Contre les "tyrans"!

Les tyrans

 

 

 

 

 

 

    Comme je l'ai déjà dit sur ma page "Contre les faiseurs", ce qui nous anime en premier c'est notre soif de dominer; c'est elle qui commande même notre pulsion de faim et sexuelle, c'est elle qui est à l'origine du développement de notre personnalité et elle est bien sûr très puissante, car ce sont les hormones qui en sont à l'origine; ce qui signifie qu'elle est pour nous également un risque!

    En effet, que se passe-t-il quand nous cédons volontiers à cette pulsion, à cet instinct; c'est-à-dire quand nous nous comportons comme les animaux? Mais nous faisons valoir auprès des autres notre supériorité, et cela de toutes les manières possibles! Nous pouvons bien entendu écraser un plus faible avec violence, mais plus couramment nous utilisons la haine ou le mépris! Nous cherchons encore à accaparer l'intérêt, même si c'est au prix de révéler notre vie la plus intime, comme le font notamment les vedettes de la télévision et du cinéma... Pour goûter ou conserver le sentiment de notre importance, de notre réussite, nous sommes capables de tricher, de mentir, d'être hypocrite, calculateur, arrogant, etc.! Bref, notre égoïsme, car c'est bien de cela dont il s'agit, est à même de nous transformer en les pires créatures qui soient!

    Mais si nous voulons un tant soit peu nous contrôler, un retour en arrière sur notre croissance est nécessaire... Le bébé n'est conscient que de ses besoins: quand il a faim il crie et quand il veut se soulager, il fait dans sa couche. Puis, peu à peu, il apprend qu'il y a des horaires pour manger et un pot pour pipi et caca. C'est la socialisation qui commence, mais celle-ci n'est pas une invention de l'homme; elle est inspirée par la nature, car même les petits animaux doivent apprendre qu'ils ont une place dans le groupe et qu'il y a certaines règles...

    Cet apprentissage est nécessaire à la survie, mais chez l'homme il est extrêmement long et il est constitué essentiellement par l'école; où l'enfant découvre la société, se développe mentalement et physiquement; où on lui fournit tout le bagage qui lui permettra de devenir un citoyen comme un autre; où il peut profiter de toute l'expérience, de toutes les connaissances acquises par l'humanité depuis les premiers temps! Et ce d'autant que ses capacités sont grandes... et notez que cette période est obligatoire; c'est important, car à l'âge adulte, patatras! C'est la foire d'empoigne!

    Dès qu'un individu sent qu'il possède légitimement son indépendance, il semble ne plus apporter de limites à sa soif de dominer! Où est la voie montrée par la nature et qui incitait à se contenir et à prendre patience? Disparue! C'est à qui va supplanter l'autre, afficher une réussite plus éclatante!

    On ne peut pas demander de comptes aux animaux, car ils ne font que suivre leurs instincts, et j'ai envie de dire que les animaux n'ont pas "d'avenir"! Mais les hommes si! Grâce à leur conscience, à leur raison, ils sont à même de comprendre ce qu'ils font et de s'affranchir un tant soit peu de leurs instincts; et c'est pourquoi nous parlons entre nous de bien et de mal... Or, qu'est-ce qui se passe?

    Généralement, les hommes, les mâles s'entend, sont en compétition, pour savoir lequel est le plus fort! Bien entendu, aujourd'hui, il n'est plus question de la seule force physique; le rang social est plus important, avec tous les attributs qui le caractérisent! Les femmes aussi sont en concurrence, car c'est la plus séduisante qui attirera celui qui paraît le plus puissant. Ainsi elle atteindra une position dominante! C'est encore la sélection naturelle qui dicte sa loi, mais contrairement aux animaux, les hommes et les femmes peuvent faire évoluer leurs rôles; comme nous le voyons notamment de nos jours, à travers de ce qu'on appelle la féminisation de la société... Mais la course à la domination est effrénée... et nos magasins sont à son service; car c'est encore elle qui est à l'origine de nos sociétés de consommation!   

     Au commencement, le chef, le plus fort, pour se faire reconnaître, a dû utiliser quelque chose de très simple: un os dans le nez par exemple, et sa femme un bijou... Le couple avait sans doute aussi une hutte plus grande... Puis vinrent les rois et les reines, avec leurs couronnes, leurs sceptres, leurs ducs et leurs princes, leurs blasons, etc. C'était encore l'époque des castes et des privilèges, et les pays ont mis longtemps à acquérir les frontières qu'on leur connaît aujourd'hui... Mais enfin nous sommes devenus a priori égaux en droits et il nous est possible de nous positionner sur la même ligne de starting-blocks! 

    Par exemple: "Je veux la plus grosse voiture! car je veux qu'on voie que je ne rigole pas! que j'ai les moyens! que je ne me laisserai pas marcher sur les pieds! que je suis important!" Ceci explique pourquoi malgré le réchauffement climatique il y a toujours plus de "tanks" dans nos rues! 

    Mais bien entendu la chanson ne s'arrête pas là: "Je veux la plus belle maison, le plus bel intérieur, des vêtements de marque, le matériel hi-fi le plus pointu, l'appareil photo le plus cher et le plus performant!" "Je veux que mes enfants aillent dans la meilleure école, la plus cotée! Je veux qu'ils aient cette mutuelle et pas une autre... Je veux telle destination pour mes vacances, car c'est le lieu à la mode!" "Je veux tel poste, tel salaire; je veux habiter telle ville, tel quartier, telle rue!"

    Je ne vais pas continuer; tout le monde se rend compte facilement que cette liste est sans fin! Les signes qui montrent notre réussite ont augmenté d'une façon exponentielle! d'abord parce que l'économie, qui rêve de bénéfices, nous incite à les multiplier, mais aussi parce que le modèle idéologique de la société et qui est représenté par son instrument roi, la télévision, exacerbe notre égoïsme!

    Qu'y voit-on à la télévision? A première vue, c'est un inépuisable panier de crabes! Les animateurs se déchirent et les stars se répandent... Tout est bon pour occuper le devant de la scène! Et il y a donc ceux qui sont dans la lumière... et les autres, l'immense majorité, qui est dans l'ombre; il y a les gagnants et les perdants!

    Mais même des choses plus sérieuses, comme le journal télévisé, ont un effet insidieux... En effet, le fameux JT nous fait croire, sans qu'il en ait conscience, que l'existence est pleine d'évènements et qu'elle est donc quasi trépidante! Cela tient à ce que l'image télévisuelle ne peut pas être fixe, sinon vous allez vous agiter sur votre télécommande, en pensant à une panne! Il faut que constamment le petit écran semble animé et il est vrai que si on fait le tour du monde, on trouvera toujours un évènement, un fait nouveau ou imprévu...; mais nos vies personnelles, celles qui font de nous ce que nous sommes, sont au contraire très routinières... et cela vaut mieux pour notre santé mental!

    Toujours est-il que l'individu qui se sent à l'écart s'en irrite encore davantage, puisque apparemment "il n'est pas dans le train", alors qu'autour "tout" bouge! tout fonce! tout brille! Il ne faut pas chercher plus loin les raisons de toute cette haine, de toute cette rage, de toute cette rancœur qui se déversent sur les réseaux sociaux! Ce n'est ni plus ni moins que le hurlement des frustrations! Car ceux qui crient ainsi ne se voient pas plus médiocres que ceux qui sont en haut de l'affiche!

    Cependant, cette atmosphère délétère, violente, agressive; cette société puérile, qui n'a rien à envier à une cour d'école, constituent un "biotope" favorable au développement et même à la prolifération  d'une espèce redoutable, empoisonnante et destructrice... Je veux parler de celle des tyrans! 

    Qu'est-ce qu'un tyran? Comment peut-on le définir? On dira simplement que le tyran est un individu (homme ou femme) qui ne donne que comme seul sens à sa vie la satisfaction de son égoïsme, ou encore l'assouvissement de sa soif de dominer!

    En effet, le tyran vit dans l'illusion que les autres n'existent que pour l'admirer ou le servir! Par exemple, vous êtes à la boulangerie et il y a devant vous une légère file d'attente. Soudain, un tyran (homme ou femme) se plante derrière vous, en vous faisant sentir toute son impatience!

    Il pourrait s'intéresser au lieu, à ce qui garnit les rayons, parce qu'on en apprend toujours à ce "jeu-là"! Il pourrait regarder le personnel de la boulangerie travailler, voir notamment si celui-ci est fatigué, car nos fatigues personnelles sont rares et celles des autres sont un bon indicateur pour comprendre les nôtres! Il pourrait encore observer ses contemporains et comment ils masquent leur timidité, quand c'est leur tour de demander du pain...

    Mais non, le tyran ne fait que créer de la tension, du stress; il pèse sur vous... Est-il pressé? Vous le lui demandez: "Etes-vous pressé(e)?" Et aussitôt le tyran se récrie! Il n'est pas pressé! Car s'il l'était, c'aurait été comme avouer son attitude oppressante... et son orgueil en aurait souffert!

    Non, tout simplement, le tyran est un bébé adulte! Il a arrêté son développement en cours de route, et si on ne le sert pas aussitôt, eh bien, il va faire caca par terre! qu'il ait vingt ans ou soixante! D'ailleurs, le tyran était à cran avant même d'entrer dans le magasin, car il ne voit que lui!

    Il ne supporte pas non plus qu'on lui échappe! Il fait beau, vous marchez dans la rue, d'un  air dégagé et heureux; mais tout à coup vous sentez qu'on vous regarde haineusement... et en effet, là-bas, il y a une personne qui vous transmet son mépris, son dégoût! Qu'est-ce à dire? Vous ne la connaissez même pas! Quelle faute avez-vous commise?

    Si vous vous rapprochez, la personne disparaît, comme dans un rêve; mais votre gêne, elle, elle est bien réelle! Vous n'avez plus la même bonne humeur: la haine est un poison qui coule maintenant dans vos veines! Que s'est-il passé?

    Vous avez simplement rencontré un tyran! Il n'était pas heureux et vous l'étiez! C'est comme si vous manquiez à son contrôle! Votre indépendance était une menace, un scandale pour lui! Je vous rappelle que son égoïsme n'est pas superficiel; c'est le socle même de sa santé mental, de son équilibre!

    D'ailleurs, si vous parvenez à être assez influent pour remettre en cause le système dont le tyran se nourrit, dont il tire son pouvoir, il peut très bien décider de vous tuer proprement, réellement! Ainsi s'expliquent notamment la condamnation de Jésus et l'assassinat de Gandhi! Toute liberté ouvre un abîme aux yeux du tyran, qui ne vit que parce qu'il se sent dominant!

    D'une manière générale, il lui faut soit un public, qui l'admire et qui sera bien entendu choisi parmi les gens qui comptent (inutile de plaire aux va-nu-pieds!); soit des victimes, à défaut de public, qui elles seront constituées par des personnes plus faibles, plus fragiles, des sans-grade!

    Car les victimes permettent au tyran de retrouver la force de son pouvoir et son importance... Mais à ce stade vous pouvez comprendre combien la façon de la médecine pour guérir la dépression peut sembler absurde, dérisoire! puisqu'on essaie de soulager des gens blessés sans combattre leurs bourreaux! leurs agresseurs! A quoi bon espérer faire disparaître le mal, quand on n'agit pas sur sa source?

    De même, l'attitude du tyran devrait nous rendre ahurissante la naïveté de Freud et consorts! qui eux aussi ramènent la souffrance de l'individu à son seul psychisme, alors qu'on lui tire dessus!

    Un autre monde est pourtant possible..., dans lequel chacun pourrait être heureux, je l'affirme! Car la nature continue son œuvre en nous, avec ou malgré nous! Quelle est-elle? Mais simplement une maturation, c'est une évidence! L'arbre jeune ne donne pas de fruits et les premiers qui apparaissent sont encore aigres... Il faut attendre la maturité de l'arbre pour goûter des fruits suaves et nourrissants! Enfin, l'arbre vieillit et meurt...  

    Au fond, la seule chose que nous demande la vie, c'est d'essayer de comprendre, de respecter cette maturation qui est la nôtre, d'être en harmonie avec elle! Comment est-ce possible? Eh bien, on peut commencer par observer la nature, pour se pénétrer de son rythme, qui contient notre devenir... En effet, notre maturité, notre croissance, notre gain de force correspond à une plus grande étendue de ce que nous sommes, à l'accès à une dimension plus vaste, dont la nature par son infini est le modèle, l'inspiratrice!

    Et quand elle n'est pas là, on peut s'intéresser aux œuvres d'art, car l'artiste bien souvent, en voulant saisir la beauté, témoigne de cette amplitude, de cette respiration plus paisible; et c'est un bienfait pour l'humanité!

    Evidemment, mûrir nous demande de la patience, de l'attention... On ne peut grandir sans se détacher de son égoïsme, mais c'était déjà la tâche du bébé, souvenez-vous,  et en dépit des apparences, cela n'entraîne pas d'amertume! Bien au contraire, la maturité doit nous décharger de tout souci, car le tyran, lui, n'est pas heureux! Jugez-en!

   Il a beau présenter tous les signes de la réussite, avoir l'air enviable et même être connu, il ne connaît pas la paix! D'abord, pour espérer attirer l'attention sur soi, se présenter tel un tyran crédible, il faut montrer les signes d'une certaine aisance financière et qu'on est tout de même à la page; bien qu'il existe des tyrans dans tous les milieux!

    Mais dans ce cas on reste fortement tributaire de l'argent et de ce qui permet d'en obtenir... On est tout sauf libre! et si la situation économique devient défavorable, on peut rapidement faire preuve d'agressivité, tout en se couvrant de cheveux blancs!

    D'ailleurs, cette tension peut conduire à penser que c'est l'argent qui mène le monde, mais c'est une imbécilité, car sans notre égoïsme, il n'est qu'un enfant sage...

    Mais surtout si on place son amour-propre sur un piédestal; si on ne vit que parce qu'on est admiré; si la réussite et l'existence deviennent synonymes, alors on se doit d'avoir une personnalité irréprochable..., ce qui est impossible! Tôt ou tard, les inquiétudes viennent ronger l'esprit, comme la mer la falaise... Elles réapparaissent par périodes et elles sont, elles aussi, insondables! Le seul moyen de les détourner, pour ne plus en souffrir, c'est justement de ne plus se soucier de son importance; c'est de ne plus se voir au centre de tout; mais au contraire c'est de participer à la création de l'Univers, en comprenant les lois de son développement!

     Pour résoudre des angoisses, qui de toute façon n'ont pas de sens, le tyran a recours à l'hypocrisie! Il se ment à lui-même, il se construit un personnage, il vit dans l'illusion!  Par exemple, et c'est sans doute son rôle le plus classique, il va nier son plaisir et se présenter comme un être qui a des devoirs et des responsabilités! Ainsi persuadé qu'il mène une vie désintéressé, voire austère, le tyran va de nouveau pouvoir se consacrer à ses ambitions et à l'exercice de sa séduction!

    Une telle attitude ne permet pas une relation privilégiée avec la nature, qui fonctionne comme un rayon qui nous sonde! La solitude à laquelle elle nous renvoie n'est supportable, n'est enrichissante qu'à la seule condition que nous soyons disposés à l'accueillir; ce qui ne peut se faire si on est plein de "machines", de bric-à-brac, de cordes tendues!

    La nature est pour le tyran vite absurde, hostile, et nous la détruisons non pas, comme le disent les scientifiques, parce que nous sommes toujours plus nombreux et que ce serait pour ainsi dire fatal! mais bien parce que nous sommes immatures et égoïstes! Nous pourrions être dix fois plus sans mettre en péril la planète!

    Il est inutile de rajouter que plus la situation se révèle difficile et plus le tyran se montre dur; car il se comporte exactement comme un crocodile à l'égard de ses congénères, quand il voit son marigot s'assécher! 

    Mais, si le tyran n'est pas heureux, pourquoi ne change-t-il pas? En premier lieu, il est toujours plus facile de céder à son instinct, plutôt que de le refouler: pensez à votre pulsion de colère par exemple... Mais, ce qui est plus important, le tyran a peur! Il a peur de l'inconnu, de la différence; il craint même le ridicule s'il est tenté par l'humilité!  Aussi, pour terminer, je dirai ceci: nos vies sont souvent pénibles et nous conduisent à des sentiments de tristesse, mais ce n'est pas l'œuvre de la nature! C'est le fruit de l'obstination des tyrans, qui forment la majorité et qui sont lâches et hypocrites! Cela devait être dit, au moins une fois!

   

Ajouter un commentaire