Le Dom sans masque!

  • Par
  • Le 09/05/2020

On n est pas beau

 

 

 

 

    Curtis s'installa derrière la petite table de sa chambre d'hôtel, le dos contre la fenêtre et les yeux face à la porte d'entrée. Il attendait dans l'obscurité. Soudain, les lumières du métro aérien apparurent sur le mur, pendant que son vacarme remplissait la pièce. Puis, ce fut le silence, ou à peu près, et Curtis alluma sa lampe. Il voulait écrire une lettre, car "on" allait venir pour le supprimer, il en était persuadé! Il raconterait son histoire, la cacherait et peut-être quelqu'un la découvrirait! Ainsi, son action ne serait pas perdue!

    Il commença donc à rédiger... "Je m'appelle Ralph Curtis et j'ai acquis la conviction qu'une forme de vie extraterrestre parasite l'humanité... Depuis combien de temps? Je ne saurais le dire, mais son but est clair! Empêcher notre développement et nous détruire si possible! En un mot, les aliens veulent le pouvoir!

    Ils font tout pour rendre la vie incompréhensible, amère, dure, sans pitié! Ils nous minent, nous plongent dans les ténèbres! C'est un véritable travail de sape! Et tout cela en plein soleil! en toute impunité!

    Nous pourrions être heureux, nous regarder avec chaleur, nous respecter, être pleins de prévenances les uns à l'égard des autres! Nous serions proches de l'harmonie, s'ils n'étaient pas là!

    Ils nous agressent sans répit, sans remords! J'en ai pris conscience il y a une vingtaine d'années et depuis je n'ai pas cessé de lutter contre eux! Malheureusement, je n'ai pas réussi à trouver ce qui peut les distinguer radicalement des autres êtres humains! Ils sont en tous points pareils à nous! Il est même possible qu'ils se contentent de nous contrôler! Qui sait, peut-être ne sont-ils que des virus capables de posséder notre cerveau?

    Mais leur lointaine planète est forcément terrifiante, un abîme de méchanceté, car de véritables hommes ne pourraient se montrer aussi contraires au bien-être de l'ensemble! C'est cette action néfaste, absurde même, qui signale l'alien; de même qu'on découvre le traître, en pleine opération de sabotage!

    Je sais, une preuve biologique, une marque distinctive nette, sans ambigüités, aurait pu changer les choses et même me rassurer, mais il n'y en a pas et seule reste cette volonté apparente de nous maintenir dans le chaos! Pendant des années donc, en fait jusqu'ici, je n'ai pu m'appuyer que sur ma conviction, mais je n'ai pas pour autant ménager ma peine!

    J'ai rédigé de nombreux articles, multiplié les conférences, battu tout le pays! Partout, j'ai dénoncé leurs travers, leurs crimes, les nuisances et même les catastrophes dont ils sont à l'origine! J'ai essayé de les démasquer, de les acculer, afin qu'ils se dévoilent, qu'ils se trahissent! En vain, ils sont les plus forts! J'ai dû subir leur haine, leur mépris et pire, leur profonde indifférence! Ils m'ont brisé, usé, rendu quasi muet!

    Cependant, depuis quelque temps, leur attitude à mon encontre a apparemment changé! Je me sens surveillé, pisté! J'ai d'abord attribué ce sentiment à mes nerfs surmenés, mais il y a eu trop de coïncidences! J'ai reconnu les mêmes visages, les mêmes silhouettes, de plus en plus souvent, comme si un étau se resserrait ou qu'on me conduisait dans une nasse!

    La menace se précise! Malgré mon isolement, j'ai donc fini par les inquiéter et l'heure de la confrontation a sonné!"

    Un craquement dans le couloir arrêta la main de Curtis, qui aussitôt plia son message, pour le glisser derrière le miroir du lavabo. Puis, il se rassit, les sens aux aguets... Dans le coin sombre de la porte, quelque chose d'étrange se passait! Une lumière sortait par la serrure et se mouvait dans l'espace, telle une couleuvre!

    Curtis sentit ses cheveux se dresser sur la tête! Il était figé par l'épouvante! La lumière s'enroula autour de la deuxième chaise de la pièce et la plaça en face de Curtis. Puis, elle constitua une masse informe, qui peu à peu laissa apparaître des traits. Un fœtus, ressemblant à un vieillard, termina la transformation, ce qui remplit de dégoût Curtis.

    "J'ai estimé que, pour cette rencontre, je devais me présenter tel que je suis réellement; sans mon enveloppe humaine, s'entend! Hein? Qu'en pensez-vous?" dit la chose.  

    _ Eh bien, je trouve que vous êtes en accord avec vos sombres desseins! répondit péniblement Curtis.

    _ Sombres desseins! Voilà une expression bien désuète, mais évidemment vous parlez pour vous! Car, en ce qui nous concerne, nous ne faisons que nous nourrir... Une espèce se sert d'une autre espèce! N'est-ce pas la logique de la nature?

    _ Mais d'où venez vous?

    _ De la planète Dom! Je suis un Dom! Non, inutile de me demander où est-ce dans l'espace! Je ne vous le dirai pas!

    _ Dommage, je ne sais pas quoi faire dimanche prochain...

    _ Ah! Ah! Vous autres humains, vous avez parfois un incroyable sens de l'humour! C'est sans doute plus rare chez nous...

    _ J' m'en doute, quoique vous ayez vos classiques et ils sont haut en couleurs!

    _ Vraiment? Racontez-moi ça, s'il vous plaît!

    _ Oh! Le premier qui me vient à l'esprit est celui-ci... C'est la voiture qui passe et dont la musique résonne si fort que la vie s'arrête autour! Cela use, écrase et détruit à la longue!

    _ Hi! Hi! J'avoue que c'est très efficace et facile à faire! On trouve un pauvre d'esprit, bien égoïste et on lui fait croire qu'il est le maître du monde, du haut de ses décibels!

    _ Il y a une variante! Le scoot de la mort! Il grésille comme une mouche géante et ne laisse dans son sillage qu'une profonde amertume!

    _ Ah! Ah! Hi! Hi! Oui! Oui! Vous savez ce que c'est, la jeunesse!

    _ Le classique des classiques, celui qui révèle votre génie, c'est quand vous pressez les files d'attentes! On est là, tranquille... On voudrait aimer la vie; on va acheter ce dont on a besoin et qui nous fait plaisir et paf! vous arrivez, déguisés en une personne quelconque, et vous semblez dire: "Comment? On ne me sert pas encore? Il y a quelqu'un avant moi? Ce n'est pas possible! C'est une honte! Que cette personne dégage, qu'elle disparaisse! Car moi seul, je dois survivre! Le monde est à moi! Je suis Dieu!"

    _ Eh bé, on vous en a fait de l'effet! Mais oui, nous ne lâchons rien! Miner est sans doute notre devise! Nous vidons les humains, comme des œufs!

    _ C'est réussi! C'est un harcèlement quotidien, qui abrutit et qui donne des envies de meurtres!

    _ J'en rougis de plaisir!

    _ Vous avez même quelques coquetteries!

    _ De quoi voulez-vous donc parler?

    _ Même les mendiants ont l'injure facile! Je croyais la véritable misère muette, mais si on ignore ces messieurs, ils nous font la leçon! Ils essaient de nous culpabiliser par quelque remarque cinglante!

    _ Oui, il faut qu'on s'occupe d'eux! Mais comprenez-nous, il s'agit de vous déstabiliser et l'arrogance, quand elle vient du caniveau, en est encore plus étrange!

    _ Tout est bon, hein? Mais là où vous êtes les rois, où vous triomphez absolument, c'est par la haine que vous déversez sur les réseaux sociaux! Quel fleuve de boue! Quel cloaque!

    _ Exactement, c'est notre chef d'œuvre! Nous y chantons à tue-tête, ainsi que nous serions chacun le tuyau d'un orgue géant! C'est une symphonie majestueuse, inépuisable, d'une bêtise infinie!

    _ Et qui donne la nausée !

    _ Et qui vous fait désespérer du genre humain! Le but est atteint!

    _ Et la violence de l'extrême gauche?

    _ Nous!

    _ Et le mépris de la droite?

    _ Nous!

    _ Et les voyous de la finance?

    _ Nous et encore nous!

    _ Bon et vous êtes là depuis quand?

    _ Depuis le début!

    _ Et qu'est-ce que vous voulez au juste?

    _ D'abord, retarder le plus possible votre évolution, afin que, notamment, vous échappe le secret des voyages spatiaux...

    _ Vous vous protégez en somme...

    _ Oui, bien entendu, mais ensuite... Mais vous ne comprendriez pas!

    _ Essayez quand même...

    _ Eh bien, à chaque fois que nous suscitons chez vous de la haine, que nous excitons votre égoïsme, il se passe un phénomène électrochimique, dont nous les Doms, nous nous délectons!

    _ C'est aussi simple que ça?

    _ Oui! Nous vivons de votre tension!

    _ Et je suppose que, puisque maintenant je vous ai vu sous votre vrai jour, je dois mourir! Vous allez m'exprimer vos regrets et faire appel à la nécessité?

    _ C'est un peu ça, oui...

    _ Mon pauvre vieux!

    _ Co... comment?

    _ Non, mais regardez-vous! Vous êtes plein de haine et vous vous estimez heureux! Mais on devrait plutôt vous plaindre! La haine est une prison! un cancer! Que n'êtes vous libre dans l'azur, puissant, serein, éternel! Car la compréhension vient de la force! Or, vous voilà étriqué, comme si vous portiez des chaussures trop petites! Vos traits témoignent de cette crispation! Franchement, qu'est-ce qui vous est arrivé, à vous et à vos semblables? On vous a fait quelle crasse?

    _ Mais... mais je ne vous permets pas de me parler sur ce ton!

    _ Oh! Détrompez-vous, je ne voudrais nullement vous manquer de respect! Car votre amour-propre est déjà souffrant, n'est-ce pas? J'aimerais plutôt vous aider, vous apporter un soulagement... Je vous tends la main...

    _ Non, ne faites pas ça! Je... je ne veux pas... je...

    _ La compassion vous gêne? Vous vous tortillez soudainement! La franchise, la lumière vous blessent, on dirait! Et la bonté, elle vous tue?

    _ Laissez-moi... par pitié!"

    La chose n'était plus qu'une flaque jaunâtre et Curtis ouvrit la fenêtre, pour crier aux éventuels guetteurs doms: "La lutte continue!"