Le Dom obtus!

  • Par
  • Le 04/07/2020

Le dom obtus

 

 

 

 

 

                                                                                     "Que veut le DTN?

                                                                                       Qu'on ait peur de sa haine!"

                                                                                              Distique OED

 

    Nami Sato, du comité directeur de l'OED, était dans une crèmerie. D'origine japonaise, elle aimait les fromages de France et pour l'instant, elle en lorgnait un au lait de chèvre, légèrement bleuté et qui venait du Tarn-et-Garonne! Elle imaginait un paysage assez austère, caillouteux sous le soleil, mais nullement désolé et riant par endroits! Le goût du fromage devait donc être complexe: crémeux avec du caractère!

    Pendant que la vendeuse préparait son fromage, Nami Sato engagea la conversation, comme c'est l'usage au pays de Molière et le fait de gens civilisés! "Vous avez vu qu'ils ont encore brûlé des voitures! dit la Japonaise.

    _ Non?

    _ Si, dans le quartier de L...

    _ Si c'est pas malheureux! Pensez aux propriétaires des véhicules! Y en a qui perdent tout! Quelle époque nous vivons!

    _ Oui, il y a beaucoup de haine!"

    Curieusement, la vendeuse ne répondit pas à Nami Sato... Elle n'enchaîna pas, en approuvant le propos, mais elle garda le silence! "Aurais-je dit une insanité?", se demanda la Japonaise, qui était légèrement choquée par le mutisme qu'elle devait affronter!

    "Moi, ce qui me dérange particulièrement, reprit la vendeuse, c'est de voir cette infirmière jeter des pierres sur la police! Comment une personne qui soigne les gens, qui a un métier si digne, peut-elle se montrer si violente à l'égard de l'autorité? Cela dépasse l'entendement!

    _ Oui, fit en écho la Japonaise, mais elle crache aussi et on peut se demander d'où vient toute sa haine!"

    De nouveau, la crémière se tut, laissant son interlocutrice perplexe... et de plus en plus désemparée! Celle-ci pensa: "C'est bien la haine le fond du problème pourtant, alors pourquoi fait-on comme si j'étais folle ou inexistante? Cela devient blessant! Changeons de tactique, pour en avoir le cœur net!"

    "C'est vrai que cette infirmière a dépassé les bornes! reprit Nami sato.

    _ Mais oui! Elle devrait avoir honte!"

    "D'accord, songea à présent la Japonaise. J'ai compris! Quand je l'approuve et que je m'intéresse à elle, elle me répond et continue normalement la conversation! Mais, à chaque fois que je lui fais part de mes réflexions, c'est-à-dire que j'exprime ma personnalité, elle se ferme et me laisse dans l'embarras! Seule compte son existence et les autres ne sont là que pour soulager ses frustrations! C'est une Dom binaire! 0 pour la différence! 1 pour elle! Quel dommage! Je n'aurais plus de plaisir maintenant à passer chez elle, car elle pompe son environnement, sans le nourrir! Bon, finissons-en!"

    "Vous parliez d'une époque honteuse, reprit Nami Sato, mais il y a même des jeunes qui tendent des traquenards à la police!

    _ Ecoutez, s'ils veulent vraiment faire la guerre, qu'on les envoie effectivement sur un conflit! Bon débarras!"

    "Pas très généreux ça, madame! s'écria in petto la Japonaise. Mais le plus incroyable, c'est que cette femme ne perçoit pas du tout qu'elle est en partie responsable du monde dont elle se plaint, puisqu'elle-même est, disons, une DTN sociable, apparemment bien intégrée! C'est son petit égoïsme qui, joint à d'autres, en crée de grands aux extrêmes! Le Dom ne reconnaît pas le Dom! Quoi d'étonnant, car déjà il se croit innocent! Il ne voit pas... ou il ne veut pas voir sa propre noirceur!

    Cette Dom binaire me fait mal, me vide et elle fait subir le même traitement à combien d'autres? Elle propage sa haine et elle est pareille à cette infirmière qui la révolte! C'est juste une question de degrés! Là-bas, le venin est démesuré, quasi délirant! Ici, il est au compte-gouttes, petit bourgeois, quoiqu'il finisse par percer la pierre tout de même! C'est désespérant que la relation de cause à effets échappe aux Doms! C'est comme si des humains s'étonnaient d'en rencontrer d'autres, alors qu'ils se reproduisent!"

    Non loin de là, le Congolais Mamadou Gnoka, lui aussi du comité directeur de l'OED, assistait à une série de conférences contre le racisme! Il avait été invité par une association qui combattait ce fléau apparemment inextricable! Les orateurs s'étaient succédés et ils avaient été très applaudis, mais il est vrai qu'ils étaient pleins de bons sentiments et il y avait toujours des gens pour crier vive la liberté et à bas le mal! Ce n'était ni brave, ni intelligent et les choses ne changeaient pas!

    Mamadou Gnoka devait lui aussi parler et quand ce fut son tour, il respira largement, car il sentait qu'il risquait d'en choquer plus d'un! "Hum! fit-il pour commencer. J'ai entendu beaucoup de beaux discours contre le racisme, mais nul jusqu'à présent ne m'a expliqué d'où il vient, quoiqu'on ne puisse comprendre un phénomène, sans connaître son origine! Et comment espérer faire disparaître le racisme, si on ignore son fonctionnement?

    Je vais donc m'efforcer de déterrer la racine du mal qui nous intéresse... ou plutôt du mal tout court, car celle-ci explique tous nos maux et je vous demanderais un peu de patience, puisque nous allons remonter dans notre histoire aussi loin que possible! Mais, comme vous le savez, nous sommes issus du règne animal et ce qui préoccupe d'abord les animaux les plus proches de nous, c'est la domination! C'est d'être supérieur à l'autre qui permet de protéger le territoire, de se nourrir et de se reproduire!

    C'est une individualisation! Pensez par exemple au travail des parents oiseaux, pour couver leurs œufs et assurer le développement de leurs petits! Ils sont responsables de la survie de leur espèce et cette tâche ne peut que renforcer le sentiment de leur individualité, même si le terme de sentiment peut paraître discutable! Mais, de même, on peut comprendre que l'individualisation s'accompagne forcément d'une montée de la conscience! Mais, je ne vais pas aller plus loin sur le sujet, car certains, dénonçant mon anthropocentrisme, pourraient subitement jeter leur chaise et quitter précipitamment la salle! Nous voulons la paix, n'est-ce pas?

    Cependant, la domination exclue la différence! En effet, chez les animaux, la différence est presque toujours synonyme de mort, puisqu'elle signale généralement la présence d'un prédateur! Il y a donc une inquiétude instinctive provoquée par la différence, avant son rejet, qu'on ne lui montre de l'hostilité! Evidemment, plus la domination est forte et plus la réaction, face à l'élément étranger, est forte également!

    Ceci nous concerne directement, car nous avons hérité de cet instinct, de ce comportement! D'abord, la première chose qui nous motive, c'est notre personne, c'est de sentir notre valeur, notre importance! Notre réussite est a priori la clé de notre équilibre! La dépression ne vient que d'un sentiment de soi défaillant! Nous nous voyons inutiles et même détestables! Mais la base de notre personnalité est bien elle aussi la domination! Notre place est notre pouvoir, ce qui nous pousse à satisfaire en priorité notre égoïsme! C'est lui qui fait notre force, mais nous apprenons par ailleurs à le contrôler, pour pouvoir vivre en société!   

    Mais, pareillement, puisque nous cherchons à dominer, nous avons à l'égard de la différence la même réaction que les animaux! Nous aussi, nous avons naturellement de l'aversion, quand l'élément étranger se présente! Celui-ci peut être anodin ou banal... Par exemple: "Ah! Mais vous n'êtes pas du bourg! Hum!", "Ah! vous venez de la province! Mais bien sûr, comment ai-je pu être aussi aveugle!"

    Ces comportements, nous les connaissons tous... et ils nous font bien sourire, n'est-ce pas? Mais, si déjà une petite différence nous fait réagir, ô combien une grande peut nous troubler, nous inquiéter et facilement provoquer notre répulsion, notre haine! La couleur de peau, bien entendu, entre dans cette catégorie! Nous sommes donc instinctivement racistes! Je vois que certains ne tiennent plus sur leur siège! Entendons-nous... Si nous devions vivre comme les animaux, nous serions effectivement radicalement racistes, car les animaux, à cause de leur domination, de leur supériorité, ne tolèrent aucune différence... ou exceptionnellement à un point d'eau, par exemple! au bar, si vous voulez! Hum!

    Mais la nature nous a dotés de la conscience, de la raison, et c'est là que les choses deviennent vraiment intéressantes pour nous! Car la raison est là pour balancer la force de nos instincts! Notre conscience nous civilise et le mal, en définitive, se produit quand nous restons sourds aux arguments de la raison, au profit de notre domination; quand nous cédons à l'instinct, pour satisfaire notre égoïsme! L'autre est alors pour nous un esclave, un faire-valoir, un marchepied! Il a droit à tout notre mépris et nous le faisons souffrir sans sourciller! Nous pouvons être aussi implacables que les animaux!

    C'est que nous vivons volontiers dans l'ignorance! D'abord parce que l'inconnu nous fait peur et que cela nous empêche d'évoluer! Mais ensuite notre égoïsme est la pente et le plus séduisant! Toujours est-il que notre raison a constitué, contre le racisme, un dossier impressionnant, si je puis dire, puisqu'il va de l'origine commune de tous les hommes, jusqu'aux émigrés chassés de chez eux par la guerre, en passant par les ravages de l'esclavage et le sacrifice des soldats colonisés!

    Mais le raciste refoule tout cela! Ce qu'il veut c'est assurer sa domination! C'est de garder son pouvoir! Il veut se sentir supérieur quoiqu'il arrive et ceci est capital! Car on n'arrivera pas à vaincre le racisme, en luttant seulement contre lui; en prenant des mesures, en fixant des lois! On vaincra le racisme si on s'attaque à la domination elle-même! C'est à chacun de se sonder et de voir quelle importance il accorde à son amour-propre! C'est à chacun de relativiser son égoïsme, de s'en méfier et cela demande de s'interroger sur le sens du mot réussite!

    Car, on le comprend bien, si vous voulez vous élever dans la société, vous voulez aussi dominer et vous resterez donc perméables au racisme, puisque la différence sera tôt ou tard une gêne pour vous! Ne vous faites aucune illusion! Malgré nos bons sentiments, toujours l'élément étranger suscitera en nous une inquiétude, c'est instinctif et combattre le racisme demande un effort constant! Mais, si vous maîtrisez déjà votre propre égoïsme, alors le racisme n'aura aucune prise sur vous! Voilà ce que je voulais vous dire... Il n'y aura pas de victoire sans peine! Je vous remercie de votre attention!"

    Gnoka s'attendait à un silence embarrassé, mais son discours fut salué par une standing ovation formidable! On le félicitait à tout rompre et il en fut très surpris! Il quitta la tribune sous les bravos et il décida d'aller se rafraîchir à la cafétéria... Comme il se demandait quel thé prendre, il sentit qu'on le pressait dans le dos pour choisir! "Mince! se dit Gnoka. J'ai un Dom aux fesses!"

    Le Congolais jeta un coup d'œil derrière lui et il fut stupéfait d'apercevoir le responsable de l'association qui l'avait invité! Il prit tout de même le parti de l'entreprendre... "Excusez-moi, commença-t-il, mais ne pourriez-vous pas vous détendre un peu, car il me semble entendre votre impatience me crier: "Dégage! Mais dégage!"; alors que c'est chacun son tour!

    _ Mais c'est peut-être vous qui ne choisissez pas assez vite! Vous voyez, on pourrait se renvoyer la balle longtemps comme ça!"

     Cette réponse foudroya Gnoka, car il espérait une prise de conscience et des excuses! Or, au contraire, on se montrait encore plus dur et plus vindicatif! Gnoka voulut encore ajouter quelque chose, mais l'autre s'en fut brusquement!

    "Incroyable, pensa le Congolais, c'est un DTN! Comme j'ai fait obstacle à son univers, il s'est enfui, dépassé par l'émotion! Un DTN antiraciste! Autant dire un Italien qui n'aime pas les pâtes!"

    Gnoka était désemparé, quand il aperçut sa collègue Nami Sato, assise devant une pâtisserie. Il alla la rejoindre avec plaisir et lui raconta ce qui venait d'arriver!

    "Mais c'est comme moi! s'écria la Japonaise. Je viens de découvrir que ma crémière est une Dom binaire et elle se plaint de la violence de la rue! Elle ne voit pas que son propre égoïsme en est en partie la cause!

    _ Le Dom ne reconnaît pas le Dom! rappela Gnoka. Qu'est-ce que nous allons faire?

    _ Nous marier! répondit Nami Sato, la bouche pleine de crème, et tous deux s'esclaffèrent!"