De la vérité

La verite

 

 

 

 

    Tout le monde connaît sans doute la fameuse réplique de Ponce Pilate à Jésus: "Qu'est-ce que la vérité?" Et autant le dire tout de suite il est effectivement impossible à un homme de la détenir entièrement!

    D'abord parce que nous sommes le fruit d'une époque, de son savoir, de ses mœurs... et que ces choses évoluent bien entendu. Mais ensuite et surtout l'être humain est limité par son corps, son existence même, et ce que nous pensons est aussi influencé par notre histoire personnelle; ce que nous cherchons est produit par notre sensibilité et nos traumatismes... Il ne saurait en être autrement et ce que nous estimons être la vérité est d'abord "notre" vérité!

    On pourrait encore citer de l'Evangile: "Dieu seul est bon!", sous-entendu seul ce qui est infini peut être juste... et constituer la vérité!

    Cependant, chacun doit être capable d'approcher le sens des choses et de se faire une idée de ce qui est vrai... et c'est que je me propose de démontrer ici, rien qu'avec "mes p'tits bras", car le sujet est ardu et il a de quoi rebuter, il faut bien le reconnaître!

    "Minute, minus! me dit déjà le grand corps de la science, la vérité, c'est mon d'job! Alors va prend' l'air, tu veux!" Je regarde du coin de l'œil la science et je dois reconnaître qu'elle est une spécialiste dans le domaine!

    Le principe fondateur de la science est probablement l'objectivité... Qu'un individu lance une affirmation et rien n'empêche que celle-ci soit sujette à caution! A priori elle est subjective... Mais si un autre individu abonde dans le même sens et s'il est suivi par dix, cent ou mille autres, alors l'affirmation devient de plus en plus tangible, réelle, certaine! D'une manière générale, plus un avis est partagé et plus il s'écarte de la subjectivité...

    L'un des moyens pour réunir les points de vue, c'est l'expérience! Elle est édifiée sur la logique, afin que chacun en comprenne le bien-fondé et si son résultat est le même pour tous, alors il exprimera, il révélera la vérité, ce qui est, la réalité!

    Sur le papier, cette méthodologie est lumineuse, quasi imparable; mais dans les faits elle prête le flanc à des controverses interminables, impossibles à résoudre!

    Max Planck, un des initiateurs de la mécanique quantique, disait dans son autobiographie: "Une théorie ne s'impose pas parce qu'elle est la vérité, mais parce que tous ses détracteurs sont morts!" Et ici Max Planck ne parlait pas des non-scientifiques, mais bien de ses collègues! Comment arrivait-il à cette conclusion chargée d'amertume?

    L'histoire de Max Planck est classique... Remarqué par ses professeurs, il est invité à donner lui-même des cours et à commencer sa propre carrière de chercheur. Grâce à son talent, il met rapidement au point des expériences rigoureuses, dont il fait valoir les résultats auprès de ses mentors, mais, à son grand désappointement, on ne le prend pas au sérieux et on lui tape gentiment sur l'épaule pour l'encourager, ainsi qu'il serait un enfant, avant d'aller voir ailleurs!

    Mais qu'est-ce qui peut aveugler ainsi ses aînés, si ce n'est justement le fait qu'ils sont ses découvreurs? Il paraît impossible que le disciple dépasse le maître! Autrement dit, nul n'est prophète en son pays!

    Les préjugés des scientifiques peuvent donc empêcher leur objectivité! En voici un autre exemple et non des moindres! Einstein rencontre aux Etats-Unis l'inventeur du Big-bang, le mathématicien belge, Georges Lemaître, mais le père de la Relativité ne veut pas entendre parler de la théorie de son interlocuteur! Il se méfie de celui-ci, car Lemaître est prêtre! et Einstein le soupçonne de s'inspirer du fameux passage "Que la lumière soit et la lumière fut!" de la Genèse, comme si Dieu avait craqué une allumette dans la nuit sidérale ("Y a quelqu'un?")

    On connaît la suite: la découverte du fond de rayonnement cosmique viendra confirmer le Big-bang, et Lemaître, devenu évêque, l'apprendra sur son lit d'agonie...

    Les intérêts sont également susceptibles d'enlever toute valeur aux résultats des expériences... Aujourd'hui, notamment, il est toujours impossible de savoir si les OGM sont vraiment nocifs, comme nous continuons d'ignorer à quel degré sont néfastes les nouveaux pesticides! Cela vient de ce qu'il y a deux camps: celui des chercheurs industriels et celui des indépendants, et à chaque fois que l'un des camps produit une étude, elle est immédiatement contestée par le camp adverse! A ce jeu-là, l'expérience perd toute crédibilité!

    L'hégémonie des nations trouble elle aussi nos connaissances... Les Américains notamment sont persuadés que c'est Hubble qui a découvert l'expansion de l'Univers..., mais ce n'est pas tout à fait exact! Hubble constate effectivement que les galaxies s'éloignent les unes des autres, mais il croit alors qu'elles ont une vitesse propre... Ce n'est que trois ans plus tard qu'il conviendra, quoique encore avec certaines réticences, que c'est bien l'Univers qui entraîne les galaxies dans son expansion!

    Le véritable découvreur de ce phénomène est sans doute toujours Lemaître, qui pour édifier pleinement sa théorie du Big-bang avait dû, bien avant Hubble, comprendre quelle était l'origine de la fuite des galaxies... Mais comme il était francophone et d'un petit pays, le raccourci vers Hubble était bien plus simple, pour un monde qui exprime sa pensée totalement en anglais!

    De même, les écoles britanniques ont enseigné pendant très longtemps (se sont-elles corrigées?) que le premier à avoir atteint le pôle sud était leur compatriote Scott, et non Amundsen... Sans doute parce que ce dernier était norvégien et qu'on ne craignait pas les plaintes d'une "bourgade enneigée"!

    La découverte du virus du SIDA nous a de nouveau montré ce que les Américains peuvent avoir de plus détestable! En effet, pour eux, une telle première scientifique ne pouvait provenir de la vieille Europe et des paillasses poussiéreuses de l'Institut Pasteur! et on a vu à quels déchirements conduit une telle âpreté, un tel orgueil!

    Parfois, les intérêts des chercheurs sont plus obscurs et mènent à des recherches paradoxales! Jamais on n'a vu dans l'histoire scientifique de bataille plus acharnée que celle qui a défendu et qui défend encore l'Evolution! Le couple hasard et nécessité, indispensable à la théorie de Darwin, a été protégé par de véritables champions! des Bayard enfiévrés! bien loin de la sage patience de l'objectivité!

    Mais la situation ne manque pas de piquant! La science gardienne du hasard! alors que son but n'est-il pas justement de définir les lois qui gouvernent la matière? et ceci n'implique-t-il pas inévitablement l'anéantissement du hasard?

    Comment alors expliquer un tel aveuglement, une telle passion? Il faut chercher la raison dans notre cœur, tout simplement... L'Evolution garantit non seulement la liberté de la science, mais aussi et surtout la liberté des chercheurs! Ils échappent ainsi à la pression de tout dogme, même si c'est au prix de l'absurde!

    Apparemment, beaucoup de scientifiques ont eu à souffrir de leur éducation... et certains aujourd'hui sont tellement blessés par leurs contemporains qu'ils renâclent à reconnaître la supériorité de l'homme sur la fourmi ou le bigorneau! L'homme, il est vrai, n'a pas à chanter plus haut que le coq, mais il paraît évident que si on discute indéfiniment sur la qualité du ciment, personne ne construira la maison!

    Il y a dans le monde de la science, une sorte de rage à tenir l'homme à l'écart, à s'en débarrasser! La peste, pour le scientifique, c'est l'anthropocentrisme! Le parasite, c'est l'esprit humain! Ah! Parlez-moi du vide sidéral! ça c'est du champ d'expérience! Voilà le paradis de l'objectivité! Tenez, je vais me suicider devant vous, comme ça nous serons plus tranquilles!

    Un jour, l'Univers gobera l'humanité... et tout rentrera dans l'ordre! La gravitation, hein, quel calme!

     Mais pour se tirer une balle dans le pied, la championne des championnes, c'est la psychologie! Les méthodes du KGB en effet semblent affectueuses à côté de celles de la psychiatrie moderne! On y doute de ses propres doutes! Et chaque psychiatre, pour rentrer chez lui, fait trois fois le tour du quartier à vitesse réduite, pour s'assurer qu'il n'est pas suivi par un collègue!

    A force de suspicion, on est dans une impasse!

    Quant au patient, il n'a pas droit à l'intelligence... Dès qu'il émet un avis personnel, on lui parle de projection: c'est le passing-shot qui tue! Reste le thérapeute, ainsi qu'une vestale du matérialisme!

    Celui-ci est une drôle de machine qui se dresse à l'horizon, et on pourrait admirer ses rouages tous plus compliqués les uns que les autres, et même la détente de certains de ses ressorts, car ils ont parfois un bruit lyrique, si cet épouvantail du futur ne masquait pas justement le véritable monstre qui est en nous! celui qui veut instinctivement la satisfaction de son égoïsme!

    Car à quoi bon l'objectivité si on a une âme d'assassin?  A quoi bon la connaissance si on est un ogre qui s'ignore? Et à quoi bon le Nobel si on a les rêves d'un rémouleur sanguinaire?

    Un bénéficiaire du RSA, humilié régulièrement, a mille fois plus chances d'être lucide sur son compte que n'importe quel chantre de la raison pure!

    La vérité est forcément liée à nous-mêmes! Elle ne peut exister sans l'homme! Et on méprise beaucoup trop la conscience et son caractère exceptionnel! d'autant que la subjectivité n'est pas l'ennemi du matérialisme, car nos convictions même transforment la matière!

    Nos sentiments se lisent sur notre visage! Notre attitude révèle notre état d'esprit! Notre regard se nourrit de nos pensées! Et plus celles-ci sont nettes et plus le premier est clair, puissant! C'est au point que les autres réagissent selon qu'ils sont plus ou moins sûrs d'eux-mêmes!

    Il y a ceux qui se cachent, qui esquivent, et ce sont les plus nombreux, parce qu'ils ne sont ni vraiment bons, ni vraiment mauvais; mais malheureusement il y a aussi ceux qui se durcissent, qui montrent de la haine! Ceux-là ne voient qu'eux-mêmes! Ils sont l'alpha et l'oméga! Ils sont à la fois le départ et le terminus!

    Ce sont des murs qui nieront jusqu'au bout la lumière! qu'ils en sont touchés! Car la vérité a ceci de "fragile", c'est qu'elle n'apparaît que si on se tourne vers elle! Elle reste un phénomène invisible, si on ne veut pas le voir! C'est ce qui explique aussi toute la stérilité du matérialisme!

    Tout se passe comme si notre développement était un accueil! Ce qui nous enferme, ce sont nos appétits! Ce qui nous étend, c'est notre paix, notre disponibilité, notre confiance!

    Nous sommes capables d'une floraison! qui peut modifier notre apparence physique, la densité même de notre présence! Il doit donc exister une relation profonde, très intime, entre la matière et notre raison, ou notre esprit!

    Souhaitons que la science s'en approche, car le monde quantique présente des phénomènes qui donnent le vertige! En tout cas, la conscience paraît comme une vague que les hommes accompagnent ou refusent... et nous savons déjà pourquoi le plus grand nombre est tenté de rester immature!

    Que la science elle-même nous aide à trouver notre juste place! Car il ne s'agit pas d'être le centre de tout, mais d'être un témoin, un reflet de l'infini qui nous traverse!

    Il ne s'agit pas non plus de savoir que la gravitation existe, mais d'en être émerveillé, enchanté!

    Il ne s'agit pas encore de croire que le cosmos est vide, pour être sûr d'être malheureux, mais il s'agit d'être heureux de vivre, parce que c'est une chance d'être soi! (L'homme éclairé n'est rien d'autre que lui-même entièrement!)

    Il ne s'agit pas d'adorer par devoir, mais d'aimer si on le veut bien, car l'homme avec sa conscience est né pour être libre!

    Les fleurs s'offrent au soleil, pour grandir et devenir plus belles: peut-on en faire moins?

    La joie, le plaisir, c'est la sagesse!

Ajouter un commentaire