Luc! Tu perds ta neutralité dans ce cas... et c'est toi qui deviens dominateur! Tu vas faire exactement ce que tu lui reproches!

        _ Je sais bien, mais j'étais tranquille et cette femme est venue m'agresser! Je voudrais la mettre en face de son problème, pour qu'elle sache qu'on ne peut pas faire n'importe quoi! Et puis, j'ai le droit de me défendre! Je ne sais pas si vous vous en rendez compte, mais c'est comme si on habitait avec elle! Chacun a quand même sa vie, non?

        _ Bon et alors, qu'est-ce qui se passe?

        _ Eh bien..., elle est de plus en plus nerveuse... Elle doit maintenant éprouver ma pression... Elle est dans le même état que le type de tout à l'heure: elle aussi commence à suffoquer!

        _ Juste retour des choses!

        _ Elle fixe obstinément le paysage de son côté... Cela veut dire qu'elle prépare ses forces pour affronter mon regard... Pan! J'ai vu passer ses prunelles comme de la braise! Mais j'étais préparé! Elle n'a rencontré qu'indifférence, pure innocence; un vrai coup d'épée dans l'eau! Bienvenue dans la cour des grands, ma fille!

        _ Aie le triomphe modeste, Luc...

        _ J'vous rassure, j'tempère! Mais on va aller comme ça, jusqu'à ma descente! Tout en contrôle, non mais! D'ailleurs, y a un autre pingouin qui m'cherche des noises!

        _ Ah oui?

        _ Oui, il est dans l'ombre de l'accordéon, à demi caché par une barre d'appui... N'eût été la fille, j'aurais du m'en occuper; car on dirait un crabe menaçant sous sa pierre... Mais voilà mon arrêt! J'descends!

        _ Ouf!

        _ Oui, ouf! Je suis encore vivant! Je vais enfin pouvoir  enlever mon scaphandre... Il suffit juste que je me rappelle pourquoi je suis ici...

        _ Les photos, Luc!

        _ Ah oui! La beauté du monde; celle qui me rend pleinement heureux, qui m'enchante et qui me fait voir combien les hommes sont fous! Leur malheur vient de ce qu'ils sont rivés à eux-mêmes et ainsi, en dehors de leur personne, il n'y a rien qu'un gouffre! C'est le vide et bien entendu une immense angoisse! La clé, c'est de regarder le soleil! C'est de faire un pas vers l'inconnu; ce qui demande de l'humilité et même de croire! Sinon, c'est la domination tout de le temps, à outrance! C'est chaque jour de nouvelles espèces, car plus nous nous sentons seuls, plus nous avons peur et plus il nous faut nous imposer! Le sort de la planète nous préoccupe et la domination siffle! C'est la course à qui sera le plus odieux!

        _ Amen!

        _ Bon, les gars, je file vers la lumière!

        _ N'oublie pas qu'il y a le retour!

        _ Bande de salauds!"

     

  • On est lâche!

    On est lache

     

     

     

     

                                                                                       Le sage est l'épée du siècle!

     

     

        Nous entrons dans le centre commercial et nous avons la désagréable surprise de voir une jeune crapule, avec son Smartphone, essayer sa puissance psychique à un endroit stratégique! Pour bien comprendre la situation, il nous faut dire que les lieux sont comme un gigantesque aquarium à étages, traversé d'escaliers mécaniques, ce qui a fait s'évanouir plusieurs fois le fils de notre fromagère; tant il est vrai que la sensation de vertige vous assaille de toute part (encore une prouesse d'architecte!)! 

        C'est pourquoi nous parlons d'endroit stratégique, car notre jeune crapule se tient exactement au milieu de ce capharnaüm de verre, arborant une tranquillité parfaite, quoiqu'il n'en ait aucun mérite! En effet, monsieur a le nez dans son Smartphone, ce qui fausse la donne; car il en serait tout autrement s'il était là, les bras ballants, les yeux sans but précis et la respiration à la merci des mouvements environnants!

        Dans ce cas, oui, on pourrait parler de puissance, car l'individu, pour conserver son équilibre, ne puiserait qu'en lui-même, et non dans sa "petite télé"! D'ailleurs, il finirait par attirer l'attention, il deviendrait suspect, car on ne comprendrait pas ses motivations; ou alors on relèverait le défi qu'il semble poser, là, immobile, la tête haute!

        Notre crapule, elle, se cache! Elle est à la fois présente et absente! Elle fait son coup en douce! En même temps qu'elle fait subir alentour sa domination, elle reste plongée dans son Smartphone! Elle a un alibi! Elle manipule ce qui lui sert de "miroir" et on peut même dire de "cordon ombilical"! Car non seulement elle empoisonne l'air ambiant sans s'exposer, mais en plus elle continue de se nourrir, en rassurant son image ou son égoïsme! Sur toute la ligne, les dés sont pipés! C'est une imposture et on peut parler justement de lâcheté!

        Qui pose en maître doit tenir sur ses jambes! Mais sans doute allons-nous trop vite... Que voulons-nous dire par "miroir" ou "cordon ombilical", au sujet du Smartphone? Les psychologues utilisent naïvement le terme narcissique, car ils croient qu'eux-mêmes et la plupart ne sont pas concernés; comme si le narcissisme avait les limites d'une maladie honteuse; alors qu'il n'est visiblement qu'un degré dans la domination! Mais, à ce sujet, la psychologie, tout comme la psychanalyse, vivent ainsi qu'au Moyen-âge et suivent le train de la société sur un char à bœufs! Pendant qu'elles accrochent des guirlandes et lèvent le bras, pour boire à la cruche, nous avancerons!

        Cependant, l'écran du Smartphone peut bien être considéré comme l'eau dans laquelle se mirait Narcisse... L'adolescent ne copie-t-il pas la reine de Blanche-Neige, qui demandait à son miroir magique: "Qui est la plus belle?" La messagerie, les réseaux sociaux, les jeux et d'autres "applis" ne servent-ils pas à se redonner de l'importance, une existence? Retrouver le Web n'est-il pas comme s'assurer du Nord? Pensez déjà comment agit la télévision... On rentre chez soi, perdu après le tourbillon de l'extérieur et on allume l'écran... Peu à peu, on se calme, on traite les événements qu'on vient de vivre, on redevient un puzzle terminé! Nul doute que dans ce cas la télévision nous soit nécessaire, à l'instar d'une drogue douce ou d'une obsession: on ressentirait de l'angoisse, si on en était séparé! Voilà pourquoi encore peut-on parler de cordon ombilical, pour le Smartphone, car partout il accompagne son utilisateur et satisfait ses besoins! Les ados d'aujourd'hui et un bon nombre d'adultes sont comme dans un "liquide amniotique"!

        C'est d'ailleurs cela qui pose problème, car la domination, qui nous est naturelle et qu'il faut pourtant combattre, en est fortement amplifiée! Ce n'est pas un individu qui affronte le monde, mais le monde d'un particulier qui veut s'imposer! Le cerveau sur secteur, puisque le Web est continu, est né! Une entité nouvelle est apparue! Mi-homme, mi-électronique! Notre système nerveux est "branché"!

        Evidemment, nulle technologie n'est a priori mauvaise en soi, c'est son usage qui peut présenter des dangers; comme ici, puisque l'ado veut être maître des lieux, ce qui conduit à asservir les autres; même si c'est inavoué et quasiment impalpable! Car il ne s'agit pas d'une domination physique; l'ado ne pourrait se le permettre, face à la force des adultes, et pourtant il cherche à les supplanter, à leur faire sentir tout son mépris! D'où vient ce sentiment?

        Quand nous étions nous-même jeune, nous lisions avec avidité Jack London et bien d'autres récits d'aventure, car nous rêvions nous aussi de nous confronter à des conditions difficiles, à trouver des solutions pour notre survie, dans des pays hostiles, moins civilisés que le nôtre et nous pensions notamment à l'Amérique du Sud! Nous avions donc les yeux d'un enfant, à l'égard d'un monde qui nous dépassait largement, et sans doute cela nous était naturel à cause de l'autorité de nos parents! Il y avait une frontière respectueuse entre eux et nous!

        Aujourd'hui, Greta Thunberg fustige les membres de l'ONU et veut attenter un procès à la France, parce qu'elle n'a pas su respecter son engagement, quand elle parlait d'assurer l'avenir de ses enfants! Il y a bien là un profond mépris dirigé vers les adultes, qui sont vus tels des irresponsables, incapables de sauver la planète! Cette vision est naïve et injustifiée, parce qu'il s'agit d'abord de trouver les moyens de vivre et bien des solutions ont paru à l'origine les meilleures! Il n'y a pas d'adultes à l'âme noire, complotant et s'empiffrant, et les problèmes restent complexes, comme celui de l'énergie par exemple, car si le nucléaire permet d'éviter les émissions de CO2, il crée bien entendu d'autres déchets, probablement plus dangereux! Mais les ados d'aujourd'hui seraient-ils prêts à se passer de leur Smartphone et du Web, puisque ceux-ci consomment de l'énergie? Ne seraient-ils pas les premiers à crier au scandale? Pourtant, dans le domaine, il n'y a pas de recettes miracles!

        Toujours est-il que la nouvelle génération méprise la précédente et ne rêve que de la dominer; ce qui pour le coup est condamnable, même si on agit a priori pour les meilleurs desseins, car c'est encore l'égoïsme qui veut se satisfaire et sa copine, la haine, n'est jamais loin!  C'est la créature au Smartphone qui prend le monde pour un paillasson et nous avons déjà dit que deux facteurs avaient favorisé cette nouvelle situation: le confort matériel d'abord, puis l'influence toujours moindre de la religion, et il serait sans doute bon maintenant de revenir à la source de celle-ci, pour mieux comprendre le phénomène  ("Rien que le phénomène, mais tout le phénomène!", comme aurait dit Teilhard de Chardin)!

        Si on écoute certains scientifiques, la foi serait née de nos peurs face aux éléments et à ce compte-là, le développement de la science peut effectivement être vu comme un triomphe! Nous pouvons bien rire de nos ancêtres qui priaient pendant l'orage ou qui voyaient des sirènes dans les vagues! Les pauvres! Quelle farce! Enfin, tout ça n'aura été qu'un mauvais rêve... Les chercheurs du CERN ont repris les choses en main et nous pouvons dormir tranquille; d'autant que la suffisance de la psychiatrie occidentale est soporifique! La science aura raison de tout, même de l'astrologie!

        Cependant, il y a une autre cause à la foi et elle est exprimée d'une manière évidente dans les origines de l'art! Pourquoi mettre autant de soin à peindre les courbes d'un bison, sinon parce qu'on l'admire! La beauté du monde attire naturellement la sensibilité de l'artiste et il est normal que l'art ait été dès le départ associé au culte, car il témoigne du génie de Dieu; même si depuis il a pris bien d'autres chemins!

        Mais nous-même, enfant, avons toujours eu recours au spectacle de la nature, quand nous étions grevé de chagrins... Nous quittions alors la ville pour rejoindre quelque ruisseau et là, les merveilles de la lumière et de la vie nous rendaient peu à peu notre paix; et cette opération continue encore aujourd'hui... Mais on comprend bien alors pourquoi dans ces conditions la domination nous a paru très vite odieuse et même ridicule, car comment peut-on vouloir être le centre d'intérêt, alors qu'il y a tant de magnificences alentour et aussi tant de souffrances; d'autant que celles-ci ne sont pas principalement causées par les catastrophes naturelles ou les maladies, mais c'est bien la domination qui les provoque, en poussant l'homme à écraser son semblable de toutes les manières possibles!

        Un individu qui veut qu'on l'admire sous les nuages est pitoyable, quoique qu'aujourd'hui, s'il est jeune, il soit plutôt dangereux!

        Mais l'admiration ne s'arrête pas au spectacle de la nature, elle s'étend encore au domaine de la sagesse; c'est le génie de Dieu dans la conscience! Jésus, par exemple, s'étonne et se réjouit en même temps de ce que la vérité est cachée aux savants, mais révélée aux enfants! Nous-même sommes fasciné de voir comment Dieu se réinvite à la table de la société, pour ainsi dire, alors que certains évoquent même la fin du Vatican! Car, vous pourrez vous-mêmes le constater facilement, nous ne parlons de Dieu dans toutes nos premières chroniques qu'avec une extrême réserve; puisqu'il s'agissait d'abord pour nous de décrire seulement ce que nous voyons! Nous ne sommes pas parti de la foi, pour arriver quelque part, mais nous avons abouti à la foi par la force des choses!  

        A mesure que le phénomène de la domination se décantait sous notre plume, la nécessité de la foi s'est imposée, car, rappelons-le, ni la science, ni la philosophie, ni la société matérialiste ne perçoivent la domination et ne peuvent donc lutter contre elle, alors que nous ne sommes qu'au début du cauchemar! Vous-mêmes êtes les témoins de cette évolution et nul doute que "l'eau" qui vous vivifie en apaise d'autres aujourd'hui, par votre intermédiaire! Nous sommes tous serviteurs d'une vérité supérieure, sans en être diminués!

        Toutefois, ce que nous découvrons est parfois si terrible qu'il est normal que nous nous soyons demandé comment la plupart réagissent à la domination et en particulier à celle ô combien vénéneuse des jeunes de maintenant! Mais comme, bien entendu, nous ne pouvons pas pénétrer le cerveau d'un autre, nous avons dû supposer... Mais reprenons notre exemple du début... Nous avons donc une crapule au Smartphone, dans le passage, qui exerce sur les autres une pression psychique, afin qu'on reconnaisse sa supériorité! Si pour nous d'emblée c'est une horreur, que ressentent les gens face à la situation?

        Certes, beaucoup ici sont en couple ou en famille et ce sont d'abord leurs liens affectifs qui les occupent, mais ils ne peuvent pas être totalement insensibles au "poison" qu'on essaie sur eux! Force est de constater que nul ne paraît gêné; le mouvement reste fluide et il faut alors arriver à la conclusion suivante: la majorité accepte cette domination, par une attitude du corps discrètement soumise, comme de baisser la tête, afin qu'on puisse continuer ses achats, ainsi qu'il ne se serait rien passé! On peut donc encore parler de lâcheté et d'une lâcheté ordinaire, qui fait qu'on oublie sa dignité, au profit de sa paresse et de son personnage, plein d'aisance et de détachement!

        Certains, par contre, ne demandent pas mieux que de faire valoir leur domination sur les jeunes d'aujourd'hui; ils sont sûrs de leur force, mais ils ont tort! Si les jeunes se mettent en "meute", ils ne feront pas le poids! Même nous qui "tordions des barres psychiques", avant même que ces "affreux bambins" n'aient vu le jour, nous sommes surpris par leur puissance mentale, et il nous faut parfois toute notre énergie pour nous en débarrasser! Nous avons vraiment affaire à une monstruosité!

        Pourtant, nous restons pour celle-ci une énigme, car elle a une faiblesse que nous n'avons pas et que n'aura pas celui qui cherchera la sagesse... Cette faiblesse est la suivante: il faut forcément à la domination des dominés; sinon elle n'a pas d'existence, et elle doit donc inévitablement s'exercer; elle ne connaît pas la paix et elle s'use, ce qui n'est pas notre cas! Sa force est donc limitée, mais pas celle du sage, puisqu'elle s'appuie sur la foi, qui ne cesse de prendre une dimension infinie!

        C'est le sage, le véritable adversaire de la domination! C'est lui qui peut l'amener à s'interroger et à changer, car quand la police intervient et que c'est l'affrontement, il est déjà trop tard!

        "Tu vois, j'aimerais pas que l'assassin d'Albert passe au travers...

        _ Oh! Mais personne ne passera au travers! V'là plus d' vingt ans que j'fais c'métier! Le mitan, j'le connais par cœur! Le voyou amuse le bourgeois et fait rêver la bourgeoise! Moi, ça m' laisse de marbre! Car je sais qu'au final c'est toujours la même chose! Du fric, de la médiocrité et d' la violence! Alors, crois-moi, l'assassin d'Albert, il aura son compte!

        _ Bien! Et tu viens toujours déjeuner dimanche?

        _ Et ta femme fait toujours sa délicieuse petite blanquette?

        _ Evidemment!

        _ Alors, à dimanche!" (Le Pacha!)

        (Les photos de la semaine ou la beauté simple!)

  • On vit dans la nuit!

    On vit dans la nuit

     

     

     

     

                                                                                                   La paix est l'épice du siècle!

     

        On rêve, mais dans le mauvais sens du terme; c'est-à-dire qu'on s'illusionne, qu'on se raconte des histoire, qu'on refuse de voir! Ce ne serait pas bien grave, si ça n'empêchait pas d'évoluer et donc d'améliorer la situation! Au fond, on ne veut pas "guérir", on a trop peur de perdre, ou on a trop peur tout simplement! Il s'agirait de regarder les choses en face, de grandir, de sortir de l'enfance; comme on se libère d'une enveloppe... On doit se dégager de la domination et de son égoïsme!

        En ce qui nous concerne, nous n'avons jamais beaucoup rêvé...; nous avons été en butte très tôt avec la souffrance, l'incompréhension, la solitude! Nous avons été "vieux" dès le départ; trop lourd, trop sérieux, trop sage, mais ce n'est pas notre faute! Nous sommes né comme ça, les yeux ouverts; même si bien entendu nous avons aussi été un sale gosse! Nous pourrions crier comme Greta Thunberg: "Comment osez-vous? Vous m'avez volé mon enfance!" Mais c'est mieux ainsi, car que veut-on: être dans l'illusion de l'égoïsme, rester un bébé ou bien voir vraiment quelque chose; devenir véritablement un être humain?  Greta devrait sans doute remercier la vie pour sa lucidité! Elle laissera peut-être une pierre...

        Notre boucher a de nouveau les mains qui tremblent! Il s'était pourtant persuadé que tout irait bien! Son élan n'a pas suffi; son mal bien plus profond l'a rattrapé! Nous pourrions l'aider, le conseiller; nous connaissons bien son problème: blessure, dépression, repos, réparation! Mais son amour-propre regimberait aussitôt; il nous ferait signe qu'il sait déjà tout ça et finalement, il ne nous comprendrait pas! Il doit éprouver ses propres expériences; il verra lui-même avec le temps; il sera brisé ou il apprendra et guérira; mais nous parions plutôt sur la mauvaise destinée; question d'habitude sans doute!

        A côté, il y a un crêpier qui nous hait de toute son âme! Que de forces mal employées! Pour cet homme, ce qui ne va pas, ce sont ceux "qui ne veulent pas travailler"! "Si chacun, dit-il d'une voix douce, avait son emploi, ce ne serait déjà pas si mal"! Paroles pleines de sagesse! Mais le voilà soudain en colère, s'écriant: "Mais ils ne veulent pas travailler!" "Maudits soient-ils!" a-t-on envie de rajouter!

        Pourquoi nous hait-il? Oh! Nous lui échappons! Il nous voit plus heureux, plus libre que lui! Nous ne l'admirons pas non plus; c'est dire que nous dépassons les bornes! Lui aussi, nous pourrions le soulager... et même le sauver; n'ayons pas peur des mots! Il nous faudrait lui expliquer ce qu'est la domination, qu'il en est esclave et que c'est ça qui le rend malheureux! Mais autant pêcher à la mouche dans le brouillard! Sur son visage il y a dix couches de mépris! Il mourra irrité! Comme on tardera à fermer la "boîte", il marmonnera encore: "Mais ils veulent pas travailler!"

        En fait, c'est toutes les halles de notre quartier qu'il nous serait possible d'"éclairer", de mener vers la paix, le bonheur; vers une dimension infinie! Mais la domination, la course à la réussite tient tout le monde; elle paraît bien plus passionnante! Il faut beaucoup de temps pour que la désillusion s'installe définitivement... Les larmes, les plaintes sont pourtant déjà là, mais cachées! La domination est fière et ombrageuse... Elle nie la nuit; elle préfère la haine à la vérité! Elle fait le mal toutefois, mais s'en soucie-t-elle? Nous dansons sur des abîmes!

        De même, non loin de là, il y a une place avec quelques arbres... C'est le rendez-vous de toute une jeunesse marginale et sale et qui boit et qui devient tôt ou tard agressive! C'est la zone, quoi! Ici aussi, nous pourrions monter sur une petite caisse, pour crier: "Le problème, c'est la domination! Elle nous vient du règne animal et nous maintient dans la sauvagerie!

        _ Mais qu'est-ce que tu racontes, mec?

        _ Je sais que vous demandez justice pour Steve, mais chacun de vous est ici pour flatter son nombril!

        _ Allez descend d'là, pauv' deb'!

        _ L'égoïsme vous détruira, comme vous en détruisez bien d'autres!

        _ Allez, zou, dégage!"

        On nous chassera sans ménagement! La domination ne supporte pas les miroirs! L'égoïsme de ces jeunes est tel un serpent à sonnettes: il s'alarme au moindre bruit! Bien entendu, beaucoup ici ont l'esprit embrumé... Ils souffrent encore des blessures de l'enfance, d'où leur haine à l'égard d'un système qu'il trouve injuste! Mais ils ne cherchent pas non plus! Il veulent triompher, qu'on les admire; ils sont amoureux d'eux-mêmes et en sont bien dégoûtants! Nulle modestie! Nulle persévérance! Nul courage!

        Et dire qu'à quelques mètres des feuilles parsèment le trottoir humide, telles des îles d'or sur le reflet des maisons! On ne voit pas la beauté, tellement on s'admire, bien qu'elle soit libératrice! Mais, aujourd'hui, la domination est chez elle! On roue de coups un jeune qui est seul ou on viole, à plusieurs, une camarade de classe! On filme le tout (c'est dans la boîte!) et on diffuse sur le Net, pour dire: "Hein? Les gars! C'est qui les meilleurs, les plus forts, les maîtres! C'est nous, tas de billes!"

        Des vies brisées à jamais, pour satisfaire ces messieurs! Les policiers qui les interrogent doivent être stupéfaits, surtout s'ils ont des enfants! "Pourquoi vous l'avez battu à mort?

        _ Y nous manquait d'respect, mec!

        _ Il était là sur le trottoir, il vous a rien dit et il vous a manqué d'respect!

        _ Ben ouais!

        _ Et la fille, pourquoi vous l'avez violée?

        _ Ben, pour lui donner une leçon! pour lui montrer comment elle est la vie, à la meuf!"

        Il est vrai que le gouvernement, les adultes en général, donnent un exemple qui ne relève pas le niveau! Prenons par exemple la question du voile! Dieu ou la République, faut choisir! Tout le monde se dresse sur ses ergots! Certains montrent à cette occasion leur vrai visage, quelle haine ils nourrissent en secret! Mais il est question à nouveau de lois, parce qu'on ne sait pas se parler et que l'on ignore même ce qui nous motive au plus profond!

        Mais racontons une anecdote... Nous vendons un caban sur le Bon coin et c'est une Bretonne, exilée dans le sud de la France, qui nous l'achète. Après quelques échanges, nous comprenons son histoire, sans qu'elle l'ait voulu! Là où elle habite et malgré ses efforts, on lui fait toujours sentir qu'elle reste une étrangère... Elle n'est pas complètement acceptée... Qu'à cela ne tienne: elle sera donc celle qui est différente et s'en fera une "gloire"! On pourra même dire: "Tiens, voilà la Bretonne!", dès qu'on la verra arriver avec son caban!   

        Les jeunes femmes musulmanes qui se voilent obéissent à la même logique! Elles souffrent d'être tenues à l'écart, à cause de leur apparence d'ailleurs, mais Dieu n'est pour rien dans leur réaction, d'autant qu'être sensible à la foi, à un âge où on se découvre, serait plutôt un signe de maladie! Mais, même si leur comportement est facilement compréhensible, il est provoqué par un amour-propre blessé et c'est donc encore la domination qui conduit! Ainsi, on n'avoue pas son mal, puisqu'on aurait l'impression de l'accentuer, et on parle de "chemin spirituel", ce qui fausse le débat et le rend sans issue! 

        Cependant, en face, dans l'autre "camp", on se trompe également sur soi-même, mais d'une manière encore plus terrible! En fait, la République a de la chance! Elle a des Huns, des chiens féroces, des têtes de cyclopes, le RN au premier rang, pour la défendre! C'est beau la citoyenneté, le civisme! Nous pourrions presque dormir tranquille, sauf que sous le feu d'artifice de l'indignation, c'est le cloaque de la haine qui bout et qui cherche à jaillir! C'est la peur de l'autre, avec sa différence, qui crée cette hostilité, qui est d'autant plus vive qu'on veut soi-même s'imposer, que la domination est forte !

        Comme nous le savons, cette dernière n'est qu'une fuite en avant: il faut toujours dominer, pour ne pas être rattrapé par l'angoisse! C'est comme si on était en diligence, avec les indiens derrière! Et comment, dans ces conditions, s'arrêter pour prendre le voyageur, d'autant qu'il a un drôle de chapeau! Pouvoir regarder la République, dans toute sa diversité et sa richesse, demande de la paix, du calme, de la disponibilité! C'est très difficile d'aimer quelqu'un qui ne nous ressemble pas!

        Mais on vit dans la nuit! On croit qu'on est responsable quand on s'inquiète! Partout, il y a urgence, douleurs, vociférations, turpitudes! On lutte contre le réchauffement climatique, en faisant bouillir le climat social! On veut refroidir les machines, en tapant dessus avec une clé anglaise! Qui regarde la mésange heureuse sur le chèvrefeuille? Qui se domine assez pour vaincre ses peurs? La paix est sans doute le bien le plus précieux de nos sociétés! Il est bon de sourire entre deux coups de feu!

        Considérez Macron! Pendant que le pays tremblait sous la colère des gilets jaunes, il faisait rénover l'Elysée, avec notamment un tapis à 300 000€! Il est fidèle à sa logique, à son personnage: comment suggérer une France forte, alors qu'on accueille le visiteur dans un mouroir pour mouches! Un livre de René Dozière, Frais de palais, analyse actuellement le montant de ces dépenses et nous ne pouvons trop vous conseiller de découvrir l'œuvre de cet ancien parlementaire, car c'est un ouvrier de paix à sa façon! Après l'avoir lu, on ne regarde plus les politiques en disant: "Tous pourris!" Au contraire, on voit comment certains sont extrêmement sérieux et le fossé entre la population et son élu se comble!

        Des "ponts" entre les différences, voilà ce qui nous manque le plus! Au lieu de rejeter, essayons de comprendre! Par exemple, a-t-on déjà essayé de planter des légumes? A-t-on déjà désespéré de les voir mangés par les limaces et les escargots? Qui n'a pas, dans ce cas, songé à utiliser un produit chimique, tant l'adversaire semble tout puissant? Il est normal que l'agriculteur ne puisse pas d'un coup abandonner ses pesticides! Ah! Mais le maire est le nouveau shérif et il y a une corde, pour tous ceux qui seront pris à pulvériser!

        Mais comment ne pas être emporté par la tempête des inquiétudes, des revendications? Comment résister au courant des cris, de la haine, des peurs et des pleurs? Il est normal que l'angoisse vienne frapper à la porte de la maison! "Qui est là?

        _ C'est une pauvre femme seule dans le froid! Comment pouvez-vous être au chaud, alors que moi, j'suis sans abri! Allez ouvrez! J'suis sûre que vous êtes sensible à l'injustice! J'ai pas mangé depuis plusieurs jours!"

        Celui qui laisse entrer l'angoisse voit un type sec, au lieu d'une misérable... "Bonjour, je suis le nouveau maître d'école! fait le type.

        _ Hein?

        _ Un peu de tenue, mon garçon! On ne dit pas: "Hein", c'est impoli!

        _ Mais... mais...

        _ Mêêeeh, mêêeh! Il fait la chèvre en plus! Et si on commençait par une série de pompes, car il faut être en forme, pour aider les pauvres de ce monde! D'ailleurs, voilà le programme! Il n'y a pas une minute à perdre! La jouissance, le bon temps, c'est fini, mon p'tit vieux! Bienvenue, chez les grandes personnes!"

        La haine peut accompagner la meilleure volonté, si on dépasse ses forces! On détruit alors ce qu'on construit! Qui veut être en paix avec lui-même? Qui veut rester une lumière dans la nuit? Qui veut être de l'eau fraîche dans le désert? Demandez notre dernière édition: " La domination court toujours!" La société sur les nerfs! Mais que fait donc le gouvernement?

        La paix et donc la force viennent de la connaissance de soi: il s'agit de s'employer à ce que pour quoi on est bon, qui est dans nos possibilités, et même à ce qui nous rend heureux! Mais, pour se comprendre, encore faut-il ne plus être l'esclave de sa domination!

        Cependant, celui qui est sage, dans la queue de la boulangerie, fait plus de bien à la planète que le mépris de Greta Thunberg ("Je vous ai à l'œil!")! Et celui qui, par sa seule maturité, montre aux jeunes crapules de maintenant qu'elles ne sont pas les maîtres, celui-là est plus utile à l'ensemble que n'importe quelle colère de gilets jaunes!

        "Evidemment, monsieur Cerruti, si vous aviez quelque créance...

        _ J'ai ça! 357 Magnum! Mais est-ce suffisant?

        _ Tout à fait, monsieur Cerruti!" (Flic ou voyou!)

  • On n'aime pas!

    On n aime pas

     

     

     

        Faisons un constat! Examinons comment nous vivons, quel est le fruit de nos sociétés! Car l'humanité évolue toujours et nous sommes dans une situation inédite! Nous nous sommes débarrassé de Dieu et nous avons voulu le confort matériel, regardons le résultat! Nous nous sommes dit: "Fi des croyances et des peurs anciennes! Nous avancerons grâce à la raison, au progrès, à la science!" Bien des scientifiques n'ont eu que mépris pour la foi et ils n'ont eu de cesse de la détruire! Nous naissons donc aujourd'hui sans Dieu, dans le confort, mais voit-on vraiment ce que nous avons créé, ce qui arrive, de quelle nature est la jeunesse? Aucun scientifique apparemment ne s'en doute! On continue à pérorer, à être suffisant; on rêve, comme à bord du Titanic!

        Eh bien, nous, montrons l'ampleur du désastre! Décrivons l'enfant sans Dieu, né de la raison et du progrès scientifique! Car il est là maintenant; il constitue vraiment une génération! Il a fallu moins de cent ans, après la seconde guerre mondiale, pour obtenir un monde essentiellement matérialiste! Il y avait effectivement beaucoup à redire sur les superstitions et les connaissances précédentes, mais ce n'est rien à côté de ce qui nous attend, comme si on s'était plaint d'un rhume, avant de comprendre qu'un cancer nous ronge! La plupart ne mesure pas le monstre que nous élevons... Il n'est pas sensible à l'amour divin... et pourquoi le serait-il?  Il n'est pas sensible à l'amour tout court! Il est sans âme! Il n'a pas grandi en se demandant comment il pourrait être meilleur! Il n'a pas de doutes; c'est un animal habillé en homme! 

        Que les scientifiques aient le courage d'ouvrir les yeux! Qu'ils viennent découvrir de qui ils sont en partie le père! "Mais il y a les lois, la police, la psychologie, le sexe, la Guerre des étoiles! Alors, qu'est-ce qui cloche?

        _ Notre dieu, c'est Crom, le dieu de l'acier! Nous nous savons qui est l'ennemi! Comment il est, puisque nous le combattons! Nous l'affrontons chaque jour! Nous allons vous dire justement ce qui "cloche"! à vous, les rond-de-cuir de la science! les penseurs aveugles! les prêtresses de la vie pratique!"

        Aujourd'hui, il est impossible de regarder qui que ce soit dans la rue! Personnellement, nous distinguons les êtres, mais nous ne croisons pas leurs yeux! A quoi bon? Ceux que nous voyons n'ont aucun intérêt pour les autres! Ils veulent juste qu'on les adore! Ils ruissellent de satisfaction! Ils s'idolâtrent! Le reste n'est là que comme faire-valoir! Car il s'agit bien de sentir son importance pour exister! On est le centre du monde, comme une araignée au milieu de sa toile, et on vide l'autre pour se nourrir!

        Nul repos! On guette toujours une proie! Dame, ce sont elles qui rassurent, qui sont les seuls repères et s'il en manque, si c'est le désert, on plonge dans son smartphone! On retrouve son univers et on fait tout tourner autour de lui! L'autre doit encore être le témoin de cette scène, car on peut parler fort, gesticuler, se mettre au milieu de la rue ou du trottoir, bien en vue! On continue à oppresser l'entourage, à se placer au-dessus de lui! On l'utilise constamment, car il n'existe que pour servir!   

        On lui dit psychiquement: "Regarde mes belles chaussures, mon corps svelte, ma grande taille, mon aisance! Ne suis-je pas fantastique, exceptionnel, unique, incroyable?" Si quelqu'un résiste, reste indifférent, on le hait, on le méprise! On peut même l'agresser: ainsi on domine quoi qu'il arrive! On a le dernier mot! On reste le maître du terrain! On triomphe: l'autre est humilié, écrasé! Il s'enfuit!

        Nous ne regardons donc personne, car nul ne le mérite! Chacun est un piège, un abîme, une fosse sceptique, comme tout être qui s'admire! Il n'y a rien de plus immonde! Et la vie est impossible! Comment ne pas s'en rendre compte? Tout jeune muni d'un smartphone est a priori une crapule! Certes, la domination a toujours été présente, évidemment, mais nullement à ce degré! Il est normal que les adolescents jouent à être des adultes; c'est dans l'ordre des choses... et on voit de jeunes femmes copier des mannequins, et on voit de jeunes hommes "rouler des mécaniques", faire les indifférents, les "durs"! Tout le monde passe par ce stade! Par contre, ce qui est nouveau, c'est cette domination maladive, absolue, qui constitue l'air que respire l'adolescent et même les adultes doivent vénérer celui qui croit être un dieu vivant! Pouah! Mais comment en est-on arrivé là? 

        C'est une histoire en rapport avec Dieu! En 1789, les sans-culottes attaquent violemment la religion! Elle est en effet associée aux abus et à l'injustice des nobles! On vend les biens de l'Eglise et on interdit le culte! En 1870, rebelote! Les communards font preuve de la même haine à l'égard des prêtres, qui sont désormais placés dans le camp des profiteurs du moment, celui de la bourgeoisie! On en fusille certains, utilisés comme otages, et dans les églises on mime des messes pour s'en moquer, ou on banquète sur l'autel! C'est le travailleur qui déteste, qui honnit celui qui paraît ne rien faire, tout en vivant dans le confort!

        C'est un raisonnement analogue qui anime à la même époque Karl Marx, dont on connaît la célèbre formule: "La religion est l'opium du peuple!" Le communisme a sa base et va être expérimenté particulièrement en Russie, suite à la révolution bolchevique! On détruit les tyrans et les capitalistes, pour l'égalité et la victoire du travailleur! C'est aussi extrêmement naïf, car on ne voit pas la domination, qui est en chacun de nous, et le travailleur devient bientôt plus tyrannique, plus cruel et despotique que ceux qu'il a chassés du pouvoir! Le problème, ce n'est pas la lutte des classes, mais la domination! Evidemment, le travailleur devait lui aussi se développer, s'épanouir et son combat continue, car le plus fort veut toujours exploiter le plus faible!

        Toujours est-il que la religion n'a pas cessé de disparaître du paysage... Les députés radicaux de la Troisième République réclameront à cor et à cri la laïcité! Le culte gardera l'image d'être attaché à la richesse, à la droite, à la paresse! Puis, après la seconde guerre mondiale, la société de consommation "pointe son nez"; le confort matériel devient une réalité, la télévision entre dans les foyers... Ce n'est pas suffisant, il faut une totale liberté, celle du sexe notamment! Par là-dessus, la science définit de mieux en mieux la matière et la place de Dieu se réduit à une peau de chagrin: on ne va plus à la messe que par tradition, pour montrer qu'on fait partie du monde le plus respectable! Entre-temps, les prêtres perdus partent à la dérive...

        Laïcité et modernité donc! Voilà un programme alléchant! L'homme enfin maître de lui-même! Y a de quoi se frotter les mains! On va bien rigoler! Sauf que dans l'ombre, la domination s'est retrouvée sans freins! Elle s'est peu à peu étendue et au début, il est vrai, elle a encore rencontré quelques obstacles! Des agnostiques d'aujourd'hui notamment sont bien passés par des écoles chrétiennes, ont bien reçu une éducation religieuse, qui fera le drame de leur vie, pour les plus hypocrites! Mais, avec les années, même cette culture est devenue invisible et la domination a "envahi" de nombreux adultes! Aujourd'hui, c'est toute la nouvelle génération ou presque qui apparaît comme un cloaque bouillonnant! La domination est désormais reine des racines et son pouvoir semble infini!

        Nul n'a vu le phénomène! ni la science, ni les travailleurs, ni les gouvernements, ni les lois! Mais à quoi faut-il s'attendre? La domination est d'abord un état qui ne convient pas à l'homme, car elle ne résout pas véritablement ses angoisses... On ne peut vivre tel un animal, en étant un être humain! L'adolescent, qui ne connaît que la domination, est dans une "bulle" qui le sépare du monde réel! Ou bien la domination de l'adolescent s'exerce et il maintient son équilibre; ou bien elle échoue et il devient haineux, car la peur, ce qui est étranger vient frapper à la porte de sa "bulle"! On comprend alors que toute autorité constitue une menace pour la domination et qu'elle réagira par la violence, quand son mépris ne sera plus suffisant!     

        On constate déjà certains faits... La délinquance explose à Paris! Dans des cités-dortoirs, dont l'identité est faible, ce qui prédispose à l'instabilité, des jeunes, qui se sentent exclus, s'organisent en meutes ou hordes, tels les loups ou les lycaons, pour vaincre des adversaires plus forts qu'eux! Et on attaque la police pour s'aguerrir (on brûle aussi son école!)!

        Un autre, encore mineur, poignarde un rival; non à cause de la fille, mais parce qu'on ne supporte pas l'humiliation! Des situations aussi extrêmes et aussi étranges vont se multiplier; mais la domination va montrer son vrai visage quand elle sera heurtée de plein fouet! Par exemple, une forte récession économique, suite à une prochaine crise monétaire tout à fait possible, entraînera une baisse du niveau de vie et bien des privations! Nul doute alors que la domination fera preuve de l'égoïsme le plus dur, qu'elle sera sans pitié devant la réalité qui viendra entamer sa "bulle"!

        Plus simplement, on peut se demander comment la nouvelle génération va pouvoir s'adapter au monde du travail, puisqu'il y faut obéir à des chefs et à des règles! Comment une idole peut-elle servir? Mais nous avons dit que nul ne voit la "marée noire" de la domination et pour cause! Car seul le message religieux et particulièrement celui des Evangiles, que nous connaissons le mieux et dont nous parlerons le plus, luttent de plain-pied contre elle! D'abord, Jésus n'essaie pas d'accéder au pouvoir, mais au contraire il se laisse vaincre par la domination; qui est hors d'elle face à un homme qui ne l'admire pas et qui lui parle avec autorité!

        Jésus ouvre ainsi le chemin... Par son sacrifice, il nous montre que la voie de la spiritualité est sûre! Il nous donne sa paix, comme il le dit! Ici, une mise au point est nécessaire... Les Evangiles ne sont pas des récits de témoins oculaires! Les évangélistes ont recueilli des témoignages, qui peuvent parfois se contredire, et ils avaient eux aussi leurs propres préoccupations.... Notamment, des querelles intestines divisaient les premiers chrétiens et ont influencé les textes... Tout cela pour dire que de la prudence est nécessaire, si on veut suivre l'enseignement de Jésus, d'autant que le levier est l'amour, le don de soi! On veillera à ne pas se grever de chagrin, ni à se refouler jusqu'à se détruire! Nous restons fragiles, même si nous nous tournons vers Dieu! Nous ne sommes que des hommes et c'est notre paix, notre bonheur qui pourra servir!

        D'autre part, nous ne parlerons plus du péché originel, mais d'évolution; car c'est bien de devenir un être humain, à partir de l'animal, que permet la spiritualité! En effet, tout l'esprit de l'Evangile crie après la domination! Il suffit de citer le sermon sur la montagne pour s'en convaincre: "Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux! Heureux les affligés, car ils seront consolés! Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre! Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés! Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu! Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu! Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux!"

        On ne peut pas être plus contraire à la domination! Mais que voit-on dans la rue? La suffisance, l'arrogance, la vanité, le mépris! Qu'est-ce qui nous entoure? La hargne, l'agressivité, la peur de perdre, de manquer! Où sont les gens gentils, ouverts, curieux, qui ne sont pas les esclaves de la domination? Où sont ceux dont on voudrait croiser le regard, pour voir de l'eau pure, de la lumière, de la bonté? Où sont ceux qui sont patients, doux et lents à colère? Où sont ceux qui cherchent, qui doutent, qui souffrent? Où sont les assoiffés, les affamés, les blessés? Il n'y a que la domination qui parade et qui veut des hommages!

        Ah! Mais pour accepter de ne pas briller, de ne pas comprendre, d'être patient, de supporter l'injustice, pour encore donner; la science, le combat social, les idéologies, la logique, la seule raison, la philosophie ne suffisent pas! Il faut la foi! aimer Dieu! lui faire confiance! Ainsi le meilleur de soi éclot! Ainsi la domination est vaincue! Ainsi l'être humain apparaît pleinement! Ainsi il y a véritablement progrès, évolution! Ainsi l'animal dans nos rues s'étonne, se trouble ou hait, car il voit une autre voie, que son triomphe a des bornes! Nous avons besoin de Dieu pour grandir et de la foi pour notre futur! Ceux qui en doutent ou qui s'en moquent vont bientôt être saisis d'effroi devant les horreurs de la domination! L'égoïsme est la nuit pleine de gémissements!

        Ici, nous pouvons témoigner que l'amour de Dieu mène à la connaissance, à la sagesse!

        Ici, nous pouvons témoigner que celui qui s'appauvrit au nom de Dieu sera rempli au-delà de toutes ses espérances!

        Ici, nous pouvons témoigner que celui qui cherche trouve!

        Ici, nous pouvons témoigner que l'amour de Dieu mène à la paix; seul bien ineffable!

        Ici, nous pouvons témoigner que la foi libère et donne la joie!

        Ici, nous pouvons témoigner que la domination enferme, que c'est un enfer!

        Ici, nous pouvons témoigner que l'espoir est toujours présent et qu'il peut faire chanter!

        Ici, nous pouvons témoigner que les hommes se détruisent au nom de la domination!

        ("Le schyzo... machin là, c'est pas ma catégorie!

        _ Letellier! Minos vous a cafté! Il vous a mis dans la merde jusqu'au cou! Letellier!")

        (Les photos de la semaine sont magnifiques!)

  • On dévore!

    On devore

     

     

     

     

        Comment se libérer de la domination? Telle est la question, pourrait-on dire! En effet, la domination est notre "moteur animal" et c'est elle qui nous pousse à nous développer, à vouloir réussir, à imposer notre individualité! Elle nous est donc nécessaire, mais peut-elle nous rendre heureux? Est-il possible de la satisfaire? Evidemment non, puisque nous ne pouvons nous contenter de notre stade animal; notre conscience nous pose des questions ignorées de la vache et du lapin et triompher sur la scène des hommes n'est qu'une joie éphémère, qu'une ivresse; tôt ou tard le tourment, le doute revient et taraude!

        Notre avenir et notre paix ont besoin du développement de notre conscience, ou de notre esprit, ou de notre raison! Notre cerveau est la fleur et plus elle s'ouvrira et plus notre rayonnement et notre tranquillité seront une réalité! Encore faut-il voir la domination! Le scientifique, qui travaille énormément avec la raison, apparemment ne la voit pas, ce qui fait qu'il donne à ses théories une portée injustifiée et qu'il crée des malentendus, car lui-même peut être sujet à la haine, si sa propre domination est menacée! Ceci est important, car cela veut dire que la seule raison, telle que la science l'entend, est incapable de nous conduire au bonheur!

        La fleur doit s'ouvrir, mais comment? Grâce à des préceptes philosophiques, notamment issus de l'école du stoïcisme? Félix Eboué était un Noir, franc-maçon et gouverneur du Tchad. Il a été l'un des premiers à se rallier au général de Gaulle, en 40, alors qu'il devait obéissance au régime de Vichy et il avait toujours sur sa table de chevet les Vers d'or de Pythagore! Voici ce qu'il disait par exemple: "Jouer le jeu, c'est être désintéressé. Jouer le jeu, c'est aimer tous les hommes et se dire qu'ils sont bâtis sur une commune mesure humaine qui est faite de qualités et de défauts. Jouer le jeu, c'est mépriser les cabales, les intrigues, ne jamais abdiquer, malgré les clameurs et les menaces, c'est poursuivre la route droite qu'on s'est tracée, etc.!"

        On ne peut qu'approuver ces quelques paroles admirables, mais suffisent-elles? Peut-on d'abord se satisfaire de considérer la vie comme un jeu, ou telle "la farce à mener par tous", pour reprendre Rimbaud? Peut-on ensuite vraiment se libérer de la domination, en observant seulement une éthique, en obéissant à des règles si vertueuses soient-elles? Le problème est plus profond que des formules, car il s'agit de grandir, de nous détacher de l'instinct, du contentement immédiat et nous pouvons refuser de le faire, par peur, paresse ou égoïsme! La domination peut constituer une prison!

        Mettre un pas devant l'autre et se tenir debout; non pour être plus grand que le voisin, mais pour que la fleur se dresse, douce, patiente, aimante, curieuse, embaumante, apaisante; sans pour autant être faible; la véritable sagesse est une force! La vérité a plus de chances d'arrêter la violence que le muscle, qui le plus souvent ne fait que l'exacerber! Mais qu'est-ce que la vérité? Comment voir la domination? Comment comprendre son fonctionnement, ses limites? Ne faut-il pas pour cela l'avoir domptée soi-même? Celui qui se domine n'est-il pas celui qui connaît le mieux la domination? Voyons alors comment nous pouvons nous dominer nous-mêmes!

        Mais d'abord il nous faut faire une mise au point... Certes, il est nécessaire de rester vigilant sur les droits de tous et l'action pour une meilleure justice sociale demeure importante, mais notre "système", notre fonctionnement républicain et démocratique n'est pas à mettre à bas, car c'est celui qui nous laisse le plus de libertés et même de pouvoir, encore qu'on puisse toujours l'améliorer! Mais il faut perdre cette illusion qu'il existe un Eldorado politique, où les inégalités n'existeraient plus! Une révolution ne ferait que nous ramener en arrière! De même, la capitalisme ou le libéralisme, malgré leur caractère égoïste, sont les idéologies qui a priori permettent le développement de chacun, au contraire d'autres façons de penser, comme le communisme ou la religion!

        L'avenir n'est pas dans un changement radical des gouvernements et nous voilà donc seuls, face à nous-mêmes, sans pour autant suivre le chemin de la psychologie, qui elle veut que les hommes s'adaptent, alors que nous voulons qu'ils changent! La domination est une chose commune, qui nous influence les uns les autres et qu'il nous faut combattre, quelle que soit notre histoire personnelle! Nous parlons de combat, mais c'est plutôt d'évolution dont il s'agit! Au fond, nous voulons juste continuer celle de la nature et devenir vraiment des hommes!

        Comment repérer, cerner, comprendre la domination? On peut procéder le plus simplement du monde, par petites étapes... La domination semble endormie en nous, mais il est facile de la réveiller! Son premier cri est celui de l'impatience, de l'irritation, qui va vite devenir de la haine, du mépris et il y a encore un stade ultérieur, c'est celui de la violence, où là on domine comme la bête, ni plus ni moins! Si on veut connaître la domination, on peut commencer par lutter à chaque fois qu'on sent ces mouvements de l'"âme"! Est-on impatient? Efforçons-nous aussitôt de nous détendre, de nous calmer; cela évite la haine ou le mépris, qui sont d'abord dommageables pour soi! La haine est une souffrance intérieure, qui dévore, fait grimacer, à même de ruiner une santé!

        La domination doit être traitée comme un muscle qu'on étire, pour mieux l'assouplir; ainsi elle prend une existence, elle devient un compagnon de route, qu'on surveille, afin qu'il ne fasse pas de bêtises! La dompter est un exercice quotidien, qui garantit la lucidité! Peu à peu, on voit comment la domination tient la plupart en esclavage; même ceux qui se croient savants et qui se proposent d'aider les autres! La domination fait des ravages; ses marionnettes sont malheureusement innombrables et elles sont maintenues dans la nuit! C'est une errance, beaucoup de douleurs et de mal aussi! Car la domination ne saurait s'apaiser! Quand elle n'a pas peur, elle attaque; elle n'est jamais en repos! Rappelons-le: vivre est l'essentiel... et on ne comprend pas tant de peines!

        A part cette petite lutte intime chaque jour, que peut-on faire? Cela est-il suffisant? Tôt ou tard, on se demande si on ne se trompe pas, à s'efforcer de contraindre incessamment sa domination; on souffre de faire des efforts, alors qu'autour c'est tout le contraire: on ne se gêne pas! On hait, on méprise, on piétine, on pousse tant qu'on veut! On réussit aussi! On s'enrichit, on brille, on devient une célébrité, on fait valoir son avis; ce qui provoque tant de jalousie et de ressentiments sur les réseaux sociaux! Mais ici la domination est bien dans son rôle...

        En effet, que serait-elle sans dominés, sans créer de l'envie? Il faut qu'elle fasse croire qu'elle est le bonheur, la solution, la voie à suivre, qu'elle est équilibrée! Elle se nourrit ainsi de sa propre illusion et elle est prête à tout pour cela... Telle personnalité va donner sur sa vie les détails les plus intimes, alors que depuis longtemps le pavillon rouge de la honte est hissé! Mais on va raconter qu'on a subi des attouchements ou la mort d'un proche datant tous deux de l'enfance; on "raclera le fond du pot" pour rester intéressant! Ceux qui ont le pouvoir et qui sont connus prennent sans compter, comme si c'était un dû, mais combien d'autres n'ont jamais droit au chapitre et ne s'en consument pas? Il ne faut pas s'étonner des violences, car les choses ne changent pas et comment le pourraient-elles, puisque ce qui les tient, c'est la domination! Le dominant n'a aucun intérêt à devenir dominé! Pourquoi cèderait-il la place?  

        Celui qui cherche et qui ne veut pas dominer, tôt ou tard, éprouve du découragement, de la tristesse, de l'incompréhension et il n'est pas rare qu'il se tourne vers la nature... Il y perçoit comme un baume pour ses nerfs... Le spectacle des animaux et des plantes, sa beauté le captivent bientôt... Ceci n'est pas anodin... La nature possède un temps plus vaste que le nôtre et à son contact, nous nous pénétrons de son rythme, ce qui nous apaise, nous pacifie... Rappelez-vous, ce qui structure notre vie, c'est d'abord une maturation et ce qui nous fait principalement souffrir, c'est notre impatience! La nature nous fait grandir, respirer autrement; elle nous façonne et entretient, avec celui qui la contemple, une relation muette, mais qui n'en est pas moins gratifiante! Ceci peut être le prélude à une autre histoire plus intime, plus profonde, car les questions pressent toujours!

        Au vrai, il n'y a pas de grandes aventures, de grands risques, de grand investissement, sans amour, sans sentiments, sans passion! Pour que toutes nos forces soient employées, il faut que le cœur, ce qui brûle, y trouve son compte! La foi naît sans doute de cette nécessité! Est-ce à dire que la psychanalyse a raison, quand elle parle du mysticisme comme d'une déviation sexuelle?

        En fait, aussi surprenant que cela puisse paraître, il n'y a pas d'alternatives entre la foi et la domination; c'est soit l'une, soit l'autre! Comme nous l'avons déjà dit, la science peut elle-même être menée par la domination et la psychanalyse en est sans doute la preuve la plus frappante! Freud a voulu tout expliquer; il a bâti une cathédrale; non parce que toutes ses théories sont justes, mais parce qu'il ne pouvait s'arrêter et qu'il devait toujours étendre son savoir, afin de créer un monde clos, qui serait sous son contrôle et qui valoriserait donc incessamment sa personne! Nous rappelons que la domination entraîne forcément que c'est l'image de soi qui détermine notre équilibre!

        Certes, la foi n'exclut pas inévitablement la domination, puisque justement certains s'en servent pour dominer, avec les conséquences désastreuses que nous connaissons tous! Mais, normalement, la foi prédispose l'individu à lutter contre la domination, car d'abord il reconnaît un être supérieur et qu'il désire comprendre; c'est-à-dire qu'il est conduit à découvrir le monde tel qu'il est et non comme il voudrait qu'il soit! Nous tournons là tout de même le dos à la domination... Toujours est-il que la science, si elle nous met en garde contre le réchauffement climatique, elle ne nous avertit aucunement du principal danger qui nous menace; à savoir une domination de plus en plus maladive et qui s'étend comme une épidémie, surtout chez les jeunes; mais nous allons y revenir!  

        La foi est donc d'abord une histoire d'amour et comme toutes les histoires d'amour, elle est faite d'admiration, de confiance, d'efforts pour plaire, de patience, etc., mais elle ne doit pas être à sens unique! Celui qui aime Dieu doit être payé de retour (il n'y a que les hypocrites qui parlent d'un Dieu inaccessible et égoïste!)! Il doit voir les résultats, et ce n'est pas plus de souffrances! S'il n'y a pas la joie au bout, la paix, il y a maldonne!  Evidemment, si on demande plus de domination, comme les autres hommes; si on veut triompher d'eux, on risque d'être déçu! La foi, au contraire, montre tout l'esclavage de la domination et quel enfer elle crée! La joie est justement d'acquérir sa liberté, par cette connaissance, cette lucidité! A partir de là, le "pain qu'on mange" est celui des anges: il rayonne tellement il est nourrissant!  On n'est pas amer de ne point dominer; on ne jalouse pas ceux qui brillent, et ce n'est pas parce qu'on espère une vie future, où on serait "vengé" (ce qui reste de toute façon très difficile à imaginer!)! On est seulement content de connaître la paix!

        C'est justement cette tranquillité qui permet la force, mais aujourd'hui se pose un problème...; car on pouvait aimer encore celui qui était blessé et qui faisait le mal, ce qui ramenait parfois un sourire sur son visage... Mais avec des gens qui agressent d'emblée par leur domination, comment faire? Tout intérêt qu'on leur marquerait serait interprété comme une soumission et disparaîtrait telle la lumière dans un trou noir! Il semble au contraire que leur opposer de l'indifférence soit plus utile, même si elle provoque leur haine! Il faut que ces gens sachent que les autres existent "réellement", qu'ils ne commandent pas le monde et même qu'ils sont déséquilibrés!

        Les jeunes qui se promènent sur le trottoir, les yeux sur leur smartphone (la béquille de notre siècle!), sont comme les personnages du film Brazil, qui regardent tout le temps leur petite télé... Ils n'affrontent pas le monde, ils n'en ont que l'illusion! Ils se voient comme acteurs, ils se sentent importants, parce qu'ils manipulent des touches et communiquent et ils trouvent normal alors que ceux qu'ils croisent les admirent, leur soient inférieurs!

        Pourtant, ils n'ont nulle expérience! Ils n'ont vécu aucune adversité; ils ne savent pas ce que endurer ou résister veulent dire! Mais qu'à cela ne tienne: ils passent tel Pharaon parmi ses esclaves ou comme s'ils étaient de nouveaux Lindbergh! "Qu'est-ce que vous allez faire, monsieur Chisum?

        _ Eh bien, Pedro, je vais faire ce que j'aurais dû faire depuis le début!

        _ C'est-à-dire, monsieur Chisum?

        _ Tiens, voilà la clé du râtelier... Tu vas distribuer des armes à chaque homme! 

        _ Oh oui! Monsieur Chisum! J'y vais tout de suite! Mais... euh, je peux encore dire quelque chose, monsieur Chisum?

        _ J't'en prie, Pedro, j't'écoute!

        _ Eh bien, j'ai l'impression que monsieur Chisum est redevenu monsieur Chisum!

        _ Ah! Ah! Tu as sans doute raison, Pedro et maintenant, va!

        _ J'y cours, monsieur Chisum!"

        Sûr, va falloir se défendre! (Dans la région parisienne, c'est déjà la guérilla urbaine!)

  • On devient fou!

    On devient fou

     

     

     

     

     

        Ne cessons pas de nous pénétrer de la base, car nous verrons le monde de plus en plus clairement! Notre vie matérialiste n'a pas de réel équilibre et seule la domination semble lui donner un sens; ce qui fait qu'on la rencontre à tous les degrés! En effet, elle est proportionnelle à l'angoisse et parmi la nouvelle génération, comme chez des personnes d'âge mûr et qui sont foncièrement malades, on l'utilise pareil à l'oxygène et il n'est donc pas étonnant que les dépressions soient de plus en plus précoces, puisqu'on n'arrive pas à se détendre!

        Mais tous ceux qui vous disent qu'il "y a autre chose", que l'avenir c'est ceci et cela, que nous "tenons debout" grâce à telle pulsion ou à telle hormone, que le plus important c'est une valise pleine de billets ou un orgasme tonitruant, tous ceux-là sont des escrocs, des diseurs de rien, des aveugles, des hypocrites, des esbroufeurs, des parasites, etc. et cela concerne des scientifiques toujours aussi hilares et aussi faux-culs et des psychologues et des psychanalystes, qui ne feront pas plus de toute façon que des grenouilles dans une mare!

        La domination mène le monde et seule la spiritualité peut l'endiguer, la combattre, lui tenir la dragée haute! Mais comme celle-ci est "partie en vacances", qu'elle est absente de nos rues et de nos esprits et que nous nous sentons même supérieurs de ne pas la connaître et que malheureusement encore ceux qui s'en réclament sont plus bêtes et méchants que des cochons affamés, la domination a la voie libre; rien ne la retient; elle coule dans nos veines telle de la lave et nous rend fous; le mot n'est pas trop fort, comme nous allons le voir!

        La domination règne sur nous et nous conduit à notre perte! Elle produit toujours plus d'égoïsme et des égoïstes ne peuvent vivre ensemble! Ils se demandent exactement la même chose: de l'intérêt, de l'admiration, le sentiment de leur importance! Chacun est devenu un puits sec et nous vivons dans des déserts! Nous sommes dans la nuit, à grelotter, à sangloter, à maudire, à conspirer! Jamais le jour ne se lève vraiment! Jamais nous ne saluons le soleil avec joie! Nous restons froids, devant le feu glacé de notre "gloire"!

        Et ça se casse, se brise et meurt sans lumière, sans pardon, sans consolation; comme de la rocaille tombe au fond du ravin, alors qu'on continue son chemin! Nous sommes comme des arbres morts, vides et ridés; malgré un semblant de feuillage, de parure! Nous formons des blocs de glace, dépourvus d'âme; nous ne savons même plus ce que c'est! Le cœur n'existe plus ; la domination n'est plus que l'unique but; elle est notre idole! Elle nous fait marcher au pas et nous transforme en loups, comme d'autres sous la svastika!  

        Mais partons pour un récit bucolique, qui devrait nous amuser... N'ayons pas peur de découvrir nos mœurs putrides et infâmes... et qui nous font si malheureux! Regardons notre petitesse, notre mesquinerie, notre cruauté! Analysons les charniers, les armes des bourreaux, leur psychologie! Fréquentons les prisonniers, les forçats de la domination! Observons comment ils tuent et se détruisent eux-mêmes! Plongeons dans l'abîme de notre époque, dans sa pauvreté, car ce n'est que le début, que le préambule: la domination veut la violence et elle est insatiable! Nous n'en sommes qu'aux amuse-gueules!

        Il y a quelques jours, nous avons eu la chance de retourner à Ouessant! Nous avons pris notre décision et le reste a suivi... Ouessant veut dire en français l'"île de l'épouvante", mais aujourd'hui les hommes sont bien plus dangereux que n'importe quel récif! Nous le savions avant de partir et pourtant nous fûmes étonné! Cela dépasse l'imagination et il est quasiment miraculeux, à notre sens, que notre quotidien soit toujours en place! Il n'est pas possible de durer ainsi, même si, bien entendu, la nature n'est pas notre cerveau et que ses capacités d'absorption sont sans doute inconnues...

        Mais voilà nous nous préparons... et nous nous rappelons toutes les difficultés du voyage, qui sont comme autant d'étapes à franchir! D'abord, il y a par exemple la tension que produit n'importe quel départ, surtout avec un moyen de transport en commun, à cause de l'horaire et des formalités... et en effet nous trouvons les autres passagers prêts à embarquer, comme des coureurs qui n'attendent plus que le starter! Cela nous fait toujours de la peine que des gens mûrs, qui ont déjà vécu tant d'expériences semblables, n'aient pas encore compris tout l'intérêt de lutter contre sa peur, son impatience et que dans cette situation ils soient toujours aussi nerveux, tels des enfants! Mais c'est justement le problème numéro un de la domination, car quand on veut dominer tout le monde, on ne se compte pas dans le lot; bien qu'on ne se libère qu'en se dominant soi-même!      

        Nous arrivons donc au bon moment, quand les guichets sont vides; grâce à notre maîtrise, car il nous a fallu dompter notre inquiétude, pour ne pas nous présenter trop tôt, et nous essuyons une première haine! Des individus, qui croyaient être les derniers à payer leur billet et qui donc se sentaient "affranchis", supérieurs à l'impatience générale, nous croisent à leur sortie et figés dans leur dégoût nous bloquent l'entrée! Nous nous excusons tout de même, car montrer de la politesse, alors que ce sont les autres qui sont impolis, est encore un signe de force, de lucidité et nous allons vers le guichet...

        Après tout, nous n'avons pas trop mal manœuvré jusqu'ici, mais maintenant nous devons présenter notre billet, à un des membres de l'équipage, afin d'embarquer... Cela devrait être une étape anodine, mais il faut le savoir: l'équipage méprise ses passagers! Ce sentiment se rencontre souvent chez les marins qui se moquent de la crainte, de l'ignorance du terrien quant aux choses de la mer et il est vrai que ce dernier, par sa maladresse sur le pont d'un bateau, a bien mérité, à une certaine époque, d'être appelé l'éléphant!

        Mais, sur la ligne pour Ouessant, le malaise de l'équipage est bien plus grand et il a des raisons bien plus profondes.  Force est de dire qu'"on n'y aime pas ce que l'on fait", que ce travail de "bus de mer" crée des frustrations et qu'on en rêve "d'écraser tout le monde"!  Il n'y a pas que le moteur qui fume, on jette également des regards de haine à tous les postes! C'est le pavillon de la domination qui flotte sur le bateau! D'ailleurs, l'équipage peut faire preuve de sadisme à l'égard des passagers et par exemple, il n'autorisera la montée à bord qu'à la dernière minute, alors qu'on grelotte à cause de la bruine, sur le quai dénudé d'Ouessant! Manœuvrer  ce "troupeau" est sa consolation!

        Pour l'heure, l'homme qui déchire notre billet doit quand même nous dire bonjour, car nous restons un client et celui qui fait vivre la compagnie. Nous avons donc droit à un salut marmonné entre les dents, comme à contrecœur et cela nous amuse! Mais, de notre côté, nous avons pris le parti de ne jamais être le premier à dire bonjour, afin que notre gentillesse ne soit lésée! C'est en effet un petit "coup" qu'affectionne la domination: laisser le bonjour de l'autre sans réponse! C'est une petite joie pour la supériorité! Mais il arrive donc que ni nous ni l'équipage ne nous saluons, ce qui provoque l'étonnement et le désarroi de ce dernier, car il s'attend à ce que le stress rende le passager reconnaissant... Mais c'est la guerre et ils ne le savent même pas!

        Cependant, nous voilà sur le pont... Ici sont les passagers qui luttent déjà contre le mal de mer, avant même qu'on largue les amarres! Ils ont des allures de poissons en manque d'oxygène! En ce qui nous concerne, nous descendons dans les entrailles du bateau, car le froid est justement une des causes du mal qu'on redoute au-dessus! Mais, si l'intérieur est vaste et offre beaucoup de places, il ne faut guère se faire d'illusions, car les hommes sont impropres au voyage tranquille et on doit se rappeler la base: la domination s'exerce pour garder son équilibre et cela d'autant que la situation lui fait peur, comme une traversée en mer!

        Tout de même, la domination elle-même a ses classiques, ce qui leur enlève beaucoup de leur pouvoir! Notamment, il y a le quinqua angoissé, qui est comme un poste émetteur, avec des problèmes de torticolis, tellement il est tendu! La jeune crapule, dont nous avons fait le portrait dans la chronique précédente, est aussi maintenant une figure connue et en effet, nous en avons un exemplaire sur un siège voisin... Il n'a pas le nez dans son smartphone, mais la tête entre les salades de ses écouteurs! On va devoir un peu lutter!

        Cependant, la domination nous dévoile une nouvelle espèce... Un enfant vient dans nos jambes et nous ne bougeons pas. Son père, qui comprend que nous sommes dérangé, enlève sèchement et avec raison l'enfant, mais quelle n'est pas notre surprise quand il est ramené par la mère, qui l'installe sur une écoutille fermée, tout proche de nous.  La mère, jeune et qui parle parfois breton, nous dit au sujet de l'enfant: "C'est son spot pour la traversée!" Nous ne répondons pas, mais nous changeons de place, pour être plus au calme.

        A partir de là, la mère va tout faire pour "accrocher" notre regard! En effet, notre indifférence est pour elle un signe de force; alors que son mari, qu'elle a déjà "castré", ne peut plus la satisfaire! Evidemment, nous l'ignorons complètement, car son égoïsme est sans bornes! Mais c'est une nouvelle espèce: le couple jeune et bretonnant, qui parle d'authenticité et qui cultive peut-être lui-même ses légumes et qui est précisément le contraire de ce qu'il prétend être, puisqu'il est "fermé" à double tour, rivé sur son nombril!

        Au final, notre traversée va se résumer à reconnaître et à gérer toutes les dominations voisines et contre toute attente, cela nous fera passer agréablement le temps! Nous aurions eu plus de difficultés à chercher un "refuge", pour ne plus quitter des yeux la mer ou un livre! Mais nous arrivons sur l'île... et normalement, il ne nous reste plus qu'à rejoindre l'auberge de jeunesse, avant d'aller photographier le rivage incroyable, sous de superbes lumières (voir photos de la semaine!) Cependant, le but de cette chronique-ci est de montrer comment la marée de la domination a tout envahi, même cette terre lointaine, et à l'auberge nous découvrons un véritable champ de bataille!

        L'établissement est plein d'ornithologues, que nous appellerons désormais les "ornithos"! Mais voici ce que nous voyons: l'ornitho ne salue pas, il méprise! Il vit comme si vous n'existiez pas! Sans doute s'attend-il à ce qu'on lui adresse la parole, parce qu'un homme méprisant doit impressionner, semble installé sur un sommet!

        En ce qui nous concerne, nous laissons volontiers l'ornitho là où il croit être; nous connaissons trop bien la domination pour ne pas voir son ridicule et communiquer ne devient irrépressible que si on se fatigue, au point d'être perdu; ce qui n'est pas notre cas! Par contre, la journée de l'ornitho est très intéressante à observer!

        Il avale son petit déjeuner, comme un Parisien qui a peur de rater son métro; alors que nous sommes là pour notre plaisir! Puis, il apparaît en grande tenue: peint en kaki de haut en bas, avec des bottes lourdes et un gros trépied, qu'il installe sur son vélo de location, et le voilà parti! Nous le regardons s'en aller, bien au chaud, devant un bon café; les yeux sur le ciel menaçant, et effectivement un grain éclate, déversant une pluie violente, qui saisit notre cycliste! Mais il faut comprendre, l'ornitho est aussi angoissé que passionné et s'il s'arrête, le vide de sa vie revient l'inquiéter! Il est pris dans un engrenage et l'esclave rentre souvent bredouille, amer, rompu!

        Un message, dans l'auberge, lui est spécialement adressé... On recommande à l'ornitho de ne point jeter son vélo sur le bord de la route, quand il se met à courir après un oiseau; de ne point entrer dans une propriété sans permission et de dire bonjour à l'occasion, car cela ne fait pas de mal! On le voit, l'ornitho est considéré sur l'île comme un sauvage et nous verrons nous-même un petit groupe tapi contre le mur d'une maison, tel un commando fait une pause avant d'attaquer sa cible! C'est miracle qu'il n'y ait pas eu encore d'incidents, mais on peut encore se demander comment il est possible d'espérer approcher de près des oiseaux craintifs, quand on est soi-même excité?

        La réponse vient rapidement: l'ornitho n'est pas là pour comprendre la nature, être en harmonie avec elle; son but n'est pas l'oiseau lui-même, mais c'est la performance, c'est d'être celui qui photographie l'espèce rare; celle que les vents ont détournée pendant sa migration! Ainsi vient l'homologation, comme une montée sur le podium! Autrement dit, l'ornitho vit pour sa propre gloire et c'est pourquoi nous ne le saluons pas, quand il sort de la lande, l'air de dire: "Hein? J'en jette! Je suis sûr que tu meurs d'envie de me poser des questions! C'est que j'suis incroyablement important!"

        Nous passons outre, car la beauté du ciel, elle, nous ravit et le spectacle de tous ces ornithos, qui sillonnent l'île en tous sens et à demi fous, pourrait faire sourire s'il ne préfigurait pas un monde futur, où nul ne se parlerait, ni ne se verrait!

        Au fond, nous sommes tous assis sur une bombe, dont le mécanisme est le suivant: l'angoisse et la domination s'amplifient réciproquement et créent un cercle vicieux, qui a forcément son point de rupture, où se déchaînera la violence, et inutile de dire que le compte à rebours a déjà commencé!

        Pourtant, le déminage est simple, sur le papier s'entend! Il suffirait que chacun regarde l'autre, non pour le dominer, mais pour le connaître! Cependant, pour l'instant, l'homme croit pouvoir se passer de Dieu!

  • On crapule!

    On crapule2

     

     

        "Mesdames et messieurs, venez voir la crapule moderne! Entrez découvrir le Frankenstein de notre époque, le Golem de notre siècle! Pour quelques sous, vous serez face à la créature de notre monde sans Dieu! Vous pourrez examiner le rêve du matérialisme, le fruit pourri du capitalisme, l'homme-sandwich des marques! Vous frémirez devant le monstre né de l'argent, du confort et de la technologie! Votre vie sera transformée par cette expérience! Ayez le courage d'ouvrir les yeux! Venez avec moi dans l'égout, car la connaissance est à ce prix! Nous regarderons le flambeau de la haine et de la perversion!

        _ Voilà cinq euros!

        _ Parfait, monsieur! Suivez-moi! Vous ne serez pas déçu! De l'ombre jaillit la lumière! Attention, je vais lever le rideau!

        _ Mais... mais c'est un ado, tranquillement assis sur une chaise! Où est le monstre, l'épouvante?

        _ Nulle part apparemment... Mais ne vous y trompez pas, vous êtes devant un chef d'œuvre de sournoiserie et de méchanceté!

        _ J'ai bien du mal à vous croire...

        _ Ce n'est pas étonnant, car tout se passe d'abord intérieurement, "psychiquement"... C'est la pensée, avant l'acte, qui nous fait bon ou mauvais!

        _ Et je devrais me contenter d'ça! Vous m'assurez que ce garçon, qui n'a toujours pas bougé, est un véritable danger public et il me faudrait opiner, montrer des yeux effrayés, avant de repartir! Excusez-moi, mais ça sent l'arnaque!

        _ Bon sang! Encore raté! Je vois que le gogo se fait rare et qu'avec vous le grand jeu va être nécessaire! Vous l'aurez voulu!

        _ Mais...

        _ Je vais m'asseoir devant ce garçon et vous allez observer sa réaction... D'accord?

        _ D'accord...

        _ Vous attendez deux minutes et vous me dites ce que vous voyez...

        _ Très bien...

        (Les deux minutes passent...)

        _ Eh! Euh... Il bouge sa jambe! Plusieurs fois!

        _ C'est un signe de nervosité... Je dois vous dire qu'il ne vous entend pas... La cage de verre où nous sommes est insonorisée... Je vous parle discrètement à travers un micro et je vous entends grâce à une oreillette...

        _ Ah? Très bien... Bon, maintenant, il se gratte la tête! Il a l'air de plus en plus nerveux... Il prend son téléphone portable! Je l'aurais parié! C'est une manie chez eux! Il commence à téléphoner, je vois ses lèvres bouger!

        _ Vous y êtes parfaitement! Mais regardez bien ce qui va suivre, car le téléphone ne fonctionne pas!

        _ En effet... Il se demande ce qui se passe! Il jette son téléphone contre la paroi! Eh ben, on voit qu'il ne l'a pas payé! Eh! Mais il vous insulte! Il perd totalement le contrôle de ses nerfs! Je ne l'entends pas, mais qu'est-ce qu'il doit vous passer! Il s'énerve de plus en plus! Ma parole, il va se rouler par terre! Non! Non! Il se met derrière vous... Att... attention! Je vois son visage, ce n'est plus qu'un masque de haine! Mais... mais bon dieu, ne restez pas sans... Il va...  Au secours! Au secours! On étrangle quelqu'un!

        _ Calmez-vous, monsieur, je contrôle la situation... J'ai laissé faire le gamin, pour que vous le voyiez agir jusqu'au bout!  Je vais maintenant me débarrasser de lui, car je suis encore le plus fort! Voilà, je lui mets une bonne claque... et il se rassoit... Il se frotte la joue, mais il est maintenant tranquille...

        _ Oui, oui, j'ai cru moment qu'il allait vous... tuer!

        _ Je sais, je vous rejoins...

        _ Hi! Hi!

        _ Quoi? Qu'est-ce qu'il y a?

        _ Vous m'avez bien eu, hein? Vous êtes deux comédiens, c'est ça?

        _ Vous avez vu son visage... Vous croyez vraiment qu'on peut simuler la haine comme ça?

        _ Non, à vrai dire non... Je crois que c'est nerveux, que je suis toujours choqué... Mais qu'est-ce qui s'est passé? Il était calme et vous ne l'avez pas agressé! Alors, pourquoi sa fureur tout d'un coup?

        _ Je peux vous parler franchement..., je veux même dire crument?

        _ Crument? Vous allez me parler de choses sales...?

        _ Oui, disons qu'elles ne devraient relever que de l'intimité... Mais ici il est nécessaire de les évoquer, si on veut comprendre...

        _ D'accord, allez-y; j'en ai quand même vu bien d'autres!

        _ Très bien! Pour faire réagir notre jeune homme, j'ai juste imaginé qu'il me faisait une fellation!

        _ Quoi?

        _ Vous avez très bien entendu! Mais sachez que cela ne m'aurait nullement intéressé...

        _ Je ne comprends pas...

        _ En fait, j'ai juste voulu rendre à cette crapule la monnaie de sa pièce!

        _ Vous voulez dire que lui-même souhaitait vous voir entre ses jambes?

        _ Pas exactement... Son besoin surtout, c'était que je reconnaisse la supériorité de sa "queue"! Car ce gamin s'adore et veut dominer! En tout lieu, il crée une tension concentré sur son sexe et qui doit attirer le regard! Ainsi s'exerce sa domination! Beaucoup d'hommes agissent de même, quand d'autres roulent un muscle ou font voir leur importance sociale, et les femmes sont les reines de la séduction, puisqu'elles peuvent utiliser n'importe quelle partie de leur corps comme un aimant!

        _ D'accord...

        _ La particularité ici, c'est que nous devrions avoir un être respectueux des adultes, mais il n'en est rien! Notre ado n'a que mépris pour le monde qui l'entoure! Soit on lui est soumis, soit on n'existe pas! S'il y a un obstacle, il a recours à son téléphone portable! Il retourne dans un univers qu'il contrôle, dont il est le centre! Vous devez vous en pénétrer, mais à aucun moment il ne cesse sa domination! C'est comme s'il n'était pas vraiment né! comme s'il était toujours un fœtus, dont les moindres besoins sont satisfaits!  

        _ Cela expliquerait la violence de sa réaction...

        _ En effet, ne pouvant me dominer, mais en étant au contraire menacé par ma propre domination, il a été saisi par l'angoisse! Il aurait pu se sauver avec son téléphone, mais il ne marchait pas! La peur s'est donc changée en haine et en panique!

        _ Il a quand même voulu vous tuer!

        _ Oui, sa domination est maladive; en dehors d'elle, c'est la nuit cosmique!

        _ J'en ai encore la chair de poule... Il paraît si inoffensif maintenant...

        _ Ils sont des milliers comme lui et c'est peut-être même son attitude qui caractérise la nouvelle génération!

        _ Vous êtes en train de me dire que nos enfants seraient majoritairement des crapules?

        _ J'en ai bien peur, car c'est un phénomène logique...

        _ Ah? Vous pouvez m'expliquer ça?

        _ Oui, d'abord nous voulons tous dominer... Cela nous vient du règne animal et cela veut dire que nous cherchons en premier à satisfaire notre égoïsme... Mais il existe normalement plusieurs freins à celui-ci..., notamment la pauvreté qui exige la solidarité; le groupe ne pouvant survivre sans partager... Mais aujourd'hui le confort matériel est tel que nous pouvons vivre dans notre coin et ne pas ressentir la nécessité de s'ouvrir à l'autre!

        _ C'est vrai!

        _ Il y avait encore la religion, qui contraignait puissamment nos appétits, parce qu'ils représentaient des péchés, mais le besoin de Dieu a justement disparu au fur et à mesure que la pauvreté diminuait... Il resterait la science, mais elle ignore le phénomène et même l'encourage par certains côtés... 

        _ Comment ça?

        _ Eh bien, la psychologie par exemple nous fait croire que notre bonheur dépend de notre seule individualité, ce que ne peut qu'approuver notre égoïsme! La psychanalyse parle bien d'individus narcissiques, mais le problème ne vient pas uniquement de la pulsion sexuelle, comme elle l'entend... C'est la domination qui est à l'origine de notre égocentrisme et c'est elle qui crée des monstres tel que celui-ci!

        _ Si je vous comprends bien, nous avons aux fesses une vague dangereuse!

        _ Oui, la violence dans les écoles est déjà symptomatique... Les nouvelles crapules ne supportent pas l'autorité, car celle-ci menace leur domination et vous avez vu le résultat!

        _ D'après vous, la situation ne peut que se dégrader...

        _ L'égoïsme ambiant nous détruit déjà! Nous côtoyons les autres qu'à condition qu'ils nous soient soumis, qu'ils nous admirent, que nous soyons le centre d'intérêt! Sinon, ils ont droit à notre mépris, notre dégoût, notre haine! Comment nous fréquenter pourrait être agréable? Chacune de nos sorties est une épreuve et nous vide! Le monde nous paraît étranger, hostile, comme si nous ne l'avions pas bâti! Il est impossible de rencontrer des gens en paix avec eux-mêmes; doux, prévenants, curieux! C'est hargne et avidité partout! Cela nous use, nous blesse et remplit les hôpitaux!

        _ Ils sont en effet surchargés... et le trou de la sécu continue d'augmenter!

        _ Mais la génération qui vient est encore pire! Elle a les défauts de la précédente à une puissance dix fois supérieure! En fait, elle habite d'abord dans son téléphone portable et le monde qui nous entoure est secondaire! Le principal, c'est l'individu lui-même et on voit mal comment il pourrait se socialiser! Il est comme un trou noir: il absorbe tout et ne donne rien! Il ne peut qu'apporter de la destruction!

        _ Vous me faites frémir!

        _ Il y a de quoi, car sans doute faudra-t-il une crise majeure, pour que nous retrouvions la valeur de la solidarité et donc de l'autre! Mais au fond il y a une bonne nouvelle derrière tout ceci!

        _ Je ne vois pas!

        _ Le monde matérialiste a eu sa chance et il montre son échec! Ce qui ressort, c'est qu'il est impossible pour l'humanité de se développer sans s'ouvrir à la spiritualité; ce qui veut dire que Dieu existe nécessairement!

        _ Et c'est la seule vraie bonne nouvelle de tous les temps!